Archives de tags | clichés

Fascination

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Fascination

 

Je suis réveillé depuis tellement longtemps.

J’ai fait un peu de ménage en prenant mon temps.

Tout en regardant avec admiration ton portrait accroché sur le mur.

Me remémorant la fois où j’avais été impressionné par ton attrait si pur.

 

Nous étions admis dans une école spécialisée en arts visuels.

Des cours de dessin, de peinture et de photo qui mirent ma vie si belle.

À mon grand étonnement, j’étais ravi de te voir assise à mes côtés.

Mes durées d’études ressemblèrent à des parcelles ensoleillées.

 

Puis, contre toute attente, nous devions travailler deux par deux.

Ne sachant trop pourquoi quelque chose nous rendait fort heureux.

Sans le vouloir, j’avais touché ta main en souhaitant prendre mon stylo.

Dès cet instant, en moi est apparu, dans le silence un jour nouveau.

 

Tu avais réagi à ma légère bévue par ton plus beau sourire.

Que ma vie si modeste m’a permis, avec joie, de découvrir !

Le travail accompli avec attention, nous l’avions remis au professeur.

Je t’avais offert de te ramener chez toi vu l’heure tardive et la noirceur.

 

Quelle allégresse en moi quand tu as accepté que je sois avec toi !

Car, sincèrement, je voulais te protéger tel l’aurait fait un roi.

Tu avais depuis le jour de la rentrée conquis mon cœur.

J’étais devenu, en cette occasion, un chevalier sans peur.

 

Au fil des jours et des nuits,

Tu m’as invité à passer un après-midi,

Chez toi, afin de faire plus amples connaissances,

J’imaginais à peine ce que tu m’avais donné comme chance.

 

Or, avant notre rencontre tant entendue, tu m’as conseillé.

Mon vieil appareil-photo apporter pour réaliser quelques clichés.

Sans me douter une seule seconde que j’y trouverais mon plus beau souvenir.

Qui allait devenir une consolation lorsque viendra le moment de vieillir.

 

Après avoir bu un bon café et grignoté quelques biscuits,

Du lustre de ta féminité, sur les films de mon engin, j’ai saisi.

Combien en ai-je pris? Et, à vrai dire, complètement, je m’en fous.

Mais, en ma mémoire, hélas, imparfaite, cet après-midi était si doux.

 

Une fois les études terminées, nous nous sommes avec regret, séparés.

Chacun de notre côté, comme est la vie, nous avons vécu notre destinée.

De tes nouvelles, de temps à autre, j’aurais tellement adoré en recevoir.

Mais, c’est un fait, l’existence humaine est parsemée par d’infinis au revoir.

 

Heureusement, j’ai conservé cet instantané.

Qui, dans mes temps de solitude glaciale, vient rallumer,

Le feu de mon amour pour toi toujours tenu dans le secret de mon cœur.

Et de cette présence bien modeste me rassure, face à la mort, de mes frayeurs.

 

Aurait-il une leçon à tirer de mon histoire ?

Je ne saurais quoi vous dire. Veuillez me croire !

Si, peut-être, en silence, nous nous aimions.

La réalité des choses est une fascination.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une fois au-dessus du village…

Une fois rendue au-dessus du village Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Once-above-the-village-921706154

Une fois au-dessus du village…

 

Fredonnant un air de gaîté,

J’admirais le paysage et sa beauté.

Sans me soucier de quoi que ce soit.

Je pensais, à ce que nous ferions, ce soir-là.

 

J’étais parti tôt de ma maison,

Avec un refrain d’une vieille chanson,

Qui mettait tant de la joie dans mon cœur,

Sac de victuailles sur l’épaule, j’appréciais mon bonheur.

 

Quel plaisir de pouvoir profiter de la nature,

Et de sentir l’arôme frais des champs de blé si pur.

Quoi de plus magnifique sur cette terre que de vivre

En campagne où les femmes de leur charme nous enivrent ?

 

Je quittai le village d’un pas léger comme un lapin,

Sans penser que j’allais croiser en ce sublime matin.

Une dame si ravissante qui me ferait commettre des folies.

Avouons-le ! Être à jamais sage, n’est pas le but de la vie.

 

Une grande brune se tenait devant moi à demi nue.

Jamais de mon existence, une telle beauté, je n’avais vu.

Sa présence fort agréable poétisait ce petit coin de paradis.

Tandis qu’au plus profond de mon être une irrésistible envie me prit.

 

Ô, jolie inconnue, pourrais-je vous demander une faveur ?

Je passais mon chemin comme d’habitude en pareille heure.

C’est à mon étonnement que je fais votre rencontre en ce lieu,

Et, je dois avouer que jamais je ne vous avais déjà vu sous les cieux.

 

Pourrais-je photographier cet heureux hasard ?

L’immortalisée dans mes souvenirs avant qu’il soit trop tard.

Oui, je le sais bien, je suis fiancé à une dame que j’aime plus que tout.

Mais, passer à côté de cet instant unique me rendrait sûrement fou.

 

Elle me répondit par un simple geste qui m’étonna.

De sa robe blanche, avec douceur, de moitié, elle la retira.

Elle leva son tendre visage semblable à celui d’un ange vers le ciel,

Et je découvris alors comme sa peau était dorée comme le miel.

 

En silence, je réalisai quelques photographies.

En respectant la distance qu’imposa cet instant précis,

Quelle formidable passion de pouvoir perpétuer sur clichés,

De ces moments, une fois que les jours de vieillesse seront arrivés.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Un souvenir d’antant

Un souvenir d’antan Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Img-5-922273601

Un souvenir d’antan

 

En fouillant dans une valise.

J’y ai découvert une agréable surprise.

Une photo que j’avais prise d’une de ces beautés.

Que j’avais dans ma lointaine jeunesse rencontrée !

 

Une femme resplendissante et à la chevelure blonde.

Que j’ai aperçu sortant des vagues et leurs ondes.

Chacun de ses pas sur le sable chaud de la plage.

Me permit de deviner quel était son âge.

 

Faisant face au danger, j’ai pris mon courage à deux mains.

Car, pour faire connaissance, il ne fallait pas remettre à demain.

Je m’en allai donc la trouver afin de me présenter bien gentiment.

Sans rien hâter par la parole, il va de soi, bien évidemment.

 

Tout en faisant attention à mes moindres gestes.

La courtoisie est l’art de doser avec modération les zestes.

Une fois les présentations devenues chose du passé.

Elle me suggéra avec sourire de la photographier.

 

Il ne me fallait pas plus pour être heureux.

D’autant plus que nous étions les seuls en ce lieu.

Elle sortit de son sac un appareil photo.

Et me le tendit avec son sourire le plus beau.

 

J’ai pris un nombre incalculable de clichés.

Alors, ma force de l’âge aidant, mon regard s’est porté.

Sur une partie de l’anatomie de cette charmante dame.

Et, jeune homme en parfaite santé, monta en moi une flamme.

 

Cette plage avait la particularité où tout vêtement était prohibé.

Nous étions, ma muse du moment et moi, en complète nudité.

Elle semblait étonnée par la vigueur de ma verge.

Et elle ne feignait pas de jouer à la plus offensée des vierges.

 

Bien au contraire ! Elle admirait l’homme qui se trouvait devant elle.

Vraiment difficile à croire, ils me poussèrent de véritables ailes.

Quelle tristesse de vieillir en revivant ces temps de bonheur !

Surtout lorsque je pense qu’arrivera bientôt mon heure.

 

Oui, les journées sont plus courtes et les nuits plus lentes.

Mais, n’allez pas croire qu’avec l’âge, ma raison devient démente.

Je me dis avec un brin de nostalgie pour me réconforter

Je suis content de m’être amusé et jamais je ne l’ai regretté.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

À tes côtés

À tes côtés Poème de Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/00-1669-899403267

À tes côtés

 

En fouillant dans une armoire,

Lieu qui sert à raviver ma mémoire.

J’y ai découvert des photos d’une autre ère,

Une époque où je vivais avec mon père et ma mère.

 

Il y avait tant de photos de toutes les variétés,

Certaines m’ont fait rire, quelques-unes m’ont attristée.

La plupart d’entre elles m’ont rappelé de beaux souvenirs,

Fait étrange ! Une d’entre elles m’a fait tellement sourire.

 

Elle a été prise lors de notre voyage dans la ville de Paris,

Un séjour qui m’a fait découvrir comme tu es belle, ma chérie.

Nous avions parcouru les rues, vu tellement de gens.

Nous avions découvert des lieux si différents.

 

J’aimais entendre ta voix,

Alors que nous étions dans un café toi et moi,

Sur l’une des nombreuses terrasses qui jalonnèrent ces lieux,

Ces lieux où de pauvres bougres faisaient pour vivre de leur mieux.

 

Certains vendirent des cartes postales,

D’autres écrivirent des poèmes tant bien que mal,

Mais, parmi tous ces gens, un possédait un étrange appareil.

À ce que l’on disait à cette époque, il s’agissait d’une vraie merveille.

 

Je me suis approché d’un jeune homme.

J’ai demandé pour une photo, c’est quelle somme.

En lui expliquant que je souhaitais être photographiée avec mon amie,

C’était pour nous deux, la première fois que nous visitions une ville si jolie.

 

Portant alors son regard vers nous deux,

J’étais fort impressionnée par la douceur de ses yeux,

Des yeux bleus comme l’azur qui m’a transportée vers un monde pur.

Il répondit : « Avant de vous faire un prix, essayez-vous sur le banc près du mur. »

 

Ce que nous avons fait sans dire un mot comme il se doit.

Avec confiance, nous lui avons obéi à l’œil et au doigt.

J’avais placé mon bras sur tes épaules telle une voile,

Afin d’immortaliser cet instant sur une imaginaire toile.

 

Nos joues collées montraient notre profonde complicité,

Et, je le reconnais d’emblée, une si particulière amitié.

Quelques clichés réalisés faits par des mains expertes en deux temps,

Et quelques poses suggérées par notre hôte, nous avons fait en un mouvement.

 

Quand fut venu le temps de régler l’addition,

J’ai alors demandé, pour ce travail, combien nous lui devions.

Rien du tout, je vous offre cette photo, charmantes dames.

Car jamais de ma vie, je vous le jure, je n’ai vu de si belles âmes.

 

Avec délicatesse, il me tendit cette pièce précieuse,

Qui me rappelle maintenant comme j’étais avec toi heureuse.

Ce que je donnerais pour être en ce lieu en ce temps transportée.

La vie m’avait tellement comblée lorsque j’étais assise à tes côtés.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une série hors de l’ordinaire

the_lovers_part_3___touch_by_mtl3_ddo4ror-pre
Superbe photo réalisée par James Fraser Modèles féminins : Paige et Tatiana Voir son site sur https://www.deviantart.com/mtl3

Une série hors de l’ordinaire

Bonjour tout le monde,

lovers_part1___desire_by_mtl3_ddo4rnx-preEn ce lundi 24 février 2020, dernière semaine de ce mois, je désire vous présenter série de photos réalisée par Jambes Fraser. Un photographe vivant en Grande-Bretagne, pays où les arts ont su se manifester de diverses façons notamment par le talent exceptionnel de certains des groupes musicaux qui ont conquis la planète. L’on a qu’à penser, entre autres, aux mythiques Beatles et à Pink Floyd sans oublier The Who dont les mélodies ont embelli l’enfance de votre humble serviteur.

Or, la série que je souhaite ardemment vous faire connaître possède des particularités tout à fait étonnantes. Puisqu’il est préférable de circonscrire le présent texte afin de ne point surcharger sa lecture auprès de mes fidèles abonnés, je vais me contenter d’élaborer sur ce qui me paraît être les quatre principales, c’est-à-dire celles qui ressortent du lot. Quatre particularités qui peuvent passer inaperçues pour le commun des mortels

Tel un chemin de fer traversant le paysage d’une forêtlovers_part_2___mesmerized_by_mtl3_ddo4rns-pre vierge, un fil conducteur est un pré requis pour la compréhension de la présente analyse. Un tel chemin de fer est délimité par quatre stations qui serviront à décrire par ordre de créativité de l’ensemble des photos. Lesdites stations peuvent être nommées ainsi : l’originalité du thème choisi par le photographe, le choix des poses réalisées par les deux modèles féminins et la qualité inhérente à chacune des photos ainsi que leur présentation définie par une chronologie remplie de tendresse et douceur. Un peu comme si rien n’a plus d’importance que de vivre la passion du moment vécu.

L’originalité du thème choisi par le photographe

the_lovers_part_3___touch_by_mtl3_ddo4ror-preC’est un fait indéniable. La présence de couples de lesbiennes faisant l’amour inonde tant les sites pornographiques que les magazines érotiques qui peuplèrent jadis les kiosques à journaux. Nul n’est mon intention de juger autrui d’avoir jeté un œil, et bien souvent les deux, en les tenant d’une seule main alors que l’autre était occupée à faire autre chose. Et, comme dit si bien le dicton : 90% des mecs avouent l’avoir fait tandis que le 10% restant ment.

Toutefois, et c’est-là un point intéressant à releverthe_lovers_part_4___closeness_by_mtl3_ddo4roh-pre dans la présente série, le thème choisi a été développé de manière à répondre à ces deux critères artistiques. En premier lieu, le respect à l’égard des modèles féminins dans la formulation de l’ordre de présentation est sans contredit un élément qui le différencie de tout ce que l’on pourrait imaginer d’une séance photo mettant en vedette un couple de lesbiennes dans une chambre d’hôtel. En second lieu, certes la nudité basée sous une certaine forme d’érotisme est montrée sans faille mais, ce qui est fort louable chez le photographe, elle est aussi faite de manière à y découvrir l’harmonie des corps et ce, par le biais de la complicité entre les modèles.

C’est ce qui constitue la première station sur le chemin de fer de ma critique sur cette série. Reste à voir les trois suivantes …

Le choix des poses réalisées par les deux modèles féminins

Peu importe la beauté des modèles, la qualité des produits de développement photographique ou bien le nombres d’années d’expérience de chacune des parties présentes pour une séance, cela n’a strictement aucune importance si la recherche de l’excellence et du bon goût n’occupe pas la première place.

the_lovers_part_5___will_you_____by_mtl3_ddo4rp7-preEn effet, et c’est mon humble avis, c’est par une telle recherche que l’on différencie une œuvre d’art où règne la sensualité et même l’érotisme d’un simple cliché dans lequel la vulgarité pollue l’eau limpide d’une rivière chaste et pure. Ici, c’est tout à l’honneur à la fois chez Paige et Tatiana et James Fraser * d’avoir été capables d’exercer une telle recherche de l’excellence, ce qui est en soi un réel exploit, au sein d’une telle série. Pour cela, je leur lève mon chapeau bien haut.

  • Il s’agit en l’occurrence des deux modèles et du photographe.

La qualité inhérente à chacune des photos

Si je ne me trompe pas, je crois bien avoir déjà écritthe_lovers_part_6________be_mine__by_mtl3_ddo4rp1-pre quelques mots sur la qualité inhérente des photos réalisées par James Fraser à propos d’une photo où l’on voit une ballerine danser en tenue d’Ève. Comment aurais-je pu éviter de faire la même chose concernant cette série? Cela aurait été une carence intellectuelle majeure au sein de cet article et une faute presque impardonnable envers mes abonnés. Qui plus est, cela me semble être dans la suite des choses d’écrire quelques mots sur ce sujet puisqu’il m’est arrivé de le faire à propos d’autres réalisations photographiques faites par mes nombreux collaborateurs tant en Europe qu’en Amérique et même en Océanie.

the_lovers_part_7___together_by_mtl3_ddq7dpf-preQuoi de plus étonnant qu’une telle série, réalisée avec une élégance indéniable et bon goût, ait pu captiver votre humble serviteur au point de vouloir en rédiger un article? Tout comme la photo de la gracieuse ballerine, tout ce qui définit la splendeur de la nudité mais avec un soupçon d’érotisme à la fois sain et respectueux y est présent. L’on a qu’à penser, à titre d’exemple, au naturel des poses lesquelles sont immortalisées.

Il va sans dire que l’harmonie des gestes constitue sansthe_lovers_part_8___bedroom_by_mtl3_ddq7dno-pre aucun doute un facteur hautement déterminant dans la réussite du résultat final. Combien de fois ont-ils été obligés de faire et de refaire chacun des clichés ? Étaient-ils préparés depuis longtemps ? Ont-ils plutôt opté pour agir selon l’ambiance ? Une telle séance avait-elle été envisagée depuis longtemps ? Peu importe les réponses, l’essentiel c’est que les résultats présentés dans cette série ont été fort bien réussis. Encore là, c’est tout à l’honneur des parties concernées.

Une chronologie remplie de tendresse et douceur

the_lovers_part_9___telephone_by_mtl3_ddq7dnl-preLa dernière particularité qui donne toutes les lettres de noblesse à cette superbe série se rapporte, tel que mentionné par le titre mentionné ci-dessus, à une chronologie remplie de tendresse et de douceur. Et, contrairement à ce que le commun des mortels peut penser à première vue, il s’agit d’une chose beaucoup plus facile à dire qu’à faire dans le cas présent.

En effet, rien de plus aisé que de montrer une série dethe_lovers_part_10___bed_by_mtl3_ddq7dne-fullview photos dans laquelle deux femmes vivent une intimité, voire une proximité de type sexuel, afin d’attirer le regard. C’est une réalité que l’on ne peut pas nier. Mais, rien n’est plus remarquable, voir louable, de réaliser une chronologie dans ladite présentation afin de susciter chez le public non pas un regard malsain mais plutôt une aspiration que je qualifierais de romantique, et pour ceux qui me suivent dans ce blogue où la poésie occupe une place loin d’être négligeable, que je qualifierais de poétique dans l’ensemble représentative des œuvres.

the_lovers_part_11___nipple_by_mtl3_ddq7dmx-preTout y est dévoilé à la fois avec pureté, prudence et prévoyance. Pureté des poses, prudence dans les gestes des modèles et prévoyance dans ce qui peut suivre telle ou telle photo. Rien n’est donc accompli à la légère même si, sans faire de jeu de mots, les modèles féminins furent légèrement vêtues.

En résumé, il m’était impératif de rédiger un tel articlethe_lovers_part_12___touch_by_mtl3_ddq7dnh-fullview au sein de mon blogue dédié à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie. Impératif puisque ne pas l’avoir fait aurait été un manquement grave à son enrichissement vu l’originalité d’une telle série. Une série réellement hors de l’ordinaire. Hors de l’ordinaire tout comme ce présent article qui l’est, un peu à ma grande surprise, car il est sans contredit le plus long de tous les articles que j’ai rédigés au sein de mon blogue, y compris mes nombreux poèmes, jusqu’à présent. Mais, entre vous et moi, faut-il s’en étonner ? Ma passion pour l’écriture et la nudité artistique y est pleinement comblée. 

Je vous remercie de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada