Archives de tags | grand public

Poses suggestives

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Photo par Phylactère Raina

Poses suggestives

Bonjour tout le monde,

J’ai remarqué que certaines personnes abonnées à mon blogue artistique consacré à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie se questionnent sur certaines poses que j’ai jadis réalisées dans le cadre de mes activités de modèle nu pour des écoles d’arts et des ateliers en arts. Des poses qui, selon ces personnes, seraient quelque peu suggestives. Après de bons moments de réflexion, il m’est apparu utile de rédiger un article afin d’expliquer dans la mesure du possible ce qui en est réellement et ce, dans le but de dissiper toutes possibilités de malentendus.

Poses suggestives 1Tout d’abord, chaque activité artistique est en soi suggestive puisqu’une part, elle relève à la fois de l’imagination de son auteur et de l’interprétation du spectateur une fois le résultat terminé et présenté. En effet, l’œuvre trouve son origine souvent au plus profond de son auteur. L’œuvre n’est pas un phénomène spontané tiré du néant. Il existe déjà chez l’auteur qui devient en quelque sorte le premier instrument servant à la créer. Une telle œuvre peut être, et vous en conviendrez avec moi, présentée sous différentes formes telles que des écrits, des productions visuelles, sonores, musicales et sous différents supports tels que le papier, les films photographiques et bien d’autres. Ici, c’est l’auteur qui est le maitre d’œuvre. Un maître qui sert de canalisation à sa production. Que va-t-il réalisé ? Avec quoi va-t-il le réalisé ? Et, la question la plus importante ; comment va-t-il faire ? Ici, tout est à priori une question de suggestivité. (1)

Ensuite, il y a autant d’interprétations possibles d’unePoses suggestives 2 œuvre finale qu’il peut y avoir de spectateurs. C’est ainsi qu’une œuvre peut paraître grandiose chez l’un tandis qu’elle peut paraitre tout à fait banale chez l’autre, voir horrible chez un autre. Là encore, tout est relié au caractère émotionnel chez l’individu. Or qui dit caractère émotionnel dit aussi expériences de vie. Ce qui est encore plus vrai en ce qui a trait au domaine de la nudité artistique. En effet, pour bon nombre de gens éduqués dans la tradition judéo chrétienne, avec ses bons et moins bons côtés, la nudité est explicitement reliée à la sexualité. Or, ceci est loin d’être le cas dans le domaine du nu. Sans occulter le fait que la sexualité est quasi omniprésente dans la société, avec ces nombreuses dérives que cela implique malheureusement, il n’en demeure pas moins qu’elle est une composante que je qualifierais de minimaliste dans le nu. Ceci permet fort heureusement au nu de garder ses lettres de noblesse.

Certes, il existe bien des dessinateurs qui se spécialisent dans le domaine de l’érotisme et ce, avec un talent indéniable. Mais, ils constituent à eux seuls une branche bien à part dans le nu. Il m’a paru bon ici de le spécifier.

Enfin, l’apport du modèle nu est un élément plus que considérable lors de la réalisation d’une œuvre d’art. Il va de soi que les attentes d’un modèle qui débute dans ce domaine est loin d’être les mêmes que ce qu’on a envers un autre ayant déjà quelques années d’expérience. Ce qui est tout à fait normal. C’est là un élément d’une importance capitale à retenir dans mon propos. En effet, un modèle nu ayant une expérience a une capacité, voire ici une aisance, de prendre des poses qui sembleraient être très suggestives à première vue. Ici, tout est une question de perception.

IMG_20171007_005922_146D’ailleurs, j’ai à ce sujet une anecdote fort intéressante. Je me rappelle à l’occasion d’une séance au C.E.G.E.P. de Sept-Îles à laquelle j’ai participé, en deux cours consécutifs, que j’avais réalisé une pose qui pour un œil non averti aurait pu être dérangeante. Mon désir était de permettre aux élèves présents en classe de pouvoir dessiner mes jambes, c’est-à-dire celle dite normale et ma jambe artificielle d’une manière moins conventionnelle. Mais, à ma grande surprise, une des élèves avait dessiné cette dernière sans qu’elle ait ajouté ma prothèse, et ce simplement à partir de son imagination.

Croyez-moi sur parole qu’elle a eu de ma part une tonne de louanges tellement le résultat était fabuleux. Veuillez noter, en terminant ce récit, que ladite pose a été faite longtemps après avoir brisé la glace entre les élèves et votre humble serviteur. C’est une question de gros bon sens et de respect mutuel.

En résumé, tout est sujet à interprétation dans le monde des arts. Ce qui est plus particulièrement vrai si la nudité y est présente. Ici, tout est lié à un bon dosage à la fois dans la réalisation de l’œuvre et sa présentation au grand public. Comme dit si bien le proverbe : La modération a bien meilleur goût.

Merci de m’avoir lu !
Rolland St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

(1) Avec la permission de Gteillot

Comment peut-on améliorer ce qui est déjà parfait ?

Comment peut-on améliorer ce qui est déjà parfait ?

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous allez bien. Pour ma part, je me prépare tranquillement en prévision de mon séjour artistique qui aura lieu à Montréal du 1er au 5 décembre inclusivement. Une séance qui sera doublement intéressant et ce, pour deux éléments majeurs qui enrichiront mon expérience de modèle vivant (nu intégral) au sein d’écoles d’arts et auprès de photographes de renommé internationale dans le domaine du nu.

En premier lieu, je vivrai ma troisième séance photo sous la supervision d’une photographe et modèle vivant de la grande région de Montréal. Qui plus est ! Ladite séance aura lieu en pleine température hivernale. Comme le chantait si bien l’auteur Gilles Vigneault : « Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver. » En second lieu, je participerai en tant que sujet principal à un reportage sur ma passion en tant que modèle nu pour des écoles d’arts, des ateliers en arts et pour des photographes liés de loin ou de près avec ce milieu quelque peu tabou au sein de la société. Soyez rassurés-es ! Je publierai des articles sur lesdites séances le moment venu.

Phylactère_2018-2056-ANIMATION.gifToutefois, il est un devoir pour tout modèle vivant qui se respecte de se préparer de manière convenable en prévision des séances futures. Outre le fait de réviser l’ensemble des positions prises lors desdites séances, en tenant-compte des catégories d’artistes qui y seront présents, une préparation esthétique est appropriée pour ne pas dire obligatoire afin de rendre celles-ci conformes aux normes en vigueur dans ce domaine. Et quand j’écris les « normes en vigueur » cela concerne autant la préparation psychologique que physique du modèle vivant sans lesquelles toutes démarches de nudité artistique seraient vouées à l’échec.

Il va de soi de la préparation psychologique du modèleIMG_20181114_211125 (1) vivant réside dans sa vision à la fois de ce qu’il a et de ce qu’il est prêt à offrir aux artistes présents en salle. Quelles poses envisage-t-il ? Dans quelles optiques ? Seraient-ce des poses présentées de manière graduelle ou bien des poses où la nudité serait présentée de manière abrupte ? Il a aussi les lieux où la séance aura lieu. Serait-ce dans un collège ? Serait-ce plutôt dans une institution d’enseignement universitaire ou bien ouvert au grand public ou encore au sein d’un groupe très restreint ? Tous ces éléments, et bien d’autres encore, sont à considérés dans une préparation de niveau professionnel.

Screenshot (4)Il y a aussi l’aspect des soins esthétiques. En effet, tout modèle vivant qui se respecte se doit d’avoir un hygiène corporelle irréprochable tant dans la vie quotidienne que lors des séances. Personnellement, je fréquente de manière assidue un charmant petit salon de coiffure où deux jolies jeunes dames ont une véritable passion dans le domaine de la coiffure pour hommes. J’adore cet endroit où la qualité du service est excellente, l’accueil est accompagné par de très beaux sourires et où je peux y ressentir une belle chaleur humaine. Faits rarissimes en cette époque où la vitesse est omniprésente, le rendement à tout prix est le mot d’ordre et les rapports humains entre les clients et les coiffeurs sont quasi inexistants.

À vrai dire, j’adore fréquenter ce salon de coiffureIMG_20181128_105451 réservé à une clientèle exclusivement masculine. Un salon où les coiffeuses et votre humble serviteur peuvent discuter de tout et de rien, avec humour et un respect mutuel. Fait amusant à noter ! J’aime bien les faire rire lorsque je leurs demande d’améliorer ce qui est déjà parfait. Oui ! Oui ! Je sais bien que la modestie est ma principale qualité. Inutile de me le rappeler. Cependant, ce qui me fait réellement chaud au cœur, c’est le plaisir que nous avons la coiffeuse et moi de nous faire photographier après la coupe de cheveux et la barbe taillée avec soin.

Merci de m’avoir lu et grand merci à Viviane pour sa gentillesse sans oublier sa collègue Émilie qui a eu l’amabilité de nous prendre en photos. Je vous dédie cette superbe vidéo du chanteur Prince en haut du présent article.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pour le mois d’août

IMG_20180719_105552_081

Pour le mois d’août

Bonjour tout le monde,

 

J’ai le plaisir de vous annoncer ma participation à deux séances de nudité artistique qui auront lieu le mois prochain. La première aura lieu le 14 août sous la supervision d’une photographe reconnue au plan international dans ce domaine qui, vous le savez déjà, me passionne au plus haut point. Une très grande artiste connue sous le pseudonyme de Phylactère.

 

La seconde séance se déroulera à Thedford Mines à la dernière semaine du même mois. Ladite séance se déroulera sous la supervision de mon bon ami Richard Nantais. Ce dernier avait réalisé une séance avec pour modèle votre humble serviteur dans les années passées. Le résultat final eut un succès plus que considérable auprès du grand public. (Un public averti)

 

C’est à suivre…

 

Merci de m’avoir lu.

 

RollandJr St-Gelais de Québec

Ce fut court mais agréable

20170914_190259-ANIMATION

Votre humble serviteur : RollandJr St-Gelais

Ce fut court mais agréable

Bonjour tout le monde,

J’espère que votre semaine a été bonne pour vous. Pour ma part, elle a été bien haut-delà de mes attentes. En effet, j’ai obtenu un contrat en tant que modèle nu pour une durée de quatre séances qui auront lieu dans un établissement d’enseignement situé dans la belle ville de Sept-Îles sur la côte-nord. Cela va me faire drôle de poser nu au sein d’un collège que j’ai jadis fréquenté avant d’effectuer mes études universitaires. Qui plus est ! C’est à Sept-Îles où votre humble serviteur est né un 24 mai 1962. Bref, cela me fait un petit velour au cœur d’y retourner dans un cadre artistique et de nudité absolue.

Ma semaine s’est terminée en beauté grâce notamment par un court20170914_185003 séjour dans la métropole du Québec, c’est-à-dire Montréal, où une exposition sur le thème de l’érotisme, voir même la sexualité proprement dite, avait lieu dans un local réservé pour cette occasion. Croyez-moi sur parole ! Je n’ai en aucune façon regretté mon aller-retour Québec-Montréal afin d’être présent à l’ouverture d’une telle exposition. Une exposition où le corps nu, l’érotisme, la sensualité et la sexualité y étaient présentés de manière, certes fort provocatrice vu la teneur du thème proprement dit, respectueuse tant envers les modèles qui ont posé nu pour les réalisations présentées au grand public que pour les personnes venues assister à cette toute première.

20170914_184104Que puis-je dire de ma soirée ? Tout d’abord, j’ai été fort heureux d’y retrouver une photographe avec qui j’ai jadis travaillé à l’occasion d’une série érotique. Une série qui nous a permis d’explorer une facette méconnue du public en général et qui est la sensualité d’un corps nu atteint d’un handicap physique. Mais, attention ! Il s’agit avant toute chose de l’exploration d’une telle sensualité à travers le regard féminin. Que de beaux souvenirs nous avions pu nous remémorer lors de nos discussions. Il va sans dire que j’en ai profité pour découvrir d’autres réalisations photographiques que ma charmante amie Gabrielle Doutre a gracieusement présentées aux gens venus participer à cet événement. D’ailleurs, et c’est un élément fort intéressant à retenir, elle est l’une des rares artistes présents à cette exposition à avoir montré une oeuvre où la splendeur du sexe masculin en érection y est exhibée, au sens noble du terme, parmi toutes les photos. Il y a là quelque chose qui mérite quelques applaudissements de votre part. N’est-ce pas ?!

Ensuite, j’ai été impressionné par l’accueil chaleureux des gens. Un accueil qui prouve à la perfection que l’art érotique peut à la fois ê20170914_191437tre vécue, expérimentée et manifestée de manière des plus respectueuses tant chez les artistes et leurs modèles que par le public. Ceci est, du moins à mes yeux, fort important à souligner puisque d’une part, l’image de la sexualité est malencontreusement galvaudée de façon fort déplorable au sein de notre société et que d’autre part, les artistes qui oeuvrent dans un tel domaine semblent recevoir une opinion  qui leur est plutôt défavorable au sein de la population. Un peu comme si ils étaient, et j’y inclus les modèles, que des pervers assoiffés de sexe et sans moralité. Or, il n’en est strictement rien.

20170914_192802Enfin, la diversité des oeuvres est sans conteste un facteur qui rend une telle exposition si intéressante. À ce sujet, j’ai été ébahi par les oeuvres réalisées par madame Ania Jarda qui se sert uniquement de son imagination pour créer des nus féminins réellement extraordinaires. Que de couleurs ! Que de beautés illuminées ! Que de vie en chacune de ses oeuvres ! Que d’imagination débordante ! Et, le plus intéressant, quelle liberté dans sa manière de peindre ses modèles enfouis dans le plus profond de son esprit. À vrai dire, ses peintures m’ont fait vivre,  un tant soit peu, la fabuleuse époque du psychédélique et du Peace & Love des années 1960 tellement elles m’ont amené à voyager à travers le temps. Bravo à cette artiste extraordinaire. Qui sait ! Un jour, je serai peut-être un de ses futures modèles … en chair et en os. Soyez convaincus d’une chose, je le souhaite ardemment d’autant plus, et je l’affirme avec grande humilité, la nudité de mon corps est, semble-t-il pour l’ensemble des artistes, une source incroyable d’inspiration.

Je termine ce présent article pour vous rappeler que ladite exposition se déroule actuellement dans la ville de Montréal au 3890 rue Ste-Catherine Est, et ce du 14 au 17 septembre inclusivement de 18h00 à 23h00. Coût du billet est de 10.00$. À ce prix-là, c’est à ne pas manquer.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Que se passe-t-il sur la rue Ste-Catherine ?

IMG_20170902_065924_583

Que se passe-t-il sur la rue Ste-Catherine ?

20170901_181402_HDRBonjour tout le monde, Je profite de l’occasion qui m’est offert pour  souhaiter un bon congé de la fête du travail à mes compatriotes canadiens et québécois. Hé oui ! Je suis fier d’appartenir à ces deux entités nationales puisqu’elles reflètent une évolution historique tout à fait unique en son genre. Oui, mon pays est le Canada car il est et sera toujours une terre d’accueil pour les personnes de bonnes volontés tandis que le Québec est, et il le sera pour toujours, ma patrie puisqu’il est le berceau de la langue française et du catholicisme sur un continent anglo-saxon et très souvent de confessions protestantes. Certes, le cas du Nouveau-Brunswick est tout à fait particuliers puisqu’il démontre à lui seul que les deux entités qui forment ce si grand et beau pays peuvent vivre en parfaite harmonie. Bref, j’adore mon pays et je défendrai jusqu’à mon dernier souffle ma patrie.

Ceci écrit, et comme je vous l’avais mentionné dans un précédent20170901_180954 article, je suis allé à Montréal ce dernier samedi pour y visiter une exposition sur l’art érotique dans laquelle plusieurs oeuvres y étaient présentées auprès d’un public averti. D’ailleurs, j’ai fait tout mon possible pour arriver sur les lieux peu de temps après l’ouverture afin d’une part, d’avoir le loisir de prendre quelques clichés de certaines des réalisations artistiques sans qu’il y ait trop de gens sur place et d’autre part, de relever le terrain à la recherche de potentiels sujets pour mon blogue artistique lequel est devenu mon enfant chéri. Cela en a valu le coût puisque la seconde visite qui a eu lieu en soirée a été bien au-dessus de mes attentes. Il est essentiel de vous rappeler pour comprendre la présence d’articles consacrés à l’érotisme qu’effectivement, et que vous le vouliez ou non, il s’agit bel et bien d’un véritable art digne de mention et qui mérite d’avoir pignon sur rue.

Que pouvais-je donc faire pour m’occuper entre les deux visites à ladite exposition ? Je me suis dit qu’un bon repas allait certainement m’aider à trouver quelque chose à faire d’ici-là. C’est ainsi qu’en savourant un bon spaghetti et en buvant ma boisson non alcoolisée préférée, cela est un secret, que l’idée de simplement parcourir la rue Ste-Catherine était suffisant pour y trouver matière à reportage. Notons que la rue Ste-Catherine est située en plein cœur de la vie mondaine de la métropole du Québec. On peut y retrouver de tout même si cela peut ne pas convenir à tout le monde. (Et croyez-moi sur parole, ce n’est pas un endroit pour les âmes sensibles.)

Une petite anecdote ! J’ai profité de mon moment de « repos » pour aller à la célébration eucharistique dans l’une des plus belles chapelles de Montréal avant d’affronter le monde urbain. Il est à noter que j’y vais assez régulièrement lorsque je dois aller poser pour des séances de nudité artistiques et ce, à la demande des écoles d’arts et des ateliers. Et avenant le cas où il m’est dans l’impossibilité d’assister aux saintes offices dominicales, il me fait plaisir de les suivre à la télévision d’État.

IMG_20170902_094209_134C’est ainsi que déambulant sur la rue Ste-Catherine, mes yeux furent portés vers une exposition de photos réellement impressionnantes tant par leur originalité que par leur qualité et, le fait le plus notable, par l’endroit où elle était exposée au grand public. Que de couleurs ! Que d’imaginations ! Que  d’émotions ! Et, surtout, que de plaisirs à voir de ces petits chef-d’oeuvres de créativité en plein cœur de ce quartier. J’ai donc pris tout le temps nécessaire afin de prendre le maximum de clichés dans le but de pouvoir rédiger de nombreux articles au sein de mon blogue. Et du temps, j’en avais amplement.

Une photo par ci. Une photo par là. Et encore une autre. Je n’ai pas osé calculer le nombre de mes prises tellement mon attention se portait sur chacune de ses oeuvres. Des oeuvres qui démontrent de manière sans équivoque que l’art est l’outil par excellence pour embellir non seulement un lieu précis, mais la vie en général. Qui d’entre nous n’a jamais fredonné une chanson, lu un poème, admiré une peinture ou bien d’avoir eu le souffle coupé en voyant une statue immortalisant la beauté du corps humain ? Pour ma part, l’art est fort probablement un cadeau venu du monde céleste car notre existence serait d’une telle morosité sans cette faculté artistique. Vive le monde des arts ! Y compris le monde de l’art érotique.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ce que j’en pense…

new-image32

Ce que je pense…

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, j’ai voulu faire quelque d’assez inhabituelle. En effet, il est question d’un article paru sur un des sites officiels de la société d’État connu sous le vocable de Ici Radio-Canada où l’on y traite devant micros un propos qui m’a bien fait sourire. Toutefois, il m’a paru bon d’y ajouter mon grain de sel afin d’éclairer un tant soit peu le sujet à partir de mon point-de-vue. D’autant plus que l’ambiance festif de la part des gens interrogés me semblait être inapproprié pour cet interview.

« Je trouve ça insignifiant, un pénis mou sur scène. Ça n’a pas de charisme, ce n’est pas beau et pas intéressant. Si tu le fais, c’est parce que tu veux faire un statement », s’insurge presque le metteur en scène Serge Denoncourt, qui considère qu’en plus d’être inélégante, la nudité frontale sur scène peut distraire le public de son sujet.
Claude Bégin, qui jouera un danseur nu dans la nouvelle série Cheval-Serpent, a expliqué que son refus de montrer son sexe à la télévision provenait d’un instinct de conservation. « Je ne voulais pas que les fans de ma musique puissent faire une capture d’écran de mon pénis et s’en faire un fond d’écran. » Cela dit, l’acteur concède que la série poussera tout de même les limites de ce que l’on est accoutumé à voir à la télévision. « On va en voir des pénis, mais pas le mien! »

Voici ma réponse que j’ai mis en commentaire:

Je suis moi-même modèle nu pour des écoles d’arts et des ateliers pour des artistes professionnels ou amateurs. Qui plus est! Je suis peut-être le seul modèle nu vivant avec un handicap physique dit « apparent » au Canada. Si je peux me permettre de donner mon opinion, je ne vois pas quel est le véritable problème en ce qui a trait au sexe masculin lorsqu’il y a de la nudité masculine. L’essentiel est, et doit demeurer, le respect entre le grand public et l’acteur, voir ici le modèle qui offre sa prestation de nudité « artistique » sur scène. Qui plus est ! Chaque partie du corps humain est, à mes yeux, fondamentalement beau et digne de respect. Bref, il faudrait peut-être évolué un peu… surtout si cela est fait dans un cadre bien précis et loin de la pornographie.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Source radiophonique:

http://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/on-dira-ce-qu-on-voudra/segments/panel/17487/nudite-frontale-television-penis-cheval-serpent-claude-begin-serge-denoncourt

En appuie à une amie

17091269_10208661160112115_1354312726_o

En appuie à une amie

Bonjour tout le monde, 

16010512_10154534136538462_168508334_oJ’espère que vous avez passé une belle journée en ce début du mois de mars et que le printemps se pointera le bout du nez le plus tôt possible. En tout cas, je vais être franc avec vous, le soleil printanier me manque un peu surtout lorsque je revois en pensées le beau voyage fait à la même période de l’année aux Bahamas. Un voyage qui fut extraordinaire même si les semaines suivantes ont été loin d’être ce que je souhaitais. Enfin, il est inutile de revenir sur le passé. L’essentiel, c’est tout de même d’en avoir conservé de très beaux souvenirs et, entre vous et moi, ce qui a été fait est fait. N’y revenons plus !

Revenons au sujet dont j’aimerais vous parler dans ce présent article. Vous savez tout aussi bien que moi que le web regorge de sites de tout acabit. Pour la plupart, les sites sont d’une grande utilité comme source d’informations, comme partages d’idées, d’opinion et où il existe des réseaux sociaux plus ou moins ouverts au grand public. Il va de soi que chaque site possède ses règles internes afin de permettre une certaine harmonie pour ce qui est des publications qui s’y retrouvent. Chaque société possède ses règles de base pour le plus grand bien du plus grand nombre et pour restreindre les abus en tous genres.

La plupart des sites ouverts au grand public sont réfractaires à toute forme15205589_10154233498232523_1390607583_o-3 d’expression où la nudité y est présente, même si cela est réalisé avec bon goût et un grand respect de l’art. Oui, je l’admet que la nudité est un sujet sensible en ce monde où l’on y présente des scènes de torture à grand déploiement aux écrans télévisés, surtout aux reportages lors des émissions d’information, ou encore dans les salles de cinéma. On peut avouer que l’intention d’informer les gens peut se trouver chez la majorité des reporters mais on peut aussi douter de la justesse de ce qu’il montre. Comme disait st-Paul « Tout est possible, mais tout n’est pas nécessairement utile. »

new-image18Or, ce qui me révolte au plus haut point, c’est la distinction ambiguë que certains réseaux sociaux font entre d’une part, des publications où la recherche de la perfection dans le domaine de la nudité artistique accompagnée d’une certaine dose de sensualité et, d’autre part, des parutions dont les contenus sont aux antipodes de l’art, allant même à de la vulgarité ou bien à de l’obscénité. Oui, une telle réalité m’exaspère puisque, c’est selon mon humble opinion, une atteinte au droit fondamental de la liberté d’expression. À vrai dire, c’est plutôt le fait de tolérer des telles stupidités alors que ces mêmes réseaux sociaux, dont un en particuliers, vont bannir les membres qui oseront publier des photos que je qualifierais de plus respectueux à l’égard de la nudité. Bon ! Il est vrai que tous les goûts sont dans la nature. Ce qui ne devrait tout de même pas empêcher lesdits réseaux sociaux de mettre un peu d’eau dans leurs vins.

Ceci écrit, je désire par le biais de cet article apporter mon soutien moral à une de mes amies vivant en France sur le réseau social communément appelé Facebook dont l’un de ses comptes a été bloqué en raison que l’une de ses publications ait été jugée non-conforme aux standards de la communauté. Ceci m’attriste beaucoup car ses publications sont faites avec une grande passion, goût prononcé pour ce qui beau et elle possède un sens professionnel hors-pairs. J’ai donc décidé de présenter l’un de ses photos, et ce en appui moral pour l’ensemble de son travail. Oui, j’adore suivre son fil d’actualités pour la raison suivante: Tout y est fait dans un souci de se démarquer avec un soin méticuleux de ce que l’on retrouve habituellement chez une majorité des profils de ce réseau social.

Bravo mille fois pour son travail artistique magnifique. 

Merci de m’avoir lu ! 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

 

 

 

L’importance de la pose…

magic_of_women_by_jrekas-dajl48p

Avec la courtoisie de JREKAS

L’importance de la pose…

Bonjour tout le monde,

Il me fait grandement plaisir de poursuivre ma série de publications sur certaines réalisations de nudité artistique présentées à la fois par des photographes hors-pairs et par des modèles vraiment extraordinaires au sein du site de partage deviantArt. Il va de soi qu’une telle série de publications renferme une panoplie de thématiques liées au domaine du nu. Des thématiques aussi variées les unes que les autres. Il est vrai que mon expérience en tant que modèle nu pour des artistes et des écoles d’arts m’est une aide plus que considérable dans ma réflexion au sein de mes rédactions. Oui, je sais bien que plusieurs personnes ont une expérience plus riche, plus diversifiée et plus approfondie que celle de votre humble serviteur. Quoiqu’il en soit! Nul ne peut enlever ce que j’ai accompli jusqu’à maintenant dans ce domaine artistique.

Vous le savez déjà, j’ai eu la chance incroyable de travailler en tant que modèle nu avec la talentueuse Philactère au sein même de son atelier de Montréal. Une séance qui a été plus que bénéfique dans mes connaissances en ce domaine. En effet, j’y ai appris toute l’importance de la variété des poses au sein des séances artistiques sans oublier de ne pas craindre d’oser tenir des poses que je qualifierais de « non-conventionnelles ». C’est-à-dire des poses que l’on ne penserait jamais réaliser dans la vie de tous les jours. Fini l’époque de la toute innocente Joconde et de son sourire mystérieux, de la pudeur imposée par la pression sociale et la répétition incessante des positions lors des ateliers. L’art par définition ose tout simplement.

Le modèle nu possède un corps lequel devient son outil de travail. Un outil qui doit être maitrisé à la perfection mais avec un esprit de passion véritable qui anime chaque parcelle, je devrais même écrire chaque atome, de son physique. Ressentir chacune des parties de son corps, épouser les courbes, s’imbiber de chaque goutte de sueur qui coule le long de son dos, de ses cuisses, de son front et ainsi de suite. Autrement dit, l’esprit et le corps et l’âme composent une trinité perçue, vécue et transposée par les artistes.

Quoi de mieux alors de « oser pour oser » afin de faire ressortir cette fameuse trinité dite « artistique » aux yeux de ceux et de celles qui assistent à une telle séance? Oser présenter avec un angle d’approche jamais fait jusque-là! Outrepasser les attentes afin de se surpasser soi-même! Et pour faire court, être satisfait de son travail. Quel un athlète avant de gravir les marches sur le podium, le modèle doit donner son meilleur afin d’impressionner le grand public. Un public juxtaposé dans les yeux des gens présents au sein de l’atelier.

J’ai donc choisi cette magnifique photo pour illustrer mes propos. Oui, j’adore le résultat puisque d’une part, l’on peut y déceler la recherche de l’excellence à la fois par le modèle nu et par le photographe et que d’autre part, que la volonté d’aller au-delà de ce que l’on est habitué de voir dans ce domaine se manifeste de manière bien perceptible mais de grande douceur. Je ne peux nier aussi le fait que la beauté de ce corps rend la présentation des plus agréables sans pour autant verser dans un quelconque voyeurisme. Qui plus est! La luminosité ambiante témoigne d’un grand sens professionnel du photographe.

La qualité de la photo parle d’elle-même. En effet, tout y est parfait. l’ombrage sur certaines zones rend la luminosité plus attrayante sur les autres. C’est le cas de l’arrière de la cuisse gauche, des dessous des pieds et du ventre ainsi que l’intérieur de la fesse gauche qui de manière globale accentuent la vivacité bien présente au sein de la poitrine, des bras et des jambes. De plus, les quelques tatouages peuvent passer inaperçus si on y prête guère attention tellement ils se fondent dans l’oeuvre réalisé de main de maître. Ce qui démontre bien que le choix de cette pose dite « non-conventionnelle » a été fort judicieux dans l’optique d’aller plus loin que les normes souvent imposées en arts.

En terminant cet exposé, je tiens à remercier JREKAS qui m’a donné sa permission d’utiliser cette photo au sein de mon blogue sans oublier mon profond respect envers son modèle féminin. Bravo à vous deux! Dans un souci d’honnêteté intellectuelle, j’ai ajouté en annexe un lien menant directement sur son compte devianArt.

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

DeviantArt de JREKAS:  http://jrekas.deviantart.com/