Archives de tags | mémoire

Qu’elle puisse vivre dans nos mémoires

Qu’elle puisse vivre dans nos mémoires

Bonjour tout le monde,

Je viens juste de lire un texte écrit par la chroniqueuse Sophie Durocher et publié au sein d’un journal populaire dans la province de Québec.* La lecture dudit texte m’a profondément bouleversé. En effet, on y raconte que l’une des plus grandes chanteuses du Québec vit ses derniers moments suite à une maladie foudroyante qui gruge petit à petit la mémoire de la personne qui en est atteinte. Et j’ai nommé la maladie de l’Alzheimer.

Une maladie sans pitié, sans moral et sans-coeur. Une maladie qui nous enlève lentement mais inexorablement de la mémoire de ses victimes. Une maladie qui touche de plus en plus de gens au fil des années. Personnellement, une de mes tantes maternelles est décédée des suites de cette pathologie. Comme quoi, je ne peux en aucun cas rester indifférent lorsque je lis un article traitant d’un tel sujet.

Mais, ce qui m’a le plus interpelé dans l’article en question, c’est l’image où un peuple tout entier semble être atteint de ce fléau. Je parle ici, à l’instar de la chroniqueuse, du peuple québécois. Ce qui est d’autant plus triste que la devise du Québec est nul autre que  » je me souviens « . Mais de quoi les québécois se souviennent-ils vraiment ? Je serais porté à répondre de pas grand chose.

Toutefois, je me console en me disant que c’est l’ensemble du monde occidental qui est atteint d’Alzheimer. Serait-ce une conséquence directe de l’instantanéité prévalant dans le monde actuel ? Consommer toujours plus vite afin de jeter encore plus rapidement. Voir maintenant, parfois entendre mais rarement écouter pour aussitôt oublier ? Oublier afin de se croire vivant. Mais, quel peuple peut effectivement vivre si il oublie ceux et celles qui lui ont prêté leurs voix au cours de son histoire tant politique, journalistique et, dans le cas présent artistique ?

Aurais-je pu passer sous silence la disparition de madame Renée Claude de notre mémoire collective ? Aurais-je pu continuer de rédiger mon blogue certes dédié à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie sans rendre hommage à cette artiste du Québec ? Aurais-je pu me proclamer nationaliste sans faire mention, ne serait-ce qu’une seule fois, de cette dame qui fut une figure de proue du nationalisme québécois lorsque ce mouvement fut à son apogée dans les années 1970 ? À toutes ces questions, la seule réponse est un non catégorique.

C’est pourquoi j’ai décidé de perpétuer l’image de cette chanteuse au sein de mon blogue artistique. C’est bien peu comme action, mais si j’ai pu préserver son nom dans notre mémoire en permettant à mes nombreux abonnés de la découvrir, en souhaitant que mes compatriotes d’une certaine génération en fassent de même, je pourrais dire mission accomplie. Bref, je désire que, un peu grâce à cet article, madame Renée Claude puisse vivre dans nos mémoires, et ce pour toujours. 

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

*Il s’agit du Journal de Québec édition du lundi 11  février 2019

*Je profite de l’occasion pour remercier madame Sophie Durocher de m’avoir donné sa permission de m’inspirer de son article au sein de sa chronique.

Priez pour moi, ma sœur

Priez pour moi, ma soeur

La photo présentée ci-dessus est de mon ami et collaborateur RickB. photographe. Lien DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Avis aux intéressés !
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Priez pour moi, ma sœur

 

Priez pour moi, homme impur !

Priez pour moi, vous à l’âme si pur !

Priez pour moi, humblement je vous en conjure !

Priez pour moi, car de mes péchés, j’en ai cure !

 

Quelle soirée enviable que j’ai vécue,

Alors qu’avec belles dames, j’étais simplement nu.

De ce lieu de luxure et de tellement belles parures,

Qu’en ma mémoire resteront beaux souvenirs pour le futur.

 

Maison close aux teintes rougeâtres,

Ah mon Dieu !Ce que visiter j’avais si hâte.

Admirez ces beautés descendues du ciel,

Aux lèvres douces comme du miel.

 

C’est ma faute, ma grande faute.

Oui, j’ai vraiment péché la tête haute.

C’est pourquoi je vous exhorte de sans cesse prier,

Afin que bientôt avec passion pouvoir recommencer.

 

Sentir le doux parfum rosé de leurs cheveux,

Qui pour un moment inoubliable me rendait heureux,

Caressez avec tendresse leurs corps soyeux pour un instant,

Pendant qu’elles admiraient ma virilité digne d’un géant.

 

Priez pour moi, ma sœur !

Car au fond de moi j’ai si bon cœur.

Et pour tout vous dire tout vous avouer,

Ce que j’aimerais en ces lieux pour une nuit vous y inviter.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

J’ai la mine… graphite.

37984076_10156732406173919_647231668628750336_o

Dessin par Eri Kel de la France

J’ai la mine… graphite.

 

À un âge vénérable,

Où l’on se sent moins capable,

Où notre mémoire nous joue des tours,

Et où nos sens nous font emprunter mille détours.

 

Revoyant le sourire de ma mère,

Lorsque je n’étais qu’une enfant de la guerre,

Devenue mère moi aussi j’ai souries à mes enfants,

Dès que je les ai pris dans mes bras et au gré du temps.

 

Je les ai vus longtemps grandir,

Je les ai vus tant aimer et tant souffrir,

Telle est l’ultime destinée du genre humain,

Avec ou sans terre, avec parfois les jours sans lendemain.

 

Prendre époux et conjointes,

Ce que j’ai prié Dieu les maintes jointes,

Pour que mes enfants chéris aient du meilleur,

En leur évitant le pire pour leur plus grand bonheur.

 

Quelle joie incommensurable !

De vous exprimer, j’en suis bien incapable.

Que mon cœur ait vécu d’avoir tenu dans mes bras,

La descendance que mes fils et filles m’offrirent ici-bas.

 

Mais quel chagrin émergea au sein de mon cœur,

Lorsque je réalisa l’absence de mon mari à ces heures.

Sachant à tel point qu’il aurait tant souhaité et tant voulu,

Tenir dans ses bras sa descendance avant le jour où il mourut.

 

Ce jour du mois de mai si triste et tellement inoubliable,

Où sa vie fut emportée par un coup du destin impardonnable.

Croyez-moi! La tragédie d’être une mère n’est point un mythe,

Voilà pourquoi, et malgré moi, en cet instant j’ai la mine graphite.

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je ne t’oublierai jamais

Maker:S,Date:2017-12-23,Ver:6,Lens:Kan03,Act:Lar02,E-Y

Je ne t’oublierai jamais

 

Pendant mon voyage,
Alors que j’avançais en âge,
Une période de joie et de bonheur,
Tu avais choisi ce moment comme ton heure.

 

Dans le silence d’une nuit,
Tu as décidé de laisser ainsi la vie,
Sans faire de bruit tu as quitté cette terre,
Pour aller rejoindre celle de tes sœurs et frères.

 

Me laissant avec mes souvenirs,
Ceux qui me réconfortent et me font sourire,
De ce temps où tu étais légère comme une plume,
De ce temps qui disparaît de ma mémoire telle une brume.

 

Avec les journées qui ont passées,
Tu es devenue belle chatte apprivoisée,
Que j’aimais caresser avec mes mains imaginaires,
En écoutant ton ronronnement qui égaya les tristes soirs d’hiver.

 

De tes espiègleries bien innocentes,
Qui me récomfortaient de mes moments de solitude,
Durant les temps où mes amours ressemblèrent à des femmes si prudes,
Et que les jours passèrent dans des douleurs si accablantes et lancinantes.

 

Installée avec confort près de moi,
Je te flattais avec la douceur d’un noble roi,
Te prenant parfois dans mes bras l’espace d’un court instant,
En respectant ton désir légitime de ne point être trop insistant.

 

Puis vient le temps de nos étés,
De ces rares périodes de grandes festivités,
J’y allais avec plaisir mais comme de raison avec précaution,
De voir à tes besoins comme il se doit avec attention.

 

Car jamais il n’aurait été question d’oublier,
Toutes ces simples promesses auxquelles à toi j’étais lié.
De voir en tout temps à ton bien-être sans omettre de te choyer,
Ce que je fis avec amour à chaque jour où tu étais avec moi mon adorée.

 

Maintenant que tu n’es plus en ce monde,
Ni en mon cœur blessé et qui s’effondre,
Tu es partie sans me dire au revoir,
Alors que je te revenais au soir.

 

Sur la route du retour comme le voulait mon destin,
J’ai ressenti sur le pavé chaotique cet ultime chagrin,
Celui, ô combien cruel, ne pas t’avoir dit comme je t’aimais,
Et sache Dame Plume qu’au plus profond de moi je ne t’oublierai jamais.

 

De

 

Rolland St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

 

Vous avez osé me tourner le dos

1510635_10153291707138919_7198490903825139382_n

Magnifique dessin réalisé par mon ami et collaborateur Eri Kel de la France

Vous avez osé me tourner le dos

 

Jolie jeune dame,
Fragile jeune femme,
Aux seins si magnifiques,
Vous voir ainsi est si mystique.

 

Femme de chair,
Femme légère comme l’air,
Que j’aimerais embrasser ce corps,
Que j’aimerais caresser cette peau d’or.

 

Assise sur vos tendres fesses,
Vous voir ainsi quelle allégresse,
Joie indescriptible pour mes yeux fatigués,
De cette vie d’artiste précaire mais si comblée.

 

Ne bougez pas! Je vous en prie, je vous en supplie,
Ça y est! Votre beauté est maintenant immortalisée,
Mon désir est de vous rendre digne des champs Elysées,
Ça y est! Votre féminité est à jamais dans la mémoire de l’infini.

 

Oui, vous avez osé me tourner le dos,
Mais je ne vous en veux pas car il est si beau,
Ressemblant à quelques notes d’une douce mélodie,
Vous voir ainsi est pour votre serviteur un prélude au Paradis.

 

De

 

RollandJr St Gelais 
Québec (Québec)
Canada

En mémoire des victimes du cancer

candle-838075_960_720

En mémoire des victimes du cancer

Une pensée! Une prière! Une bougie!

En souvenir pour toutes les personnes décédées du cancer:

maman, ma cousine, des amis et amies et

Monique la soeur d’une amie.

Rollandjr St Gelais de Québec

Voilà ma prière envers toi…

New Image 95

Voilà ma prière envers toi

 

Homme choisi parmi les siens,

Selon Sa volonté, tu as épaulé les chrétiens,

Leur donnant lettres d’exhortations et de sagesse,

Devant persécutions, tu gardas en sa parole la foi et l’allégresse.

 

Témoin privilégié des actes du Fils de Dieu,

Il te légua son Église voulue par son Père dans les Cieux,

Tu n’avais certes pas l’éloquence des sophistes ni gens instruits,

Et pourtant, tu as offert aux tiens ton espérance en la source de vie.

 

Simon ! Ô Simon ! Tu es Pierre !

En toi est confiée l’Église de cœur et de chair.

Sang et larmes des martyrs qui par amour coulèrent,

Écrivant à la douce mémoire de tes enfants leurs prières.

 

Souviens-toi de tous les persécutés,

Qui en ces sombres jours qui sont les derniers,

Fortifies-les en leur espérance en un monde nouveau,

Voilà ma supplique envers toi qui est avec Le Seigneur là-haut.

 

de

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Tu te tiens devant le monde.

New Image 68

Tu te tiens devant le monde.

 

Brave louve,

Toi qui es loin du Louvre,

Témoin des époques de la Rome glorieuse,

Sans oublier des foules meurtries par la vie furieuse.

 

Attendant le temps voulu,

Où tu reprendras ta vie dévolue,

Tu feras périr tous ces gens de leur arrogance repus,

En épargnant de par leur pureté de coeur tes enfants nus.

 

Relève-toi de tes cendres,

Dans les flammes des enfers fais-les descendre,

Ceux qui bafouent ta mémoire sans gêne et sans honte,

Car depuis la nuit des temps et à jamais tu te tiens devant le monde.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Traces du passé

new-image129

Traces du passé

 

Traces de pas,
Traces du lointain passé,
Témoins du temps des chevaliers blessés,
Témoins de ceux qui sont passés de vies à trépas.

Pourrais-je entendre les dires?
Pourrais-je savoir tous les  ouïes-dire?
De tous les secrets inconnus des historiens?
De ces savants qui  dans le fond ne  sont que des vauriens?

Qui a osé franchir vos  dalles?
Transportant armes et victuailles,
Pour des  armées levées au plaisir d’un roi,
Afin de libérer l’élue de son coeur épris d’un grand émoi.

Traces du passé ancestral,
Où disparaissent au gré du vent, au gré du temps,
De la mémoire des  peuples trop occupés malheureusement,
De la valeur de vos maux de jadis qui pourrait leur éviter tant de mal.

De

RollandJr St-Gelais
Canton de Vaud
Suisse

Merci-Thank You

Merci-Thank You

Merci-Thank You

 

Chère amie aux yeux si vivants,
Je te remercie de ta belle présence,
Dont le bonheur de ma journée tire son essence,
Et qui fait en sorte que je sois si bien portant.

 

Merci de partager avec moi un tel repas,
Et qui me rappelle de vivre avant notre trépas.
D’entendre ta voix est pour moi une fontaine de joie,
Qui m’incite à découvrir tant de choses sur toi.

 

Simplement te donner toute mon attention,
Voilà mon unique dessein en ce dimanche matin,
Et, ce sans aucune arrière-pensée ni faire mon malin.
Être là que pour toi telle était mon intention.

 

Apprendre de toi sans te brusquer,
Afin de pouvoir d’avantage t’apprécier,
Avec respect j’admirais ta beauté tel un miroir,
Pour en graver à jamais ma mémoire.

 

de

 

Rolland St-Gelais
Québec (Québec)
Canada