Archives de tags | fille

La princesse

La princesse Poème de RollandJr St-Gelais Collection de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/206-937548710

La princesse

 

Ô, ma tendre et adorable princesse !

Te voilà maintenant belle comme une déesse.

Grande femme qui fait rêver bien des hommes.

Tantôt courageux ou fortunés, souvent des bêtes de somme.

 

Je t’ai donné la meilleure éducation possible.

Tu sais bien que pour toi, j’aurais fait l’impossible.

L’amour d’un père ne connaît pas de frontières.

Surtout depuis le décès de ta pauvre mère.

 

J’avais versé tant de larmes à la suite de son départ.

Sa féminité était aux yeux de tous une œuvre d’art.

Et sa grandeur d’âme envers les démunis de la vie,

N’avait, dans les cœurs des indigents, aucun prix.

 

Elle avait laissé près de moi un véritable petit ange,

Qui était sous la protection de Saint-Michel l’archange !

Une enfant fraîche comme une rose, fragile comme de l’argile.

Quel magnifique cadeau du ciel qu’une frêle et tendre fille !

 

Tu as grandi en grâce, en beauté et en sagesse.

Sans être parfaite, tu es loin d’être parmi les pécheresses.

Je t’ai inculqué la piété et autre chose de vaste valeur.

Afin que tu puisses jouir de la vie sans en avoir peur.

 

Jeune femme fière et forte ne craignant rien,

Tu sauras en temps et lieu accomplir ton destin.

Les mains appuyées sur les bras de la chaise,

Tu ressembles à une diablesse dans sa fournaise.

 

Envers les nécessiteux, tu as une âme charitable.

Tu sais être intransigeante envers les esprits lamentables.

Tu pardonnes à celui qui se reprend de ses erreurs.

Et tu corriges celui qui face à Dieu, n’éprouve aucune peur.

 

Tu es bien la descendante de tes ancêtres,

Ceux dont le sang coule dans les veines de mon être.

Tu es une princesse réellement digne de porter leur nom ancestral,

Tu sauras apprendre à gouverner avec justice en évitant le mal.

 

Comme ta mère serait fière de toi si elle était encore de ce monde.

Elle te voit peut-être en voguant sur les éternelles ondes.

Celle de la lumière céleste issue du plus pur amour,

Afin d’être dans nos cœurs maintenant et toujours.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Casanova

Casanova Poème de RollandJr St-Gelais Photo de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/00-00457c-817565973

Casanova

 

J’ai décidé de composer ces vers,

Afin de dissiper l’idée que je suis un pervers,

Surtout dans ce monde où tout semble à l’envers,

Que la paix semble laisser place à la guerre.

 

Oui, devant vous, je l’avoue d’emblée.

Plus que tout, j’adore chaque jour baiser.

Sentir sur mon corps une femme à réchauffer,

Et qui demande, avec grand soin, d’être embrassée.

 

Pourquoi devrais-je satisfaire une seule et unique fille,

Alors que d’autres, aussi superbes, attendent à la file ?

Face à mon devoir d’amant jamais je ne me défile.

Je les comble alors avec passion de fil en aiguille.

 

Pourquoi leur refuser mon précieux talent ?

Je m’occuperai d’elles avec douceur évidemment.

Je donnerai ce qu’elles veulent depuis si longtemps,

Et d’entendre avec un plaisir inouï leurs gémissements.

 

Quelle sensation tout à fait formidable

De se sentir aussi tentateur que le diable

De réaliser leurs fantasmes en être capable

Et ne se sentir jamais un seul instant coupable

 

Ô, doux péché de la luxure !

Que je puisse garder mon cœur pur !

Accordez-moi de vivre un jour sur la Côte d’Azur,

Et de faire l’amour aux dames qui ont fière allure.

 

De les entendre crier mon nom

Celui digne du plus grand renom

Je ne dirai jamais, aux plus belles, non.

Je les amènerai au septième ciel avec passion.

 

Certains naissent pour souffrir

D’autres peinent à force de vivre

Sans oublier ceux qui ignorent le sourire

Mais, j’ai décidé, de mon destin, l’accomplir.

 

J’ignore où j’irai lorsque mon âme s’envolera.

Le ciel m’accordera-t-il un magnifique endroit ?

Peut-être cette ultime faveur, on me permettra ?

Que l’on se souvienne de moi sous le nom de Casanova.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dis-moi ce que tu vois

Dis-moi ce que tu vois Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/7-932337029

Dis-moi ce que tu vois

 

Dis-moi ce que tu vois !

Allez ! Ne me mens surtout pas !

Tôt ou tard, je saurai l’entière vérité.

C’est alors que tu expérimenteras ma cruauté.

 

Je suis l’ensorceleuse.

Celle que l’on surnomme l’envoûteuse.

Je pratique depuis l’âge de raison la magie noire.

Je connais mille potions que je concocte tard le soir.

 

Je suis sorcière de mère en fille.

J’ai appris tant de sortilèges de fil en aiguille.

Les incantations, pour invoquer les démons de l’enfer.

M’ont été inculquées depuis l’enfance par mon tendre père.

 

Je consulterai ma boule de cristal afin de savoir l’exactitude

Du fil des secondes qui rythment les mouvements d’une pendule.

Réponds-moi franchement ! M’as-tu, serait-ce qu’une seule fois, dupé ?

Si c’est le cas, sache, ô, chéri, que sur ta tête, pendra une lourde épée.

 

Je fabriquerai de mes mains ensorcelées une poupée vaudou.

Sur elle, je prononcerai les mots qui produiront bien des maux.

Pourquoi m’as-tu fait ça ? Pour quelle raison m’as-tu blessée ?

Je t’avais tant donné, tant adulé, tant aimé, sans rien exiger.

 

Était-il si difficile, ô, chéri, de me rester fidèle ?

N’étais-je pas pour toi, de ces femmes, la plus belle ?

Tant de promesses brisées à jamais et pour toujours.

Alors que tu possédais mon cœur chaque jour.

 

Mon engouement pour toi sera sûrement le plus fort.

Il suffira que tu avoues avec des regrets tes torts.

Pour de bon, je passerai l’éponge sur ton infidélité.

Avec toi, je consentirai avec ardeur à tout oublier.

 

Regarde-moi dans la profondeur de mon âme.

Si tu me mens, je te transporterai dans les flammes.

Mais, si tu offres tes remords sur un plateau d’argent.

Je te pardonnerai comme une mère le ferait à son enfant.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Michelle

« Michelle » Peinture de Noble Roro et poème par Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Michelle

 

Lorsque moi et mes amis

Étions allé dans la ville de Paris.

J’y ai fait la rencontre d’une jeune femme

Qui a, en un instant, mon cœur, mis une flamme.

 

Je ne parlais pas beaucoup le français,

Et, de son côté, elle s’exprimait peu en anglais.

Mais, nos regards et nos gestes suffisaient amplement.

Pour témoigner notre passion de cette soirée tout à fait librement.

 

Je lui avais demandé comment elle s’appelait.

Michelle ! Elle me répondit avec un air de couplet.

Sans plus attendre, j’ai pris ma guitare pour jouer cet air.

Ce qui, pour mon plus grand bonheur, semblait tant lui plaire.

 

Les paroles étaient si simples que je n’osais pas imaginer.

Un jour, une telle mélodie, dans un « 33 tours », la graver.

À vrai dire, je préférais la conserver en guise de souvenir.

Pour immortaliser en mon âme son magnifique sourire.

 

Comme elle était jolie, cette Michelle.

Son accent de la France me donna des ailes.

Sa féminité si légère me transporta sur les nuages.

Oserais-je composer une ballade qui traverserait les âges ?

 

Comme la langue de Molière est riche pour exprimer un amour.

Pourrais-je faire vivre cette rencontre maintenant pour toujours ?

Michelle ! Ma charmante Michelle. Fille d’une autre patrie.

Femme à l’accent si chaleureux de l’arrière-pays.

 

Chaque note de ma guitare que je jouerai.

Dévoilera, avec douceur, l’éclat de sa beauté.

En espérant qu’elle deviendra une ode à l’amour.

Que le monde entier se souviendra d’elle pour toujours !

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Un doux abandon

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Un doux abandon

 

Tu es arrivée à l’heure convenue,

Dans tes yeux, je voyais ta hâte d’être nue.

De vivre ensemble ces soirées de domination,

De te faire découvrir sans cesse l’art de la soumission.

 

Une fois installée confortablement,

Sur le tissu qui épouse ton corps délicatement.

Tu réaliseras que tu es devenue l’objet de mes délices.

Celui qui connaîtra de ma fantaisie les plus suaves supplices.

 

Ce rouge écarlate te va si bien.

Il camouflera les mouvements du va-et-vient.

De mes instruments de torture longtemps préparés,

Afin de te prodiguer des coups minutieusement infligés.

 

Les pieds et les mains enchaînés, tu sauras qui est ton maître.

Avec patience, tu saisiras la source de ton âme et de tout ton être.

Par une douleur vive que je te porterai avec amour et attention,

Tu découvriras l’importance de me manifester une véritable dévotion.

 

Ta privation de liberté te mènera vers un labyrinthe mystérieux.

Où tu verras la passion qui se trouve au plus profond de mes yeux.

Cette affection qui te fera comprendre le sens authentique de l’abandon.

Assez discuté ! C’est maintenant le moment de t’enseigner une bonne leçon.

 

J’exige qu’en chaque instant que tu sois docile.

Accorde-moi ta confiance, telle ferait à son père, une fille.

Je te porterai sur une terre fertile que tu n’as jamais explorée.

Un domaine où nous pourrions nous laisser aller jusqu’au soleil levé.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada