Archives de tags | brise légère

Je veux voler

Je veux voler Poème par RollandJr St-Gelais Photo par Gb62da Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/I-want-to-fly-864241176

Je veux voler

 

Quel endroit magnifique

Dans ce pays où tout est féérique

Dès l’instant où cette fumée de ma bien-aimée

Avec un plaisir indescriptible cette nuit j’ai fumée.

 

Ô ma belle Marie-Jeanne,

Toi qui es venue vers moi à dos d’âne

Je t’ai inhalée avec lenteur pour me laisser envahir

Pour de ses bienfaits insoupçonnés avec bonheur ressentir.

 

Aussitôt les yeux clos et les poings fermés

Telle une vague, je me suis laissé emporter

Vers un autre monde pour ces sombres jours, les oublier

Et de cette forêt vierge, avec la naïveté de l’enfance l’explorer.

 

En découvrir tous ses secrets

Secrets magiques, secrets interdits, secrets parfaits!

Secrets qui seront pour toujours, je le jure bien gardés

Car pour y être admis, seuls les adeptes de cette plante sont conviés.

 

Marchant candidement pieds nus sur un sentier

J’ai senti une présence avec curiosité me regarder

Admirer mon corps sans tous ces apparats artificiels

Car c’est dans la simplicité d’Ève que ma beauté se révèle.

 

Ressentant une brise légère me caresser de sa chaleur

Je me dirigeai vers un arbre étendu avec grande pudeur

En ouvrant mes bras, ces mots, tel un mantra, j’ai répété

Je veux voler ! Je veux voler ! Je veux voler !

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ciel bleu

Ciel bleu
« Ciel bleu » Photo par thisisnotbeauty Modèle JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/blueskies-840535385

Ciel bleu

 

Ciel bleu ! Ciel tout bleu !

Jour heureux sous le ciel merveilleux,

Je te regardais marcher avec un pas lent,

Sur la plage ensoleillée de ce sable chaud et blanc.

 

Belle comme une déesse de l’azur,

Cheveux rouges comme le feu ardent,

Chevelure doucement portée par le vent,

Robe qui laissait deviner la fragilité de ta peau si pure.

 

La légèreté de ton être me faisait penser,

À une mélodie, une chanson, un air que j’aimais fredonner

Et de tes mains caressées par la brise légère venue de la mer,

Faisait monter en moi le désir brûlant de toujours être à tes côtés.

 

Ne t’en va pas ! Reste encore un peu avec moi, je t’en prie.

Ne me quitte pas ! Écoute mon cœur qui te supplie.

Aucun ciel bleu ne pourra me faire oublier,

La femme que j’ai si aimée, tant adorée.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada