Archives de tags | explications

Les séances de nudité artistique au C.E.G.E.P. de Drummondville : Pour clarifier les choses

IMG_20190404_090937_007

Les séances de nudité artistique au C.E.G.E.P. de Drummondville : Pour clarifier les choses

Bonjour tout le monde,

57459364_10156433294517523_3892926286573600768_oJe profite de cette journée pluvieuse pour vous expliquer le déroulement d’une séance qui m’a grandement surpris tant par l’accueil que par l’ouverture d’esprit de la part des étudiantes du cours de dessins de modèles vivants au sein du collège d’enseignement général et professionnel de Drummondville. En effet, je crois utile de développer davantage sur la journée où j’ai servi de modèle vivant pour les groupes concernés dans le cadre d’une telle activité.

Une telle initiative vient de ma volonté de clarifier56242481_10156413336567523_4275342366358896640_n certains aspects liés à une telle activité au sein d’un collège d’enseignement. Tout d’abord, la définition même d’un collège d’enseignement diffère énormément entre ce qui se trouve en Europe et ce qui existe au Québec et même du reste du Canada. C’est ainsi que le Québec a créé à la fin des années 1960 un réseau d’institutions d’enseignement afin de préparer de manière plus adéquate les étudiants et les étudiantes ayant complété leurs secondaires, l’équivalent du lycée en France, à entrer dans le milieu universitaire. Qui plus est ! De telles institutions offrent aussi à leurs élèves de poursuivre leurs études dans un domaine plus aptes à répondre à leurs capacités intellectuelles. C’est ainsi que l’on peut y retrouver des cours de techniques répondants davantage au marché de l’emploi en complétant une formation de trois ans au lieu des deux requis dans un cadre préparatoire à l’université.

IMG_20190405_163647Ensuite, il est important de retenir que le cours de dessins où votre humble serviteur a offert son savoir-faire en tant que modèle nu s’adresse avant tout à des élèves ayant déjà complété leurs cours secondaires et ce, depuis un temps assez long. De plus, chacune des poses que j’ai choisies a été élaborée à partir de mes réflexions sur deux éléments précis. En premier lieu, je devais tenir-compte de leur niveau de connaissance versus leur niveau d’expérience dans le domaine du nu artistique. Certaines d’entre elles, les classes étaient constituées de jeunes dames, possédaient déjà une expérience importante en pareille matière. En second lieu, je prenais toujours le temps d’une part, d’expliquer l’objectif de ma démarche auprès d’elles en début de chacun des deux cours, et, d’autre part, de leur demander de vive-voix et devant la professeure responsable du cours, de me dire si telle ou telle pose leur posait un quelconque problème en tout début desdites séances.

En tout temps, je réfléchissais à la pose choisie enIMG_20190405_165021 fonction de la durée allouée pour la réalisation du dessin. Ceci pouvait être en un simple croquis jusqu’à un dessin davantage élaboré. Que de fois m’étais-je dit en moi-même ? « Bon ! Celle-ci est-elle convenable ? Celle-là est-elle appropriée pour cette première heure ? Comment dois-je faire afin que chaque étudiante puisse travailler sur les mêmes angles d’approche en me rappelant qu’elles formèrent un cercle autour de moi ? Fort heureusement, avec un peu d’intelligence et en me souvenant de mes précédentes expériences, j’ai pu effectuer des poses qui répondirent à la perfection aux attentes de la professeure et au plus grand plaisir des étudiantes présentes en ces lieux.

 

56954320_10156413336467523_4126316819482935296_nJe ne le répéterai jamais assez souvent : Être modèle nu est avant toute chose une passion. Je dirais même une vocation tellement je suis imprégné par la libération que cela me procure d’être vu, connu, reconnu et apprécié non pas comme une erreur de la pharmacologie, ni une source de revenus pour des avocats qui ont flairé la chance de faire un bon coup d’argent. Une telle démarche me d’être bel et bien comme un homme certes différent en-dehors mais semblable en-dedans comme n’importe tel être humain.

Là encore, une telle réalité semble avoir été partagée par les étudiantes du cours de dessin pour lesquelles leur humble serviteur a donné le meilleur de lui-même. Merci infiniment pour cet échange pleinement vivant.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Respecter le droit d’auteur

Respecter le droit d’auteur

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je souhaite discuter avec vous d’un élément important dans la production d’œuvres de nudité artistique. Un tel élément est important non seulement dans ce domaine mais aussi dans toute production artistique telle soit, à titre d’exemples, littéraire, cinématographique ou bien dans la bande dessiné communément appelé le « neuvième art ». Oui, le neuvième art s’est intéressé longuement, et c’est encore le cas, au champ du nu. De quel élément s’agit-il ? Tout simplement du respect au droit d’auteur.

En effet, respecter le droit d’auteur est plus qu’une marque de reconnaissance de l’oeuvre. C’est un signe de respect pour l’auteur lui-même. Il en est ainsi pour son dévouement à son travail, voire à sa passion. Sans compter pour le nombre d’heures à passer à peaufiner le résultat final, que l’on aurait souvent peine à imaginer. Et, peut-être le plus intéressant à retenir, tout le travail intellectuel qui lui a fallu pour concrétiser son inspiration. En effet, c’est bien beau de ressentir une inspiration, encore faut-il le faire « vivre » dans le monde matériel, et ce en utilisant un support qui lui soit approprié. Bref, tout un cheminement est vécu dès l’instant où l’artiste ait senti germer en son esprit telle ou telle idée jusqu’à son aboutissement sur le support choisi.

Pour se faire, rien est laissé au hasard. En ce qui me concerne, il m’est un devoir absolu de suivre un protocole dans mes démarches de publications lorsque j’utilise une réalisation faite par un artiste. Tout d’abord, je dois à mon tour ressentir une émotion dès que je scrute telle ou telle oeuvre. Que pouvait bien vouloir exprimer l’artiste dans cette oeuvre ? Est-ce que je ressens moi-même en mon fort intérieur ? Dans un cas positif ou négatif, quelles en seraient les causes ? Est-il nécessaire de publier à mon tour l’oeuvre choisie ? Ensuite, il m’est impératif de demander par écrit l’autorisation de l’auteur en question afin d’éviter toutes mésententes possibles de part et d’autre. Il va de soi que j’explique dans ladite demande les motifs qui m’incitent à reproduire son oeuvre au sein de mon blogue artistique tout en lui spécifiant que je lui dédicacerais l’article. Enfin, et c’est la moindre des choses, un partage du lien de mon article lui sera expédié en bonne et due forme afin de prendre connaissance de son appréciation. Avenant le cas où des correctifs devront être faits à sa demande, ces derniers seront apportés dans les plus brefs délais.

Il est à noter que la photo réalisée par mon correspondant Rick B., lui-même photographe de langue germanophone et spécialisé dans la nudité artistique, est tout à fait appropriée dans le cadre du sujet de cet article. Qui plus est ! Son côté humoristique a été un point crucial dans mon choix personnel puisqu’il démontre d’une manière à la fois puérile et sérieuse toute la problématique du respect du droit d’auteur. Merci à mon ami et correspond Rick B. tant pour sa collaboration à mes nombreuses publications que pour sa permission d’utiliser une photo si agréable à regarder.

Merci à vous de votre assiduité à suivre mon blogue.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Mon message de fin du mois d’août 2016

Mon message de fin du mois d’août 2016

Bonjour tout le monde,

J’ai décidé de vous offrir ce cours vidéo dans lequel j’explique la raison d’être de mes derniers poèmes qui peuvent, du moins a première vue, un peu tristes. Soyez rassurés-es! Je vais très bien.

Toutefois, la raison d’être de mes poèmes réside dans mes nombreuses questions sur mon parcours de vie. Un parcours assez spécial, c’est le moindre que je peux dire. Bref, j’espère que vous aurez bien du plaisir a la visionner.

Sur ce, portez-vous bien !

Sachez que je vous aime.

Sincèrement

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une expérience enrichissante

Une expérience enrichissante

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que vous avez la chance de profiter des 1009903_1718971805000589_6089786491005488373_nrayons de soleil qui agrémentent notre quotidien au fur et à mesure que la saison estivale approche à grands pas. De mon côté, tout va de mieux en mieux tout en ayant le désir d’améliorer mon existence future. Je parle bien entendu de réaliser un cheminement qui saura m’extirper de plusieurs des démons qui se cachent derrière les coins les plus sombres de mon âme et qui attendent, tels des prédateurs, le moment favorable pour venir me terrasser. J’ignore si vous le savez, mais il m’en est fallu de peu pour commettre l’irréparable voilà déjà quelques jours. Un tel acte aurait été, c’est mon humble point-de-vue, une abdication de ma part face à ces démons qui auraient eu le plaisir de festoyer en savourant avec délice mon âme. Chose que je refuse de faire avec la grâce de Dieu.

Aujourd’hui, je souhaite éclaircir certains points à propos de mon expérience vécue avec le modèle nu Dea Kaizoku en ce début de mois de mai. Mon souhait est une réponse aux nombreuses personnes qui ont manifesté, à ma grande surprise, plusieurs commentaires sur l’ensemble des photos réalisées lors de cette séance de nudité artistique laquelle peut être qualifiée de « underground ». C’est un fait. Jamais de ma vie, je n’avais pensé qu’un jour j’allais poser nu pour une séance où le thème central serait le « bondage ». Surtout si l’on pense que ce type d’art se retrouve davantage au sein des amateurs du sadomasochisme que dans le monde dit « normal ». Là-encore, bien malin qui saurait définir la ligne entre ce qui est normal de ce qui ne l’est pas.

Trois choses doivent maintenant être expliquées une fois pour toutes. Toutdea5_by_lequebecois1962-da29yu1 d’abord, le déroulement de ladite séance a eu lieu avec un respect profond de part et d’autre. Un respect qui nous a permis de travailler d’une part avec plaisir absolu et, d’autre part, d’avoir pour objectif la recherche de l’excellence. Croyez-moi sur parole! Le sérieux a toujours été de mise lors des poses et des prises de photos.

Ensuite, une telle séance a été rendue possible tout simplement parce que Dea Kaizoku et votre humble serviteur avaient convenu de la réaliser depuis quelques temps déjà. D’un côté, je savais que Dea Kaizoku possédait un savoir-faire indéniable dans ce domaine et, d’un autre côté, elle pouvait compter à la fois sur mon sens professionnel dans le domaine de la nudité artistique, après tout cela fait maintenant plus de 4 ans que je fais mes preuves, sans oublier mon acceptation pleine et entière de mon corps lequel a fait les choux gras des médias de masse au cours des années 1960-1970. 

dea79_by_lequebecois1962-da2c7khEnfin, toutes les poses ont été à la fois réalisées et photographiées avec mon consentement. Autrement dit, ce que j’ai fait, je l’ai accompli de plein gré. Mon but recherché, et aussi atteint, a été d’aller encore plus loin de tout ce que j’avais accompli jusque-là. En effet, mon expérience en tant que modèle nu m’a amené sur des sentiers plus ou moins conformes à ce que l’on en droit de s’attendre, c’est-à-dire de poser soit pour des écoles d’arts ou bien des artistes tant professionnels qu’amateurs. « Rien de bien particulier », me diriez-vous?! Je suis bien d’accord avec vous sur ce point. Voilà pourquoi vouloir, pour reprendre l’expression de Pierre de Coubertin, « …aller toujours plus haut, toujours plus loin. » constitue pour moi l’une des motivations qui me poussent à aller toujours de l’avant.

En terminant cette missive, j’ai l’immense plaisir de vous annoncer que je serai parmi les six participants, trois hommes et trois femmes, qui ont été officiellement invités à collaborer en tant que modèles nus pour un symposium qui aura lieu le 16 juillet prochain dans la région dite Des Pays d’En-Haut, plus précisément aux environs de St-Jérôme. C’est un rendez-vous auquel je tiens mordicus. Que ça fait du bien de terminer un article sur une note positive. N’est-ce pas?!

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

P.S. La vidéo a été réalisée à partir d’une photo d’un modèle nu féminin publiée sur le site de Deviantart. Je vous transmet dans un souci de respecter ledit modèle nu le lien menant à sa page artistique.

Le lien est:

http://jrekas.deviantart.com/art/levitating-woman-609928879

Pourquoi donc?

Pourquoi donc?

Bonjour tout le monde,

11223518_1687484854815951_4846526328183684758_o.jpgJ’espère que tout se passe bien pour vous et que vos préparations pour le temps des fêtes vont bon train. Pour ma part, tout va pour le mieux dans ma vie et, croyez-le ou non, j’ai déjà fait mes décorations de Noël. Bon! Ce n’est guère ce que l’on retrouve sur Time Square, mais je peux être fier de ma petite création.

Oui, je suis fier de mes belles décorations aussi modestes soit-elles tout comme ma fierté est grande en ce qui a trait à mon blogue artistique où mon expérience vécue en tant que modèle nu est mise à l’honneur. Il va de soi que vous pouvez y trouver mes nombreuses autres réalisations. Je pense, entre autres, à mes poèmes et à mes critiques personnelles sur diverses activités auxquelles j’ai eu la chance de participer. Bref, la diversité est belle et bien au cœur de ce blogue. Un blogue entretenu avec passion et amour. Si je peux m’exprimer ainsi.

Toutefois, l’une de mes correspondantes m’a affirmé qu’il serait peut être bien de vous expliquer pourquoi l’on y retrouve jamais, ou presque, une référence à la cause de ma situation physique. Une cause qui a fait les manchettes au cours de cette année via de nombreux médias de masse, et ce, suite à une requête du regroupement des Survivants canadiens de la thalidomide auprès des instances gouvernementales canadiennes.1

Bref, mon intention est dans le présent article de vous expliquer pourquoi ai-je délibérément refuser de mettre de l’avant cette réalité de ma vie. Non pas à la rendre occulte, mais de permettre une vision bien différente que j’ai vécue pendant ma plus tendre enfance. Une enfance marquée par l’ingérence du corps médical et par le regard machiavélique de certains avocats peu scrupuleux.

«Pourquoi donc?», me diriez-vous. Il y a trois raisons fondamentales qui m’ont incité à utiliser le silence sur le sujet. Trois raisons à la fois simples mais interdépendantes les unes aux autres.

DSCN0601-2_thumb.jpgTout d’abord, il y a une multitude de sites web où l’on parle abondamment de ce médicament et des conséquences qu’il a eu tant au plan de ses effets tératogènes sur l’enfant à naître, qu’au plan légal auprès des instances juridiques qui ont été confrontées à réagir pour régler les multiples poursuites contre les différentes compagnies pharmaceutiques ayant commercialisé ce produit et, enfin, au plan médical puisque l’ensemble des différents corps médicaux ont été appelés à réparer dans la mesure du possible et, trop souvent, avec peu de moyens mis à leur disposition, les désastres physiques causés par ce médicaments. Souvenons-nous que le domaine de la fabrication de prothèses pour les enfants était ni plus ni moins qu’à ses tous premiers balbutiements. Donc, chacun d’entre vous peut faire ses propres recherches sur le sujet, que ce soit par l’entremise du web ou bien, croyez-le ou non cela existe encore de nos jours, en consultant les documents disponibles à la bibliothèque.

Ensuite, le fait d’avoir parlé sur la thalidomide aurait pu compromettre Share2015-03-06-7742574e0a304625705b173546d8e1ae14558c26236ef5a58894e3af8d17fb40-Picture.jpgtout le sérieux de mon blogue. Un blogue consacré d’abord et avant tout à la nudité artistique via mon expérience personnelle, fort remarquable faut-il le rappeler?!, et à mes nombreuses activités dans le milieu artistique. Je suis fier de ce que je suis. Et qui suis-je en premier lieu? Un homme sexué avec un corps, une âme, des rêves, des passions, qui a vécu des joies, des peines, des réalisations et des échecs comme n’importe qui d’entre vous. En résumé, la thalidomide n’a donc jamais eu voix au chapitre, si ce n’est que par l’entremise de quelques poèmes sur ma fierté d’être un … homme. Un homme pleinement épanoui.2

WP_20150506_003.jpgEnfin, et peut-être la raison la plus importante qui soit, mon intention n’est pas, n’a jamais été, et ne le sera jamais, d’attirer une quelconque forme de pitié auprès des lecteurs et des lectrices. J’aime la vie plus que tout, avec ses hauts et ses bas. Qui en a pas? J’adore mon corps pour ce qu’il est, c’est-à-dire une source d’inspiration pour les artistes avec qui j’ai travaillés au cours de ces trois dernières années. Des artistes aux multiples talents exceptionnels envers qui j’ai un profond respect. D’ailleurs, si il y a un élément qui est à retenir de nos expériences de travail, c’est bien celui du regard au-delà de mon corps. Un regard qui cherche la beauté unique qui s’y trouve et qui désire le présenter selon ses perceptions. Et, vous pouvez être convaincus, les résultats ont été des plus surprenants. J’en parle en connaissance de cause.3

Si je peux ajouter un autre élément à cet article, c’est justement que la volonté de tourner la page sur le dossier de la thalidomide a été prise depuis le moment où j’ai décidé de laisser ma défunte mère reposer en paix. Une paix grandement méritée. C’est le moins que je puisse dire. Vous pouvez maintenant comprendre ce qui m’a motivé à mettre sous silence le dossier de la thalidomide au sein de mon blogue artistique. Merci de votre compréhension.

Merci de m’avoir lu!

WP_20150307_003_thumb.jpg

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

1.Nom officiel des personnes nées handicapées suite au pire scandale pharmaceutique mondial de tous les temps.

2. Vous trouverez mes poèmes aisément en parcourant mon blogue.

3. Plusieurs réalisations de nudité artistique ont été publiées au sein de magazines de renom tant au Québec qu’en Europe.