Archives de tags | milieu artistique

Vraiment dommage

Vraiment dommage
Low and behind Par un auteur inconnu

Vraiment dommage

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que la semaine ne s’annonce pas trop éprouvante pour vous en cette saison hivernale. Pour ma part, je dois avouer qu’elle s’annonce ardue étant donné les précipitations de neige et de verglas qui sont tombées dans la région de Québec. Qu’à cela ne tienne, c’est l’hiver avec ses plaisirs et ses désagréments. La seule chose que je regrette c’est de ne pas toujours pouvoir apprécier l’hiver autant qu’il le faudrait, non pas à cause du froid et de la neige, mais bien à cause de la glace qui rend mon parcours périlleux.

Ce qui m’amène à développer un autre point sur lequel j’éprouve une certaine tristesse face à une réalité quasi inhérente à la nudité artistique. Une réalité qui, vous conviendrez avec moi, touche exclusivement le modèle masculin. À vrai dire, je fais référence au sexe masculin proprement dit. Appelez-le comme vous le voulez : pénis, verge, phallus ou bien même hampe, il s’agit bel et bien d’une partie de l’anatomie de l’homme qui mérite autant de respect que les seins chez la femme. Élément qui, à ma grande surprise, semble passer sous silence dans le milieu artistique, et ce peu importe les médias visuels utilisés.

Bon! Je reconnais que la pornographie a apporté une contribution plus que malsaine de l’image de ce membre auprès de la population en général. À vrai dire, tout est fait dans le seul optique de rabaisser celui-ci comme un simple outil de performance sans égard à l’être humain qui le possède. Vous pouvez me répondre qu’il en est ainsi envers l’autre être humain qui est la femme et je vous donnerais entièrement raison. Or, ce n’est pas du tout le sujet de cet article.

En ce qui me concerne, j’ai eu la chance de participer à une séance photo où une charmante dame de la région de St-Jérôme cherchait des modèles tant féminins que masculins afin de réaliser une série de photos tout à fait originales. Pour vous décrire en quelques mots ce qu’elle désirait accomplir, cela consistait tout simplement à prendre des clichés sur le corps nu où l’absence maquillage, de fard, d’ornement et de peinture serait de mise. Qui plus est! Un second objectif, abordé de manière subtile par la photographe en question, était de monter ultérieurement une exposition sur la présence de cicatrices sur le corps. Des cicatrices qui, comme l’affirme si bien dicton selon lequel une image vaut mille mots, témoignent souvent des parcours de vie quasi indescriptibles, voir incroyables.

C’est ainsi que de fil en aiguille, et par l’ambiance somme toute bien cordiale entre elle et moi, le second objectif est venu sur le tapis. Et, entre vous et moi, je vis avec des cicatrices bien visibles depuis mon tout jeune âge. C’est ainsi que j’accepta qu’elle puisse photographier les endroits de mon corps où la présence de mes cicatrices étaient visibles. La seule condition sine qua none était de respecter une vision artistique de la prise de photos. Une énigme philosophique me vient ici à l’esprit : Pourquoi existe-t-il une certaine gêne, pour ne pas dire une gêne certaine, lorsqu’il est question de présenter cette partie de l’anatomie de l’homme? Éprouve-t-on une telle gêne à l’égard de son équivalent, manière de parler dans le cas présent, chez l’anatomie de la femme? À la vue de mon expérience personnelle, il semblerait que ce ne soit pas le cas.

Alors pourquoi donc un tel phénomène? Comme je l’ai expliqué plus haut dans ce présent article, la pornographie y est sûrement pour quelque chose. À mon humble avis, c’est vraiment dommage puisque le caractère sacré du corps humain tel que défini dans l’antiquité fit place à son instrumentalisation et, par ricochet, à sa dégradation. C’est notamment le cas où l’érection y est présente.

Serait-il possible d’inverser la réalité, c’est-à-dire, de découvrir une noblesse chez le phallus en état de grâce ultime? Serait-il aussi possible de passer d’une image plus que négative à celle où la beauté y est réellement dévoilée? Serait-il tout aussi possible d’outrepasser, je m’inspire ici d’une discussion que j’ai jadis eu avec l’une des femmes présentes à la séance photo du début décembre sous la supervision de Phylactère, l’appréhension du sexe masculin en état d’érection non seulement à son acceptation mais presque à une confiance qu’une telle situation se réalise lors d’une séance de nudité artistique. Après tout, l’art renferme toutes les évidences en ce monde. N’est-ce pas?

Merci de m’avoir lu

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Heureux pour cette charmante dame

 

Lysandre 7

 

Une étoile est née

 

Heureux pour cette charmante dame

Bonjour tout le monde,

J’espère que tout va bien pour vous. De mon côté, je prépare avec fébrilité mon séjour qui aura lieu à Montréal du 18 au 23 février prochain. Un séjour qui sera riche en variétés. Outre le fait qu’il y a aura deux séances de nudité artistique en début de séjour, soit les 19 et 20 février inclusivement, je profiterais des deux jours suivants pour visiter quelques musées dont regorge la ville de Montréal sans oublier mon petit pèlerinage soit à l’oratoire St-Joseph ou bien à la cathédrale Notre-Dame. Toutefois, la cerise sur le gâteau est sans conteste le match de hockey entre les Canadiens et les Rangers de New York jeudi le 22 février à 19h30 au centre Bell.

Lysandre 3Sous un autre ordre d’idée, j’entreprend déjà mon séjour du bon pied et ce pour une raison qui mérite de vous être racontée. En effet, j’ai la chance d’avoir parmi mes amies Facebook quelques modèles nus dont une a réussi à faire ses premiers pas dans ce domaine. J’en suis à la fois fier et heureux pour elle. Fier d’avoir été l’instigateur dans ses tous premiers pas puisque elle fut présentée à des artistes pour qui je pose nu en quelques occasions. Une telle rencontre lui a permis de créer des liens entre elle et les artistes. Qui plus est ! Elle assista à l’une de mes prestations de nudité artistique au cours de l’automne dernier. Est-il utile de vous mentionner que j’ai donné tout mon potentiel afin de lui inculquer le goût de vivre une telle expérience ?

C’est ainsi qu’elle a vécu sa toute première séance au sein même deLysandre 2 l’atelier où elle et moi sommes allés en automne dernier. Mes attentes ont été comblées puisque je me doutais bien  que l’accueil, le savoir-faire et le professionnalisme des artistes allaient être des facteurs incitatifs pour rendre son expérience réellement intéressante. Elle m’a même avoué qu’elle aimerait bien en vivre d’autres. Comme quoi, je lui ai transmis le goût pour cet art unique en son genre. Oui, je suis heureux pour elle car une telle expérience est réservée à une élite dans le milieu artistique. Je ne peux que lui souhaiter bonne chance et de revivre autant de séances qu’elle le désire.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une facette méconnue de la nudité : la pratique du yoga

Une facette méconnue de la nudité :

la pratique du yoga

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. De mon côté, et c’est rare que je me plains de la température, je trouve qu’il fait vraiment trop chaud aujourd’hui. Voilà pourquoi je préfère rester quelques temps chez-moi afin de dénicher des reportages susceptibles de vous renseigner sur la nudité et le milieu artistique. Or, un domaine où la nudité, saine pour le corps et l’esprit, peut être un outil de travail par excellence est bien le yoga.

C’est ainsi qu’au fil de mes recherches, j’ai trouvé cette magnifique vidéo dans laquelle une jeune yogi présente certaines positions de yoga sous la supervision de son maître. Je dois avouer que c’est l’une des rares fois où une telle présentation est faite sur cette chaîne vidéo. Toutefois, la simplicité, le respect et la beauté même de cette vidéo situent celle-ci réellement aux antipodes de la vulgarité.

Bref, c’est avec plaisir que je partage avec vous une telle trouvaille.

Merci infiniment de votre visite.

Bon weekend !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada