Archives de tags | droit de poser nu

Wow! Quel magnifique souvenir!

12208272_1031450326906741_7934140789677769399_n.jpg

Wow! Quel magnifique souvenir

«Ça me permet de me considérer en tant qu’homme, voir que je ne suis pas un monstre dégradant et que je suis beau, exprime avec émotion Rolland St-Gelais. Ça m’aide à affronter la vie de manière noble.»

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. Pour ma part, je suis littéralement aux anges. En effet, je viens de découvrir sur le web un article concernant le monde des modèles vivants. Un article qui a été réalisé en 2013 et dont votre humble serviteur a été parmi les personnes interviewées par le journaliste. C’est dont avec un plaisir immense que je vous transmet ci-joint la copie conforme dudit article avec, afin de respecter le droit d’auteur, un lien vous menant directement sur le site web d’où il est tiré. Je vous souhaite une agréable lecture.

chairrrr

Figures dénudées pour quelques instants, les modèles vivants se donnent à une profession tout sauf conventionnelle. Laissant préjugés et pudeur au garde-robe, ces artistes se dédient corps et âme à la création artistique.

Des heures immobiles en costume d’Adam, une anatomie analysée minutieusement par des dizaines de regards, une endurance mentale et physique particulière. Le métier de modèle vivant n’est pas destiné à n’importe quel quidam. Les conditions de travail difficiles et les jugements préconçus n’altèrent pourtant en rien la détermination de ces artistes.

Judith, étudiante de 22 ans à l’Université Concordia, garde un souvenir douloureux de sa première expérience comme modèle. «J’ai souffert l’enfer, je ne m’attendais pas à un aussi gros challenge physique et mental», se rappelle-t-elle. En quête d’un travail pour payer ses études, la jeune femme est tombée par hasard sur une petite annonce Kijiji. Elle pose depuis pour plusieurs artistes. Ses séances, habituellement au nombre de deux par semaine, se partagent entre dessinateurs, sculpteurs et photographes. Trois ans se sont écoulés depuis la première pose de Judith. Elle s’est adaptée progressivement aux contraintes physiques de l’emploi. «Il a fallu que je développe ma patience, ma relaxation et surtout ma résistance à la douleur», énumère l’étudiante.

Parents et amis de Judith ne savent pas qu’elle pose nue pour des artistes. «J’ai peur que mes proches me prennent pour une prostituée», s’inquiète l’étudiante. Guy Boissé, modèle depuis plus de trente ans, dit lui aussi être victime de multiples jugements de valeur lorsqu’il révèle son occupation «C’est mal vu dans la société, plusieurs croient qu’on offre des services sexuels. J’aime dire qu’on offre des services corporels», nuance-t-il. En trois décennies de métier, le poseur affirme n’avoir vécu aucune séance où il s’est senti mal à l’aise devant un potentiel sous-entendu sexuel.

La sécurité d’emploi est un concept étranger pour les modèles vivants, mais certains d’entre eux réussissent à créer des liens avec les artistes et les institutions. À l’Atelier de sculpture du Village, école reconnue dans le domaine à Montréal, une dizaine de poseurs sont appelés à chaque semaine. «Il est essentiel de bâtir une relation de confiance avec celui qui pose afin de créer une collaboration fructueuse et à long terme», explique Joël A. Prévost, fondateur de l’organisme. Un processus similaire se déroule à l’UQAM. L’enseignant du cours de modèle vivant, Thomas Corriveau, reçoit un nombre colossal de curriculum vitae et les conserve tous dans un cahier, triant sur le volet les applications. «Je travaille avec une demi-douzaine de ces personnes depuis plus de dix ans», affirme le professeur.

Bien que certains réussissent à se trouver des partenariats à long terme, la profession n’offre pas des conditions permettant d’en faire une occupation à temps plein. À l’Atelier de sculpture du Village, même les «réguliers» ne font jamais plus de dix heures hebdomadairement. Posant de trois à quatre fois par semaine, Guy Boissé se considère comme un des modèles les plus actifs à Montréal. «On est bien payé pour ce qu’on fait, mais il n’y a pas assez de demande pour que quelqu’un puisse gagner sa vie seulement avec ça», explique-t-il. L’homme de 54 ans est photographe pigiste et cultive des légumes avec son frère maraîcher pendant l’été pour joindre les deux bouts.

À corps vaillant, rien d’impossible

Un maximum de diversité est nécessaire pour les artistes lorsqu’il est temps de travailler avec des modèles vivants. Dans le cours offert à l’UQAM, les profils des participants varient continuellement. L’enseignant essaie également d’alterner entre modèles féminins et masculins pour permettre à ses élèves de bien saisir les différences de leurs anatomies.

Pour les personnes handicapées désirant poser pour des artistes, la réalité est parfois moins rose. Victime des effets de la thalidomide, médicament prescrit à des femmes enceintes en 1962, Rolland St-Gelais est privé de sa langue, de son menton, de ses deux mains, de l’avant-jambe gauche et d’une bonne partie de son pied droit. «J’ai appliqué dans plusieurs écoles et on m’a refusé partout donnant explicitement comme raison mon handicap. J’ai eu la chance d’avoir une amie qui m’a présenté à un artiste et de fil en aiguille, j’ai pu me faire une place», raconte l’homme de 52 ans. Poser en tant que modèle est un rêve qui a demandé beaucoup d’efforts pour Rolland St-Gelais. Il déplore que la première impression ait encore beaucoup de place dans le milieu artistique. «Les handicapés sont tout aussi pertinents à dessiner, ils présentent des défis très intéressants pour les étudiants », répond Thomas Corriveau. Il affirme cependant n’avoir reçu aucune candidature d’handicapés dans les dernières années.

Pour les modèles vivants, ce travail peut devenir une véritable façon de se définir et de s’épanouir. «Ça me permet de me considérer en tant qu’homme, voir que je ne suis pas un monstre dégradant et que je suis beau, exprime avec émotion Rolland St-Gelais. Ça m’aide à affronter la vie de manière noble.»

***

Un outil irremplaçable

Le modèle vivant offre des caractéristiques que le mannequin de cire ne pourra jamais reproduire, ce qui le rend si primordial dans le monde artistique. À l’UQAM, les étudiants au baccalauréat en arts visuels et médiatiques ont un cours de dessin entièrement dédié aux modèles vivants. «Les modèles sont animés, ils ne sont pas qu’un objet. Ils ont un rôle, une position et une expression qui amènent une création plus dynamique au dessin», affirme l’enseignant en arts de l’UQAM, Thomas Corriveau. Avec ces modèles, le professeur apprend à ses étudiants à se familiariser artistiquement avec l’anatomie et le squelette humain, tout en apprenant les règles des ombres.

Source: http://montrealcampus.ca/2013/11/donner-son-corps-a-lart/

 

 

Nudité? Vous avez dit nudité?

Nudité? Vous avez dit nudité?

Bonjour tout le monde,

new-image28Nudité? Vous avez dit nudité? Voilà la thématique de cet article et il m’a semblé être de plus haute importance de l’aborder dès les premières lignes écrites par votre humble serviteur devant son clavier d’ordinateur. Pourquoi vouloir rédiger un tel article après plus de 900 publications et de 14 pages de présentation sur des thèmes allant sur certains aspects de ma vie, dans un souci de transparence, et sur certains éléments, disons-le franchement, plus corsés? D’ailleurs, force est de constater que l’unanimité est loin de faire légion en ce monde et si cela arrive, en de rares occasions, elle est souvent la cause de bien des tourments au sein des sociétés, surtout lorsque la moralité semble être un vecteur des forces en présence. Comme disait si bien un sage: « Souviens-toi mon enfant que les pires atrocités commises par les hommes l’ont été faites au nom de la vertu. »

C’est là une question à laquelle je suis obligé d’y répondre sous trois volets distincts qui se résument simplement  en ceci: En premier lieu, ce que ce blogue n’est pas et New Image5ne sera jamais. En second lieu, les triples objectifs visés par votre humble serviteur. Et, en dernier lieu, vous l’avez sans doute deviné, de décrire en quelques mots qui est celui qui se cache derrière son clavier, et ce peu importe l’heure de la journée ou de la soirée, et même dans certains cas, durant la nuit, peaufinant dans le mesure de ses capacités la rédaction de ses publications. Trois volets, certes distincts, mais tellement complémentaires qu’en l’absence d’un seul des trois, toute logique démontrant la nécessité de l’existence même de ce blogue serait remise en question. Et, croyez-moi sur parole, je me battrai bec et ongles pour  le conserver tel qu’il est puisqu’il signifie à mes yeux la plus belle preuve de cette liberté d’expression, en l’occurrence la mienne, si malmenée par des gens avides de pouvoir sous le couvert de la moralité et, surtout d’une conception erronée de la grandeur divine.

Ce que ce blogue n’est pas et ne sera jamais

Une chose doit être dite une fois pour toutes: Ce blogue n’est pas et ne sera jamais dédié à une quelconque forme de vulgarité, d’obscénité, de mauvais goût et de grossièreté. Dès le début de la création de ce blogue, votre humble serviteur a tenté par tous les moyens mis à sa disposition, et parfois avec des balbutiements  vu son caractère profane dans les premiers temps, d’éviter d’offusquer qui que ce soit au sein de son blogue.

Qui plus est! Lorsque l’occasion se présente, il me fait plaisir de corriger le tir en publiant une nouvelle version d’un tel ou tel article ou tout simplement en y modifiant quelques parties. Ce blogue n’est pas non plus un site dédié à la 000000810002pornographie où l’image de la nudité est galvaudée de manière irrespectueuse tant pour les hommes que pour les femmes, dans son ensemble. Oui, certaines publications peuvent posséder une connotation d’érotisme, mais quand cela a lieu, c’est fait avec un soin méticuleux. C’est le cas notamment des séries intitulées «Séance de nudité érotique» et de sa suite sous-titrée «Se connaître, c’est s’aimer.» Une séance qui a été tournée dans une chambre d’hôtel de Montréal et ce, avec la collaboration spéciale d’une modèle nue extraordinaire et d’un photographe hors-pairs. Rien ne fut laissé au hasard afin de respecter d’abord et avant toute chose la charmante jeune dame qui avait accepté de participer. C’est bien la moindre des choses. N’est-ce pas?!

Ce blogue ne peut pas exister sans la recherche de l’excellence d’un français écrit et de mots choisis afin de respecter la langue de Molière. La plus belle langue au monde! Voilà pourquoi j’essaye de publier mes articles avec un grand souci de respect envers cette langue noble et digne des dieux. Oui, j’adore plus que tout ma langue car c’est avec elle que j’ai appris à dire la plus belle phrase pouvant être dite en ce monde: Je t’aime.

Les triples objectifs visés par votre humble serviteur

Il est important de retenir que l’idée de réaliser et d’entretenir, ce sont là deux réalités aux antipodes l’une de l’autre, ce blogue est venue en mon esprit à la suite new-image26d’un exposé écrit en théologie dont le sujet portait sur l’eugénisme sous le régime nazi et la participation plus ou moins imposée par les pseudo scientifiques du IIIe Reich auprès des artistes dans les pays occupés. En ce contexte, tout était axé sur la glorification du corps parfait et l’exclusion, voir l’élimination purement et simplement physique, des individus ne cadrant pas dans les critères de perfection préconisés par les nazis.

12675129_10154724094679657_765136332_oMa réponse personnelle a été de faire, permettez-moi cette expression, un pied-de-nez à cette période sombre de l’histoire. À cela s’ajoute le fait que la thalidomide a été découverte et fabriquée au sein de la Wehrmacht par un chimiste allemand qui alla devenir le fondateur de l’entreprise pharmaceutique tristement célèbre Grünenthal Chemical. Être un modèle nu était le chemin tout indiqué pour faire contrepoids à cette période qui menace de manière plus ou moins subtile de refaire surface. Souvenez-vous que l’histoire a tendance à se répéter et que la prudence est l’une des quatre vertus cardinales. Bref, restons prudents en tout temps.

Le second objectif de votre humble serviteur réside à transmettre sa passion pour la beauté auprès des visiteurs. Je fais bien entendu référence à la beauté sous toutes ses formes, mais en particulier le nu, la poésie et la photographie. Trois domaines qui, à ma grande surprise, m’ont permis de faire la rencontre de gens extraordinaires. Dans le domaine du nu, j’ai eu la chance de faire les manchettes en quelques occasions tant en Europe qu’au Québec et même au sein d’un magazine britannique, via une publication sur la modèle nue connue sous son nom d’artiste de Phylactère.

new-image16Pour ce qui est de la poésie, elle reflète ma passion pour le français. Jouer avec les mots! En faire vibrer chaque expression! Ressentir le plaisir ou la douleur évoqués dans une phrase! Remémorer des instants de bonheur ou de tristesse! Caresser chacune des lettres comme on titille le clitoris d’une femme pour lui procurer un plaisir parfois coupable, mais plus souvent tellement agréable qu’on ne peut s’empêcher de répondre favorablement à sa demande de recommencer encore et encore. Oui, la poésie est pour moi la nudité de mon âme. Une nudité que je dévoile au gré des mots, parfois pour apaiser, je le concède, bien des maux. Des maux de mon enfance!

Et que puis-je affirmer de ma passion pour la photographie? Certes, les artistes me11235251_676422929152119_142811643_o_thumb.jpg voient entièrement nu. Une nudité qui me comble de bonheur et de sérénité. Pour sa part, la poésie sert à transmettre mes sensations les plus profondes chez mon être. Toutefois, c’est par la photographie que je capte la beauté éphémère du monde qui m’entoure. Une beauté condamnée non pas par sa propre disparition, mais bien par la mienne. En effet, je serai déjà disparu depuis fort longtemps lorsque la terre arrêtera de tourner. Le reconnaître, c’est faire preuve d’humilité.

Capter chaque instant de vie! La vie en tant que modèle nu et pleinement sexué! La vie présente en chacun de mes poèmes! La vie saisie dès le moment où j’appuie sur le bouton de mon appareil-photo. Trois visions de la vie, mais une seule vie, c’est-à-dire celle que je partage avec le microcosme qui m’enveloppe, lui-même englobé par le macrocosme, et ce jusqu’à l’infini. Cet infini qui rejoint ce Dieu invisible.

Qui est celui qui se cache derrière son clavier?

Je suis simplement un être humain comme chaque personne vivant sur cette belle planète que l’on appelle communément la terre. Je respire comme toutes les personnes qui lisent ce blogue. J’aspire à rendre ce monde meilleur en tenant compte de mes forces et de mes faiblesses. Et, surtout, loin est de moi l’idée que je sois parfait.

Je cherche à publier des articles qui soient dignes d’intérêt pour chaque lecteur potentiel. Souvent, mon but semble être atteint tandis qu’en d’autres circonstances je passe à côté de la cible. Qu’à cela ne tienne! Je recommence avec la même passion, et même dans certains cas, avec un degré de minutie plus élevé rendant le résultat sensiblement amélioré. « À chaque fois, remets-toi à la tâche si tu veux bien travailler. » Telle pourrait bien être mon leitmotiv lors de mes rédactions. 

En terminant cette missive, je tiens à préciser une dernière chose. Une chose qui doit être comprise une bonne fois pour toutes. Mon intention qui se trouve dans chacune de mes publications est d’abord et avant tout dénuée de méchanceté envers qui que ce soit. Bien au contraire! Tout est fait avec une bonté d’âme et en tenant compte de mes dispositions du moment présent lesquelles sont tournées vers un seul objectif, la recherche de l’excellence. Soyez, je vous en pries, indulgents envers votre serviteur si cela ne soit pas toujours le cas.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

900e article : Assister à une séance de nu artistique

new-image23

900e article :

Assister à une séance de nu artistique 

Introduction

Bien le bonjour tout le monde,

new-image10Vous savez que cela fait presque six ans que je publie de manière assidue sur mon blogue artistique lequel est consacré à ma passion en tant que modèle nu pour des écoles d’arts tant à Québec qu’à Montréal sans oublier les artistes professionnels ou amateurs. Une véritable passion qui est devenue presque une philosophie de vie tellement cela m’a permis de m’épanouir tant au plan de l’art que celui de l’amitié. En effet, le fait d’être un modèle nu a favorisé la création de liens amicaux avec bon nombre d’artistes avec qui la chance de poser nu fut une véritable bénédiction. Une bénédiction pour laquelle je ne cesserai jamais de rendre grâce à Dieu, ou à la vie en général si vous préférez, tellement lesdites séances ont été riches à la fois en émotions mais aussi en créativité.

J’ai publié bon nombre d’articles au sein de ce blogue dont plusieurs ont pour thématique, autre que le nu artistique, la poésie et la photographie tout en évitant de mettre l’accent sur la cause de ma situation physique. J’adore la poésie puisqu’elle favorise la transcendance de l’âme sur le corps nu permettant ainsi au plus profond de mon être de s’exprimer de manière tout à fait libre. Pour ce qui est de la photographie, cette dernière me permet de voir la beauté du monde qui m’entoure en saisissant l’instantanéité du moment présent. Chaque seconde de notre existence éphémère possède une valeur inestimable, tel que le raconte la légende de chronos qui mangeait ses enfants aussitôt nés, puisqu’elle ne reviendra jamais. Voilà pourquoi le domaine de la photographie occupe également une place importante dans mon quotidien. Il va de soi que de voir le monde avec mes yeux me porte à prendre, dans une mesure moindre, la place de l’artiste lors d’une séance de nudité artistique. Voir, être vu et exprimer sont les leitmotivs de mon parcours artistique au sein de ce blogue lequel est devenu mon enfant chéri.

Or, je n’ai jusqu’à aujourd’hui jamais rédigé un article où je décrivais une séance de nudité artistique en privée, ni de vous permettre de voir ladite séance avec vos propres yeux comme vous y étiez. Une telle présentation me semble être un pré requis pour saisir toute la subtilité qui se cache derrière le tableau où l’artiste se trouve. Autrement dit, le fait voir de ses propres yeux une telle séance favorise une démystification qui entoure, un peu comme une aura, le lien qui existe entre d’une part, l’artiste qui se trouve derrière le tableau et, d’autre part, le modèle vivant qui lui offre son corps nu afin d’y découvrir ce qui est caché à l’œil du commun des mortels.

Voilà donc le thème de ce 900e article, c’est-à-dire assister à une séance de nu artistique comme si vous y étiez. Bien entendu que la longueur du texte, la qualiténew-image19 des vidéos et le nombre de photos alloué pour un tel article doivent être pris en considération dans la rédaction et la publication de cet article. Néanmoins, pouvoir le faire est fort probablement le meilleur moyen qui témoigne bien à tel point mon sens professionnel est connu et reconnu au sein du milieu artistique. Je tiens en terminant cette introduction, à remercier madame Marie-Josée Lebel artiste-peintre pour sa participation lors de la séance qui a eu lieu chez elle. Une telle collaboration a rendu possible la réalisation de mon 900e article. Certes, il s’agit bien du 900e mais ce n’est pas le dernier. Je me le promets solennellement.

Première partie :

La préparation

 

Pour être franc avec vous, la préparation d’une telle séance a eu lieu un vendredi new-image12soir lors de ma rencontre avec Marie-Josée Lebel à une exposition artistique dans un atelier situé près de chez-moi. Voyant le pétillement dans ses yeux pendant qu’elle me parlait avec un amour inconditionnel pour son art et son grand talent, je fus dans l’incapacité de me retenir de lui parler de ma propre passion en tant que modèle nu même si elle avait déjà visionné mon blogue artistique à l’occasion de la publication de mon poème inspiré de l’une de ses œuvres. Une œuvre qui m’a incité à en savoir plus sur cette artiste remarquable. C’est ainsi que de fil en aiguille l’idée de réaliser une séance de nudité artistique pour le transposer au sein de mon blogue, en y incluant des photos et des vidéos afin de l’agrémenter, pour souligner le 900e article a germé dans l’esprit de votre humble serviteur. Pourquoi alors ne pas le proposer à cette artiste dans l’optique que cela serait d’une utilité commune pour percer davantage dans ce milieu qu’est l’art du nu ? Un milieu tellement méconnu du grand public.

C’est avec joie qu’elle accepta ma proposition et qu’une date a été prise le plus vite possible afin de rendre possible la rédaction du présent article dans un temps raisonnable. Nous avons donc convenu d’un commun accord que la séance aurait lieu jeudi le 15 septembre à la demeure même de cette artiste, et ce en après-midi. Il est important de prendre en considération que nous voulions rendre notre rencontre la plus cordiale qui soit. Après tout, la vie est tellement courte qu’il est préférable de ne pas la prendre trop au sérieux puisque, avouons-le, personne s’en sorte vivant. N’est-ce pas ?!

Quelques mots me semblent être appropriés pour vous décrire ce que j’ai ressenti en voyant les œuvres de Marie-Josée exposées à l’atelier d’arts La Méduse de Québec. new-image18En premier lieu, j’ai été impressionné par la variété des couleurs de ses œuvres. Des couleurs qui révèlent sa créativité hors des sentiers battus, du moins à ce que j’ai été habitué de voir jusqu’à maintenant. En second lieu, son œil artistique m’a vite fait penser à l’illustre Picasso tellement les angles avec lesquelles elle va chercher l’originalité dans sa vision des choses lui ressemblent tout en ayant une touche qui lui est tout à fait personnelle. En dernier lieu, ces œuvres m’ont également amené à voir mon corps comme une œuvre unique en son genre où un œil averti pourrait lui en extirper une certaine forme propre au courant dit « impressionniste ». Pourquoi ne pas tenter l’expérience ? Après tout, qui ne risque rien, n’a rien. Qu’en pensez-vous ?

Enfin bref, toutes les pièces du puzzle furent positionnées afin de réaliser une séance de nudité artistique pouvant servir à réparer une certaine carence au sein de mon blogue artistique, c’est-à-dire de vous faire vivre presque en directe un telle séance. Fait rarissime sur mon blogue. Le 900e article me semblait donc être tout indiqué dans l’ordre des choses. Néanmoins, et par un souci de transparence et de rigueur intellectuelle, je suis dans l’obligation de vous avertir que certaines vidéos pourraient ne pas convenir à tout le monde, même si aucune vulgarité n’y est dévoilée. Bien au contraire !

Deuxième partie :

Être nu dans le regard de l’autre ?

Une question d’ordre esthétique et d’authenticité

 

Poser nu est loin d’être chose acquise ! Je parle en toute connaissance de cause puisque d’une part, une acceptation pleine et entière de son corps est un pré requis afin d’être capable de supporter le regard de celui, ou de celle le cas échéant, avec qui je travaille. Un regard qui se veut être harmonieux et empreint de respect. Et, d’autre part, l’aptitude à transgresser d’une certaine manière la pseudo moralité selon laquelle rien de son corps, en particulier son intimité, ne doit être dévoilé à autrui. Affirmation que je ne peux supporter car la beauté se trouve, pour reprendre une expression populaire dans le milieu artistique, dans le regard de celui qui regarde.

Tout ceci pour vous expliquer que la séance de nudité artistique à laquelle Marie-Josée et votre humble serviteur s’est déroulée selon les normes en vigueur dans le milieu artistique. Oui, j’étais entièrement nu devant cette artiste-peintre. Oui, nous avons profité de l’occasion pour échanger sur divers sujets. Oui, nous avons eu du plaisir à réaliser une telle séance. Et, enfin, oui, nous avons eu l’idée d’immortaliser certaines scènes de ladite séance afin d’atteindre l’objectif principal du présent article, c’est-à-dire de vous donner un bel aperçu comme si vous y étiez présents.

C’est ainsi que par un vendredi en après-midi du mois de septembre, Marie-Josée Lebel et moi-même nous nous sommes rencontrés dans son appartement, qui lui sert aussi d’atelier, afin de vivre une expérience unique dans mes annales. Rien a été laissé au hasard pour rendre notre expérience à la fois vivante et chaleureuse. En effet, vin rouge pour l’artiste-peintre et vin blanc dé alcoolisé pour son modèle ainsi que de la musique d’ambiance étaient au rendez-vous, sans oublier tout le matériel requis pour réaliser les peintures, bien entendu.

Il va de soi qu’après l’accueil et quelques instants de détente, il était impératif de commencer la séance le plus rapidement que possible. Quelles poses devrais-je prendre ? Et pourquoi donc ? Dans telle optique ? Créations en couleurs ou bien seulement en noir et blanc. Que de questions nous devions répondre dans les plus brefs délais. Après réflexion, j’ai opté de débuter avec une pose debout afin de permettre à l’artiste-peintre de prendre conscience plus aisément de mes proportions physiques après quoi, nous passerons à la pose à laquelle je donne affectueusement l’épithète de « pose du Titanic » en hommage au film du même nom où l’on assiste à une séance de nudité avec un modèle féminin qui possède, avouons-le, un corps de rêve.

J’ai donc commencé par la pose communément appelée dans le jargon artistique du contraposto. Pose qui nous vient de la culture gréco-romaine. Debout sur un pied, à vrai dire un demi-pied, mon genou droit appuyé sur le sofa, je devais rester plus ou moins immobile pendant la première partie de la séance. N’allez surtout pas croire que tout a été orchestré tel un régime militaire. Bien au contraire ! La douce musique du roi du Rock & Roll, Elvis Presley, et le vin qui coulait à flot agrémentèrent allègrement notre session tant et si bien qu’elle passa à la vitesse de l’éclair.

Première étape franchie ? La glace est donc bel et bien brisée pour entreprendre du bon pied la pose dite du « Titanic ». Une pose qui allait permettre à votre humble serviteur non seulement de se reposer, mais aussi parfaire son art car il s’agit-là d’un grand classique dans l’art du nu. Il va de soi que cette scène immortalisée dans le film du Titanic y est probablement pour quelque chose. On ne peut guère en douter. N’est-ce pas ?!

Après quelques instants de répit et de vaquer à d’autres occupations plus personnelles, nous entreprenions la seconde partie de notre séance sous la musique des Beatles. Que pouvions-nous demander de plus dans les circonstances ? Poser la question, c’est y répondre.

Une pose de nu artistique

Une pose de nu artistique: le Titanic

La fameuse pose du Titanic est loin d’être, contrairement à ce que le commun des mortels peut croire, reposante. En effet, le contrôle absolu de chacun de mes membres est un pré requis afin de permettre à l’artiste de réaliser d’abord une copie-conforme de ce qu’il voit et, ensuite, d’en extraire l’originalité présente dans son esprit. C’est un fait ! Les yeux voient, mais c’est l’esprit qui découvre. D’ailleurs, tout repose sur cette dualité regard et esprit dans le milieu des arts visuels.

Ce n’est guère la première fois que cette pose a été réalisée par votre humble serviteur. En effet, et si ma mémoire est bonne, je l’ai déjà utilisée lors d’une séance qui avait eu lieu à l’université du Québec en Abitibi-Tesmiscamingue satellite de Montréal en novembre 2015. Une pose qui avait permis à plusieurs élèves présents de se perfectionner dans ce domaine. Croyez-moi sur parole que bon nombre d’entre eux possèdent un grand talent.

Concentration, respect mutuel et cordialité sont les éléments essentiels dans la recette d’une séance de nudité artistique vécue en privé. Toutefois, et pour vous aider à saisir le contexte dans lequel nous avons, l’artiste et moi-même, travaillé, j’ai cru utile de vous présenter en bas du présent article une courte vidéo. En passant, vous noterez sans aucun doute tout le sérieux que l’artiste a lorsqu’elle accomplie sa tâche. C’est tout à son honneur. N’est-ce pas ?!

Personnellement, j’adore cette pose puisqu’elle possède un certain érotisme empreint de sensualité tout en respectant la vision du nu artistique. Érotisme puisque le corps nu y est totalement dévoilé sans fausse pudeur mais aussi du fait que notre entière vulnérabilité est offerte aux yeux de l’artiste présent. Ce qui est encore plus le cas lorsqu’une telle pose est faite devant un groupe d’étudiants-es en arts. Ici, la confiance entre les parties doit être réciproque et absolue afin de favoriser un bien-être commun.

En résumé, nous avons réalisé deux poses d’une durée d’environ deux heures et demi chacune. Deux poses à la fois fort différentes et complémentaires. Différentes dans leur présentation de mon corps mais complémentaires dans l’angle de vision. Comme un jeu de mots mystères, les plans horizontal et verticale facilitent une compréhension plus adéquate de la vision globale des choses, je dirais plutôt dans le cas présent le sujet étudié, permettant ainsi de trouver l’énigme imperceptible au premier coup d’œil.

 

Dernière partie :

Que penser de cette séance des plus particulières ?

 

Que pouvons-nous penser de cette séance des plus particulières à laquelle vous étiez les bienvenus, et ce en visionnant tant les courtes vidéo que les photos réalisées grâce à mon appareil photo ? Veuillez s.v.p. pardonner la qualité des résultats, j’ai fait mon possible avec ce que j’avais sous la main bien que je puisse en retirer une certaine fierté en tenant compte de mes limites physiques. Que peut-on conclure de mon professionnalisme dans le domaine du nu artistique ? Que peut bien penser l’artiste avec qui j’ai eu la chance de travailler ? Que de questions qui méritent d’être répondues.

Je répondrai à la première question en vous disant ceci : Ce fut pour ma part, une expérience inouïe étant donné son cachet d’avoir été filmée en direct, sans aucun pré arrangement dans nos sujets de conversation et dans une simplicité complète que je qualifierais avec plaisir d’une communion véritable et authentique. Oui, je l’admets sans hypocrisie que certaines photos et vidéos peuvent choquer les personnes non habituées de voir de la nudité, et ce pour des raisons qui les concernent et qui, par conséquent, ne me regardent pas. Une mise en garde, en caractères rouges, a été publiée dès le début de la présentation afin de respecter la moralité en vigueur au sein de nos sociétés judéo-chrétiennes.

Pour ce qui est de la deuxième question, il est nul doute que mon professionnalisme est reconnu par le milieu des arts, et ce tant parmi les artistes professionnels que amateurs et les écoles d’arts. D’ailleurs, bon nombre de reportages furent publiés dans plusieurs médias de masse non seulement au Québec mais aussi en France et même, par l’entremise d’une rubrique sur la magnifique modèle nue connue sous le vocable de Phylactère, dans un magazine d’arts britannique. Mes preuves ne sont donc plus à faire dans l’art du nu.

Que peut bien penser l’artiste avec qui j’ai eu la chance de travailler ? Quoi de mieux que de lui laisser la parole afin de connaître son opinion ? C’est pourquoi l’idée d’enregistrer une vidéo est venue à l’esprit afin d’une part, permettre de ressentir les vibrations qui sortent de cette artiste formidable et, d’autre part, de témoigner de la chaleur qui s’est dégagée tout au long de cette séance. Une séance qui restera gravée en ma mémoire en en mon cœur aussi longtemps que Dieu me donnera la chance de vivre une vie si extraordinaire.

Voici l’entrevue:


Merci infiniment de m’avoir lu et pour une rare fois de m’avoir écouté.

Je vous aime.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Comment se passe une séance?

Comment se passe une séance?

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous en ce début de semaine? Comment est votre moral? Que se passe-t-il de beau dans vos vies respectives? Que de questions! Je le sais trop bien. Mais, que voulez-vous?, j’aimerais recevoir de vos nouvelles de temps à autres. Malgré la distance qui nous sépare, c’est toujours un plaisir de savoir que vous lisez avec assiduité mes nombreuses publications et surtout que vous semblez les apprécier.

Sous un autre ordre d’idées, il m’est venu à l’esprit de rédiger un article sur le déroulement d’une séance de nudité artistique afin de démystifier les nombreux clichés pouvant circuler auprès du grand public, mais aussi pour vous expliquer dans la mesure du possible ce que moi-même je ressens au plan émotionnel lors d’une telle séance. Oui, il y a beaucoup d’idées préconçues entourant une séance de nudité artistique mais il y a aussi une gamme d’émotions que je vis de manière très intense. Des émotions qui resteront gravées au plus profond de ma personne puisque une certaine intimité se forme entre l’artiste et votre humble serviteur.

Tout d’abord, il est impératif de mettre les choses au clair. Je me prépare trèsDSCN0595 longtemps à l’avance tant mentalement que physiquement pour être en pleine forme pour la séance. Ce qui inclus une bonne nuit de sommeil, un bon repas pour le petit-déjeuner et avoir fait au préalable une bonne promenade dans les environs de l’atelier afin de m’oxygéner les poumons. Il va de soi qu’une révision de mes choix de poses est faite quelques jours, et parfois la veille, avant la rencontre. Une bonne préparation signifie aussi une hygiène corporelle impeccable. Ceci est fait dans un souci de respect mutuel entre les participants. Ce qui est tout de même normal dans les circonstances.

Ensuite, une bonne discussion doit être établie entre les personnes présentes tout en évitant d’entrer dans le vif du sujet. À vrai dire, il vaut mieux se présenter, bavarder de tout et de rien, voir à discuter de nos intérêts personnels et, en dernier lieu, à raconter nos parcours dans nos domaines respectifs. Rappelons-nous qu’il s’agit avant toute chose d’un échange entre deux êtres humains ayant leurs vies propres. En tenir-compte ne peut qu’enrichir la séance.

Pour ma part, je raconte les principaux faits saillants de ma vie lesquels m’ont amené à vouloir devenir un modèle nu. Des faits qui sont à la fois liés avec ma situation physique causée par la thalidomide mais aussi par les diverses rencontres que j’ai eu la chance d’avoir eu au cours de ma vie. C’est la réalité. Mon chemin de vie est assez particulier mais j’ai préféré le transformer en une force constructive qui favorise mon développement à la fois intérieure que spirituel et même physique. C’est, selon moi, beaucoup plus valorisant comme philosophie de vie. Toutefois, il est bon de retenir que j’évite autant que possible d’élaborer sur la thalidomide. Un tel sujet est à éviter car, voyez-vous?, j’ai fait les manchettes au sein de plusieurs médias de masse dans le passé. Bref, une présentation dans la cordialité est toujours appréciée de part et d’autres.

La séance peut alors débuter de manière tout à fait simple, c’est-à-dire que j’enlève mes vêtements dans un endroit prévu à cette fin pendant que l’artiste se prépare à réaliser ses ouvrages. D’ailleurs, je me rappelle bien que la grande majorité en profite pour installer tout ce qui sera utile pour mon bien-être durant la séance. Une attention très appréciée. Une fois les vêtements enlevés, les poses sont réalisées avec un degré de difficulté accru au fil du temps mais toujours en évitant de me blesser. Le plus bel exemple qui me vient en mémoire se rapporte à ma participation avec Dea Kazoku, une artiste extraordinaire dans l’art japonais du bondage, où nous avons respecté d’une part, le fait que je sois novice dans ce domaine et, d’autre part, les limites liées à ma situation physique. Et, ma foi, le résultat des photos a été fort impressionnant.

Les clichés photographiques peuvent se réaliser que je sois debout, assis, couché ou encore sur le côté. Tout est permis si, et seulement si, la recherche de l’excellence et de l’innovation y est présente. Il va de soi que le respect mutuel est de mise en tout temps. Dans ce cas, les contacts physiques peuvent être faits uniquement si cela est nécessaire et dans un cadre bien précis. Tout débordement y est proscrit. Ici, je me souviens de la tendresse avec laquelle Dea Kazoku se servait pour enlever les cordes qui enroulèrent certaines parties de mon corps après avoir pris les photos. Des gestes à la fois rassurants et calmants vu le caractère un peu spécial de ladite séance.

Ici, il m’est presque impossible de vous décrire toute la gemme d’émotions qui m’envahissent lors d’une séance de nudité artistique. En certaines circonstances, il m’est même arrivé de verser des larmes tellement cela venait me chercher en mon fort intérieur. Il est peut-être difficile pour vous de comprendre l’intensité du moment vécu, mais vous pouvez êtres certains que la chaleur qui m’envahie est réelle et perceptible auprès de chaque personne présente en ces lieux. Une chaleur à la fois bienveillante et réconfortante pour votre humble serviteur. Le degré de complicité entre l’artiste et moi-même y est sans doute pour quelque chose. C’est fort possible.

Une fois la séance terminée, le visionnement des photos peut avoir lieu. J’en profite alors pour choisir celles que j’aimerais utiliser dans d’éventuelles publications au sein de mon blogue artistique. Bien entendu que l’artiste a le droit de garder une copie de chacune d’entre elles car il s’agit bel et bien d’un travail d’équipe. Retenez bien que je remets tous mes vêtements dès que la séance est terminée, et ce par principe professionnel mais également par une question de pudeur. Un autre élément à retenir, et non le moindre, c’est que les artistes pour qui j’ai posé nu possèdent, pour une proportion considérable d’entre eux, une panoplie de logiciels, d’appareils photos et d’ordinateurs que je qualifierai de haut de gamme. Ce qui est tout naturel vu le champ dans lequel ils travaillent. Un travail? Vraiment? Je dirais plutôt une réelle passion et même une raison de vivre que je partage avec eux.

Que se passe-t-il une fois que tout soit bel et bien terminé? Cela dépend des jours. En ce qui me concerne, je profite de la chance d’être à l’extérieur de Québec pour visiter la ville où je me trouve. Et, vous pouvez me croire sur parole, j’y fais souvent de très belles découvertes lesquelles se retrouvent au sein de mon album-photos et, par conséquent, dans certaines publications liées à mes poèmes.

Je vous remercie de m’avoir lu.

Bonne semaine.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Assumer ses choix

WP_20150506_006

Assumer ses choix

Bonjour tout le monde,

J’ai décidé de rédiger ce billet à la suite d’une réflexion sur l’ensemble de mon travail, je devrais11235251_676422929152119_142811643_o_thumb.jpg plutôt écrire sur ma passion en tant que modèle nu. Une passion qui m’a amené à me surpasser dans un champ bien particulier qu’est la nudité dans le domaine artistique. Je profite de cette dernière soirée du mois de février pour vous expliquer les raisons qui m’incitent à assumer mes choix qui ont fait de votre humble serviteur un modèle nu, connu et reconnu non seulement au Québec, mais aussi au Canada et aux États-Unis ainsi qu’en Europe sans oublier bien d’autres pays qui soient ou non membres de  la francophonie.

Je pourrais aisément extrapoler sur les raisons qui ont amené l’homme que je suis à vouloir performer dans un chemin qui lui était, il n’y a pas si longtemps, pratiquement inconnu. Toutefois, quatre raisons seront retenues par un souci de rendre ledit billet plus facile à lire. Les raisons sont tout simplement celles-ci: apprivoiser le corps nu telle que soit son originalité, de dévoiler la sexualité présente au sein de mon physique lequel est peut-être quelque peu différent de ce que le commun des mortels est habitué de voir sur le web ou sur tout autre support médiatique et corollairement de favoriser une interrelation entre les personnes qui visitent ce blogue, qui est un peu mon enfant chéri, et moi-même ainsi que de prouver que l’on peut, à vrai dire que l’on devrait, être fiers de notre corps.

12187896_10205298628202359_1321551331066787914_n_thumb.jpgQue pouvons-nous entendre par le fait d’apprivoiser le corps nu telle que soit son originalité? C’est un fait indéniable que d’accepter son corps semble être une tâche de plus en plus difficile pour une majorité de personnes surtout en Occident où les critères de beauté sont si élevés qu’ils paraissent être quasi impossibles à atteindre. Pire! Certaines personnes en proie à l’obsession de performer à tout prix au plan social et dans une moindre mesure au plan amoureux iront jusqu’à mettre en péril leur santé voire leur vie. Pour ma part, j’apprécie qui je suis, comme je suis et, sans omettre qu’il serait bien de pratiquer un peu plus d’exercices, je peux être heureux d’avoir ce corps. Un corps dont l’originalité tire sa source dans un long processus d’adaptation face à tout ce que la vie réserve à chacun d’entre nous.

000000810010La deuxième raison qui m’a amené à devenir modèle nu tout en développant ce blogue réside en ma volonté de dévoiler la sexualité présente au sein de mon physique lequel est peut-être quelque peu différent de ce que le commun des mortels est habitué de voir sur le web ou sur tout autre support médiatique. Mais attention! J’ai pris grand soin d’éviter toutes formes de vulgarité ou d’obscénités dans mes publications. Le plus loin que votre humble serviteur est allé jusqu’à maintenant réside dans mon expérience vécue avec la magnifique Pénélope. Une femme envers qui j’ai et j’aurai toujours un profond respect. Cependant, il m’est un devoir de vous prévenir qu’une autre séance érotique aura lieu ici même à Québec au courant du mois de Mars. Une séance où l’œil féminin scrutera la sensualité présente au sein de mon corps. Mon corps qui lui sera offert de plein gré et avec une entière confiance. Croyez-moi sur parole qu’une telle séance promet d’être riche en couleurs. Ho que si!

L’avant-dernière raison qui m’a amené à la fois à devenir un modèle nu et corollairement à créer un11807534_10153404557290733_5438429884558262964_o_thumb.jpg tel blogue réside dans mon désir bien légitime de favoriser une interrelation entre les personnes qui visitent ledit blogue, qui est un peu mon enfant chéri, et moi-même. Il va de soi que tout travail digne de ce nom doit avoir un certain « feedback » de la part de personnes qui œuvrent de près ou de loin dans ce domaine. Parfois, cela permet de me faire une idée plus précise de ce qui ne va pas et d’y apporter les corrections nécessaires. Un point intéressant à retenir ici: Mon blogue a été vu par des gens qui vivent au quatre coins de la planète (1), et ce en dépit qu’ils ne parlent pas, enfin je présume pour un grand nombre d’entre eux la langue de Molière (2). Est-il utile de vous rappeler jusqu’à tel point il est important, voir nécessaire, de partager avec nos pairs dans chacune de nos sphères d’activités. Bien entendu qu’il faut tout de même établir des garde-fous afin de définir de manière convenable ce que l’on doit partager et avec qui on le fait. C’est-là une question de logique.

12200875_10208456181787106_1270128365_n (2)Enfin, la dernière raison qui m’a amené d’une part à devenir un modèle nu et, d’autre part, à rédiger un tel blogue demeure dans ma plus profonde conviction que l’on peut, à vrai dire que l’on devrait, être fiers de notre corps en tous temps. Notre corps possède une histoire qui lui est particulière avec ses points forts et ses défauts. Il est le véhicule qui sert à notre âme d’entrer en communion avec d’autres âmes. Mais attention! J’admet volontiers que bien des corps peuvent paraître plus charmeurs que d’autres. Dire le contraire relèverait de l’hypocrisie. Moi-même, et je n’ai point honte de le dire, j’adore la perfection féminine. Ce qui ne signifie en aucune façon que je ne peux pas apprécier une femme avec un physique, disons-le, moins invitant. Bien au contraire! Comme l’affirme si bien le dicton: « La beauté est dans l’œil de celui qui regarde. » Nous avons tous et toutes une beauté qui nous est propre, qui nous rend unique, qui nous enrichie avec ses particularités. Parmi celles-ci, la bonté, la grandeur d’âme, le dévouement, l’honnêteté et bien d’autres qualités que l’on ne peut pas voir au simple regard rendent l’être humain pleinement « humain » si ce n’est pas « divin ». D’ailleurs, ne dit-on pas que l’essentiel est invisible pour les yeux? 

Voilà pourquoi j’assume pleinement et en toutes connaissances de cause tout ce que j’ai réalisé DSCN0601-2.jpgjusqu’à maintenant. Je suis heureux dans ma profession laquelle m’a poussé à outrepasser mes limites et, parfois, à confronter mes peurs. Heureux aussi de pouvoir partager avec le public l’ensemble de mes activités au fil des années. Des années qui ont aidé l’homme que je suis à devenir meilleur. Une telle route aurait-elle été possible sans l’aide de ceux et de celles qui m’on encouragé en m’invitant à foncer tête première? C’est sans contredit que je me dois d’avoir une profonde gratitude envers tous les artistes qui ont accepté de rendre possible une telle aventure. Et que l’aventure puisse se poursuivre pour de nombreuses années. Si Dieu le veut! Oui, j’ai bien écrit « Si Dieu le veut » car, voyez-vous?, il est celui qui a permis à votre ami et blogueur de vivre une vie si merveilleuse. Je peux à juste titre le remercier pour tous ses bienfaits. N’est-ce pas?!

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

(1) Drôle d’expression lorsque l’on pense que la terre est ronde. lol

(2) Parmi les personnes qui me donnent leurs commentaires, un grand nombre sont membres de mon réseau sur Facebook.

Question existentielle et théologique

image

L’être humain est un mélange assez saugrenu de croyances et de convictions

Question existentielle et théologique

Bonjour tout le monde,

Je profite d’un moment de répit pour vous parler d’un sujet qui me tient à coeur. Il s’agit à vrai dire d’une question d’ordre à la fois existentielle et théologique puisque d’une part, on ne peut nier que la nudité occupe une place majeure dans ma vie et que d’autre part, la foi chrétienne que j’ai a une valeur inhérente à l’ensemble de ma personne. Comment puis-je concilier les deux tout en gardant un équilibre psychologique?

11701187_983457705039337_6955082830692781123_n.jpgIl est vrai que j’ai déjà rédigé un billet portant sur le sujet sauf que je désire approfondir plus en détails la notion théologique. Vous le savez déjà que je suis profondément croyant et que ma foi chrétienne, de nature catholique, a une grande importance dans mon parcours de vie. Une vie parsemée de joie, de peine, de succès, d’échecs et de tout ce qui entoure l’expérience humaine. Je remercie le Ciel de m’avoir donné la chance extraordinaire de vivre. Une chance à laquelle bien des gens crurent impensable à ma naissance.

C’est ainsi que j’ai appris très tôt à aimer ma nudité, à être à la fois fier de11807534_10153404557290733_5438429884558262964_o.jpg ma masculinité, et plus tard de ma virilité, de mon l’ensemble de mon physique et, enfin, du travail accompli tout au long de mon cheminement dans l’optique de développer mes capacités. Croyez-moi sur parole! Il s’agit d’un travail de longue haleine. À propos de ma virilité, je suis plus que persuadé que bon nombre d’entre vous s’interrogent sur ma capacité érectile et si mon handicap physique peut se transmettre par la voie de la génétique. Soyez rassurés! Oui, je suis sexuellement apte à me reproduire ou simplement d’avoir une vie sexuelle active et épanouie. Toutefois, je préfère garder cet aspect de ma vie intime dans le plus grand secret à moins qu’un tel sujet puisse être développé d’un point-de-vue artistique. Sait-on jamais… De plus, rien ne m’empêche d’avoir une progéniture tout à fait normale. Là encore, la normalité est établie par les critères véhiculés dans une société donnée. Il est à noter qu’une telle interrogation m’a déjà été posé par l’une de mes amies. N’ayez craintes, elle a su garder un respect envers moi en me questionnant sur le sujet.

11235251_676422929152119_142811643_o_thumb.jpgTout ceci résume à la perfection ma pleine acceptation de mon corps qui sera un facteur d’une valeur inestimable dans ma passion pour la nudité artistique et même, certes dans une moindre mesure, de la nudité comme tel. Comment puis-je vivre ma foi chrétienne en tenant compte de ma passion pour ce domaine? Autre aspect à résoudre dans ce présent article.

Une chose doit être dite une fois pour toute: l’être humain est un mélange de foi et de conviction. Un tel mélange peut le porter vers le plus noble ou bien le plus sombre côté de son âme. Faire abstraction de l’une ou de l’autre de ces réalités rend la compréhension de l’être humain totalement erronée.

Voilà pourquoi je tiens mordicus à donner un caractère sacré à ma nudité. D’ailleurs, bien des versets des saintes écritures démontrent la véracité de mes propos. L’on a qu’à penser à la création de l’homme et de la femme dans le jardin d’Éden où ils étaient nus et en avaient point honte. Malheureusement, le malin sous la forme d’un serpent lequel rappelle étrangement le phallus a détruit cette harmonie édénique à tout jamais.

Il va de soi que j’adore être nu devant un groupe d’étudiants et 12191650_10205298603281736_109947331189460114_n_thumb.jpgd’étudiantes en art ou bien pour des artistes amateurs ou professionnels, mais je le fais de manière à la fois consciencieuse et respectueuse tant pour moi que pour les personnes présentes. D’ailleurs, la plus belle des réalisations faites jusqu’à maintenant est sans contredit la position du Christ sur la croix. Une telle photo m’interpelle au plus profond de ma personne du seul fait que j’ai su épousé le corps de mon Sauveur. Peu de gens ont eu cette opportunité au cours de leurs vies.

J’adore aussi être nu pour me permettre d’entrer en relation avec moi-même. Découvrir toute ma vulnérabilité, ma force, mes limites et mes capacités, bref tout ce qui fait ce que je suis en dehors des entraves que la société m’impose, nous impose. Des entraves qui nous coupent les uns des autres, qui détruisent notre humanité et qui nous enlèvent notre parcelle de divinité qui se trouve en chacun d’entre nous. L’histoire est remplie d’exemples qui prouvent de manière indubitable ce que je viens d’affirmer.

En résumé, le caractère sacré de ma nudité trouve son origine dans celui de mon corps lequel est fait, tout comme chacun d’entre vous, à l’image et à la ressemblance de Dieu. Un Dieu qui m’a tiré du néant en m’appelant par mon nom, un nom que lui seul connaît et qui prononcera au moment où il voudra que je sois avec lui. Merci de votre attention!

Rolland Jr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Présentation légère

https://youtu.be/CYBSlwTW32A

Présentation légère

Bonjour tout le monde,

J’ai décidé de vous présenter une vidéo portant sur l’art du dessin dans le domaine de la nudité artistique. Je reconnais qu’il est plutôt rare d’inclure une telle présentation au sein de mon blogue artistique. Toutefois, je l’ai fait pour trois raisons majeures.

La première raison réside dans le fait que l’on retrouve bon nombre d’article sur mon expérience personnelle dans ce domaine, ce qui est tout de même normal puisqu’il s’agit bien du thème principal de ce blogue, mais il m’a paru utile de vous présenter l’autre côté du tableau; celui du dessinateur. La deuxième raison réside dans ma volonté d’alléger quelque peu la création de mon blogue afin de le rendre plus simple à parcourir. Reconnaissons-le! Il est très riche en publications diverses mais la rareté des vidéos sur le thème de la nudité artistique se fait quelque peu sentir. Corriger une telle situation me semble être une bonne chose. Enfin, la dernière raison d’une telle publication se trouve dans l’harmonie présente au sein même de cette vidéo. Tout son contenu rend son visionnement vraiment très intéressant. « Pourquoi alors ne pas la partager avec vous? » me suis-je dit.

Bref, c’est avec un immense plaisir que je vous présente ce véritable petit chef-d’oeuvre découvert à l’occasion de mes recherches sur le web. Je profite de cette occasion pour vous souhaiter un bon visionnement et une excellente semaine.

Je tiens à vous informer qu’il y aura du nouveau très prochainement au sein de la rédaction de ce blogue. Un élément qui viendra s’ajouter afin de le rendre davantage agréable à lire, à relire et à faire connaître parmi vos proches.

Merci de votre attention à mon égard.

Rolland St-Gelais

RollandJr St-Gelais Modèle nu Québec (Québec) Canada

 

Journée de grande tristesse pour un artiste formidable

11057283_1252649701419055_8927001051552225123_o

Québec

Le 6 janvier 2016 

Journée de grande tristesse pour un artiste formidable

Bonjour tout le monde,

Joel PelerinC’est avec une peine incommensurable que j’ai appris cette nouvelle en ce jour du 6 janvier 2016. En effet, j’ai appris que la 33ème exposition que mon bon ami et artiste Joel Pèlerin  devait faire au Phare de Ste Suzanne de La Réunion a été annulée, et ce à 2 jours du vernissage. Qui plus est! « Plein Phare… » devait être sa 4ème exposition en ce lieu.

Joel Pèlerin est un artiste indépendant et avait lui-même financé cette exposition.

Il a exposé depuis plus de 12 ans à La Réunion, dont notamment à l’HôtelJoel Pelerin 2 de Ville de St Denis, qui est un monument historique. Il a travaillé avec les institutions et associations locales les plus diverses, sans omettre son implication plus que considérable sur le plan international, avec des organismes tels que les Nations-Unies, l’UNICEF, Amnesty International et la Ligue des Droits de l’Homme, la Leche League… dans le but de porter bien haut les valeurs de La Réunion et de l’Humanité.

CJoel Pelerin 3ette censure, sans aucun échange préalable avec cet artiste extraordinaire et ami formidable, en cette date symbolique du 6 janvier, triste anniversaire des attentats de Paris, constitue à ses yeux, à la fois une régression et une autre atteinte à la liberté d’expression ainsi qu’ un mépris à l’encontre de l’Art.

Cette situation est pour l’artiste, et ce avec raison,  loin d’être anodine pour La Réunion car elle constitue pour mon bon ami tout un symbole pour l’Humanité.

Ce texte est inspiré de la publication de mon bon ami Joel Pèlerin sur sa page Facebook et j’ai décidé de le publier en appui non seulement pour son art mais aussi pour notre passion commune qui est la nudité artistique. En mon nom personnel, je vous remercie de votre appui à son égard.

Sincèrement vôtre

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Célébrons la vie tout simplement

Célébrons la vie tout simplement

Célébrons la vie tout simplement

Célébrons la vie tout simplement

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que les derniers moments de vacances se passent bien pour vous. Pour ceux et celles qui ont repris le boulot, que ce soit fait dans la bonne humeur et la joie. Souvenez-nous que le fait de pouvoir travailler est une richesse inestimable que bon nombre de gens sur cette terre ne possèdent pas.

En ce qui me concerne, je me considère chanceux d’avoir l’opportunité de rédiger des articles sur la nudité artistique de manière assidue et d’en faire profiter les membres de la communauté linguistique francophone. Une chance d’autant plus accrue puisque plusieurs de mes poèmes y sont publiés afin d’accroître la diversité de mes nombreux articles au grand plaisir des lecteurs.* Je profite de l’occasion qui m’est offerte pour vous remercier de votre fidélité à l’égard de mon blogue. Que serait ce blogue sans vous? Poser la réponse est un peu y répondre. N’est-ce pas?

Vous ne le savez peut-être pas, mais l’une de raisons qui m’ont incité jusqu’à maintenant à devenir un modèle nu est de célébrer la vie avec une simplicité la plus complète qui soit. Quoi de plus simple que la nudité sans aucune arrière-pensée, dans une pureté absolue et loin de toutes les expressions possibles de vulgarité? En effet, la nudité est semblable, du moins dans le domaine artistique, à un nouveau-né lequel offre à la fois son innocence et sa fragilité. Innocence qui se perdra au gré des circonstances de la vie et fragilité qui se consumera dans une lutte effrénée pour sa survie. Chacun d’entre nous peut sans contredit fournir des éléments de preuve à profusion à mes propos. J’en suis plus que convaincu.

Malheureusement, il existe une proportion considérable d’individus qui ne partagent pas une telle conception de la nudité. Soyez certains que je n’ai pas l’intention de les condamner. Après tout, chacun est libre d’aimer, d’apprécier ou non et d’avoir son propre opinion sur le sujet. Mon désir est ici de justement partager avec vous ma prise de position personnelle sur un sujet précis: l’utilité de poser nu afin de transmettre son idée au plus grand nombre possible. Je le sais tout autant que vous. Il existe bien d’autres façons de s’exprimer que de poser nu. Je pense notamment à la chanson, à la poésie, à l’écrit, à la peinture ou à bien d’autres supports. En ce qui me concerne, j’utilise la nudité au même que toutes les autres manières que je juge pertinentes. Libre à vous de ne pas être d’accord avec mon idée. C’est votre droit le plus stricte et sachez que je le respecte. 

Déjà-là, trois questions se posent d’emblée. J’ai choisi d’y répondre au fil de leur apparition, et ce, dans l’intention d’alléger le plus possible votre lecture. Après tout, il s’agit d’un article explicatif sur un thème précis et non pas la rédaction d’un mémoire de maîtrise ou bien d’une thèse de doctorat.

Primo, est-il nécessaire de poser nu? Ce à quoi que je répondrai à la fois par l’affirmatif et par le négatif. En effet, il est possible que le fait de poser nu accentue un débat sur le sujet présenté. La nudité a toujours dérangé et elle dérangera toujours. Dans ce cas, il vaut mieux déranger pour une bonne cause. Toutefois, elle peut aussi avoir un effet pervers et détourner l’attention tant recherchée vers un objectif tout autre. Secundo, le droit de poser nu est tout aussi sacré que celui de s’abstenir de regarder tout publication où la nudité y est présentée. Ici, l’on doit sans cesse se rappeler que les droits des uns se terminent là où ceux des autres commencent.

D’ailleurs, chacun d’entre nous possède son éthique face à la nudité, sans cesse influencée par ses expériences de vie, incluant bien sûr mais pas toujours par sa sexualité, et par la religion qui était plus souvent qu’autrement garante de la moralité sociale jusqu’à l’émergence des sociétés dites laïques. Là encore, ces dernières gardent un relent de l’époque où le clergé réglementait l’existence des citoyens jusqu’à leur plus grande intimité. La vie est ainsi faite.

Secundo, l’on doit être en mesure de justifier son geste, de lui donner un sens et de répondre du tact au tact à ses détracteurs lesquels sont légions en ce monde. Justification appuyée par une réflexion de longue haleine laquelle permettra de fonder chacune des présentations de sa nudité et, finalement, de retourner lesdits détracteurs à leur propre vision de la nudité. Autrement dit, d’être capable à la fois d’assumer ce que l’on a fait et d’en retirer une fierté. Oui, je le sais. Il existe des gens qui adorent détruire le travail des autres pour le motif qu’ils n’ont rien d’autre à faire dans leur vie. Je les plains, les pauvres.

Tertio, Il faut toujours se rappeler que ce que l’on publie sur la grande toile y sera pour toujours et n’y disparaîtra jamais. Il est ici impératif de faire attention à tout ce que l’on y publie et d’être prêt en tout temps à en prendre la responsabilité. Oui, je vous entend murmurer qu’il y a une quantité phénoménale de photos tirées de ce blogue où l’on peut voir ma nudité. Savez-vous quoi? Je l’ai toujours assumé pour la raison suivante: mon désir de créer un tel blogue est apparu suite à une réflexion entreprise sur une longue période. Une période où le calcul des « pour » et des « contre » alla jouer un rôle prédominant. Bref, rien a été fait à la légère.

Rien a été fait à la légère pour présenter l’homme que je suis dans sa pleine humanité et son entière fragilité.

Rien a été fait à la légère pour détruire les idées préconçues face la nudité, les idées faussées par la présence, semblable à un virus mortelle, de la pornographie au sein de notre société. Une société avide plus souvent qu’autrement de sensationnalisme.

Rien a été fait à la légère pour célébrer, tel que le démontre la photo extraordinaire présentée en haut du présent article, ce qui est le plus sacré en ce monde: la vie.

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

  • J’ai choisi d’utiliser le masculin dans un souci de faciliter la lecture du présent article. Merci infiniment de votre compréhension.

Voici quelques explications!

Ecco Homo
Ecco Homo Modèle nu? RollandJr St-Gelais

Voici quelques explications!

RollandJr St-Gelais
RollandJr St-Gelais

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. En ce qui me concerne, je vais merveilleusement bien. En effet, j’ai réalisé ce samedi un rêve magnifique. En effet, j’ai posé nu pour un groupe d’artistes extraordinaires ici même à Québec, et ce au sein d’une école d’arts de niveau universitaire. Cela fut réellement un honneur pour moi. Je dois tout de même avouer que je ne m’y attendais vraiment pas puisqu’au début j’y allais uniquement en tant que «spectateur», si je peux m’exprimer ainsi, mais à la suite de circonstances particulières très difficiles à vous expliquer, j’ai finalement posé nu pour un groupe d’élèves au talent formidable. Poser nu devant un tel groupe a été pour moi une très belle expérience.

Je n’ai point honte de poser nu lorsque cela est fait avec respect, avec passion et dans un cadre purement artistique. Il est plus qu’important de retenir cette information afin d’éviter toutes formes de préjudices. Enfin bref, cela m’a permis de vivre un très beau weekend surtout du fait que je ne m’y attendais pas du tout.

Un autre élément que j’aimerais ici apporter, c’est que, voyez-vous?, je n’ai pas fait de grande campagne concernant le dossier de la Thalidomide au sein des principaux réseaux sociaux sur le web et sur lesquels je suis inscrits. La raison est

Un être humain avant tout
Un être humain avant tout

simple: J’ai tellement fait dans le passé que j’en ai eu  un réel ras-le-bol à un moment donné précis de ma vie. Ce qui fait que le jour où ma mère est décédé le 16 juin 1996, j’en ai profité pour tourner la page, ou du moins si j’y reviens ce sera pour de brefs moments. J’ai bel et bien collaboré avec une certaine association,  en publiant quelques liens sur ma page Facebook mais pas plus. La raison était de ne point importuner mes nombreux amis et contacts avec qui j’entretiens de bonnes relations. De plus, je n’ai pas voulu m’immiscer davantage puisque je considère que d’un côté, j’ai fait plus que ma part dans ce dossier et que, d’autre part, je craignais, et ce, suite à des expériences douloureuses du passé qu’il y avait anguille sous roche. J’imagine que vous savez que j’ai plusieurs années d’expérience dans ce domaine et qu’ une telle expérience m’a laissé un goût très amer au plus profond de mon âme. Donc, j’avais le choix; ou bien je réalisais mes rêves un jour à la fois ou bien j’ouvrais des blessures causées par des événements  lesquels m’ont fait énormément de mal en des circonstances plus que particulières. Il va de soi que la majorité de mes souvenirs tant de mon enfance que de mon adolescence et même de ma vie en général sont plutôt très positifs. Toutefois,

Le paresseux
Le paresseux

certains éléments liés au dossier de la Thalidomide auraient été certes préférables pour moi de ne pas vivre. Je pense notamment à mon périple vécu à Philadelphie le 24 mai 1962, c’est-à-dire le jour de mon anniversaire de naissance. Voilà pourquoi j’ai choisi ce qui à mes yeux me convenait le mieux à mon bonheur et ce qui me faisait réellement vivre au plan spirituel.

Qui plus est! Pour ce qui est de mon futur, personne sait de quoi il sera fait et encore moins si je serai encore de ce monde. Il en est ainsi pour chacun et chacune d’entre vous. Bien entendu, je souhaite à tout le monde de vivre encore de nombreuses années surtout si la santé et la joie de vivre y sont présentes. Toutefois, et c’est-là mon humble opinion, si nous sommes là ici et maintenant c’est tout ce qui compte réellement.

De plus, vouloir réparer les erreurs du passé commises par d’autres à mon endroit? Je regrette mais je refuse de jouer à ce jeu. J’ai par conséquent choisi

La pose nu? Une véritable passion
La pose nu? Une véritable passion

ce qui me paraissait être le meilleur pour moi c’est-à-dire d’accomplir mes rêves aujourd’hui, de faire ce que je voulais faire, et ce sans vouloir nuire à mon prochain. Oui, je suis convaincu qu’il y a encore de bien belles choses qui s’en viennent pour moi. C’est tout ce dont je voulais dire concernant sur ce point bien particulier. Merci de votre compréhension!

Cependant, je dois terminer cet article en vous donnant certaines

Un petit chef-d'œuvre
Un petit chef-d’œuvre

explications sur ma passion en tant que modèle nu. Tout d’abord, je ne suis PAS un exhibitionniste. Bien au contraire. C’est un fait. J’adore poser nu puisque d’une part, je suis fier de mon corps et que d’autre part, je suis aussi fier de qui je suis et de comment je le suis. Ensuite, cette fierté est à la source de mon bonheur actuel et que je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour le transmettre aux artistes avec qui je travaille lors de séances de nudité artistique. Enfin est-il utile de vous rappeler que ces artistes ont réalisé des dessins et dans certains cas des photos tout à fait extraordinaires? Je donne tout de moi lors des ateliers et ils me le rendent fort bien.

En terminant cet article, je désire remercier toutes les personnes qui ont cru en moi et qui m’ont encouragé à persévérer dans cette voie tellement unique, noble et magnifique qu’est celle de la nudité artistique. Je remercie plus particulièrement toutes ces dames qui ont vu en moi l’homme que je suis. Un homme comme les autres avant toute chose. Sachez mesdames, mes chères amies, que vous avez mes respects les plus profonds. Je vous aime.

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Diversité de poses nues
Diversité de poses nues