Archive | décembre 2022

En mes soirées solitaires

En mes soirées solitaires Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par JRekas Source : https://www.deviantart.com/jrekas/art/Lonely-evening-943059558

En mes soirées solitaires

 

J’ai connu durant ma vie,

Bien des femmes aux mille péripéties.

Elles étaient originaires de pays lointains,

De ces régions qui eurent de tragiques destins.

 

Il y en a une qui possédait une beauté particulière.

Elle avait tant une fière allure et de bonnes manières,

Que je me doutais bien qu’elle provenait de la noblesse.

Une odeur de lavande voguait en sa maison telle une caresse.

 

Elle parlait une langue étrangère,

Et, malgré mes efforts, je ne saisissais guère.

Nous avions fini, grâce à nos sourires, par nous comprendre.

Et, de fil en aiguille, nos âmes se rapprochèrent à s’y méprendre.

 

Je lui ai fait visiter avec plaisir la ville où nous résidions.

C’est ainsi qu’inévitablement nos cœurs bâtèrent à l’unisson.

Elle a réussi à assimiler avec extase quelques bons mots.

J’en ai fait, croyez-moi, tout autant non sans maux.

 

Puis, un jour, elle reçut une grave missive de sa parenté.

Qui lui ordonnait de rentrer rapidement dans sa contrée.

Que pouvait-elle bien répondre à une telle directive ?

Elle qui avait appris à obéir sans faire d’invectives.

 

Une idée lui vint à l’esprit afin de souligner son départ.

Elle m’a invité pour savourer de l’aubergine au caviar.

Quel plat étrange pour l’humble homme que je suis.

Mais, connaître une telle légende, j’en avais envie.

 

Elle était habillée d’une tunique de couleur azur.

Une robe limpide qui laissait entrevoir sa peau si pure.

Avec courtoisie, j’ai apporté un vin rouge de belle qualité.

Me doutant bien qu’un grand cru agrémenterait cette soirée.

 

Quelques bouchées de caviar et de verres de ce nectar ingérés.

Sans trop attendre, à un jeu particulier, elle me proposa pour s’amuser.

Elle m’installa alors un turban de couleur pourpre sur les yeux.

Ce qui, allez savoir pourquoi, me rendit fort heureux.

 

Nous allâmes dans une pièce illuminée à la chandelle parfumée.

Mon bandeau retiré, elle me paraissait aussi brillante qu’une divinité.

Elle me confia qu’elle avait appris le plus merveilleux des mots.

Elle désirait le partager avec moi en cet instant si doux et si beau.

 

Avec son accent slave, elle me dit ceci :

« De ma vie, jamais je ne t’oublierai, mon chéri. »

J’apprécierais tant, avant de te quitter, que nous fassions l’amour.

Ainsi, en mes soirées solitaires, je penserai à toi pour toujours.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Instant figé

Instant figé Poème de Rolland Jr St-Gelais Peinture acrylique de Noble Roro de la France

 

Instant figé

 

Pour savoir apprécier son existence,

Il faut retrouver sa tendre innocence,

Même si la vie n’est pas un conte de fées.

Car, en ce monde, nul ne connaît sa destinée.

 

On revoit les chimères du passé,

Lesquelles feront, bien sûr, que trépasser !

Des fausses idées qui embrouillent notre esprit.

Des yeux étranges qui sans cesse nous épient.

 

Nous naissons pauvres et totalement nus.

Aucun de nos biens, nous amènerons vers les nues.

Certains travaillent des lopins de terre pour quelques pitances.

D’autres en profitent pour leur soutirer une honteuse abondance.

 

Cela est le lot de la plèbe depuis l’aube de l’humanité,

Ceux qui bossent à la sueur de leur front forment la majorité.

Les membres de la haute société font parfois des œuvres de bienfaisance,

Pour bien paraître, ils font semblant d’avoir une bonne conscience.

 

Savez-vous ce qui me fait réellement plaisir ?

Connaissez-vous la raison qui me fait sourire ?

C’est d’être apte d’admirer la grâce pure de la féminité.

C’est de découvrir avec les yeux du cœur une authentique beauté.

 

Pas besoin de visiter des contrées éloignées.

Inutile de s’exiler vers des pays qui sont si reculés.

Il est superflu, pour trouver la source du bonheur véritable.

De traverser mers et mondes jusqu’à ne plus être capable. 

 

Pour ma part, j’ai appris à me contenter de peu.

Car, comme le commun des mortels, je fais ce que je peux.

Il faut savoir prendre le temps de s’arrêter de se questionner.

C’est dans l’instant figé que l’on saisisse la chance d’exister.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La vie est un miroir

La vie est un miroir Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Samo19 Source : Circular mirror. by samo19 on DeviantArt

 

La vie est un miroir

 

C’est un fait que la vie est un miroir.

Parfois, ça semble clair, tantôt c’est noir.

Tout dépend de notre angle de vision.

En chaque occasion, nous avons des frissons.

 

Au fil des ans, on se pose des questions.

Qui nous entraînent vers des hallucinations.

Des chimères apparaissent pour troubler nos esprits.

Des pensées viennent nous tourmenter même dans le lit.

 

Pourquoi les regrets, les blâmes qui gâchent notre aventure ?

Car, en ce monde, rien ne peut être qualifié de totalement pur.

À part, peut-être l’amour de l’enfant blotti dans les bras de sa mère.

Fruit d’une nuit de passion avec un homme qui sera toujours son père.

 

Avec l’âge qui avance, il nous arrive quelques fois.

De faire face aux situations pénibles qui ébranlent notre foi.

C’est le destin de chacun de nous sur cette terre.

On traverse des périodes de paix ou bien de guerre.

 

On en advient à éviter par la crainte les quotidiens télévisés.

Car, ils pullulent dans toutes les chaînes à chaque journée.

L’essentiel est de réussir à regarder devant soi.

Et, de se dire qu’advienne que pourra !

 

Oui, nous avons un miroir entre nos mains.

Mais, nous sommes les maîtres de notre destin.

Chaque décision est loin d’être coulée dans le béton.

Tout est pleinement réalisable dès lors que nous y croyons.

 

Il suffit pour cela de vouloir, le moment venu retirer la glace.

Et de nos erreurs, avec franchise, de simplement faire face.

Regarder avec admiration les jours à venir avec un beau sourire.

Car, qui sait si de ce temps actuel, nous en finirons par en rire.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Réjouissances des fêtes

Réjouissances des fêtes Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de Alixia Busch Source : https://www.alixiamodele.com/a-life-between-light-and-shadows/

Réjouissances des fêtes

 

Jouir comme une bête assoiffée,

De plaisir à en avoir le souffle coupé.

L’hiver est arrivé avec son manteau blanc.

Et, quand j’y songe, je trouve cela si navrant.

 

Pensez-y seulement un peu !

Je sors uniquement quand je le peux.

Le froid abîme la peau fragile de mon corps.

Qui est aussi précieux à mon regard que l’or.

 

Mais, ce que je découvre bien à cette période de l’année.

C’est la chance de me promener nue toutes les journées.

Ce qui est génial, c’est de ne pas avoir un seul curieux,

Qui pourrait vouloir s’en mettre plein les yeux.

 

Et puis, comme c’est le temps de gâter ceux qu’on aime.

Je commence donc par celle que j’adore : moi-même.

Bien installée sur le doux sofa de mon grand salon.

Je débute la séance lentement comme de raison.

 

Jambes soigneusement écartées afin de trouver cet endroit.

J’effleure avec précaution cet objet précieux qu’est mon doigt.

Main qui découvre mes lèvres de cette vulve digne de la belle Vénus.

Rêvant d’une bouche si chaude qu’elle me ferait penser au dieu Uranus.

 

Je poursuis inlassablement mon chemin.

En fredonnant un air, ma foi, assez coquin.

Qui met tellement de joie dans mon être en un instant,

Que je crois me retrouver sous le sapin de Noël telle une enfant !

 

Je frotte, je gratte et je fourbis cette bille de chair avec amusement.

Tout en déroulant ce capuchon, semblable à un moine, délicatement.

J’entends à la radio ces mots : « Mesdames ! Profitez des réjouissances des fêtes ».

« Ho que oui ! Mon ami ! » J’ai répondu en riant à pleines dents à en perdre la tête.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La brûlure de la colère

La brûlure de la colère Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par DerBuetter Source : https://www.deviantart.com/derbuettner/art/Free-942248412

La brûlure de la colère

 

Seule et nue sur une plage,

Je sens la vague frapper sur le rivage.

Une étrange sensation m’envahit depuis peu.

Je lève avec ardeur les yeux remplis de larmes vers les cieux.

 

Je vois défiler le fil de ma vie devant moi.

Je me souviens des gens avec qui j’ai vécu tant de fois.

Dans mes pensées, je serre dans mes bras ceux que j’ai aimés.

J’adorerais tant pouvoir leur dire en ce jour comme je les ai appréciés.

 

Devant l’inévitable, je lève ma main vers les dieux.

Pour leur dire ceci en cet instant tellement précieux.

Désormais, je vais vous défier jusqu’à la fin des temps.

Maintenant, et à jamais, j’aurai que pour maître Satan.

 

J’abjurerai mes promesses que l’on prononça à mon baptême.

Pour toujours, j’honorerai les fêtes païennes en reniant les carêmes.

Je ferai une grande miséricorde aux faibles et aux indigents.

Mais, je ferai payer au centuple ceux qui blessent les innocents.

 

Que cette eau de mer devienne la source intarissable de ma colère.

Que j’emporte avec moi mes ennemis jusqu’aux lourdes portes des enfers.

J’ai une fois pour toutes détruit les chaînes de la mythologie chrétienne.

Je poursuivrai avec la joie au cœur mon chemin selon les lois païennes.

 

Je suis libre d’être pour toujours comme je suis.

Avant que prenne fin pour de bon ma seule vie.

Mais, mon simple regret est que j’aurai aimé une fois encore.

Serrer dans mes bras mon père qui était à mes yeux si fort.

 

Unique instant vécu sur ce chaud rivage.

Je ressens le vent de la côte qui caresse mon visage.

Une sensation tellement étonnante remplit mon âme.

La brûlure de la juste colère en mon être qui s’enflamme.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada