Archives de tags | menaces

Pour bien débuter la semaine

Pour bien débuter la semaine :

le rosaire chanté en grégorien

Bon début de semaine tout le monde,

22853288_2020246764873090_4666011950016209162_nJ’espère de tout mon coeur que vous allez bien et que la vie soit bonne et belle pour vous. De mon côté, j’ai passé une journée dominicale réellement divine. En effet, comme à l’habitude, je suis allé à la célébration eucharistique en l’église St-Roch de Québec afin d’assister à ladite cérémonie comme je le fais depuis l’âge de mes 15 ans.

Fait étonnant ! N’oublions pas qu’à cet âge, nous avons tendance à se révolter de tout et de rien. Que voulez-vous ? C’est la période des remises en questions de la plupart des valeurs, des principes et du mode de vie inculqués par nos parents et ce, avec la meilleure volonté qu’ils eurent. De mon côté, ma foi chrétienne de tradition catholique a été jusqu’à maintenant plus que salutaire sur le chemin de ma vie.

Il va sans dire que ma passion pour le domaine18787894_10154940127833462_1862696579_n artistique m’a amené dernièrement à m’interroger sur la beauté des chants grégoriens. Ces chants dont les moines et les religieuses psalmodièrent en choeur dans leurs monastères, un peu comme pour protéger leurs contrées contre toutes formes de menaces tant intérieures qu’extérieures. Je me suis questionné durant la célébration eucharistique de ce dimanche à savoir : pourquoi n’y aurait-il pas quelques articles sur ce domaine musical que sont les chants grégoriens au sein de mon blogue artistique ? Après tout, notre civilisation est plus que tributaire du rôle qu’a joué le catholicisme dans l’émergence des arts. Est-il utile de vous rappeler que la cité du Vatican regorge de trésors d’une valeur inestimable ?

18763185_10154940138013462_1152071160_nBref, c’est afin de palier à cette lacune que j’ai décidé de publier au fil des semaines à venir des articles sur l’art religieux dont l’église catholique s’est servi pour d’une part, évangéliser l’Europe et, d’autre part, être garante des valeurs fondamentales qui servirent de tremplin à la plupart de nos institutions d’enseignement, de charité et d’hospitalité, voire ici les premiers asiles et hôpitaux dédiés aux moins nantis et des rejetés.

Oui, les chants grégoriens méritent de manière indéniable d’occuper une place hautement digne afin de reconnaître tant leur beauté que leur sacralité dans le domaine artistique. Les ignorer consisterait à les envoyer dans les limbes de l’histoire, de notre histoire. Ne l’oublions jamais.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pourquoi le mal existe-t-il ?

Sacré-coeur 8

 

Photo: Jérôme Bertrand

 

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous ? Qu’avez-vous fait de bon aujourd’hui ? Que se passe-t-il d’intéressant dans votre vie ? Avez-vous pu profiter du beau temps ensoleillé ou bien faire des activités que ce soit en famille ou entre amis ? De mon côté, je vais vraiment très bien avec les hauts et les bas de la vie. Rien n’est parfait en ce monde. L’essentiel est de garder foi en la vie et de croire au Bien malgré tout le mal qui semble régner en force dans le monde actuel.

Pourquoi le mal existe-t-il ?

J’ai décidé d’écrire un texte sur cette problématique fondamentale : Pourquoi le mal existe-t-il ? C’est là une question que bon nombre de philosophes et de théologiens ont tenté d’y répondre au meilleur de leurs connaissances. Soyez rassurés ! Nul n’est mon intention de me situer au même rang de ces gens de hauts savoirs. Toutefois, il me paraît utile dans le cadre de cette exposition de donner mon humble avis sur la raison d’être du mal. Autrement dit, pourquoi le mal existe-t-il ?

Nous sommes tous témoins de scènes d’horreur, d’injustice, d’exploitation, de crimes et d’actes répréhensibles notamment commis à l’endroit des plus faibles de la société. Regarder, lire ou bien écouter les nouvelles peut devenir une véritable torture psychologique lorsqu’il y est présenté des cas de ce genre. Oui, je l’avoue d’emblée. Nul ne peut rester insensible. C’est un fait.

J’ose donner trois explications plausibles à l’origine du Mal. N’ayez crainte, loin de moi l’idée d’attribuer la cause originelle en une entité précise même si je crois fermement qu’une telle entité existe bel et bien. Cependant, les trois explications résideraient davantage à ce qu’est l’être humain. Un être qui agit souvent plus par le côté irrationnel, voire ici les émotions à l’état brut que par le côté de la raison pure. En effet, cette irrationalité a amené les hommes à suivre des voies les menant vers, pour reprendre le concept de la « guerre des étoiles », le côté obscur de la spiritualité. Oui, c’est démontré que la spiritualité possède un côté lumineux et un côté obscur. Le premier l’amenant vers le bonheur et la paix tandis que le second le précipite vers le malheur et la crainte. Le bonheur qui est une conséquence directe de voir le monde, non pas comme il est, mais comme il pourrait être. Il va de soi que la paix intérieure accompagne chacun des pas de tous les hommes de bonne volonté. 

Outre le facteur psychologique propre à l’Homme, il y a celui la volonté mal dirigée de la survie. L’Homme souhaite survivre, et c’est son droit le plus stricte, en dépit des nombreuses menaces qui l’entourent. Bien évidemment, il devra y faire face tôt ou tard. Son désir de survie peut l’amener à poser des actes peu louables et même dans certains cas immoraux. Qui d’entre vous se souvient de la notion d’espace vitale, des politiques d’exterminations des indésirables allant jusqu’à celles des « indignes de vivre » et de bien d’autres actions perpétrées au nom du bien commun, et ce sous différents régimes politiques qu’ils soient dictatoriaux et même, bien que dans une moindre mesure, des sociétés dites « démocratiques » ? La survie est tout à fait légitime mais elle doit se faire avec celui qui nous tend la main car, qui sait ? il sera peut-être celui qui nous sauvera à son tour.

La dernière explication se rapporte à la perte d’estime de soi. Une telle perte nous fait perdre le sens même de la dignité inhérente à chacun d’entre nous. Perdre foi en ses capacités, en ses moyens, en son potentiel de devenir ce que l’on a toujours été, amène de manière inexorable à agir contre l’autre. Cet autre qui ne demande que la même chose que tout le monde. C’est-à-dire aimer et … être aimé. Oui, aimer et être aimé sont la base où réside le remède face au Mal. Le Mal qui ronge l’humanité depuis bien des siècles. Fort heureusement, certains personnages ont donné à l’Homme des armes pour le combattre. C’est à nous à les découvrir, et parfois à les redécouvrir, afin d’être paré comme il se doit.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada