Archives de tags | père

Jamais ils ne prendront ma fierté

they_could_not_take_your_pride_by_rickb500_dd4ycra-pre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Jamais ils ne prendront ma fierté

 

Je suis femme de ce noble pays,
Fidèle à mes amis, à ma famille et à ma patrie.
Je suis née avec grande liberté tant de corps que d’esprit,
Dans un humble village de Bavière j’ai avec bonheur grandi.

 

Entourée de gens bien,
Je n’avais point connu la faim,
D’une mère attentionnée et d’un père vaillant,
Mes jours s’écoulèrent avec quiétude et allègrement.

 

Puis vinrent les jours de guerre,
De la politique, je n’en avais rien à faire.
Car avec mon amour je désirais vivre pour toujours,
Espérant que mon souhait de nous marier se réaliserait un jour.

 

Les barbares envahirent mon village tant aimé,
De nos belles maisons grands feux furent allumés,
Malheur aux vaincus, dit-on, car telle est leur destinée.
Sans prenant aux femmes, de nos corps ils s’en sont bien amusés.

 

Venant vers moi, ils arrachèrent mes vêtements.
Voyant dans leurs yeux toute leur haine sans ménagement,
Salivant de pensées impures tels de vulgaires animaux assurément,
Ils ne se doutèrent jamais de ma force d’âme bien évidemment.

 

De mon corps, ils pouvaient en abuser.
De mon corps, ils pouvaient à leur guise s’en amuser.
De mon corps, ils pouvaient essayer de le briser de toutes leurs forces.
Car au fond de mon âme, je sais bien qu’y réside une bête tellement féroce.

 

Jamais, ils n’ont réussi à détruire ce que je suis.
Jamais, ils n’ont réussi à éteindre en moi l’étincelle de la vie.
Car en moi j’avais fait ce noble serment, je m’étais en silence juré :
Que quoiqu’il m’arrive en cet instant jamais ils ne prendront ma fierté.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

La poitrine de Joséphine

La poitrine de Joséphine.
Dessin réalisé par Eri Kel de la France

La poitrine de Joséphine

 

Tiens ! Pour terminer cette soirée.
Où vous sembliez avoir aimé me dessiner,
J’ai une anecdote si amusante à vous raconter,
Qui vous fera rire. Soyez tous rassurés !

 

Ne vous avais-je point parlé de ma mère ?
Et de mon père parti au front et mort à la guerre ?
Ne vous avais-je point raconté de ma lointaine cousine ?
Ensemble nous avions souvent des discussions assez coquines.

 

Elle et moi passions souvent le temps à comparer nos corps,
Afin de savoir lequel allait susciter des hommes leurs regards.
Je suis blonde aux yeux bleus alors qu’elle était si mignonne et si rousse,
Je suis frêle et toute menue alors qu’elle avait une de ces frimousses.

 

Mais une chose nous avait réunies dans notre candeur,
Une richesse qui nous incitait de ne jamais avoir peur,
Car nous avions ce merveilleux point en commun,
Que les hommes allèrent admirer tout un chacun.

 

De nos seins fermes, nous en étions si dignes.
De ces seins parfaits qui ressemblèrent à une vigne.
À ma chère et magnifique Joséphine je dédie cette pose,
Veuillez me pardonner si pour terminer, j’ose.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Un peu gênée

Un peu gênée
Dessin réalisé par Eri Kel de la France

Un peu gênée

 

Bon ! Maintenant que la glace est cassée.
Aimeriez-vous que je me présente un peu à vous ?
Cela ferait en sorte d’être plus confortable entre nous,
Allons ! J’ai tellement de choses à vous dire, à vous raconter.

 

Je suis née dans un village des Ardennes,
Baptisée dans une chapelle où l’on me prénomma Hélène,
Prénom que porta jadis ma grand-mère que je n’avais pas connue,
Mais, à ce que l’on m’a dit, elle était très jolie et toute menue.

 

Éduquée dans une famille traditionnelle et catholique,
J’ai fait première communion, confirmation et bien des confessions,
De mes péchés que j’inventais au gré du temps comme de raison,
À bien y penser, et sans regrets, il n’y a là rien qui soit atypique.

 

Ma mère me parla rarement de mon père,
Qui s’enrôla dans l’armée puis mourut à la guerre,
De cette drôle de guerre que j’ai apprise dans les livres d’histoire,
Que je lisais assidument, presque religieusement, jusque tard le soir.

 

Puis vint le jour de faire mon choix de carrière,
Que devrais-je faire pour travailler et éviter la misère ?
Aimant plus que tous les arts sous leurs formes bien diverses,
J’en fis part à ma mère qui me répondit par une tendre caresse.

 

Elle me confia qu’elle se doutait bien quel était mon rêve,
Que mon rêve avait déjà été le sien durant sa jeunesse si triste,
Car l’indigence et la pauvreté étaient le lot de bien des artistes,
Sans oublier celles qui leurs servir de modèles en jouant la belle Ève.

 

Elle rassembla toutes ses économies,
Afin de pouvoir, me dit-elle, réaliser ma vie.
C’est alors que je suis arrivé dans ce quartier de Paris,
Où j’habite dans une chambre située pas très loin d’ici.

 

Voyant une annonce dans une revue,
Où il était inscrit que l’on recherche modèle nu,
Cela me tenta d’essayer afin d’être en cette ville un peu connue,
Quand je pense à prude adolescence, qui l’aurait finalement cru ?

 

C’est ainsi que j’ai fait mes premiers pas,
Que ma crainte de la nudité a fini par sonner le glas,
Je me souviens très bien de cette fin de journée ennuagée
Car devant ce groupe d’élèves, je l’avoue, j’étais un peu gênée.

 

De

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Je te porterai mon enfant

pride_by_rickb500_dc3yp9q-pre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je te porterai mon enfant

 

Je te porterai mon enfant,
Avec fierté, je pense à tes ascendants.
Et tu en feras de même pour tes descendants,
Pour se souvenir de ceux qui furent enlevés de notre continent.

 

Arrachés de nos lointaines terres,
Afin d’enrichir bien des terres étrangères,
De ces terres abreuvées de notre sang et de notre chair,
Avec pour consolation nos chants ancestraux portés dans l’air.

 

Fière de ma peau d’ébène,
Qui est aussi noble que l’antique Hélène,
De cette peau témoin de l’ardeur du soleil,
Qui brille sur nos sols montrant toutes ses merveilles.

 

Tu es en moi comme je suis en toi,
En moi, j’ai reçu la douce semence de ton père,
De cet homme qui aimait tant la paix et méprisait la guerre,
Un homme d’humble condition mais qui se tenait comme un roi.

 

Je te nourrirai avec joie du lait de mes seins,
À la saveur tellement exquise et au goût divin,
Te donnant mon savoir par un don transmis de ma mère,
De ma défunte mère qui fut jadis une inestimable sorcière.

 

Tu feras grand honneur à notre nation,
Et à ta mère comme de raison et avec passion,
Une passion de vivre et de combattre les injustices,
Sans oublier d’offrir à Dieu avec empressement tes prémices.

 

Je te porterai en mon âme lorsque tu naîtras,
Et dans mon cœur de chair, je te suivrai pas à pas,
De ma main bienveillante, je t’inciterai à te surpasser,
Ainsi j’aurai accompli ma mission lorsque je trépasserai.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Je t’enseignerai

la_vita_nuova_by_rickb500_dc5oysi-fullview
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je t’enseignerai

 

Mon enfant !
Toi que je porte en mon sein,
Et qui seras nourri à même mes seins,
Ça fait déjà si longtemps que je t’attends.

 

Je t’attendrai aussi longtemps qu’il faudra,
Afin de te confier le savoir que m’a transmis mon père,
Qui lui-même retient de son père et ces arrières-grands-pères,
Une sagesse qui en ce monde cruel de survivre il te permettra.

 

Je t’enseignerai l’art du travail,
Afin que tu puisses prospérer là où tu ailles.
Je t’enseignerai rigueur et exactitude,
Afin que l’on te reconnaît pour tes aptitudes.

 

Je t’enseignerai respect de soi et des autres,
Afin qu’indigents trouvent en toi son hôte,
Je t’enseignerai la primauté du droit,
Afin de te prémunir des trompeuses voix.

 

Je t’enseignerai l’importance de la sobriété,
Afin de tout mal en cette vie t’éloigner,
Je t’enseignerai que l’amour est essentiel,
Afin que tu puisses cette vie la trouver belle.

 

Je ne suis pas riche ni de descendance royale,
Mais ce que je te lèguerai avec cœur te sera précieux,
Car c’est grâce à cela que je vis en paix sous les cieux,
Loin de ces hommes impies et de bien des vandales.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

La chute

Dessin par Eri Kel de la France

La chute

 

Je suis un homme

Fils de père et de mère

Par delà les cieux et la terre

Avec forces et faiblesses en somme.

 

Comment suis-je apparu en ce lieu?

Par un pur hasard ou la volonté des dieux?

Je ne suis ni un ange bienheureux ou bien déchu

Parfois de ma fortune ou de mon malheur j’en suis repu.

 

Tombé? Je me relève

Car coule en moi cette sève

Cette volonté irrésistible d’exister

Même si mes jours sont depuis toujours comptés.

 

Oui, plus souvent qu’autrement je chute

Mais je tends allègrement vers le ciel les yeux

Car je perçois qu’il y a quelque chose de merveilleux

Et l’idée d’abandonner je vous le jure me rebute.

 

De

 

RollandJr St Gelais de Québec

Si

 

Pour toi, Victoria.

 

Si

 

Si je pouvais revenir
Ce que j’aimerais te dire
Comme je t’ai aimée
À toi, je m’étais attaché.

 

Si je pouvais comprendre
Cette crainte qui veut tout me prendre
Et par laquelle je perds tout y compris l’amour
Serais-je ainsi jusqu’à la fin de mes jours?

 

Si je pouvais revivre mon enfance
Y déceler cette faille qui englouti celles que j’aime
Revivre mon adolescence pour savoir qui je suis vraiment
Sûrement qu’aujourd’hui ma vie serait autrement.

 

Si je pouvais revenir sur mes pas
Et dire à mon père qu’un homme me suivait pas à pas
Sur le chemin de l’école qui allait devenir ma route de Damas
Route qui allait devenir fardeau à supporter telle une croix, hélas.

 

Si je pouvais arrêter cette culpabilité
Peut-être aurais-je moins peur d’aimer
Car il y a dans l’amour tant de raison d’exister
D’exister, de respirer et de sans cesse être émerveillé.

 

Avec des si, on mettrait Paris en bouteille à ce qu’il paraît.
Mais même avec tous les si en ce monde, mon mal de vivre est.
Si seulement je le pouvais, ce soir là je t’aurais serrée dans mes bras
Car vraiment je t’aimais plus que tout ma chère Victoria.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le jour se lève

41494538_10156843974433919_8412144583990837248_o

Dessin qui illustre bien ce que doit ressentir une victime d’inceste Merci infiniment à mon ami Eri Kel de la France pour sa précieuse collaboration et pour son amitié

Poème dédié aux victimes d’inceste. 

Le jour se lève 

 

Il est si tôt le matin, 

Et déjà j’ai dans la tête un refrain, 

Qui me fait revivre le temps de mon enfance, 

Le temps de cette indescriptible souffrance. 

 

Où je devais garder, 

Un terrible et monstrueux secret, 

Que ma famille aurait à jamais éclaté, 

Et au gré du vent et du temps ce serait éparpillée. 

 

Je me souviens de cette main, 

Qui devait être secourable, 

Que tu posas sur ma bouche incapable, 

Je voulais crier et appeler au secours en vain. 

 

À cette époque de découvertes, 

Où je devais compter sur toi, 

Telle une princesse envers son roi, 

Et voir ô combien était mon jardin à l’herbe verte. 

 

Mais au lieu de cela, 

Horribles choses tu m’enseignas, 

Des mots qui devaient rester cachés, 

Et que seul mon amoureux pouvait réaliser. 

 

Maintenant et depuis trop longtemps, 

C’est trop tard car le mal est à jamais fait, 

Dis-moi père ! As-tu éprouvé un quelconque regret ? 

 Au dernier jour de ta vie qui te restait ? 

 

Ça y est, le jour est enfin levé. 

Pourrais-je à nouveau faire confiance ? 

Depuis l’instant où s’incrusta en moi cette méfiance. 

Je t’en prie père, pour une fois, laisse-moi ma peine crier. 

 

De 

 

Rolland St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Écrire pour ….

31520968_10155663709042523_4696891319107190784_o

Votre humble serviteur : RollandJr St-Gelais

Écrire pour …

 

Devant ma table, je prends ma plume,

En me souvenant de ma belle Dame Plume,

Tout en aimant cette nouvelle venue Goldy,

Qui est si mignonne et tellement jolie.

 

Et puis je me demande vraiment pourquoi,

J’ai décidé d’écrire ces mots du fond de moi,

C’est alors que viennent en mon esprit ces raisons,

Qui animent les raisons de vivre qui me donnent cette passion.

 

Écrire pour enfin réellement vivre,

Dans ce monde qui ne fait que survivre,

Écrire pour exister et pour perdurer dans le temps,

Avant que vient mon heure d’aller rejoindre mes aïeux d’antan.

 

Écrire pour témoigner de mon amour,

Qui parfois ont pris de drôles de détours,

Écrire pour communiquer avec l’univers majestueux,

Même si de ma langue impossible de tout faire ne peut.

 

Écrire pour  simplement être,

Tel un vieux et si noble hêtre,

Enraciné avec solidité dans le sol,

Sous le soleil accablant sans parasol.

 

Écrire quelques mots,

Pour en extirper bien des maux,

Écrire ces quelques insipides lignes,

Devant cette foule parfois bien maligne.

 

Écrire pour éviter de parler,

Et de mon plaisir le faire durer,

Écrire encore et encore et encore,

Car idées immortalisées sur le papier valent de l’or.

 

Écrire pour éviter de souffrir,

Pour me rappeler qu’il faut aussi savoir rire,

Écrire pour donner afin de ne pas reprendre,

Car c’est là que réside ce que l’on ne peut comprendre.

 

Écrire pour savoir se taire,

En longeant une belle rivière imaginaire,

Écrire pour savoir réellement écouter,

Écouter ceux à qui on interdit de parler.

 

Écrire pour communier avec ceux qui souffrent en silence,

Leur rappeler qu’ils ont aussi de la valeur depuis leur lointaine enfance,

Écrire pour raviver le désir de vivre de ceux qui ont si peu,

Leur rappeler que bien des richesses insoupçonnées se trouvent en eux.

 

Écrire une chanson ou de la poésie,

Afin d’égayer ceux qui ont le cœur endolori,

Leur rappeler qu’il suffit souvent d’une étincelle,

Pour voir en la vie ces grandeurs et ces merveilles.

 

Écrire pour me rappeler que je suis être éphémère,

Conçu une nuit dans l’amour d’un père et d’une mère,

Écrire pour me souvenir que le seul vrai trésor découvert sur mon chemin,

Est de pouvoir mettre mes pensées par des mots sur cet ultime parchemin.

 

De

 

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pensive

34624253_10156591132153919_995542804685914112_o

Réalisation par mon ami Eri Kel de la France

Pensive

 

Femme qui est aussi fille,

Fille d’une mère devenue grand-mère,

De celles si nombreuses ayant perdu frères et fils à la guerre,

De cette époque lointaine qui passe le temps et qui sans cesse défile.

 

Femme belle et accomplie,

Nue pour qui mon cœur s’est épris,

Qu’entendez-vous avec ce visage de tristesse ?

Serait-ce les paroles de votre père remplies de sagesse ?

 

Femme aux magnifiques seins,

À la peau si douce comme du satin,

Que voyez-vous avec vos yeux remplis de larme?

Dites-moi ce qui vous tourmente et qui brise votre âme.

 

Oui, je le sais que trop bien.

Que chacun de nous doit affronter son destin.

Mais, si je peux qu’un instant, alléger votre chagrin.

Puisse à Dieu exaucer ma prière faite en ce jour au petit matin.

 

Nul en ce monde ne peut échapper à la fin,

Pas même les puissants et les riches avec tout leur butin.

Mais, je vous en supplies de toute mon âme et de tout mon cœur.

Cesser d’être si pensive et souriez pendant que c’est encore notre heure.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada