Archives de tags | folle

La possédée

La possédée Poème de Rolland Jr St-Gelais avec l’autorisation d’Alixia Busch et de Tancrède Szekely

La possédée

 

Il est trois heures du matin.

C’est le moment préféré du Malin.

Je sens monter en moi un feu ardent,

Un désir insatiable de plaire à mes amants.

 

Tout tourne avec violence autour de mon être,

Quelle inquiétante sensation de tout ce mal-être.

Le miroir renvoie une image de femme adultère,

Même si, je l’avoue, j’ai fréquenté bien des pères.

 

À mesure que les lampions noirs illuminèrent la cérémonie,

Mon âme, de toutes les tentations, en fut tellement remplie.

J’ai sans cesse, à mes nombreuses convoitises, succombé.

De cette nuit démoniaque, ma féminité fut imprégnée.

 

Ô, Méphistophélès, quel piège m’as-tu tendu ?

Pendant que j’étais étendue devant ces femmes nues.

Elles récitèrent dans une langue inconnue leurs incantations.

Alors qu’elles se penchèrent vers moi en citant leurs invocations.

 

« Solve ! Coagula ! » Elles se répétèrent inlassablement !

« Entra en Ella Satanas ! » Elles réitérèrent infatigablement !

Une émanation venue de nulle part s’est propagée en ce lieu.

Un endroit si sombre que même Dieu ne pouvait voir de ses yeux.

 

Dans les flammes éternelles, je me suis immergée.

Dans la fournaise de la Géhenne, je me suis engouffrée.

La diablesse de la luxure a ainsi pris le contrôle de mon esprit.

J’ai alors compris quelle maîtresse je servirai pour le reste de ma vie.

 

Ô, mon révérant ! Je vous en supplie, Délivrez-moi de cet abysse.

Pour me libérer, que je fasse sur ce crucifix, une pieuse bise.

Écartez de moi tout le mal à l’exception du péché de la chair.

Il est véridique que la joie bacchanale est loin de me déplaire.

 

Je suis celle que l’on appelle « La possédée ».

De cette nuit, j’ignore réellement ce qui s’est passé.

Sur cette table, ces comparses m’ont offert telle une obole.

Depuis cette célébration satanique, je crois être devenue folle.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Laisse-moi te saisir

Laisse-moi te saisir Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo avec la permission de Alixia Busch Source : https://www.alixiamodele.com/accessories-rarities/

Laisse-moi te saisir

 

Je me suis enfin libérée.

Je ne veux pas de cette destinée.

Je suis un corps de sang, de chair,

Qui refuse de traverser un tel enfer.

 

Ne dit-on pas que le soleil brille pour tout le monde ?

J’ai alors décidé de fuir ce lieu immonde.

Je suis faite pour vivre pleinement,

Pour m’épanouir totalement.

 

Je suis sortie de cette lourde caisse.

Maintenant ma seule envie, c’est que je baise.

Que je sens au plus profond de moi ma féminité,

Que l’on admire mon authentique beauté.

 

Mes cheveux sont rouges comme le feu.

Mon regard se porte vers toi, car je te veux.

Main gauche appuyée sur le plancher.

Griffes affûtées tournées vers l’être convoité.

 

Je crie vers celui qui saura me satisfaire.

Pourra-t-il à cet instant me plaire ?

Semblable à une mer déchaînée,

Je suis comme un nouveau-né.

 

Trop de temps, dans ce coffre, je suis passé à me languir.

De la vie, de l’amour et de mille plaisirs, je veux en jouir.

Ressentir le soleil qui me réchauffe, et la pluie qui me cajole,

Que mes lèvres puissent avec délicatesse embrasser telle une folle.

 

Ma bouche grande ouverte exige, avec ardeur, savourer.

Ma langue, avec volupté charnelle, désire déguster.

Mes dents blanches te mordront avec prudence,

Jusqu’à ce que nous atteignions la pure démence.

 

Permets-moi de te revêtir comme que tu es,

Cela prendra une belle nuit et ce sera fait.

Nous avons, toi et moi, un formidable avenir !

Alors, mon chéri, je t’en prie, laisse-moi te saisir.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Tu es si méchant envers moi

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Tu es si méchant envers moi

 

Tu es si méchant envers moi.

Je pensais pourtant toujours à toi.

Du matin jusqu’au soir, tu étais mon espoir.

Mais, l’aube venue, j’ai éprouvé que le désespoir.

 

Je t’ai souvent accordé le meilleur.

À présent, je constate tout mon malheur.

Mon plus beau sourire, je t’ai sans cesse offert.

Même si, hélas! Tu m’as fait vivre maintes fois l’enfer.

 

N’attends pas, ô, mon chéri, que je te laisse.

Je suis impuissante dans ma situation de détresse.

Je t’ai manifesté de toutes les façons mon amour.

Alors, si je te quitte, dis-toi bien que ce sera pour toujours.

 

Certes, tu ne m’as jamais battue.

Mais, de tes paroles dures, sans cesse, j’ai bu.

Les pires blessures sont celles qui détruisent le cœur.

Tellement de fois, de ton regard j’en ai éprouvé de la peur.

 

J’ai renié mon nom et mes valeurs.

Car, pour moi, seul comptait ton bonheur.

Au risque de perdre tout ce que j’avais.

Pour te prouver, ô, comme je t’aimais.

 

Tu as fait miroiter tant de promesses frivoles.

Que j’ai imaginé vraiment que j’étais devenue folle !

Maintenant, je crois bien qu’entre nous deux, c’est fini.

C’est décidé. Je pars dès aujourd’hui et pour la vie.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Vers demain

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Vers demain

 

Vers demain,

Vers le lointain,

Y a-t-il un lendemain?

Voilà une question que je crains.

 

Mais, t’importe la réponse à cette question.

L’essentiel est que toi et moi en mon cœur nous vivrons,

Par ta belle présence, mes incertitudes, ensemble nous vaincrons.

Car dans le jardin magnifique de mes souvenirs nous marcherons.

 

Ne crains jamais l’avenir

Tu me disais cher père avant de m’endormir,

En me racontant bien des anecdotes qui m’ont fait rire,

De tes péripéties qui près de ton cœur m’ont fait dormir.

 

Souviens-toi ma fille de ces paroles,

Que tu me répétais doucement telle une parabole,

Pour certains, tu paraitras sage pour d’autres un peu folle,

Mais, en tout temps reste toi-même, telle une hirondelle qui vole.

 

Tu rencontreras des gens,

Des petits qui voudront être grands,

Des géants qui seront bien petits en dedans,

Des inconnus qui deviendront à tes yeux étonnants.

 

Vers ces lendemains ! Vers le futur !

Gardes toujours quoiqu’il arrive un cœur pur.

Car il n’y a rien de plus noble en ce monde parfois dur,

Qu’une âme belle qui sait se tenir droite devant bien des murs.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Y a-t-il un espoir?

Y a-t-il un espoir ? Photo par Gb62da Poème par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Is-there-any-hope-886553118

Y a-t-il un espoir?

 

Y a-t-il un espoir?

En ce monde de plus en plus noir,

Où l’humanité se dirige vers le soir,

L’aurore de son existence si sombre et sans fard.

 

J’entends les battements de mon cœur,

De ce corps qui, telle une cellule, me fait si peur.

De ce corps, de cette cellule, d’où j’ai passé bien des heures,

Qui empoisonnèrent mon esprit de ces terribles leurres.

 

Les mains serrant les barreaux,

De mes doigts cherchant une voix là-haut,

Souhaitant retrouver, de mon enfance, ce temps si beau,

De ce temps dans lequel une rivière m’abreuvait de sa pure eau.

 

Assise à même le sol,

Semblable à une mendiante quêtant une obole,

De « La porteuse de pain » qui est devenue folle,

Je suis devenue étrangère à mon âme qui déjà s’envole.

 

J’aimerais entendre les chansons d’autrefois,

Un air joyeux des gens qui face à la vie avaient la foi,

Mais, que s’est-il passé? Dites-le-moi pour une fois.

Suis-je la seule qui craint pour ce monde tel que je le vois?

 

Venez me chercher,

Je vous supplie, venez me libérer.

Venez en ce lieu de ténèbres me réconforter,

Car de notre destin je n’ai de cesse de m’inquiéter.

 

De grâce, délivrez-moi de ce désespoir,

Qu’une lumière dissipe à jamais cet éternel soir,

Qu’elle éloigne ces pensées avant qu’il soit trop tard,

Afin de mettre en mon être isolé un peu d’espoir.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada