Archives de tags | signe

Station balnéaire

Station blanéraire
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Station balnéaire

 

Je me souviens de l’été dernier,

Où nous nous sommes rencontrés,

Je ne me doutais pas que je pourrais,

Découvrir celle que toute ma vie j’aimerai.

 

J’étais venu passer mes vacances d’été,

Pour de ma vie triste et sans but, un peu l’oublier.

M’éloigner de ces villes sans âmes et sans profondeur,

Dans lesquelles règnent tant de crainte et tant de peur.

 

Longeant la plage au sable si chaud, si bon.

Je chantais de mon répertoire d’adolescent une chanson,

De mon adolescence où je ne me souciais guère de mon futur,

De cette belle période qui me revenait en mémoire sous le ciel si pur.

 

Tu m’as, la première, salué,

Je t’ai répondue en notant ta beauté,

Nos regards semblèrent longtemps se croiser,

Était-ce la volonté des dieux? Était-ce là un signe de la destinée?

 

À chaque jour, je t’ai courtisée.

À chaque jour, tu as volontiers accepté.

À chaque jour, avec simplicité nous nous sommes dévoilés,

À chaque jour, sans se brusquer, nous avons appris à nous aimer.

 

Jusqu’à ce moment crucial, ce point de non-retour,

Cet instant dans lequel mon cœur virevoltait mille tours,

Je t’ai demandée si tu voulais bien m’accompagner pour la vie,

Tu m’as alors répondu avec la douceur de ta voix par un précieux oui.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Fier comme une statue

statuesque__33_by_cable9tuba_dd8hqpw-pre
Fier comme une statue Par John K. DeviantArt : https://www.deviantart.com/cable9tuba/art/Statuesque-33-800324996

Fier comme une statue

 

Homme maintenant déraciné,

De son continent envié d’où il a été tiré,

Enlevé avec la mort à l’âme et les chaînes aux pieds,

Embarqué sur un navire par lequel il deviendra un exilé.

 

Il y a bien des années de cette triste histoire.

Enraciné sur une terre d’un modeste propriétaire,

Avec pour épouse femme choisie qui a fini par lui plaire,

Travaillant dans modeste champ du matin jusqu’au soir.

 

Être de ce pays nouveau-né,

De cette Amérique convoitée pour ses richesses,

Pays de tant de promesses et souvent autant de tristesse,

Mais dans le cœur pur de cet homme un seul désir ne cesse.

 

Avoir de nombreux enfants,

En bonne santé tout en étant beaux et grands,

Afin de permettre d’avoir de valeureux descendants

Qui deviendront un de ces jours des êtres vivant librement.

 

Les années passèrent bien allègrement,

Guerres changèrent les visions bien évidemment,

Les enfants de ces enfants vécurent ces péripéties assurément

Accompagnés par de nombreuses luttes réalisées ardemment.

 

Des luttes parfois en paix et parfois avec violence,

Car de temps à autre, il n’y a pas d’autres choix pour briser le silence

Ce grand silence qui vient de tous ces mots non-dits et qui consentent,

Qui acceptent tant de préjugés et d’injustices visibles ou en attentes.

 

Se souvenant des histoires racontées maintes fois par sa mère,

À propos d’un homme jadis arrachée du sein de sa lointaine terre,

Cet homme qui a laissé en héritage son précieux sang dans ses veines,

Ces valeurs de respect, de bonté et d’ignorer toutes formes de haine.

 

Repensant à ce que sa mère autrefois lui raconta,

Revoyant dans ses pensées, les multiples luttes et combats,

Il se souvenait alors de son illustre ancêtre nu lorsqu’il fut vendu,

Et dans un signe de respect à son égard, il devint fier comme une statue.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Un heureux signe

Un signe
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Un heureux signe

 

Je me suis couché tôt cette nuit,

Car j’ai tellement travaillé aujourd’hui,

Non pas par obligation, mais bien par passion,

Passion qui est devenue au fil du temps de ma vie sa raison.

 

Ayant préparé mon lit,

Bien lentement je m’y suis assoupi,

Fermant les yeux pour les ouvrir au pays des rêves,

Ce pays, cette contrée, ce lieu et d’y voir de si belles Ève.

 

Être loin des bruits de la vérité,

Être loin des frayeurs de la triste réalité.

Être loin des laideurs de notre existence éphémère,

Oublier les horreurs de la guerre et de toutes les misères.

 

Simplement être près d’elle,

De cette femme, de ma muse, si belle.

Grande dame aux cheveux blonds comme le blé,

Regard d’une telle douceur que je ne pourrai jamais oublier.

 

Et que puis-je dire de ses seins à me rendre le souffle coupé ?

De cette grande dame bien chaleureusement est venue me trouver,

Bien silencieusement, j’ai pu admirer sa peau minutieusement tatouée.

Sans qu’elle dise un mot, j’ai compris qu’elle voulait être immortalisée.

 

Immortalisée l’instant d’un cliché,

Mais, comment pouvais-je la photographier ?

Puisque bien malheureusement mon appareil je n’ai pas apporté,

En cet endroit paradisiaque, comment aurais-je pu seulement y penser ?

 

Lentement elle s’en alla vers les blancs cygnes,

Alors qu’en pleine nuit, on sonna à la porte de ma demeure.

En me réveillant je me demandais : Qui pouvait sonner à cette heure ?

Regardant par ma porte le judas, j’ai cru deviner un heureux signe.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Cette incroyable chance

Un véritable chef d'oeuvre artistique
Un véritable chef d’oeuvre artistique réalisé par G.B. d’Allemagne devianArt : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Nimrodel-832694439

Cette incroyable chance

 

En allant me promener,

Je ne pouvais pas me douter,

Que j’allais rencontrer jolie jeune dame,

Qui allait raviver en moi un tel désir tout feu, tout flamme.

 

Me promenant dans les bois,

J’entendis chanter une si douce voix,

Une chanson de romance, une chanson d’amour,

Que je m’en souviendrai, par ses tristes paroles, pour toujours.

 

Guidant mes pas délicatement à travers les buissons,

En essayant faire le moindre des bruits en glissant sur mes talons,

En espérant trouver une réponse simple à cette bien légitime question,

Qui chante ainsi à l’ombre de la forêt verte à m’en faire perdre la raison?

 

Dégageant les quelques branches de l’arbre devant moi avec délicatesse,

Je découvris en plein milieu du lac femme nue belle comme une déesse,

Qui ne s’aperçut point de ma présence en ces lieux si purs,

Était-ce là un signe, ma foi, d’un très bon augure?

 

Par quel destin je me suis retrouvé sur ce chemin?

Un tel atout aurait-il pu avoir lieu au lendemain?

Car quelle incroyable grâce offerte par cette divine féminité,

De pouvoir dans la quiétude du moment présent avec passion l’admirer.

 

Muse en ces bois de la chaude saison estivale,

Trouverais-je un jour une beauté à la vôtre son égale?

Effleurant votre corps de mes yeux stupéfiés par votre élégance,

J’envie votre reflet dans cette eau claire d’avoir cette incroyable chance.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Au violon

Au violon
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Au violon

 

En septembre,
Le soleil tremble,
Car arrive l’automne,
Son horizon d’air monotone.

 

Nous sommes pourtant le trois,
De ce mois qui pèse lourd sur moi,
C’est le signe que tout passe et rien ne dure,
Ni le temps de jeunesse et encore moins sa beauté pure.

 

Que puis-je faire pour vous consoler ?
De votre chagrin qui au gré du vent s’est envolé.
Sans pour autant amener vos peurs du lendemain,
De ce lendemain qui peut être le dernier de votre destin.

 

Mais à quoi bon de vraiment s’en faire ?
Car de ce chemin nul ne peut s’en défaire.
Chaque homme de toutes les nations doit affronter,
Faire face avec courage et avec abnégation à sa destinée.

 

Des amours d’autrefois qui sont devenus des histoires de vies,
Des erreurs de jadis que parfois on regrette et d’autres fois on en ri.
Ainsi est sa vie, son passé, son présent, en espérant un meilleur avenir.
Peu importe nos craintes, bien souvent pour les atténuer, il suffit d’un sourire.

 

Septembre est arrivé annonçant les couleurs,
Les teintes de l’or, de l’orange et du rouge de coeur.
Avec la fraîcheur matinale qui embrasse nos joues rougies,
Permettez-moi alors de vous jouer un air de violon de mon pays.

 

Un air de violon que m’avait donné mon père,
Qui m’a confié qu’il lui fut transmis par son grand-père.
En me faisant promettre d’en jouer dès les premières lueurs,
Les lueurs de l’automne afin que ses airs sèchent à jamais vos pleurs.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada