Archives de tags | mourir

Belle pensée en cette journée !

Belle pensée en cette journée !

10720975_img-0058

Artiste de la Suisse : CZart Utilisation avec permission de l’auteur

« Je suis né sans le demander. Je vais mourir sans le vouloir. Alors laissez moi vivre à ma guise. »

 Selon Jack Nicholson

En cette nuit (nuit interdite)

FB_IMG_1514155455271

En cette nuit

 

En cette nuit,

Nous nous sommes épris,

Car nous étions faits pour vivre,

Car nous étions faits pour ensemble mourir.

 

En cette nuit d’amour,

Je t’ai donnée ma semence,

Avec un pur délice et grande abondance,

En toi et moi vivra une flamme depuis ce jour.

 

En cette nuit,

Mon coeur est en émoi,

Car tu es devenue ma reine et moi ton roi,

Avec tendresse et passion nous avons partagé le lit.

 

En cette nuit,

Nous avons combattu  nos ennemis,

Même si nous sommes condamnés pour l’éternité,

Je ne cesserai jamais depuis cette nuit de t’aimer.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

P.S. Il s’agit d’un poème tout simplement.

Je regarde

New Image 56

Je regarde


Je regarde

Je regarde vers demain,

Laissant les jours dhier au lointain,

Car aujourdhui je me prends en mains,


Regardez devant moi,

Pour me retrouver en toi,

Faire les premiers pas vers le Levant,

Sans jamais retourner le soleil couchant.


Vers les autres cieux,

Si me le permettent tous les dieux,

Vivre sans jamais mourir ni être vieux,

Car en ces derniers jours voilà que je suis heureux.


Rollandjr St-Gelais

Cité du Vatican

Ô belles muses de ces bois !!!

14379856_1181092291913183_9205723743150828156_o

Crédit artistique: Ed Freeman Photography

Ô belles muses de ces bois !!!

 

Me promenant près d’une rivière,

Accompagné de pensées à mon cœur si chères,

À mes souvenirs de ces chaudes nuits d’été australes,

Et être en paix avec moi-même et loin de tous ces vandales.

 

Respirant cette fraîcheur automnale,

Regardant couler l’eau pure tel un conte proverbial,

Ne me souciant pas un seul instant j’allais y découvrir,

De ces beautés mirifiques j’ai vues dès que mes yeux s’ouvrir.

 

Trois dames nues,

Aux corps si fragiles et si menus,

Et que par crainte de les voir loin de moi s’enfuir,

Point de mes mots si futiles de ma bouche ne purent sortir.

 

Femmes de toute beauté,

Vous m’avez exposé votre tendre nudité,

Sans gêne aucune et sans cette fausse pudeur,

Avec une pleine confiance envers moi votre humble serviteur.

 

Ô belles muses de ces bois !!!

Ce que j’aimerais vos seins caresser, croyez-moi.

Que dis-je ? Les embrasser et les cajoler jusqu’à perdre la raison.

Mais, qui suis-je pour vous parler ô grandes rêveuses de ma passion ?

 

De vos corps élancés,

Ce que j’aimerais doucement les enlacer,

M’unir à vous en me laissant transporter par le courant,

Accomplir les actes d’amour loin de ce monde tellement répugnant.

 

Tour à tour et pour toujours,

Vous offrir plaisir tel un troubadour,

Vous donner ma riche et onctueuse semence,

Afin qu’à partir de ce jour, je sois libéré de ma démence.

 

Attendez-moi, Ô dames mystérieuses !

Tendez vos bras de soie vous qui semblez si heureuses,

Que je puisse de ce bonheur enfin y goûter et à mon tour en vivre,

Engouffrez en cette eau limpide mon être dénudé même au risque d’en mourir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Source photographique: http://www.edfreeman.com/

Joie de vivre

New Image4

Joie de vivre

 

Vivre ! Exister ! Aimer !

Vivre de cette terre ensemencée,

Exister tant de notre sang que par ce sol labouré,

Aimer sur un air de java que  fredonnèrent oiseaux égayés.

 

Faire confiance à ce futur inconnu !

Comme cet homme dépourvu et entièrement nu,

Tel un ascèse de l’Inde mystique récitant avec piété ses mantras,

Maximes sans âges et ces proverbes dans un silence qu’il médita.

 

Que peut-il nous apprendre?

Que voulons-nous simplement lui prendre?

Une parole léguée par un ange lui vient alors en son esprit,

Que nulle richesse vaut gaité de cœur offert par amour à la terre épris,

 

Terre ! Mères ! Pères !

De cette terre ancestrale, nous en vivons comme des frères,

De nos mères à la peau délicate, nous sommes tirés du profond néant,

Et de nos pères si épuisés, nous apprenons à labourer nos champs.

 

Souffrir ! Mourir! Ressusciter !

Souffrir pour offrir à nos descendants abondance et riches cités,

Mourir sans chagrin d’avoir connu labeur du matin jusqu’au soir,

Ressusciter par la semence donnée en ce sol avec un si grand espoir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada