Archives de tags | sagesse

Le Carême

Le Carême

 

Devant l’autel,

Pour méditer, rien ne vaut-elle ?

Méditer sur nos fautes et sur notre vie,

Car nous savons qu’un jour ou une nuit elle sera finie.

 

Temps d’allégresse,

Et sans oublier un peu de paresse,

Moment de grande joie et aussi de tristesse,

Ainsi est la vie aux hommes ! Ultime sagesse !

 

Bientôt arriveront journées de pénitence,

Pour faire face à nos actes commis sous la démence,

De ce mercredi des cendres déposés sur nos fronts,

En nous souvenant de ceux qui partirent sur d’autres horizons.

 

De ceux qui dans nos questions irrésolues nous ont quitté,

Mais qui resteront dans le coeur de ceux qui les ont aimés,

Qui réciteront humbles prières et auront belles pensées,

L’instant d’un soupir ! Moment d’une caresse imaginée !

 

Ce sera bientôt le Carême,

Souvenons-nous de ceux qui ont précédé,

De leur foi, de leur courage qu’ils nous ont légués,

Car, sans leur dévouement, notre présent ne serait pas le même.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Passage en force

Passage en force

Dessin de mon ami Eri Kel de la France

Passage en force

 

Je passe dans cette vie
Où rien n’est vraiment fini
Pour y finir ce que j’en ai envie
Pour accomplir mes désirs et mes rêves infinis

 

Je passe ce temps avec mes pas
Même si je ne suis pas le plus sage
Sagesse des hommes s’acquiert avec l’âge
Mais de ma tristesse immense j’en suis las.

 

Parcourant le monde et ses bêtes
Bêtes sauvages ou bêtes civilisées
Bêtes de lettres ou bêtes politisées
Je le découvrirai autant que vous l’êtes.

 

Mais n’ayez crainte de moi
Même si je peux être source d’effroi
De votre confiance et de votre amour
Mon passage en force en sera glorieux pour toujours.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le doute

Le doute

26113860_10156155843658919_1355715809520900681_n

Le doute est le début de la sagesse.

Par Eri Kel

Un véritable petit chef-d’oeuvre
Chef-d’oeuvre qui me fait plaisir de partager avec vous.
RollandJr St-Gelais de Québec

Cette tristesse

20171130_135019 (1)

Cette tristesse

 

Il y a des jours,

Il y a aussi des nuits,

Où j’aimerais te donner ma vie,

À impossible nul n’est tenu, m’a-t-on dit.

 

Je me souviens de ce temps,

Comme j’étais heureux tel un enfant,

Jouant gaiement sous le soleil si chaud si beau,

Ce temps est révolu laissant en moi bien des maux.

 

À quoi bon cette nostalgie,

Si ce n’est que pour nous pourrir la vie,

Je ferme les yeux pour revoir ton tendre visage,

Ce que je t’aurais donnée parole d’un vieux sage.

 

Aujourd’hui tout a changé,

Même si dans le secret de mon cœur,

J’ai respecté ton choix en m’éloignant dès cette heure,

Et pourtant, je continuerai pour toujours de t’aimer.

 

Le sablier du temps a depuis tourné,

Me faisant comprendre toute la peine qui m’envahit,

Suis-je un être immoral ? Un bête animal ? Dites-le moi je vous en pries.

Et puis non, car je sais qu’au plus profond de moi mon âme languit.

 

J’ai respecté, crois-moi, ton choix,

Malgré mon crie de désespoir et notre peine,

Depuis tout ce temps coule un nouveau sang dans mes veines,

Celui de mes ancêtres preux chevaliers et nobles comtes et ces rois.

 

C’est le lot de la sagesse,

La somme de cette expérience,

Qui m’amena sur la route de la démence,

Aujourd’hui je désire ne plus revivre cette tristesse.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le déséquilibré

 

20171110_105216 (2)

Dessin réalisé par un étudiant en arts du C.E.G.E.P. de Sept-Îles 10 novembre 2017

 

Le déséquilibré

 

Devant la foule qui m’invective,
Face à cette crainte qui m’envahit,
Qui s’insinue au sein de moi et qui y fait son lit,
Que me veut-elle avec ses paroles cruelles et si vives ?

 

Est-il encore permis simplement d’être ?
Est-il aussi admis de ne point faire semblant ?
Alors que dans ce monde rien n’est ni noir, ni blanc ?
Que seule valeur véritable et honorable est accordée à paraître.

 

Les goulags de la froide Sibérie,
Ont quitté cette terre glaciale et ses steppes,
Et en dépit de ceux qui donnèrent leurs vies à Falaise et à Dieppe,
Notre si chère liberté est devenue affaire de propagande en nos esprits.

 

Doit-on croire les médias ?
Peut-on faire confiance à ceux qu’on rencontre ?
Doit-on tout gober par la boîte à images et à ce qu’elle raconte ?
Faire preuve de sagesse et de prudence est-il synonyme de paranoïa ?

 

Garder son intégrité est mieux que mensonge et perfidie,
Bonheur bien éphémère pour le cœur épris par les artificiels paradis,
En cette période de troubles et de maux divers, heureux est l’homme avisé,
Car la liberté n’a pas de prix même si on vous insulte de pur déséquilibré.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le samouraï

new-image12

Le samouraï

 

Aube levé, je me suis déjà préparé.

À ce combat depuis bien des journées.

Par mon grand maître, ce sensei tant respecté,

Et craint par ses ennemis de sa sagesse tant convoitée.

 

Mon katana affûté tel un rasoir,

Je jure de me battre jusqu’au soir,

Ne souhaitant faire payer à ces scélérats,

Tous leurs crimes sans hésiter et de ce pas.

 

Je suis le dernier des guerriers,

Celui élu pour protéger cette impériale citée.

Entrainé aux armes depuis ma lointaine enfance,

Appris à vaincre mes pires peurs bien avant l’adolescence.

 

Tora ! Tora ! Tora ! Tora ! Tora ! Tora ! Tora !

Voilà l’ordre qui me fut donné dès mes premiers pas.

Devant ces monstres sortis des enfers, je leur crierai banzaï ! 

Car en ce corps coule le sang noble d’un authentique samouraï.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Alors que je suis qu’un homme.

new-image39

Alors que je suis qu’un homme.

 

Question éternelle,
Que j’adresse à l’Éternel.
Sagesse convoitée avec humilité,
Oeuvre de chair malgré moi inachevée.

 

Parcourant les mers et le monde,
Me rappelant ces voix telles que des ondes,
Couleurs d’ébènes pour certains et d’or pour d’autres,
Bien différentes de celle qui est bien simplement la nôtre.

 

Corps à la fois frêle mais tenace,
C’est un fait que de me voir çà vous agace,
Me voir un jour disparaître? Ce n’est pas pour demain.
Car devant l’adversité, j’ai de nombreux tours de mains.

 

Mes yeux, devant vous peuples ébahis, brillent de volupté,
Car mon plus grand désir est de vous prouver ma virilité,
Certes mon corps par un drame est blessé,
Mais ma volonté de vivre n’a pas baissé.

 

Depuis ma naissance, je vous ai fait mentir.
Et, croyez-moi, cela m’a fait souvent rire.
Vous vouliez faire de moi un ombre,
Alors que je suis qu’un homme.

 

De

 

RollandJrSt-Gelais
Québec (Québec)
Canada