Archives de tags | chandelier

Bougies infernales

Bougies infernales Poème et photo par Rolland Jr St-Gelais de Québec

 

Bougies infernales

 

Il est maintenant minuit,

Dans le passage de samedi.

C’est le jour du premier sabbat

J’invoque les esprits maléfiques d’en bas.

 

Nappe sombre incrustée de signes ancestraux.

Elle aidera en cette occasion de laraires familiaux.

De plus, tout ce qui s’y retrouve possède sa raison d’être.

Rien n’est plus efficace qu’une table faite de bois de cèdre.

 

Se trouvent, sur cet autel,

Élaboré selon un ancien rituel,

Les objets qui serviront à citer les démons,

Afin d’obtenir par eux la puissance et le renom.

 

Le chandelier est, de tous ces éléments, le plus précieux.

Sa lumière délimite la frontière établie à jamais par les cieux.

Une borne inviolable entre le monde des vivants et des damnés.

Qui m’abritera, lorsqu’en cette liturgie noire, je les exhorterai.

 

Elles sont cinq et inséparables comme les doigts de la main.

Elles incarnent à la perfection les forces abyssales du malin.

Elles sont énigmatiques comme l’encre qui coule dans les veines,

Des âmes qui rongent leur rage, ne pouvant venger leur peine.

 

Une coupe à l’effigie de l’enfant déchu,

Se tient prête à recevoir un vin d’un bon cru.

Un élixir que je boirai lorsque le pacte sera accompli,

Entre mes invités de l’obscurité et l’humble mage que je suis.

 

Ô, Lucifer! Archange maudit qui porte avec fierté la lumière !

Éclaire mes pas lorsque je franchirai le seuil de ma chaumière !

Ô, Lilith! Femme répudiée par Adam qui refusa ton égalité.

Donne-moi, face à mes ennemis, ton inépuisable volonté.

 

Fantôme qui depuis toujours revêt la cape mystérieuse !

Sois le témoin tellement privilégié de cette entente sérieuse !

Qui sera gravé à tout jamais dans les airs par cet encens magique.

Un traité secret qui sera conclu par la prononciation des mots kabbalistiques.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le chandelier

Chandelier
Magnifique photo réalisé par mon ami Joël Pèlerin

Le chandelier

 

Je suis maintenant prisonnier,
D’une jolie dame, je suis envoûté.
Dans son château, j’y serai pour l’éternité.

 

Elle m’a ensorcelé par son charme,
Devant sa beauté, je n’ai pu que baisser les armes.
De sa peau basanée et douce comme de la pure soie,
Avec plaisir mes lèvres, j’y déposa de nombreuses fois.

 

Ne sachant comment faire pour résister à mes envies,
À mes pulsions effrénées j’ai succombé avec tant de folie.
Comment aurais-je pu résister à cette beauté, à cette féminité ?
Mon âme et mon corps sont désormais et pour toujours condamnés.

 

À la lueur de cette lumière,
Crée dans les profondeurs des enfers,
J’y découvris une femme d’une lointaine contrée,
Où potions magiques et incantations divinatoires sont formulées.

 

Dès l’instant qu’elle m’embrassa,
Ma volonté à jamais vers les limbes s’en alla,
À quoi bon résister devant une telle beauté de femme ?
À la lueur de ce chandelier je m’y engouffrai dans les flammes.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada