Archives de tags | écoles d’art

Déjà dix ans

Déjà dix ans 

Bonjour tout le monde 

J’espère que vous allez bien et que les journées automnales sont agréables. Quoi de plus beau que les feuilles dorées et rougeâtres que mère nature nous offre en cette période de l’année? Personnellement, je suis toujours ébahi par toutes ces couleurs qui se manifestent au fil des jours annonçant l’hiver. 

Toutefois, c’est aussi une période à laquelle quelques-uns de nos plus beaux souvenirs nous reviennent à l’esprit. Je pense notamment à une expérience vécue avec un photographe des États-Unis dans le cadre d’une séance de nudité artistique. Une séance qui a eu lieu exactement dix ans aujourd’hui même. 

En effet, cela fait maintenant dix ans que j’ai débuté dans le domaine de la photographie en tant que modèle nu pour des écoles d’art et des ateliers en arts. Cela m’a permis de faire la connaissance de photographes tant professionnels que amateurs. 

Parmi ceux-ci, Kenneth W. Oliver est l’un des premiers pour lesquels j’ai posé. Des poses tantôt conventionnelles, tantôt de nudité. Vous avez sans doute deviné que le tout a été fait de manière respectueuse. 

Mais, avant toute chose, ce fut l’occasion de faire la rencontre d’une personne formidable et très talentueuse. Une personne remplie de grande sensibilité et qui possède une belle ouverture d’esprit. J’ai eu la chance de partager avec Kenneth W. Oliver une journée mémorable. 

Merci à toi pour cette belle expérience. 

Merci de votre attention!

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada 

La commémoration des fidèles défunts

Commémoration des fidèles défunts par RollandJr St-Gelais Photo par Samo19 Source : https://www.deviantart.com/samo19/art/Dia-de-muertos-859812981

La commémoration des fidèles défunts

Bonjour tout le monde,

Tout d’abord, je tiens à vous souhaiter un beau mois de novembre rempli de belles surprises. Profitez de ce mois pour faire le point sur ce que vous désirez et ce qui est réellement nécessaire pour votre bonheur futur. En effet, ce mois est tout à fait approprié pour prendre un repos tant du corps que de l’âme surtout après avoir vécu tant de péripéties ces derniers mois.

Enfin, je vous informe que ce mois sera aussi très important à mes yeux puisque je choisirai les sujets qui seront publiés au sein de mon blogue artistique parfois sous forme de poésie ou bien de proses. Bien entendu que la nudité artistique sera de mise dans chacune de ces publications. N’ayez craintes, la recherche de l’excellence et du bon goût sera toujours de mise comme il en a été ainsi depuis la création de mon blogue laquelle date du 13 janvier 2013.

Eh oui ! Plus de sept années à construire ce blogue de toutes pièces, à partager avec vous par l’entremise de mes articles mon expérience personnelle en tant que modèle nu pour des écoles d’arts et des ateliers en art ainsi que la participation d’artistes qui ont collaboré de près et de loin à son élaboration. Je dois reconnaître que mon blogue n’aurait sûrement pas eu autant de richesse n’eut été leur apport plus que considérable. Il me semble être important de souligner, voire de commémorer, un tel fait.

En parlant de commémoration, sujet du présent article, il me semble qu’il est essentiel de se rappeler toutes les personnes qui nous ont précédés sur nos coins de pays. Ces personnes ont façonné ces terres sur lesquelles nous vivons, parfois en y versant leur sang et plus souvent encore de leur sueur. Sang et sueur ont abreuvé tant de champs qu’il nous est presque impossible de l’imaginer jusqu’à tel point nous devrions leur en être reconnaissants.

En ce qui me concerne, la commémoration des fidèles défunts revêt deux aspects particuliers. Certes, l’aspect religieux possède une place de choix au fait que je sois catholique dans mon fort intérieur. Une foi culturelle qui a été une pierre d’assise fondamentale au cours de ma vie. J’ai bien écrit une foi culturelle puisqu’une part, cette foi est une manifestation qui ne peut être décrite par la raison pure, un peu au même titre que ce qu’est l’amour entre deux êtres, et que d’autre part, ladite foi se manifeste par toute une série de coutumes et de traditions plus ou moins élaborées dans le temps.

Cependant, le fait de commémorer nos défunts revêt aussi une importance capitale au plan purement moral. En effet, cela relève d’une grande humilité envers ceux et celles qui nous quittés. Se souvenir de ces gens, de ceux et de celles que nous avons aimés, de ceux et de celles que nous avons côtoyés et parfois de ceux et de celles à qui nous avons donné la vie et pour une raison quelconque nous ont quittés. Un tel souvenir nous aide à comprendre toute l’importance de vivre le moment présent tout en reconnaissant jusqu’à tel point la vie est si fragile.

Je prends souvent plaisir à me promener dans un parc situé à quelques pas de chez-moi afin de me ressourcer surtout lorsque la température est clémente. Je prends alors le temps d’admirer la beauté magnifique de la nature. Une beauté qui m’interpelle tellement que j’ai l’impression qu’elle m’envoie un message, sous forme de paraboles ou bien d’images, et ce l’espace d’un bref instant. C’est ainsi que j’ai appris une grande leçon, une parmi tant d’autres tellement sa sagesse est grande, sur le sens même de la commémoration des fidèles défunts.

En effet, les fidèles défunts sont un peu comme des feuilles de bronze qui pendent sur les branches d’un arbre afin de témoigner de leur présence avant que mère nature s’endorme pour la saison hivernale. Un sommeil qui prendra fin dès l’arrivée des quelques rayons printaniers annonçant ainsi le retour graduel à la vie. Une vie qui a été tracée par les sillons de la sève qui a jadis nourri les défuntes feuilles de bronze et qui nourrira à son tour les bourgeons donnant ainsi naissance à des feuilles resplendissante. Ne sommes-nous pas tributaires de nos défunts qui ont façonné nos terres? La nature elle-même commémore d’une certaine façon ses défunts. Pourquoi en serait-il autrement de nous?

Merci infiniment de votre assiduité.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ma chère Laurita

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui je désire réaliser une critique à propos de deux photos réalisées par un photographe qui expose ces œuvres au sein du site deviantArt. Un site qui me permet à la fois de correspondre avec plusieurs artistes œuvrant dans le domaine de la photo et du dessin. Ces supports artistiques ont pour sujet la nudité de leurs modèles. Ces derniers sont autant féminins que masculins. Il est tout à fait normal que la permission d’utiliser quelques-unes de leurs œuvres leur soit demandée avant de réaliser un quelconque article. Il s’agit-là d’un principe à la fois moral, d’éthique et légal. Moral puisqu’il s’agit de leurs œuvres. Éthique puisque cela cadre avec la recherche de l’excellence. Légal car agir autrement irait à l’encontre du droit d’auteur.

Toutefois, ma critique s’adresserait à une certaine Laurita. Pourquoi donc ? Tout simplement pour donner une originalité au présent article. En effet, je préfère m’adresser à ce superbe modèle, un peu comme si je me confierais en secret, loin des oreilles indiscrètes. Une chose doit être dite une fois pour toute : Tu es un modèle à la beauté exquise. Une beauté mise en valeur par l’ensemble des deux photos même si l’une des deux l’accentue de manière fort appréciable tant sur le plan artistique que sur le plan visuel.

Ma chère Laurita

Comme je l’ai mentionné plus haut ta beauté est tout à fait exquise. La magnificence de tes cheveux lesquels semblent posséder la douceur de la soie, la perfection de ton visage qui peut saisir le plus difficile des hommes et la grâce toute féminine de ton corps font de toi un modèle qui ferait l’envie de bien des écoles d’art. Un corps agrémenté tant par des seins magnifiques et une vulve rasée font de toi une déesse en ce monde.

Chacune des photos pour lesquelles tu as servi de modèle rend grâce tant à ta beauté qu’à ta féminité. Toutefois, elles le font d’une manière qui leur est propre. Puisque je dois choisir l’une des deux pour commencer ma critique, j’opte pour celle réalisée en couleur.

La belle Laurita 3Pourquoi un tel choix? Tout simplement parce qu’elle accentue le regard sur les particularités de ton corps. Sois rassurée! Le regard dont il est question est empreint de respect à ton égard tout comme celui du photographe qui a eu la chance inouïe de travailler avec toi à l’occasion de cette séance. Des particularités qui, un peu à l’image d’une carte géographique, nous font découvrir des zones que seuls des yeux expérimentés peuvent percevoir.

Je prends ces deux exemples à titre explicatif. En premier lieu, les aréoles des seins et les bordures des grandes lèvres donnent, et ce par leurs teintes, à la photo un cachet unique. Certes, il s’agit d’un cachet unique mais loin d’être vulgaire puisque cela est englobé dans un ensemble de couleurs où l’harmonie est de mise. En second lieu, une telle harmonie transpire dans chacune des parties qui composent cette photo. L’on a qu’à regarder la progression des couleurs de l’avant-plan à celles de l’arrière-plan pour s’en rendre compte. En effet, elles passent du rose aux différentes teintes de bleu avec le bois de l’éventail lequel me fait penser à un soleil. Ce dernier point était-il voulu par le photographe? C’est possible.

Le tout est entrecoupé par la présence, loin d’être désagréable pour les yeux, des bas noirs que tu portes avec grande classe. Une telle classe témoigne de ton professionnalisme et celui du photographe. C’est tout à votre honneur.

Que puis-je écrire à propos de la photo réalisée en noirLa belle Laurita 2 et blanc ? Quelle serait davantage conforme à ce que l’on attend d’une photo où la nudité artistique est présentée ? Qu’a-t-elle de si particulier par rapport à la précédente ? Et pourquoi devrais-je autant m’y intéressé ? Voilà les questions auxquelles je vous apporte des réponses.

Tout d’abord, il m’est apparu impératif de m’y intéresser puisqu’elle se situe être aux antipodes de la précédente. Non pas dans le sens d’être de mauvais goût mais plutôt d’être tout aussi belle tout en étant fort différente. Des différences qui sont perceptibles pour tout amateur d’œuvres où le corps est présenté dans son plus simple apparat.

La première différence réside dans l’arrangement propre au noir et blanc. C’est-à-dire que l’on assiste à une fonte graduelle de ces deux réalités visuelles. (1) C’est un fait indéniable : les réalisations en noir et blanc possèdent une douceur tout à fait remarquable. Je dirais même qu’elles peuvent cacher certains défauts plus visibles dans les réalisations en couleur.

La deuxième différence se trouve dans le jeu de lumière. En effet, les couleurs que l’on voit dans la première photo deviennent à leur tour une accentuation des teintes passant parfois du blanc au noir avec une progression lente du gris. J’ai à titre d’exemple les barreaux de l’éventail qui n’a plus cette caractéristique de me faire penser au soleil. Ce qui n’enlève rien à l’éclat du résultat final.

La dernière différence, et possiblement la plus notable, concerne la capacité de rendre une photo de nudité plus conforme aux normes non écrites liées au nu. Désolé pour l’exemple qui suit mon propos. Mais, sans vouloir me justifier pour un tel choix, je vous dirais qu’il n’en a pas d’autres d’aussi appropriés dans les circonstances. En l’occurrence, la visualisation bien perceptible de l’anus du modèle diminue de manière significative le caractère artistique d’une telle photo.

Aussi utile est cet orifice, je ne crois pas qu’il soit tout à fait approprié que l’on puisse le voir de manière aussi visible au sein d’une photo de nu. Personnellement, et c’est mon humble opinion, un filtre aurait été appréciable pour amoindrir sa présence. Un peu comme le fait de jeter un voile pudique afin de mettre davantage l’accent sur le reste de cette œuvre. Ce qui, tu dois sûrement t’en douter, n’ôte en aucun cas à ton charme.

En résumé, je préfère la seconde photo à la première. Certes, il existe d’autres éléments qui peuvent davantage appuyer mon choix. Lesdits éléments sont trop longs à énumérer dans ce présent article. Peut-être à l’exception d’un seul, celui de devenir un superbe fond d’écran pour mon ordinateur.  (2)

Chère Laurita, ce fut avec un plaisir immense que j’ai partagé avec toi et avec mes nombreux abonnés ma critique sur l’ensemble de ces deux photos dans lesquelles ta beauté toute féminine y est présentée de manière très agréable.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

(1) J’ignore comment dire les choses autrement puisque le noir et blanc, si je me fis à mes rares cours d’arts à l’époque du lycée, ne sont pas des couleurs à proprement parler. J’ai donc opté pour réalités visuelles afin de faciliter la démonstration de mon point de vue.

(2) Il est à noter qu’il en est de même pour la photo réalisée en couleur. Ce qui prouve qu’une telle photo a été faite presque à la perfection.

 

Gratitudes

Gratitudes
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Gratitudes

2950e article au sein de ce blogue

Mes chers abonnés,

Je désire par la présente remercier bien particulièrement mon ami et collaborateur Rick B., d’Allemagne qui par son aide et par sa gentillesse a permis à votre humble serviteur d’entretenir et de poursuivre ma passion pour la nudité artistique.

En effet, n’eût été sa précieuse collaboration, j’ignore si d’une part, j’aurais pu continuer un tel blogue réalisé avec autant de passion et, d’autre part, d’alimenter ma capacité à poser nu pour des écoles d’art et des ateliers en arts. Quoiqu’il en soit, ce présent article est le 2950e au sein de ce blogue consacré à la nudité artistique, à la poésie, à la photographie et de manière occasionnelle à des réflexions personnelles.

Il va de soi que mes remerciements s’adressent aussi à tous les autres artistes qui œuvrent dans le domaine du nu, et ce peu importe leurs supports visuels. Je pense notamment à Eri Kel et à Noble Roro de la France ainsi qu’à Joël Pèlerin de Madagascar sans oublier ma très chère Phylactère. Il va de soi que j’inclus dans mes pensées G.B. d’Allemagne. Vous avez été la lumière qui a éclairé l’ensemble de mes publications.

Mes remerciements vont également à tous les autres artistes qui m’ont donné leurs accords de manière ponctuelle. Et comment pourrais-je vous oublier mes chers abonnés? Sans votre fidélité incommensurable, aurais-je eu autant de plaisir à poursuivre un tel blogue? Poser la question, c’est aussi y répondre.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Oui, les modèles nus féminins d’origine africaine sont provocants.

cindy_s_hot_pants_03_by_rickb500_dbz950s-pre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Oui, les modèles nus féminins d’origine africaine sont provocants.

« Oui, les modèles nus féminins d’origine africaine sont provocants. Une provocation qui m’interpelle sur le sens de la beauté dans la nudité. Fait intéressant à noter, et je fais ici référence à mon expérience bien personnelle, peu élevé est le nombre de modèles vivants (nudité intégrale) qui posent dans les écoles d’art. C’est du moins le cas au Québec. Pourtant, leurs corps, à cause de leurs spécificités corporelles constituent une source intarissable de créativité. »

Par RollandJr St-Gelais de Québec au Canada