Archives de tags | soupir

Présente ou absente

32392160_10156537140108919_4889097247406424064_o

Magnifique dessin réalisé par Eri Kel de la France

Présente ou absente

 

Sagement, devant vous, je suis là.

Bien vivante, pourtant sans faire de pas,

Montrant fièrement mon corps fait de chair,

Sans oublier ma belle poitrine libre comme l’air.

 

Je vous regarde entrain d’admirer ma nudité,

Je connais votre envie votre rêve de me voir dénudée,

Et bien, c’est fait pour votre plus grand plaisir et aussi le mien.

Car bien que je sois prude et religieuse en mon âme cela ne vaut rien.

 

Oui, toute cette malheureuse bondieuserie ne vaut rien et encore moins.

Si de mes prières je ne peux remercier le Ciel de ma beauté les doigts joints.

Voilà pourquoi de corps nu et d’esprit pur je suis encore et toujours présente.

Oubliant pour quelques instants ces questions existentielles qui me hantent.

 

Le temps d’un soupir presque imperceptible,

D’un mot, d’une phrase ou d’un bruit à peine audible.

De mon sexe caché par mes mains parfois sages, parfois coquines.

Je ne peux hélas satisfaire votre curiosité à savoir si elles sont si fines.

 

Peut-être par une chaude journée ou encore mieux par une fraîche nuit,

J’inviterai l’un, ou pourquoi pas l’une, d’entre vous dans mon modeste lit.

Pour venir y dessiner des lignes de tous genres sur ma peau douce comme du satin,

Comme un prélude à un jeu interdit par cette morale nous condamnant à un triste destin.

 

Oui, c’est un fait indéniable et peut-être avec un plaisir coupable.

Que pendant où vous dessinez avec vos pinceaux sur vos vierges toiles,

Moi je rêve d’être avec vous sous le ciel d’été par une nuit aux mille étoiles.

Présente en apparence ! Mais tellement absente par tant de désirs inavouables.

 

de

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Garder le sourire

219717_10150177891683919_4476863_o

 » Même lors des poses les plus difficiles, elle gardait le sourire.  » Par mon ami Eri Kel de France

Garder le sourire

 

Devant l’inévitable,

Et que tout soit sur table,

Accablés devant les tristes faits,

Et que dans la profondeur de l’âme le mal est.

 

L’instant d’un soupir,

Le moment d’un simple rire,

Tout disparaît et rien ne se refait encore,

Point de non-retour ! À jamais sont disparues les aurores.

 

Voulant garder clarté de l’esprit,

Préserver le sang de nos veines bien en vie,

Parfois pour le meilleur mais trop souvent pour le pire,

Face à ce temps qui passe et les gens qui trépassent pour finir.

 

Gardons fières postures,

Même si cela parfois nous torture,

Car de nos corps témoignera l’ultime beauté,

Celle qui vivra par l’amour et la passion pour l’éternité.

 

Et de ce léger sourire si charmant,

À en rendre jalouse la Belle-aux-bois-dormant,

Nul ne peut prétendre un seul instant en devenir amoureux,

Et d’y déposer avec une extrême douceur un baiser langoureux.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pour toi, je fermerai les yeux.

IMG_20180321_105950_223

Séance de nudité artistique au LiveArt de Montréal

Pour toi, je fermerai les yeux.

 

Pour toi, je fermerai les yeux.

Pour ne plus vivre, si c’est la volonté des dieux.

Je cesserai de respirer si je ne peux humer le parfum de ta peau.

Car à quoi bon être de ce monde si je ne peux admirer de la vie le plus beau ?

 

Je suis couché devant tes yeux,

Humblement car devant toi je suis heureux,

Nudité de grande pureté et avec immense noblesse,

Car seulement de toi mon cœur est rempli de si belles caresses.

 

Tu me regardes en cet instant,

J’en ai des frissons de plaisir en ce moment,

T’offrant ma passion d’être un véridique modèle,

À toi qui m’enivre de ta beauté en me donnant des ailes.

 

Pour toi, seront mes plus beaux désirs.

Pour toi, sera mon dernier sourire.

Pour toi, sera mon dernier soupir.

Pour toi, je veux vivre.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le Carême

Le Carême

 

Devant l’autel,

Pour méditer, rien ne vaut-elle ?

Méditer sur nos fautes et sur notre vie,

Car nous savons qu’un jour ou une nuit elle sera finie.

 

Temps d’allégresse,

Et sans oublier un peu de paresse,

Moment de grande joie et aussi de tristesse,

Ainsi est la vie aux hommes ! Ultime sagesse !

 

Bientôt arriveront journées de pénitence,

Pour faire face à nos actes commis sous la démence,

De ce mercredi des cendres déposés sur nos fronts,

En nous souvenant de ceux qui partirent sur d’autres horizons.

 

De ceux qui dans nos questions irrésolues nous ont quitté,

Mais qui resteront dans le coeur de ceux qui les ont aimés,

Qui réciteront humbles prières et auront belles pensées,

L’instant d’un soupir ! Moment d’une caresse imaginée !

 

Ce sera bientôt le Carême,

Souvenons-nous de ceux qui ont précédé,

De leur foi, de leur courage qu’ils nous ont légués,

Car, sans leur dévouement, notre présent ne serait pas le même.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le pendentif

 

le pendentif

 

Le pendentif de Eri Kel de la France

 

 

Le pendentif

 

Voyant ce buste de femme,
Je ressentis en moi une flamme,
Devais-je craindre de succomber à cette envie?
De ne point résister à cette tentation source de vie?

 

Montant en moi mon secret désir,
Je ne pouvais qu’ exprimer un soupir,
Devant votre féminité si frêle et si éblouissante
Et moi, condamné à une interdiction si blessante.

 

Pourquoi vous dénuder?
Pour quelques coups de pinceaux?
Afin d’immortaliser la douceur de votre peau?
Allez, ma chère! Rester ainsi que je puisse vous admirer.

 

Qu’il me reste de cette soirée souvenirs tendres,
Pour combler mes soirées riches de si tristes méandres
Et que votre émeraude, votre précieux talisman ce pendentif
Éloigne à jamais de moi tous ces démons au sein de mes soucis si vifs.

 

De

 

Rollandjr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Sur cette chaise…

 

26991966_366854443782316_3679129196011173534_n

Réalisation de Sylvie Verhoye (merci pour sa permission)

 

Sur cette chaise

 

Quelques traies servirent,

À immortaliser par un soupir,

Par la tendresse d’un nostalgique souvenir,

Un moment ! Une posture ! Vécu sous la harpe et la lyre.

 

Par son regard furtif,

Elle saisit celui qui lui est attentif.

Sans bouger ! Elle donne vie à son auteure,

L’attirant dans l’Olympe et ses plus nobles hauteurs.

 

Assise bien modestement,

Elle sait attendre bien calmement,

En entendant le fusain glisser sur la toile,

Qui transposera sa nudité qui à ces yeux se dévoile.

 

Modèle toute féminine,

Qui prend une allure si coquine,

En démontrant son talent et son art,

Qui vaut bien des richesses et leur pensant d’or.

 

Voit-elle de ses yeux de tous ces gens,

Qui proviennent des terres des humbles, des géants ?

Des peuples riches sans coeur et des généreux bien qu’indigents ?

Elle est jeune vierge qui attend encore son futur époux ou amant.

 

Sera-t-elle encore disponible ?

Dites-moi le, l’ignorer m’est si pénible.

Que je lui fasse avec passion et affection l’amour,

Sur cette chaise où je serai à elle en cette nuit et pour toujours.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Entendez-vous le vent souffler ?

New Image37

Entendez-vous le vent souffler ?

 

En cette nuit froide d’un hiver canadien,
Je me questionne sur le sens véritable de ma vie,
Qui aurais-je pu devenir ? De quoi dépend ma survie ?
Donnant le meilleur de moi-même, je suis loin d’être un vaurien.

 

Souffle ! Encore et encore !
L’entendre me rappelle mes souvenirs,
Ceux de mes amours, ceux de ces dames et leurs sourires
De leurs caresses sur ma peau et de leurs baisers précieux comme de l’or.

 

Sentir dans un élan d’amour nos corps s’unir,
Le temps d’un long soupir, l’instant d’un bref désir,
Ressentir la force de ma verge découvrir les jardins du plaisir,
Et de mon laisser-aller je les amenais avec tendresse et passion à jouir.

 

Percevez-vous cet haleine ?
Ce rappel langoureux qui coule dans mes veines ?
En ce moment de solitude où brille la glace au clair de lune,
De ces hurlements de loup appelant son seul amour sur la dune.

 

En cette noirceur où apparaissent mes fantômes,
Ne serait-il pas le temps d’arracher les mauvais tomes ?
De clore tendrement mes yeux pour partir vers le monde des rêves ?
De voyager vers l’orient jusqu’au jardin d’Éden, là où sont Adam et Ève ?

 

De grâce, écoutez-le, saisissez-le !
Chut ! Faites grand silence et repérez -le !
Car dehors, Borée déchaine sans relâche sa fureur.
Entendez-vous le vent souffler ? Non ? J’en ai bien peur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Enveloppée dans mes rêves

new-image155

Enveloppée dans mes rêves

 

Dans cette noirceur qui m’entoure,

J’entend ces mots interdits depuis toujours,

Sont-ils les fruits de mon imagination si fébrile?

De mes pensées secrètes dites qu’entre femmes ou filles?

 

Je suis heureuse d’être nue dans ces draps,

Yeux clos ! J’avance au gré de mes songes pas à pas.

Sentant ma peau caressée par la douceur de ce satin,

Bassin bombé afin d’y faire explorer les doigts de ma main.

 

Plaisirs interdits par ces hypocrites,

Condamnés par les gens à morale élastique,

Je me fiche avec délice de leurs accusations pudibondes,

Car de mes péchés véniels en profiter mon désir surabonde.

 

Jeu d’Onan ne dure qu’un instant,

Et pourtant ô quel pur délice en ce moment,

De ma bouche aux lèvres suaves ne sorte point un mot,

Si ce n’est que soupirs langoureux et quelques soubresauts.

 

Devrais-je attendre Adam?

Ou bien offrir mon intimité à mon amant?

Suis-je devenue la promise telle une nouvelle Ève?

Voilà pourquoi je suis encore enveloppée dans mes rêves.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

J’aime la vie

new-image16

J’aime la vie

 

J’aime la vie,

Avec ses hauts et ses bas,

Je poursuis mon chemin à petits pas,

Je dis simplement bonjour au présent qui me sourit.

 

Être là à cet instant,

Et en profiter pleinement,

Partager un peu de mon bonheur,

Vivre nul autre moment qu’à cette heure.

 

Voilà mon désir,

Sans crainte ni de soupir,

Être là pour encore longtemps,

Sourire à pleines dents à la vie gaiement.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Canton de Vaud

Suisse

Je ne suis pas à vendre.

No-namE

No-NamE

Je ne suis pas à vendre.

 

D’un corps de femme! D’un corps ayant une âme.

Vous tous écoutez si vous voulez réellement m’entendre.

Je ne suis, retenez bien ceci, ni à prendre ni à vendre.

Je m’offrirai à celui qui saura raviver ma flamme.

 

Ma bouche voluptueuse sera pour celui que j’aimerai.

Ma poitrine généreuse sera pour celui à qui je le réserverai.

Ma chair sera pour celui qui sur les vagues de la passion je naviguerai.

Mon lit d’amour sera pour celui qui saura de son affection me prouver.

 

Nulle somme d’argent ne peut acheter mon corps.

Nulle richesse ne peut égaler la valeur de mon précieux or.

Nul vil commerce ne peut acheter mon désir,

Ni de me céder à un quelconque étranger qui soupir.

 

De vos yeux qui avec avidité me dévisagent,

Je vous répondrai par la foudre de ma rage.

De vos mains volages et sans respect à mon égard,

Je m’enfuirai très loin sans me retourner de votre air hagard.

 

Oui je sais aimer et cajoler l’élu de mon cœur,

Et faire avec lui des gestes que je ne peux décrire ici par pudeur.

Je suis femme d’hier et d’aujourd’hui comme de demain,

Mais jamais votre objet de plaisir je serai ainsi j’en ai décidé de mon destin.

 

Je suis un être qui veut en toute liberté me donner.

M’abandonner à celui qui m’aimera tendrement.

Lui offrir mon jardin secret sans aucune retenue,

Devant lui seul, je pourrai me mettre entièrement nue.

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada