Archives de tags | heures

Voici la lumière

Voici la lumière Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Gb62da Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/There-is-light-890349403

Voici la lumière

 

Toute la nuit, à toi, j’ai pensé.

Attendant le soleil se lever,

Afin de mes tristes pensées,

Je les laisserai se disperser.

 

Dans la fraîcheur,

De la nuit sans peur,

Je n’ai pas vu filer les heures,

Car, vers moi, viendra le bonheur.

 

Légèrement vêtue,

Je déambulais pieds nus,

Regardant par la fenêtre les nues,

Croyant du regard une biche avoir vu.

  

Dans le calme de la forêt endormie,

Je suis sortie en évitant de faire du bruit,

Marchant sur la pointe de mes pieds telle une souris,

Quand, soudain, quelques rayons de soleil, je vis.

 

Quels bienfaits que fit dame nature,

De cette rivière où coule une eau pure,

De cette forêt où passent de magnifiques créatures,

De ce lieu où se dégage la sérénité la plus sûre.

 

Mais le bien le plus beau, le plus précieux.

Qui pénètre jusqu’à la profondeur de mes yeux,

C’est cette tendre lumière que m’offrent les cieux,

La lumière de mon ami au cœur si simple et si généreux.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Y a-t-il un espoir?

Y a-t-il un espoir ? Photo par Gb62da Poème par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Is-there-any-hope-886553118

Y a-t-il un espoir?

 

Y a-t-il un espoir?

En ce monde de plus en plus noir,

Où l’humanité se dirige vers le soir,

L’aurore de son existence si sombre et sans fard.

 

J’entends les battements de mon cœur,

De ce corps qui, telle une cellule, me fait si peur.

De ce corps, de cette cellule, d’où j’ai passé bien des heures,

Qui empoisonnèrent mon esprit de ces terribles leurres.

 

Les mains serrant les barreaux,

De mes doigts cherchant une voix là-haut,

Souhaitant retrouver, de mon enfance, ce temps si beau,

De ce temps dans lequel une rivière m’abreuvait de sa pure eau.

 

Assise à même le sol,

Semblable à une mendiante quêtant une obole,

De « La porteuse de pain » qui est devenue folle,

Je suis devenue étrangère à mon âme qui déjà s’envole.

 

J’aimerais entendre les chansons d’autrefois,

Un air joyeux des gens qui face à la vie avaient la foi,

Mais, que s’est-il passé? Dites-le-moi pour une fois.

Suis-je la seule qui craint pour ce monde tel que je le vois?

 

Venez me chercher,

Je vous supplie, venez me libérer.

Venez en ce lieu de ténèbres me réconforter,

Car de notre destin je n’ai de cesse de m’inquiéter.

 

De grâce, délivrez-moi de ce désespoir,

Qu’une lumière dissipe à jamais cet éternel soir,

Qu’elle éloigne ces pensées avant qu’il soit trop tard,

Afin de mettre en mon être isolé un peu d’espoir.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Le monde est en décombres

Le monde est en décombres Photo par Gb62da Poème par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/World-in-ruins-886071671

Le monde est en décombres

 

Ô ma chérie,

Oui toi, ma jolie.

La source de ma vie,

Celle pour qui mon cœur est pris.

 

Ne crois pas tout ce que l’on raconte,

Certes, la vie n’est pas toujours un beau conte.

Un conte de fées avec des rois, des reines et des comtes,

Malgré ce qui peut arriver de nos jours, seul l’amour compte.

 

Ici, des guerres. Là, des famines. Et puis là, des malheurs.

Était-ce écrit depuis toujours, depuis des heures ?

Existent-ils des moments de pur bonheur ?

Un instant de plaisir est-il qu’un leurre ?

 

Pour moi, tout ce qui me rend heureux.

C’est d’être avec toi sous le regard des cieux,

De ces chimères, de ces génies et de ces dieux,

Inventés par les hommes face à la mort qui les émeut.

 

Oui, mon amour, le monde est en décombres.

Tout semble qu’un épais brouillard parsemé d’ombres.

Mais, souviens-toi, de cette pluie fraîche et fine dans la pénombre.

Qui fit place au soleil quand nos cœurs s’unirent malgré leur surnombre.

 

Prends-moi par la main et poursuivons notre chemin.

Il y a pour toi et moi sûrement un meilleur destin.

Mon amour, n’attends pas jusqu’à demain.

Crois-moi, nos vies sont entre nos mains.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

En fouillant le placard

En fouillant le placard Photo par Gb62da poème par Rolland Jr St-Gelais Source : Enjoy the music… by gb62da on DeviantArt

 

En fouillant dans le placard

 

J’étais à la maison, veillant tard un samedi soir.

N’ayant pas grand-chose à faire, j’ai fouillé dans le placard.

Pour y découvrir quelques secrets de mon père et de ma mère,

Eux qui vécurent les années du « faites l’amour, pas la guerre ».

 

Dans le fond de ce placard se trouvèrent de grands trésors,

Des albums de vinyle qui maintenant valent de l’or.

De ces groupes mythiques ayant façonné une nouvelle ère,

Une époque où tout semblait possible sur les mers et la terre.

 

De ces vinyles, j’ai découvert de jolies chansons.

En imaginant tous ces cœurs battre à l’unisson,

En chantants joyeux refrains prônant l’amour et la liberté,

De ces mélodies qui m’ont amenée en d’étranges contrées.

 

De ces groupes à l’accent britannique,

Marquant de leurs empreintes une ère magnifique,

Une ère à jamais gravée dans la profondeur de nos mémoires,

Pour réchauffer nos cœurs en cette période si noire.

 

En cette soirée, une peu spéciale.

J’ai abreuvé mon âme d’une boisson proverbiale,

Apaisant avec satisfaction ma soif de paix et de bonheur,

Avec tous ces trésors qui firent la joie de mes parents en leurs heures.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Village de pêcheurs

Village de pêcheurs Peinture de Maryse Veysseyre Poème de Rolland Jr St-Gelais

Village de pêcheurs

 

Je suis né dans une bourgade,

Où j’ai poussé mon premier cri,

Le cri de ma naissance par un temps gris,

Une naissance où personne ne prenait garde.

 

Une naissance inattendue qui avait lieu,

Sous le son des canons et des coups de feu,

De nos libérateurs venus du lointain de la mer,

Et que leur répliquaient les occupants de nos terres.

 

À ces jours de combats,

Ont succédé les temps des ébats,

Au fil des années de ce temps presque oublié,

En cette époque où tout semble à jamais arrêté.

 

 Je suis né dans un village de pêcheurs,

Qui travaillèrent ardemment sans compter les heures,

Mon père rêvait pour moi d’un avenir bien meilleur,

Car j’étais son enfant rescapé de ces souvenirs de malheur.

 

Il m’expliqua qu’il ne savait ni lire ni écrire.

Sans pleurer et avec son plus beau sourire,

Car il voulait me transmettre cette fierté,

Et jamais, devoir ma nourriture, quêter.

 

Il m’envoya donc dans une ville pour apprendre un métier,

Un métier où je saurai lire et écrire et ce, sans jamais pêcher.

Avec attention, je me suis appliqué à apprendre mes leçons.

Car je voulais que mon père soit fier de son garçon.

 

Les années d’études se sont lentement écoulées,

Mon diplôme, avec mention honorable, j’ai mérité.

C’est alors que je suis retourné dans le village où je suis né,

Ce village de la Normandie, ce coin de terre jadis libéré.

 

Quand je rentre à l’école communale,

Les gens me regardent d’une manière anormale,

N’est-il pas le fils du pêcheur, celui qui ne savait ni lire ni écrire?

Je leur réplique que je suis aussi le nouvel enseignant avec le sourire.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada