Archives de tags | dignité

Éloges vers le ciel

loges vers le ciel
Avec la permission de Jordh00 du Canada

Éloges vers le ciel

 

Il fait nuit et pourtant dans la forêt je suis,
Je le suis comme je le fais à chaque nuit,
Au clair de lune et aux étoiles brillantes,
Nuit sans lune et les étoiles absentes.

 

Ne craignant point les animaux,
Car je sais bien que chacun d’eux est beau,
Et qu’en cette forêt se trouvent tant de créatures,
Qui ne possèdent que ce que leur a donné mère-nature.

 

Sentir en moi chaque goutte de mon sang parcourir mes veines,
Ressentant en mon fort intérieur être le fils d’un roi et d’une reine,
Comme tous les êtres humains devraient pourtant le ressentir pareillement,
Car chacun d’eux possède le droit à la dignité et de vivre humainement.

 

Écoutant les bruits transportés par le vent du nord,
Vent du nord qui annonce subtilement la venue du froid hiver,
Pourtant déjà prévenu par les arbres ayant perdu leurs feuillages verts,
Je me suis alors dirigé vers une vaste clairière tout en me tenant aux abords.

 

Ne pouvant guère lutter contre ce désir étouffant,
De renouer pour un bref instant à la liberté d’un enfant,
Cette liberté qui est si souvent brimée par une hypocrite société,
J’ai alors de manière quasi sacrée mes vêtements salis par le temps enlevés.

 

Quelques pas je fis en direction des verts sapins,
Et vers le firmament je levai tant les yeux que les mains,
En espérant atteindre la cime des arbres pour y trouver refuge,
Loin de ces religions et de leurs dieux qui condamnent et qui jugent.

 

Je ne veux point de ces dieux et de leurs prophètes de malheur,
Car en chacun des êtres en ce monde se trouve le désir du bonheur,
Bonheur d’aimer et d’être aimé ! Bonheur de vivre et de laisser-vivre !
Et de mes éloges vers le ciel, c’est ce dont en cette saine nuit, je m’enivre.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Croix de femme

Croix de femme
 » Croix de femme  » Poème de RollandJr St-Gelais Magnifique photo par Emilie alias Tokatun sur DeviantArt 

Croix de femme

 

Porter le poids de l’humanité,
En son sein bien avant qu’elle soit née,
Soutenir le fardeau des péchés que l’on nous a inculqués,
Entretenir la charge des fautes que l’on nous a sans cesse accusées.

 

Être femme tant convoitée,
Être femme pécheresse et tant désirée,
Être celle par qui le péché originel arriva sur la Terre,
Être celle par qui tout le mal surgit des profondeurs des enfers.

 

Tellement aimée par ses pères,
Bien souvent rejetée inévitablement par ses pairs,
Crainte pour sa beauté envoûtante bien qu’éphémère,
Pour laquelle tant d’hommes sacrifièrent leurs vies à la guerre.

 

Mère qui donna aux hommes le premier des assassins,
Mère qui livra l’homme divin en holocauste comme ultime destin,
Cet être à la fois humain et divin sorti de ses entrailles de son immaculée sein,
Cet être de sang et de chair telle sa tendre Mère offert par ses gracieuses mains.

 

Et pourtant, qu’avons-nous fait de son corps ?
Qu’avons-nous fait de ce joyau précieux comme l’or ?
L’avons-nous traité comme notre égal, en droit et en dignité ?
L’avons-nous accueilli avec le respect tant en amour qu’en amitié ?

 

Ne savez-vous donc pas qu’elle porte plus que sa croix ?
Que par le simple fait qu’elle soit femme souvent elle n’a plus de droit ?
Qu’il n’y a rien de pire en ce monde pour le cœur d’une épouse, d’une mère,
Que de porter la lourde croix de femme car elle possède un goût des plus amers.

 

Croix latine ou croix byzantine,
Car peu importe réellement sa véritable origine,
La croix de femme est sans contredit la plus lourde,
Car de ses souffrances bien souvent on lui fait l’oreille sourde.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Fille sortie du bain

Fille sortie du bain
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Fille sortie du bain

 

Je suis la fille sortie du bain,
Et malgré moi, j’attends que me tu prennes,
Que tu finisse par me traiter comme une reine,
Qu’attends-tu pour me prendre et pour sentir tes mains ?

 

Je suis peut-être prude,
Mais la dignité est une servitude,
Qui, parfois, elle peut être une belle qualité,
Surtout dans ce monde qui a perdu toute moralité.

 

Je suis une simple fille du matin,
À la fragilité du regard et à la peau de satin,
Dans la fraîcheur de ma chambre où j’y suis retournée,
Pour lentement m’essuyer délicatement tel un nouveau-né.

 

Je pense à toi, mon amoureux.
Serons-nous ensemble un jour heureux ?
Je prends quelques instants pour me regarder,
Pour admirer ce corps qu’une nuit par amour je t’offrirai.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Hommage bien mérité

Hommage bien mérité

Bonjour tout le monde,

J’ai appris comme un grand nombre de cinéphiles le décès de l’acteur de la Suisse alémanique monsieur Bruno Ganz. Un acteur qui, par des circonstances propres à ma géographie nord-américaine, fut découvert bien tardivement par votre humble serviteur. Comme plupart de mes compatriotes, j’ai eu la chance inouïe de découvrir cet acteur extraordinaire grâce à son interprétation remarquable d’un personnage qui laissa son empreinte de sang dans l’histoire de l’humanité. Vous devez sans aucun doute deviner que je fais référence à Adolf Hitler dont seule la mention de son nom rappelle les souvenirs les plus sombres qui soient.

Personnellement, j’ai été ébloui par son interprétation de ce personnage historique dans le film intitulé « la Chute ». Rien ne semblait avoir été laissé de côté afin de l’incarner de manière à favoriser chez les cinéphiles présents en salle une  symbiose entre d’une part, le contexte sociopolitique de l’Allemagne nazie qui tenta de survivre sous ses propres ruines et, d’autre part, la folie non seulement de cet homme mais aussi de ceux et de celles qui l’ont suivi sur les voies de la défaite. Un contexte sociopolitique où le peuple allemand s’enlisait de manière  irrévocable dans la souffrance et une folie de ce dirigeant qui n’aidait en rien à ce même peuple de s’en sortir avec honneur et dignité.

Comment pouvais-je passer sous silence le départ de cet illustre acteur vers le paradis des acteurs et des actrices qui de par leurs passions et leurs talents ont contribué à parfaire sans cesse l’un des plus beaux domaines artistiques qu’est le septième art ? Voilà la raison fondamentale de mon hommage envers cet acteur exceptionnel que fut monsieur Bruno Ganz au sein de mon blogue consacré à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie. Or, qui dit photographie fait référence par ricochet au cinéma.

Merci de  m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Nous étions nées pour voler 

Nés pour voler

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ 
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Nous étions nées pour voler 

 

J’ai froid. J’ai vraiment très froid. 

En vivant un tel désarroi au-dedans de moi. 

En revoyant mon passé, mes rêves à jamais effacés. 

En pensant à celles qui sont disparues depuis des années. 

 

Mes si beaux espoirs de jeunes filles, 

Qui ont glissé allègrement sur le métier à tisser, 

De la déesse du temps qui ne dure qu’une pensée, 

De cette pensée qui se brise aisément tel un fragile fil. 

 

Devenue femme, je voyais leurs tristes sorts. 

Alors que leur courage et leur vaillance valent bien de l’or. 

Et que dire de la grâce de la beauté conférée par dame nature ? 

Si ce n’est que rien n’est son égale exceptée un cœur pur. 

 

Avançant en âge dans l’honneur et la dignité, 

Principes de base que ma tendre mère m’a inculquée, 

Et que j’ai ardemment partagés à mes filles tant aimées, 

En y ajoutant comme il se doit d’autres valeurs face à notre réalité. 

 

Mais, ce soir je suis désemparée. 

Car je vois tant de violence envers mes sœurs adulées. 

Tant de larmes versées et tant de peine accumulée, 

Alors qu’un peu d’amour était tant souhaité. 

 

Pourtant, je croyais réellement en cette fratrie. 

Pourtant, j’espérais tellement en cette noble utopie. 

Pourtant, j’étais tant convaincue en cette ultime égalité. 

Car je croyais de tout mon cœur que nous étions nées pour voler. 

 

De 

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

La peur

20170929_104147_InPixio2

La peur

 

Oui pourquoi ?

Franchement ! dites-le moi.

D’avoir en moi cette grande peur,

D’aimer une femme avant la fin de mes heures.

 

Pourquoi une telle crainte ?

Qui envahisse mes veines tel de l’absinthe ?

Et qui me porte à blesser celle que je voulais aimer,

Aimer avec pureté et de ce plaisir le savourer.

 

Voilà donc ma destinée ?

Être en moi-même et pour toujours replié ?

Alors qu’il me suffisait en un instant de m’ouvrir,

Et de cette solitude qui m’accable pour de bon en finir.

 

Ô peur qui me pourrit la vie,

Et celles de mes semblables et d’autrui,

De cette peur lourde et qui empêche d’avancer,

Et qui me pousse à ne point agir dans la dignité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je suis soldat

21462395_122093275192705_999839279126629076_n (2)

Je suis soldat

 

Un soldat qui adore son pays,
Un soldat qui aime vraiment sa patrie,
Un soldat qui veut simplement vivre,
Un soldat qui luttera pour survivre.

 

Peu importe car son devoir passe avant tout,
Pour la liberté et la démocratie il combattra partout,
Pour défendre l’honneur de son sang qui coule dans ses veines,
Il ne craindra jamais les milliers d’ennemis et leurs haines.

 

Sa seule fierté s’appelle persévérance,
Sa raison de vivre est la victoire dans la constance,
Son dévouement est sa véritable dignité,
Puisse-t-il être reconnu pour l’éternité !

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le charme du passé

gen_001_by_halfford-d8h6p38

Le charme du passé

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous? Que se passe-t-il de bon dans vos vies respectives? Et puis, comment votre retour à la vie normale s’est déroulé depuis la fin des vacances des fêtes? Désolé pour toutes mes questions, mais il me semble être nécessaire d’en savoir sur vous tous et toutes. L’amitié virtuelle est aussi un partage émotionnel entre des êtres humains bien réels. Ceci écrit, n’hésitez pas d’écrire des commentaires au sein de mon blogue artistique si le cœur vous en dit.

piano_03_by_halfford-d8pssrzAujourd’hui, il m’est venu à l’esprit de rédiger un article portant sur le charme du passé. Et pourquoi donc?, me direz-vous. Ce à quoi je vous réponds que d’une part, il est plutôt rare de célébrer le charme du passé au sein de nos sociétés davantage axées sur l’oubli général du peuple à l’égard des charmes, et ils sont plus nombreux que l’on pourrait croire, qui ont souvent jalonné l’histoire et que d’autre part, il me parait important de combler une certaine carence au sein de mon blogue artistique où le passé de la nudité artistique est loin d’être très présent. Pour se faire, j’ai choisi quelques photos réalisées par un photographe européen spécialisé dans le  nu féminin avec qui je communique très souvent via un site de partage. Son savoir-faire est tout à fait exceptionnel dans ce domaine.

Ce qui me fascine dans l’ensemble de ses œuvres c’est sa capacité à donner uncarrera_17_by_halfford-d955rm5 cachet assez particulier à ses photos réalisées de nos jours tout en leur donnant un je-ne-sais-quoi qui ramène la personne qui les regarde vers une époque qui se situe à des années loin des années 2000. Qui plus est! Il réussit de manière plus ou moins subtile à transposer une certaine forme d’érotisme dans plusieurs de ses photos, et ce sans faire de la modèle nue un objet sexuel. Est-il utile de vous rappeler que je condamnerai toujours l’utilisation de  la nudité afin de rabaisser le modèle vivant qu’il soit une femme ou bien un homme. L’être humain est une personne qui mérite le respect et le droit à la dignité en tout temps.

carrera_14_by_halfford-d955rbrBref, cela me fait du bien de vous présenter un article où la beauté de la nudité artistique fait un clin d’oeil au passé. Je pense notamment aux années dites « vintaige », en référence aux années 1920 connues comme les années folles. Des années où il faisait bon de vivre, de vivre avec folie, avec gaieté et avec insouciance et, probablement le plus important, sans en ressentir une quelconque culpabilité, ni de crainte au monde qui nous entourait. Certains d’entre vous me diront que l’insouciance ambiante a amené le déclin de la moralité. Ce à quoi je vous répondrai avec un immense plaisir qu’il vaut mieux vivre dans  une société permissive où chaque individu a le droit de vivre que dans une société où le diktat social détruit toutes formes de créativité. D’ailleurs, ce sont les plus faibles de la société qui font les frais, et ce souvent au détriment de leurs vies. L’Allemagne du IIIe Reich en est une preuve incontestable. Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Canton de Vaud

Suisse

Source: http://halfford.deviantart.com/

Ce que l’amour peut faire mal

13083212_10154870461423378_3367036191086416417_n

Ce que l’amour peut faire mal

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que la vie soit belle pour vous. J’annonce mes couleurs dès le début11143308_1647660978798339_5956195307206311201_o cet article. En effet, il est tout à fait différent de ce que vous avez probablement lu jusqu’à maintenant puisque le sujet est nul autre que ce qu’est l’amour pour moi. Oui, il est vrai que bon nombre de mes poèmes ont l’amour pour inspiration. Or, la différence entre des mots sur l’amour et des maux d’amour est comparable entre celle qui existe entre le ciel et la terre. Les mots sur l’amour peuvent nous transporter vers les plus hauts sommets de notre âme, nous faire ressentir des moments d’extase, des instants qui semblent être les prémisses du Paradis et même, plus souvent que l’on croit, nous faire perdre la notion du temps. En contrepartie, l’amour peut faire connaitre les pires tortures à notre âme laquelle en sortira parfois meurtrie pour le reste de ses jours. Si ce n’est d’amener celui dont le cœur est épris à poser le geste fatal, celui du non-retour. Oui, ce sont-là deux extrêmes auxquels bien des gens sont confrontés au plus profond de leurs existences ici-bas.

Vous savez! J’ai connu trois amours véritables dans ma vie. Trois femmes magnifiques envers lesquelles j’éprouverai un respect énorme même si elles sont toutes les trois de styles totalement au diapason l’une de l’autre. Chacune m’a donné de belles leçons de vie, m’ont fait vivre des expériences extraordinaires et m’ont apporté des richesses incroyables. Oui, l’amour que j’ai éprouvé à leur égard a été d’une sincérité incommensurable. Elles m’ont permis de vivre dans tous les sens du terme. Que de beaux souvenirs!

plumeToutefois,  si il y a une chose que l’amour m’a fait découvrir, c’est de prendre conscience de toute la souffrance que l’on inflige à la personne que l’on aime, et ce même si loin de moi a été mon intention. Aimer fait vivre! Aimer nous fait grandir! Aimer nous ouvre les portes sur nous-mêmes! Aimer nous fait souffrir! Vivre avec authenticité même si la crainte peut sournoisement s’installer en nous. Suis-je digne de cette femme? Suis-je vraiment prêt pour cette aventure? Ai-je droit d’aimer et d’être aimé? Que puis-je réellement lui offrir. Nos valeurs sont-elles si différentes? Que de questions à choix multiples. Aimer nous fait grandir souvent au prix d’un effort, de tâtonnements et d’erreurs. Grandir jusqu’à prendre conscience de qui nous sommes, de notre passé, de notre présent et de ce que notre avenir pourrait devenir. Grandir sur la voie du1918166_1750892318475204_5194615352835956236_n bonheur car, nous l’oublions pas, le bonheur est le chemin qui nous mène vers la Sérénité. Aimer nous ouvre les portes sur nous-mêmes. Portes que l’on a longtemps désiré laisser fermer pour éviter de découvrir des blessures profondément enfouies en nous. Aimer nous fait souffrir car souffrir fait partie de l’existence propre à chacun. Voilà pourquoi souffrir rime avec vivre.

Mais, que c’est beau d’aimer. De voir la douceur dans les yeux d’une femme, de l’écouter tout simplement, de poser des gestes galants sans arrière-pensée, de vouloir son bien parce que notre âme et notre cœur le désirent plus que tout. De prendre de ses nouvelles à chaque réveil, de lui demander si il y a aujourd’hui quelqu’un qui lui a dit qu’il l’aimait et de lui dire que nous l’aimons avant même qu’elle répond. Quel est le plus grand trésor que la vie nous ai donné si ce n’est d’aimer?

12523981_10154793086353378_8210139808197149158_nOui, j’ai véritablement aimé. Aimer au point de vouloir en finir avec la vie lorsque j’ai pris conscience d’avoir blessé, bien malgré moi, celle qui est et qui sera pour toujours dans mon cœur. Dieu merci! Deux dames ont vu ma détresse et m’ont porté secours. Deux dames? Deux anges plutôt qui m’ont empêché de poser ce geste, c’est-à-dire LE geste fatal. Aujourd’hui, un autre chemin s’ouvre devant moi qui est celui de prendre conscience de qui je suis et ce qui me convient réellement. C’est-là un chance inouïe que Dieu, la vie, le destin, appeler cela comme bon vous semble, m’offre presque sur un plateau d’argent. Être en vie? Vivre? Savez-vous ce que cela signifie? C’est de pouvoir s’améliorer, de prendre une nouvelle route, d’être ce que l’on est réellement et de s’accomplir au plus haut de ce que l’on peut.

Néanmoins, mes nombreux souvenirs vécus dernièrement m’ont fait comprendre d’une chose fondamentale et qui est d’être capable de faire plaisir à celle que j’aime tout simplement parce qu’il en est ainsi. C’est çà le vrai amour. Être aux côtés de celle que l’on aime lorsqu’elle en a besoin, de l’écouter, de poser sa main, même si je n’en ai pas, sur elle afin de la rassurer lors de la traversée sur l’océan en colère. De l’admirer en secret! D’être là tout simplement. Et, de la savoir … heureuse.

Je tiens, en terminant ce présent article, à remercier les trois femmes qui sont entrées dans ma vie. Je vous ai aimées tendrement, malgré mes défauts et, je l’espère bien avec quelques qualités. Vous m’avez apporté beaucoup de bonheur et je souhaite vous en avoir rendu à mon tour. Grâce à vous, j’ai appris que oui l’amour peut faire mal. Mais, il vaut la peine d’aimer car c’est ce qui nous rend digne d’être appelé enfant de l’humanité.

Merci! Merci! Et, encore, merci!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La fierté est une qualité fondamentale pour être bien dans sa peau.

11391505_1647714745459629_2353214156257403439_n

La fierté est une qualité fondamentale pour être bien dans sa peau.

Bonjour tout le monde,

Je désire en ce début du mois de juin vous entretenir sur un sujet qui me passionne depuis belle lurette: La fierté.11148349_1647192398845197_3396654344554400999_n Mais, deux questions doivent être ici résolues. D’une part, qu’est-ce que la fierté et, d’autre part, devons-nous être fiers de ce que nous sommes tout simplement parce que nous le sommes ainsi? Personnellement, je crois qu’il est impératif pour notre bien-être à la fois psychologique et physique d’entretenir une fierté de soi la plus élevée possible. En effet, la volonté de réussir sa vie tant amoureuse que sociale sans oublier sa vie professionnelle passe indubitablement par la reconnaissance pleine et entière de notre droit d’être qui nous sommes et surtout d’en éprouver de la fierté.

Cette fierté est souvent garante de notre estime de soi à l’égard des embuches de la vie. Pour illustrer mon propos, je vous dirais simplement ceci: Cela fera exactement 17 ans le 10 octobre 2015 que je vis dans la sobriété la plus totale. En effet, c’est à l’occasion de la journée de l’Action de Grâce que j’entrepris avec succès une thérapie contre l’alcoolisme laquelle m’a été plus que salutaire. Oui, je l’avoue! Il m’a fallu une bonne dose d’humilité afin d’accepter de me résoudre à aller chercher de l’aide face à un problème qui allait tôt ou tard m’amener dans un tourbillon de tracas et de malheurs. C’est ainsi que j’entrepris une thérapie en désintoxication à l’hôpital St-François d’Assise de Québec. Un évènement qui alla marquer mon destin de manière tout à fait positive et ce, pour le restant de mes jours.

WP_20150602_004Mais, au fond, pourquoi ai-je voulu réaliser une telle thérapie? La réponse est d’une clarté incroyable. C’est tout simplement parce que je méritais mieux de ce que la vie semblait alors m’offrir. J’ai donc décidé de dire non à l’alcool et à tout ce qui pouvait détruire tant mon corps que mon âme. Croyez-moi sur parole! Je n’ai jamais regretté ma décision jusqu’à ce jour. Une autre porte de la vie s’ouvrit alors devant moi et ce, grâce à deux clés inséparables qui sont la volonté et la fierté. La volonté de prendre en mains mon destin et fierté d’être la personne au plus profond de moi avec toutes les valeurs que mes parents m’ont transmises depuis ma plus tendre jeunesse. Des valeurs où le respect constitue la pierre angulaire. Respecter tant soi-même que les autres puisque chaque personne a le droit d’être reconnue comme un être humain à part entière.

C’est justement là où se trouvent les prémisses de la fierté: Être reconnu comme un être humain à part entière. Un être puisque “Je suis” là dans cet instant avec mon corps, mes rêves, mes réussites, mes échecs, mes qualités et mes défauts. Un “humain” puisque je fais parti intégralement d’un tout que l’on appelle l’humanité laquelle est riche en diversités de toutes sortes. Une richesse ancestrale dont je suis héritier tout comme chacun et chacune d’entre vous. Et, finalement, “à part entière” puisque le fait d’être englobé dans cette humanité ne détruit en aucune façon ma propre spécificité. À la limite, je dirais même qu’il y a une interrelation entre l’être que je suis et le milieu qui m’entoure.

Veuillez noter que l’utilisation du “je” se veut être pour alléger le texte. Loin de moi la volonté de rendre ce texte égocentrique. Bien au contraire!

Oui, nous avons le droit d’être fier tout en ayant une certaine humilité. En effet, et c’est une triste réalité, la11402507_1647714502126320_2637194777052968411_o vie n’est pas rose pour tout le monde. Elle se manifeste même dans certains cas avec une cruauté inouïe. Voilà pourquoi il est aussi de notre devoir de rendre à chaque être humain sa dignité, sa valeur intrinsèque et sa fierté. Agir de toute autre façon serait tout simplement immoral et contraire à tous les principes liés à l’éthique.

Pourquoi ai-je voulu traiter de l’importance de la fierté au sein de mon blogue artistique où la nudité y est tout spécialement mise en avant-plan? Qui dit nudité, dit aussi fierté! Qui dit arts, dit aussi fierté! Qui dit fierté dit aussi la noblesse de poser nu. Une noblesse qui me passionne au plus haut point. Bref, il m’a paru plus que nécessaire d’élaborer un article sur un tel sujet.

Et vous? Qu’en pensez-vous?

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada