Archives de tags | folle

Où étais-tu passée?

Où étais-tu passée
« Où étais-tu passée? » Poème par RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Où étais-tu passée?

 

Ô ma belle muse,
Toi que rien n’amuse,
Je m’inquiétais tant pour toi,
Car depuis si longtemps tu es tout pour moi.

 

Te savoir être perdue en forêt,
Avait fait ressurgir en moi un terrible secret,
Une histoire qui hante ces bois beaux et ensorcelés,
Et où se cachent des nymphes ayant une grande beauté.

 

Sachant que tu possèdes encore ta virginité,
Elles t’auraient certainement envoûtée avec leurs paroles,
Leurs paroles douces comme du miel afin que tu deviennes folle,
Folle de leurs charmes incroyables que leur avaient donnés une divinité.

 

Comment pouvais-je t’avertir?
Sans te cacher la vérité ni te mentir?
Car bien de jeunes femmes se font faites enlacées,
Dans leurs pièges au grand désespoir de leurs fiancés.

 

Mais je t’ai enfin trouvée sur cette pierre,
Sur laquelle j’y ai gravé un symbole kabbalistique,
Afin que tu puisses t’y réfugier et te protéger par une formule magique,
Que m’avait appris par cœur et par esprit mon bien-aimé défunt père.

 

Maintenant que tu es là,
Unissons-nous de chair et d’âmes,
Afin d’éloigner de toi ces êtres vils et infâmes,
Offrons-nous l’un à l’autre pour conjurer le sort qui obnubile ces bois.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Que la musique est terminée

Que la musique est terminée
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de Poème écrit par RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Que la musique est terminée

 

Je pense souvent à toi mon amour,
Une pensée qui me vient toujours,
Lorsque je suis seule dans mon lit,
Car rien ne va depuis que tu es parti.

 

Tu m’as fait tant de promesses,
Sous une multitude de caresses,
Me couvrant de tes baisers,
De la tête jusqu’aux pieds.

 

Tu me chantais douce romance,
Pendant que je bougeais les hanches,
Tu m’abreuvais de tes mielleuse paroles,
Que je croyais car de toi j’étais folle.

 

Tu as pris tes affaires en me disant tout est fini,
Pourquoi m’avoir caché cette terrible vérité?
Qu’une autre femme dans ta vie tu as aimée,
Alors que je voulais passer avec toi ma vie.

 

Il ne me reste plus que ton instrument,
Avec lequel tu jouais pendant très longtemps,
Je l’ai pris dans mes mains avec le cœur brisé,
En découvrant pour de bon que la musique est terminée.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

J’aime le riz

J'aime le riz

Photo réalisée par Joël Pèlerin et poème composé par RollandJr St-Gelais

J’aime le riz

 

J’aime le riz,
Source de la vie,
Dans bien des contrées et des pays,
Qui a de toute l’histoire de nombreuses nations nourries.

 

Je me souviens de ce que me racontait mère,
À l’époque heureuse où elle vivait avec mon père,
Il y a de cela bien longtemps avant que n’éclate la guerre,
Dans laquelle les hommes valides dans les armées s’enrôlèrent.

 

Ma mère me raconta qu’elle lui avait offert un simple bol,
Un bol de riz préparé avec amour tel aux dieux une obole,
Car la crainte de le perdre la faisait rendre folle,
Pour se rassurer, elle dansait une farandole.

 

C’est en voyant ce riz de mes doigts couler,
Que je me remémore les yeux de ma mère leur beauté.
Malgré toutes les larmes lorsque cette histoire elle m’a racontée,
Elle espérait tant le revoir dès que la guerre serait terminée.

 

Les saisons ont sans cesse passé,
Le soleil s’est maintes fois levé et couché.
La lune a en bien des occasions le ciel de sa splendeur éclairé,
Des dates de son calendrier, elle en a bien souligné.

 

Puis, un jour elle a reçu une lettre officielle,
Lui annonçant une bien triste nouvelle,
Celui qu’elle aimait depuis toujours,
Fut tué un de ces derniers jours.

 

Pour se consoler de sa peine,
Que je lui ai offert telle une reine,
Un simple bol de riz sauvage à mon tour,
Afin qu’elle sache qu’elle aura à jamais tout mon amour.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Intensité !

Intensité
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Intensité !

 

Intensité ! Intensité !
Et jamais me modérer,
En cet instant, en ce moment !
Maintenant et pour encore longtemps !

 

Ressentir les fibres de mon corps,
Vibrer d’un commun accord,
Sentir monter la chaleur,
En cette ultime heure.

 

J’ai si longtemps attendu,
J’étais tout de même bien nue,
Sur les draps d’un blanc immaculé,
Sur lesquels je pensais à ma lointaine virginité.

 

Tu entras délicatement,
Vers mon intimité, tu te penchas.
Avec ta langue et tes lèvres, tu me savouras.
N’en pouvant plus tout mon être vibra brutalement.

 

Devenue folle de plaisir,
Possédée par l’acte de mon désir,
Un mélange de souffrance et de pure extase,
J’en voulais sans cesse et toujours plus jusqu’à table rase.

 

Retenant malgré moi ma respiration,
Je me croyais vers un autre monde partir,
Vers la petite mort si tu vois ce que je veux dire,
J’étais ta fontaine à laquelle tu buvais à profusion.

 

Intensité sans modération !
C’est ce que je désirais sans contrefaçon,
Que chaque parcelle de mon être goûte à la luxure,
Et je t’en prie ô mon grand amour fais que ça dure.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Silhouette en clair obscure

61327960_10157475613068919_3403183157359411200_o
« Silhouette en clair obscure » par mon ami Eri Kel Poème par RollandJr St-Gelais

Silhouette en clair obscure

 

Je suis perdue ! Perdue !
Je suis peut-être même foutue.
Aujourd’hui, je ne me reconnais plus,
Car je croyais, hélas, avoir tout entendu et vu.

 

Suis-je devenue folle ?
Mes idées sont-elles si molles ?
Je suis confuse dès sortie de ce rêve,
De ce rêve où je prenais plaisir à jouer avec mes lèvres.

 

Dès l’instant où je me réveille,
Mais, qu’ai-je donc fait la veille ?
Car j’aimerais tant fuir cette inutile vie,
Dans laquelle toutes souffrances semblent infinies.

 

Au fil des minutes,
J’entends jouer une flûte,,
C’est le fils du voisin qui joue,
Alors je me vois dans la glace faisant la moue.

 

Idées confuses,
Âme certes diffuse.
Cherchant simplement un peu d’air pur,
Car dans le fond, je suis une silhouette en clair obscure.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Comme si nous dansions !

Dansons

« Comme si nous dansions ! » Photo par G.B. d’Allemagne

Comme si nous dansions !

 

Ce que je suis bien avec toi,
Serais-tu un peu folle de moi ?
À te voir ainsi, la main dans les cheveux.
À admirer sans gêne ton corps si merveilleux.

 

Cheveux roux dans la lumière tamisée,
En cette si belle et tendre matinée,
Cachant avec coquetterie,
Ton intimité si jolie.

 

Et du miroir sur le mur silencieux,
Je pouvais contempler ce coin merveilleux,
Tant la grâce de tes fesses envoûteuses que je désirais,
Que je souhaitais cajoler de mes mains avec un joli refrain.

 

Un refrain d’une belle chanson d’amour,
Afin d’alléger ce temps d’été si chaud et si lourd,
Sans oublier le charme de cette étoile au-dessus de ce sein,
Une étoile kabbalistique qui annonce peut-être un amour sans lendemain.

 

Alors, profitons-en pour faire ce qu’il nous plaît.
Pendant que de notre jeunesse nous pouvons en jouir à souhait.
Baisons ! Baisons ! Encore et encore ! Sans gêne et regret, baisons.
Que nos gestes interdits par la morale se fassent comme si nous dansions.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le vent sur mon corps

Le vent sur mon corps
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Le vent sur mon corps

 

À l’aube d’un jour nouveau,
Je désire avoir le dernier mot,
Prendre de nouveau ma liberté,
Celle que j’ai perdue, que tu m’as volée.

 

Trop longtemps j’ai cru à tes belles paroles,
Depuis le début tu me prenais pour une folle,
Mais aujourd’hui, j’ai après mûres réflexions décidé,
De partir, de tout abandonner et pour toujours te quitter.

 

Garde pour toi tes belles promesses,
Garde pour toi tes gestes de maladresse,
Garde pour toi tes regrets après tant de bêtises,
Moi, je reprends de mon destin et de ma vie l’emprise.

 

Ne craignant point les regards des badauds,
Qui me verront ainsi nue sous le soleil si chaud,
Car maintenant je sentirais le vent sur mon corps,
Le vent sur mon corps blanc comme neige et aux cheveux d’or.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Je te veux

Je te veux

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je te veux

 

En cette journée terne et pluvieuse,
Qui est aussi à la fois triste et un peu moqueuse,
Que les gouttes de pluie me rappellent mon amoureuse,
Celle que je désire embrasser avec une passion langoureuse.

 

La voir se déshabiller,
Devant moi un soir de mai,
Afin de la satisfaire de mille baisers,
Et de la rendre folle de plaisirs insoupçonnés.

 

Après de gracieux préliminaires,
Dignes de mon amour et de mon savoir-faire,
Faisant couler de cette ouverture cachée une sève,
Une sève invitant à la déguster sans aucune réserve.

 

La savourer sans gêne à pleine bouche,
Recevant cette substance telle une douche,
En entendant ses cris langoureux de supplications,
Me demandant de continuer jusqu’à son entière satisfaction.

 

Et de ses yeux noyés par les larmes de jouissance,
Dans une requête tant attendue frôlant une grande démence,
Murmurant d’une voix étouffée par une passion obsessionnelle,
De lui faire connaître ce péché de la chair au risque des flammes éternelles.

 

Comment pouvais-je lui refuser un tel désir ?
Car tout mon être ne faisait que souffrir que languir,
Voilà que tout est dit, que tout est écrit de mon précieux vœu,
En cette nuit fraîche du mois de mai, voilà mon souhait : Je te veux.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

En attendant

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

En attendant

 

En cette fin de journée

Alors que le soleil était illuminé

J’ai pris un taxi pour l’aéroport afin de partir

En croyant de ne plus jamais revenir.

 

Seul, assis sur un banc

Couleur sombre tel que mon cœur

Car je connais au fond de moi la peur

J’écoutais les heures de départs religieusement.

 

Pourquoi est-ce si long?

Y a-t-il à cette attente une raison?

Une raison que j’ignorais le pourquoi

Et un peu comme je voulais te quitter, toi!

 

Puis, j’ai senti un parfum qui ne m’était pas inconnu

Ce doux parfum qui emplissait la chambre où nous étions nus

Cette chambre où nous avons fait l’amour et bien des folies

En nous promettant d’être ensemble pour la nuit et pour la vie.

 

Lentement, je me suis retourné

Et j’ai reconnu celle que j’ai aimée

Aimer au passé, au présent et à jamais

Car au fond de moi je savais que encore je t’aimais.

 

Puis sonna l’appel de mon vol

Vers cette aventure devenue vraiment folle

Appel répété pour deux cœurs qui s’aimaient encore

Une femme et un homme dont leurs cœurs étaient en or.

 

Et doucement mes larmes coulèrent

Et c’est là que j’ai compris l’erreur que j’allais faire

Tu m’as tendu la douceur de ta main et celle de ton âme

J’ai tendu la mienne à une belle et grande dame.

 

En attendant mon lointain départ

Grâce à toi, j’ai compris qu’il n’est jamais trop tard

Pour saisir la chance d’aimer de nouveau

Car c’est en amour que les jours deviennent les plus beaux.

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec

L’implorante

48367480_10157079683893919_6381495221946941440_o

Magnifique dessin par mon ami Eri Kel de la France

L’implorante

 

Ô messires ! Hommes de la noblesse !

N’avez-vous point en vous de la tendresse ?

Ne voyez-vous pas en moi le fruit d’un amour ?

 Ignoriez-vous donc que je suis votre égale depuis toujours ?

 

Depuis l’aube de l’humanité,

Je n’ai pas cessé de vous épauler,

Être votre support en hiver comme en été,

Et malgré les aléas de l’histoire toujours à vos côtés.

 

Femmes fragiles vous nous adulez !

Femmes fortes parfois vous nous craignez !

Femmes pucelles, allègrement vous nous convoitez !

Femmes d’expériences, jalousement vous nous enviez !

 

Sous d’autres cieux, vous extirpez notre virginité.

Sur d’autres terres, vous préservez pour vous notre pureté.

Parfois, utilisées nous le sommes pour assouvir vos bas instincts.

Autres fois encore, notre rôle est à vos yeux de rester un être enfantin.

 

C’est en regardant tout le parcours de mes sœurs,

Un parcours qui n’a de cesse de me briser tellement le cœur,

Que moi, la chair tirée de votre chair, je vous demande cette faveur :

Mais, avant toute chose, je dois avouer que j’ai un peu peur.

 

Peur d’être prise pour une folle,

Pour d’être prise pour partisane d’une révolte,

Alors que bien simplement cette requête depuis toujours me hante :

Traitez mes sœurs avec respect et bonté ! Je viens ainsi à vous en implorante.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada