Archives de tags | bonheur

Lettre à ma mère

20171129_153819-1

Ma mère m’a enseigné à ne pas avoir honte de mon corps.

Lettre à ma mère

Bonjour chère maman,

Cela fait maintenant plus de 21 ans que tu as quitté ce monde que tu aimais tant. Tu adorais entretenir ton jardin de fleurs, prendre soin de la demeure familiale, recevoir tes enfants partis depuis le jour de leurs noces afin de fonder à leur tour leurs familles sans oublier le cadet dont tu étais si fière. Fière d’avoir fait mentir les plus sombres pronostics à son endroit. Tu étais là dans nos moments de peines comme de joie. Tu partageais nos instants de bonheur tout en nous épaulant dans nos moments de tristesse. Tu nous as inculqué des valeurs chrétiennes si précieuses à tes yeux.

DSCN0257 (2)Ta foi en la vie, en l’amour et en Dieu est devenue mienne au fil du temps. Oui, j’ai foi en la vie car elle est de part sa précarité tellement précieuse que jamais je ne voudrais la perdre pour des futilités. Oui, j’ai foi en l’amour car qu’importe ce que nous sommes sur cette terre, vivant dans l’opulence ou bien essayant de survivre dans la médisance, savants au grandes connaissances ou petites gens aux humbles d’esprit, peau couleur d’ébène ou bien blanc comme de la crème, nous ne pouvons vivre sans amour. Oui, j’ai foi en Dieu. Celui que tu m’as fait connaître à travers tes gestes de bonté et de miséricorde, en ne pas jugeant autrui sur les apparences mais de tendre la main sans compter car nul trésor ne nous suivra dans la tombe une fois notre heure venue.

Pourtant, j’ai tant de choses à te dire, tant de secrets à te dévoiler, tantNew Image 43 de chagrins à te confier. Mais, par-dessus toute chose, j’aimerais avoir réponse à cette modeste question : pourquoi ai-je tendance à blesser les femmes qui m’ont aimé ? Je ne crois pas être une mauvaise personne et jamais, ne fut-ce qu’un seul instant, j’ai souhaité mauvais sort à autrui. Et pourtant, c’est la honte qui m’envahit dans la tournure de mes souvenirs. J’ai tellement désiré avoir une femme à combler, à chérir et à toujours respecter.

Pourtant, malgré mes gestes de bonté et mes marques de respect, j’ai si souvent blessé que je ne sais plus qui je suis. Tu sais. Je n’ai jamais rien refusé à celle qui allumait la flamme dans mon cœur, encore plus lorsque celle-ci me réchauffait dans le silence le plus complet. Je suis loin de regretter mes voyages, mes aventures et mes soirées avec toutes celles que j’ai réellement aimées. Bien au contraire !

20171130_135019 (1)Maintenant que l’automne tire à sa fin et que l’hiver installe son manteau blanc, je ne peux m’empêcher de revivre mes plus beaux souvenirs. Souvenirs qui me hantent dans mes rêves aux plus sombres de mes nuits. Me réveillant en sursaut, je t’appelle. Maman ! T’ai-je donc fait !? La douleur qui m’accable ne s’apaise que dans les strophes de mes poèmes.

Et, que Dieu m’en soit témoin, ce que je les ai aimées. Ce qui ne m’a pas empêché de les blesser. Malgré moi, malgré les valeurs que tu m’as transmises, je n’ai pas su être à la hauteur. À la hauteur de leurs attentes. Mais, ce qui m’accable le plus, c’est de voir que celle que j’ai en secret le plus aimée, est celle dont j’ai fait le plus souffrir.

Dis-moi maman, me répondras-tu la prochaine fois que je t’appellerai en pleine nuit ? Tu sais maman, j’aurais tellement de choses à te dire, de secrets à te confier et de péchés à te confesser. La prochaine fois, je t’en supplie pour l’amour de Dieu, réponds-moi.

Ton fils qui t’aime.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dans l’œil d’un artiste

 

20171110_101208

Dans l’œil d’un artiste

Bonjour tout le monde,

Je désire, pour faire suite à l’article précédent, vous faire part de mon opinion sur l’importance du regard de l’artiste sur le corps du modèle nu. En effet, le regard renferme à lui seul tout un monde quasi imperceptible pour le commun des mortels. Ce dernier, et ce n’est en aucun cas un reproche, est souvent préoccupé par des idées bien différentes de celles des artistes. N’oublions pas qu’une séance de nudité artistique doit avoir lieu dans un cadre bien précis souvent loin des bruits environnants et des regards indiscrets. Ce qui implique une confiance absolue entre les participants, bien entendu. 

Personnellement, il est plutôt rare que je m’interroge sur ce que les artistes, notamment en herbes, peuvent bien percevoir ou découvrir, je reviendrai sur ces deux verbes qui ont une connotation très différente dans le nu, sur la vulnérabilité de ma nudité. D’ailleurs, à quoi pourrait bien servir de me poser de telles questions puisque, comme l’affirme si bien ce dicton, je suis responsable de ce que je présente mais vous seuls êtes responsables de ce que vous voyez. Toutefois, j’ai souvent hâte de voir les résultats finaux après que la séance soit belle et bien terminée. C’est d’ailleurs à cet instant que des photos de leurs oeuvres sont prises afin de les immortaliser au sein de ce blogue pour mon plus grand bonheur et … le vôtre. 

Comme je vous ai mentionné dans le précédent article, « l’oeuvre finale est justement ce que l’auteur voit, ressent, explore lorsqu’il pose son regard sur la nudité du modèle. En effet, un modèle peut poser pour une multitude d’artistes, que ce soit en groupe ou lors de séances privées, et aucun d’entre eux aura la même vision de la réalité.  » À cette occasion, la réalité d’un artiste peut se situer aux antipodes d’un autre lors d’une séance de nudité artistique. Force est d’admettre que votre humble serviteur est témoin de telles situations à chacune des séances où j’ai participées. J’ai décidé de vous présenter quelques-unes des réalisations artistiques faites par les étudiants et les étudiantes en arts au C.E.G.E.P. de Sept-Îles lesquelles sont accompagnées des photos prises par la professeure pendant la séance, et ce afin d’illustrer mes propos.

Pour ce qui est de la différence fondamentale entre percevoir et découvrir je résumerais ceci en cette humble idée : Je perçois les choses avec mes sens, mais je les découvre avec mon cœur. Un grand écrivain français avait écrit dans l’un de mes romans préférés pour enfant lorsque j’étais môme, que « l’essentiel est invisible pour les yeux mais qu’on ne voit bien qu’avec le cœur ». Mon Dieu qu’il avait raison.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

20171006_093409

La prière 

 

-1-

 

20170929_105809_burst01-1 (3)

La prière vue par un étudiant

 

-2-

 

20171006_100953

Une explication s’impose pour le choix d’une telle position. En effet, l’objectif de votre humble serviteur était en utilisant une telle posture, non pas de choquer d’une quelconque façon les élèves mais plutôt de leur offrir une perspective potentiellement intéressante de l’ensemble mon corps couché et en particulier l’opportunité de dessiner la différence entre ma jambe dite « normale » et ma prothèse. Bref, ce fut un genre de défi que je leur offrait de relever. Cependant …

 

-3-

 

20171006_104621

Cependant le résultat fut souvent aux antipodes de ce à quoi je m’attendais. En effet, une des élèves avait vu la vraie nature de mon physique où ma prothèse, aussi utile puisse-t-il être pour moi, est tout simplement un corps étranger. Il faut reconnaître que son regard est tout simplement des plus intéressants. On peut croire qu’elle a un bon potentiel dans ce domaine. 

 

-4-

 

20171006_091926

Votre humble s’est inspiré d’une oeuvre de Leonard Da Vinci pour réaliser une telle pose d’une durée de plus de vingt minutes. Croyez-moi sur parole ! C’est loin d’être une sinécure car les muscles du dos doivent travailler de manière continue afin de garder un certain équilibre sans oublier les jambes qui doivent en aucun cas bouger. Le maintien d’une telle position est certes un grand classique mais il est aussi le plus ardu à réaliser. (J’en sais quelque chose.)

 

-5-

 

20171006_100527_Burst01 (2)

La de la posture précédemment présentée ci-dessus a permis la réalisation de ce véritable petit chef d’oeuvre. Une réalisation qui a contribué à la composition d’un de mes plus beaux poèmes au sein de ce blogue. Un poème qui en a étonné plusieurs. Toutefois, aurais-je été en mesure de le composer n’eut été un tel dessin comme source d’inspiration ? Permettez-moi d’en douter. 

 

-6-

 

20171006_100452

Un modèle nu ? Un regard différent ! J’espère pouvoir travailler avec elle dans un avenir plus ou moins rapproché. Qui sait ce que l’avenir nous réserve ? Bravo !(Une artiste en herbe au talent indéniable)

 

-7-

Au petit matin

 

23361129_10213576975955179_1924494607_n

Une source incroyable d’inspiration

Au petit matin

 

Au petit matin
Où tout est calme
Où reposent nos âmes
Là! Près de toi je me tiens.

 

Bien futiles ces questions,
Bien inutiles ces interrogations,
Que penseront ces gens pervers?
Qui jugent autrui dans ce monde à l’envers.

 

J’entends ta respiration,
Jadis saccadée par les émotions,
Accompagnée par mon souffle de mon bonheur,
De te savoir comblée en ces suaves heures.

 

Je n’ose pas bouger
De crainte de te réveiller
De peur de te sortir de ce pays d’Adam et d’Ève,
Même si de te faire l’amour encore et encore j’en rêve.

 

De

 

RollandJr St Gelais
Québec (Québec)
Canada

Il y a des soleils qu’on ne peut pas oublier

 

12919700_1752626931635076_2496619182451756264_n

Je ne t’oublierai jamais.

 

Il y a des soleils qu’on ne peut pas oublier

 

Il y a des soleils,

Qui sont des merveilles,

Qui me rappellent de beaux souvenirs,

Et qui me font, Dieu merci, toujours sourire.

 

De ces inoubliables moments,

De ces si extraordinaires instants,

Que je ne peux pas croire que ce fut vrai,

De cette vie de pur bonheur au passé plus que parfait.

 

Je ne peux revenir en arrière,

Malgré mes pleurs et mes nombreuses prières,

Tourner la page et permettre au sable du sablier,

De poursuivre sereinement sa route et de sans cesse s’écouler,

 

Ainsi va la vie ! Ainsi est le destin !

De chaque homme et chaque femme avant leur fin,

Mais fort heureusement, il y a de ces soleils tropicaux,

Qui me rappellent qu’il est permis de croire que tout est beau.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Sensible

 

 

Sensible

 

Il y a parfois en ce monde,
Des instants et des moments,
Où les mots sont tellement insuffisants,
Pour exprimer tout le mal qui nous inonde.

 

Tout ce que je voulais,
Tout ce que mon cœur désirais,
C’était ton bonheur sans arrière-pensées,
Un peu de sérénité en cet univers insensé.

 

Mais, je craignais revivre,
Ces rejets et ne pouvoir y survivre,
Sachant la femme belle que tu es en toi.
Jamais je ne voulais te blesser je te le jure sur ma foi.

 

Tu es trop sensible,
Sensible telle une feuille au vent,
Je ne t’ai jamais menti sur mes intentions,
Car en toi je portais toute ma précieuse attention.

 

J’ignore ce que l’on dit sur moi,
Je laisse courir les rumeurs sur les voies,
Car ma volonté était pure pour nous deux,
Sans t’avoir promis que nous vivrions tels des dieux.

 

Sensible ! Je ne sais vraiment pas quoi dire,
Sensible ! Je ne peux simplement rien écrire,
Sensible ! Je voulais de bonne foi que tu sois heureuse,
Sensible ! Dû à mes peurs, c’est toi qui es si malheureuse.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Deux roses

 

Deux roses

 

Voici deux roses,

Que je te donne, si j’ose.

Une belle rose rouge pour toi,

Et une autre pour moi, pourquoi pas ?

 

Une pour démontrer ta grande beauté,

Celle qui a éblouie mon cœur pour l’éternité.

Beauté de ces terres ancestrales qui parsème ton corps,

De ces dessins formidables et semblables à de précieux trésors.

 

Rose rouge symbole de la vie,

Rose rouge image de mon amour épris,

Rose rouge qui embellit mes journées grises,

Rose rouge pour qui ma passion tendrement s’est éprise.

 

Passion d’un instant ?

Passion d’un court moment ?

Passion d’amour d’un magnifique sourire,

Passion charnelle qui me languit et me fait souffrir.

 

Deux roses cueillies de mon jardin divin,

Que je t’offre avec grande  joie, Ô toi ma déesse !

Accepteras-tu ces roses gages de vouloir ton bonheur ?

Car c’est à toi que je pense dès mon réveil et à chaque heure.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada 

Mon étoile dans la nuit

une-c3a9toile-dans-la-nuit

Mon étoile dans la nuit

 

Ô toi qui brille dans mon ciel,
Sais-tu que tu es une merveille?
Regardant le firmament étoilé,
C’est toi que je vois ma beauté.

 

Parcourant allègrement la voie lactée,
Tu es celle qui émet la plus tendre clarté,
Mes yeux suivent ton long parcours,
Pendant que mon coeur vibre d’amour.

 

Puis! En l’espace d’un instant,
D’un bref et précieux moment,
Tu es là près de moi tout d’un coup,
M’approchant de toi je t’embrasse au cou.

 

Je ferme doucement les yeux,
Et je vois un monde merveilleux,
Je t’ouvre avec douceur mon coeur,
Car ce que je veux c’est ton bonheur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada