Archives de tags | discussions

Le handicap physique

Le handicap
Votre humble serviteur : RollandJr St-Gelais

Le handicap physique

Bonjour tout le monde,

Hé oui! Nous sommes déjà rendus au 30 décembre 2019. Une journée propice à une rétrospection, non seulement de nos bons et moins bons coups que nous avons réalisés au courant de l’année en cours, mais aussi à établir une liste de nos résolutions aussi minime soit-elle pour celle qui frappe à nos portes. Bon ! Je le reconnais que l’année 2019 a été somme toute assez intéressante même si elle avait débuté par un long séjour à l’hôpital.

Un tel séjour a permis chez votre serviteur quelques remises en question lesquelles se sont poursuivies tout au long de cette année. Des remises en question qui d’une part, m’ont conforté dans mes valeurs judéo-chrétiennes et qui, d’autre part, m’ont amené à percevoir certaines réalités avec des points-de-vue différents. C’est un fait. Je tiens mordicus à ces valeurs qui m’ont été transmises par mes parents et par les religieux qui enseignèrent dans l’établissement scolaire que je fréquentais durant mon adolescence. C’est aussi un fait que bien des gens peuvent avoir des pensées, des opinions et des modes de vie bien différentes que les miennes. Une telle diversité rend la vie fort intéressante.

Ceci m’incite à répondre à une question que plusieurs de ces personnes me posent à quelques occasions au fil de nos discussions sur le réseau social Facebook. Une question qui semble provenir de leurs pensées, leurs interrogations, de leurs opinions et, dans quelques cas, de leurs modes vie. À vrai dire, il s’agit davantage d’une requête qu’une question. En effet, plusieurs de ces personnes souhaiteraient que je rédige un texte dont le sujet serait de vivre avec un handicap physique. Une requête qui est, je le reconnais volontiers, tout à fait légitime. Or, j’avais déjà décidé de ne jamais rédiger un tel article sur ce sujet au sein de mon blogue artistique. Pour quelles raisons ? C’est précisément ce à quoi je tenterai de répondre mais de manière à ne pas m’éterniser sur ledit sujet.

À vrai dire, il y a trois postulats qui expliquent bien mon objection à élaborer sur le sujet. Veuillez noter que par un souci de rendre cet exposé écrit le moins lourd à lire, je vais essayer de faire qu’un survol des trois postulats de base. Ce qui, je le crois, sera satisfaisant autant pour vous que pour moi.

Le premier postulat de base réside dans le fait que tout le monde a un handicap lequel n’est pas toujours évident à voir mais qui peut quand même être lourd à supporter. Certains de ces handicaps peuvent être d’ordre physique, mental, émotionnel ou psychologique. Qui plus est! Les gens n’affrontent pas leurs handicaps de la même manière, et ce pour les raisons suivantes : des expériences de vie des plus traumatisantes, des ressources répondant de manière plus ou moins de façon efficace à leurs besoins et des capacités de résilience pouvant être aux antipodes les unes des autres. Bref, il serait à mon humble avis superflu de rédiger un tel article portant sur le sujet car il faudrait tenir-compte des paramètres mentionnés ci-dessus. Et, pour être franc avec vous, cela ne m’intéresse absolument pas.

Le second postulat de base réside tel que mentionné ci-dessus dans mon non-intérêt pour le sujet. En effet, ayant participé à de nombreux reportages tant au sein de la presse écrite que la presse télévisée, on dirait aujourd’hui la presse électronique, sur mon vécu en tant que survivant de la thalidomide, vous comprendrez qu’en ce qui me concerne le vase est plein jusqu’à ras-bord. En résumé, j’ai déjà amplement donné et beaucoup plus que vous pourriez même l’imaginer un seul instant.

Le dernier postulat, et le plus important d’entre les trois, c’est qu’un tel sujet n’a pas vraiment sa place dans mon blogue. Certes, il est aisé de constater que je vis avec un handicap physique apparent tout en remarquant au passage que je suis de sexe masculin lorsque je publie des articles concernant mes expériences de modèle nu pour des écoles d’arts, des ateliers en arts et des artistes tant professionnels qu’amateurs. Il en est de même lorsque je diffuse les poèmes inspirés par les photos prises durant mes poses de nudité que ce soit lors de session en privé ou bien durant les cours de dessin ou autres. Cependant, j’évite de toucher directement sur ma situation physique afin d’une part, de ne pas attirer ou susciter un quelconque sentiment de pitié chez mes abonnés et d’autre part, de ne pas faire de mon blogue un instrument de propagande pouvant servir à une cause liée de près ou de loin aux diverses situations de handicap existant dans le monde. Il y en a tout plein sur le web qui sont là que pour ça.

Une mise-au-point doit être faite ici afin d’éviter une certaine contradiction de mes énoncés. Certes, il est vrai que j’ai déjà posé nu pour un jeune étudiant en photographie qui avait choisi de réaliser une exposition portant sur la beauté de la différence. Ladite exposition comprenait toute une série de réalisations photographiques sur des personnes vivant avec des différences physiques, et ce dans le cadre d’une activité scolaire de rang collégial. Soyez convaincus d’une chose, si j’ai accepté de poser nu pour une telle activité, cela a été justement pour venir en aide à un étudiant dont le seul désir était de briser une image omniprésente au sein de la société selon la beauté physique doit répondre à des critères précis. Ce qui est, vous en conviendrez, entièrement faux.

J’ose espérer que mes explications sur mon opposition à élaborer sur le handicap physique présentées au sein de cet article vous ont été satisfaisantes. Et, pour être franc avec vous, il y a tant de sujets plus captivants à développer que je préfère laisser celui-ci à un autre.
Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Tu as besoin de mes mains

Tu as besoin de mes mains
Photo réalisée par mon ami Joel Pèlerin

Tu as besoin de mes mains

 

Je le sais trop bien,
Même si je ne suis guère un galopin,
Nous avons vécu tellement de joyeux lendemains,
À faire l’amour les jours et les nuits comme des refrains.

 

J’ai adoré embrasser ton corps,
Chaque parcelle précieuse comme de l’or,
Sentir le parfum de ta peau veloutée à souhait,
Mais je ne peux aller plus loin, voilà le mal qui est fait.

 

J’aurais tant voulu t’offrir mes mains,
Malheureusement ne point en avoir est mon destin,
Je vois néanmoins un petit sourire sur le coin de tes lèvres,
Car la nature m’a heureusement compensé pour combler ma belle Ève.

 

Te rappelles-tu la fois où nous nous sommes rencontrés,
Dans le bar où j’avais pris quelques verres, bu un bon coup.
Je t’avais invitée humblement à ma table afin d’apprendre qui tu es,
Tu m’avais raconté les histoires de ton pays, les gens qui y vivent beaux et laids.

 

Discussions aidées par quelques verres de boissons alcoolisées,
Intriguée tu m’avais demandé si je voulais avec toi passer du bon temps,
Pourquoi pas ? Je t’ai répondu avant que les ans passent comme chagrin dans le vent.
Cette histoire d’une nuit s’est transformée en début d’un roman où deux âmes allèrent s’aimer.

 

Il est vrai que nous n’avons jamais vécu ensemble,
Mais, ce n’était vraiment pas nécessaire, il me semble.
Nous avons fréquenté les plus beaux lieux tels des dieux,
Avec toi et, je l’avoue de tout mon coeur, tout fut si merveilleux.

 

Je t’avais donné mon coeur, je t’aurais donné ma vie.
Mais, je peux comprendre que maintenant tout est fini.
Puisque jamais je ne pourrai te donner ce que je ne possède pas.
Ces mains que la vie m’a injustement volée au bout de mes tendres bras.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Pour Rosalie

Pour Rosalie
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Pour Rosalie

 

Je ne savais que faire,
J’ignorais comment agir pour te plaire,
J’aurais pu passer outre et continuer mon chemin,
Mais cela aurait été un peu enfantin voire pas très malin.

 

J’ai donc décidé de te dédier ce poème,
En espérant que tu l’adores que tu l’aimes,
Venant de la part d’un homme blessé par une chute,
Un homme au cœur si sensible et loin d’être une brute.

 

À chaque matin, tu venais me saluer.
Avec un sourire dont mon âme s’en était irradiée.
Quelques mots pour bien commencer ma journée,
Afin de mon parcours de combattant je poursuivrai.

 

Pendant mes moments de douleurs,
Tu as su calmer mes peurs,
Tu m’as tendu la main,
En espérant en demain.

 

Peu à peu au fil de nos discussions,
Nous nous sommes ouverts sans prétention,
Répondant à nos questions tel le feraient des confidents,
Et de mes blagues sans méchanceté tu riais à pleines dents.

 

J’aurais aimé être cette femme,
Qui aurait pu être ta flamme,
Qui aurait pu être ton âme-sœur,
Qui aurait pu atteindre ton cœur.

 

Mais la vie en a voulu autrement,
Toi dans le corps d’une femme jolie.
Moi dans celui d’un homme au corps meurtri,
Nous nous reverrons dans une autre vie assurément.

 

Tu seras peut-être mon amour,
Et moi, peut-être une simple amie,
Quoiqu’il en soit, tu seras toujours jolie,
Et, qui sait ? Je t’embrasserai dans mon lit.

 

Dans ce rêve d’un tendre baiser,
Je te dédie ce petit sonnet,
Écris par un homme sans main,
En sifflotant un doux refrain.

 

Pour toi, jolie Rosalie !
Pour te remercier de ta présence,
En guise de gratitude malgré mon absence,
Ces quelques strophes pour simplement te dire merci.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Les avantages d’un atelier

thumbnail_DSC_1105

Séance de nudité artistique très intime qui a eu lieu à Montréal le 15 septembre 2015

 

Les avantages d’un atelier

Bonjour tout le monde,

Je profite du froid automnal qui s’abat dans ma belle région pour vous parler d’un aspect bien particulier de ma passion en tant que modèle vivant pour des ateliers en arts. Il est à noter que je fais bel et bien référence aux ateliers et non pas aux écoles d’arts. La raison d’être d’une telle spécification réside dans le fait qu’il sera ici question des différents aspects plutôt positifs au sein des ateliers. En effet, sans vouloir rabaisser les séances au sein des écoles d’art, celles qui ont lieu lors des ateliers possèdent des avantages plutôt intéressants.  Je retiendrai les trois plus importants d’entre eux, et ce dans un souci d’alléger le présent article.

Le premier avantage est la facilité d’établir un lien intime entre les personnes présentes. En effet, il est plus aisé de s’intéresser aux individus qui sont venus souvent de très loin pour participer auxdites séances. Je pense, à titre d’exemple, à la professeure d’anglais de Toronto qui avait profité de son séjour dans la métropole du Québec pour réaliser quelques dessins à partir de mes prestations. Vous avez sans aucun doute deviné que votre humble serviteur a longuement discuté avec l’artiste-amateur même si nos échanges dans les deux langues officielles ont été loin d’être approfondies. Quoiqu’il en soit, nos rires momentanés ont rendu notre discussion fort agréable. L’humour est gage de bon succès dans les rapports humains. D’ailleurs, elle m’a été une aide précieuse dans ma préparation.  Une aide qui s’est poursuit à quelques reprises. Le deuxième avantage réside dans la capacité d’expliquer plus en détails non seulement chacune des poses choisies en cette occasion, mais aussi leur origine. Certes, une image vaut mille mots. Parfois, certains mots peuvent aider à saisir davantage ce que le modèle vivant désire faire vivre parmi les artistes. Voilà pourquoi j’apprécies les ateliers puisque, contrairement aux cours de dessins dans les écoles d’art, c’est le modèle vivant qui « contrôle » le tout. Il est à la fois la pierre angulaire, le maître d’oeuvre et l’objet d’étude de la prestation. Il va de soi qu’il doit en tout temps tenir-compte des attentes des artistes tout en s’adaptant à leurs niveaux professionnels ou amateurs.

Ce dernier point est crucial dans le bon déroulement d’un atelier. En effet, la capacité d’adaptation du modèle vivant est fondamentale pour un tel événement. Chaque artiste possède son expérience, sa vision inhérente du corps étudié, sa compréhension de la nudité et, fait non négligeable, l’aisance à l’égard du modèle nu. Ce qui ressort encore plus lorsque celui-ci est quelque peu, disons-le avec franchise, « atypique ». Enfin, le dernier avantage est la possibilité d’offrir une prestation plus intimiste des poses choisies. Reconnaissons-le ! Certaines postures ne pourraient en aucun cas être réalisées dans les classes de dessins de niveau collégial ou bien universitaire. La liberté de mouvement est de plus en plus restreinte au fil de la notoriété des institutions d’enseignement.

En résumé, on perd d’une main ce que l’on gagne de l’autre. Les écoles d’art offrent bien des avantages pour favoriser la rigueur et le développement de créativité parmi leurs élèves, mais au prix de la perte de liberté. Pour leur part, les ateliers favorisent une marge de liberté non négligeable chez leurs participants en mettant l’accent sur ce que le modèle vivant désire offrir tandis que dans  le cas plus haut ce sont les consignes de l’enseignant qui ont préséance sur presque tout.

Je vous remercie pour votre assiduité.

À bientôt !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Les goûts et les couleurs se discutent.

Les goûts et les couleurs se discutent.

Bonjour tout le monde,

20171129_154119Comment allez-vous en cette période de la mi-janvier ? Avez-vous l’occasion de profiter de la belle saison hivernale ? Pouvez-vous pratiquer une quelconque activité propre à cette saison magnifique ? Préférez-vous, au contraire, les activités intérieures afin de combler vos moments de loisir ? Pour ma part, je suis plutôt porté à meubler mes temps libres, si je ne compte pas les heures que je passe à enrichir mon blogue artistique par mes nombreuses publications, en assistant soit à des présentations cinématographiques ou bien, plus rarement, à des soirées théâtrales ou encore, à des matches de hockey qui constitue notre sport national au Canada. Je sais bien que chacun d’entre nous préfère une activité qui puisse le satisfaire. Après tout, les goûts et les couleurs ne se discutent pas.

Mais, est-ce bien le cas ? En ce qui me concerne, il est fondamental que20171129_150920 les goûts et les couleurs puissent se discuter et même que nous pouvons le faire très bien. C’est d’autant plus le cas en ce qui touche le monde artistique, à priori la nudité artistique. D’ailleurs, sans de telles discussions, l’art perdrait à la fois de son mordant, de sa recherche d’excellence et de son ouverture sur le monde environnant. À la limite, j’oserais même ajouter que sans cette possibilité de discuter des « goûts et des couleurs », les arts perdraient leur raison d’être qui est de susciter l’intérêt dans l’intimité de la personne. Il est toutefois primordial de retenir que le respect  un pré requis, et ce en tout temps et en tout lieu, dans les échanges afin de justement faire avancer le domaine artistique telle que soit son orientation.

26231811_338498853299665_6067423322810350198_nIl est certes facile de critiquer pour le simple plaisir de le faire. Cependant, il est bien d’avoir à l’esprit que ce que nous trouvons un tant soit peu fade, sans saveur, dénué d’intérêt selon nos critères personnels peut être perçu comme une oeuvre remarquable selon des points-de-vue diamétralement opposés aux nôtres. Il en est ainsi des oeuvres présentées dans certains groupes présents sur les réseaux sociaux tels que, pour ne pas le nommer, Facebook. Tout le monde a le droit indéniable de ne pas aimer telle ou telle réalisation artistique présentée sous quelconque support que ce soit. Mais, dans ce cas, il me semblerait d’une grande utilité de le faire d’une manière à exprimer certes ce sur quoi on est en désaccord mais en mettant aussi l’accent sur les points positifs que l’on peut découvrir au sein de l’oeuvre concernée. En d’autres  mots, une critique peut être réalisée de manière positive et négative. C’est dans une telle optique, un peu comme la nécessité d’avoir deux jambes pour avancer sinon on risque de tomber sur le cul, que la possibilité de découvrir des voies tout à fait inconnues jusque-là se fera de manière libre et sans crainte d’être mis à l’index.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada