Archives de tags | quiétude

Journée pour rêver

Journée pour rêver Poème de RollandJr St-Gelais Photo par DerBuettner Source : https://www.deviantart.com/derbuettner/art/Daydream-948070685

Journée pour rêver

 

C’est réellement un de ces jours d’hiver

Semblable à celui que nous avons eu hier

Une température digne de la lointaine Sibérie

C’est alors que mon cœur de ces pensées se remplit.

 

Cela fait si longtemps que tu ne m’as pas appelé.

Aurais-je fait quelque chose que tu n’aurais pas aimé ?

J’ai respecté ton silence en gentleman que je suis.

Mais, que puis-je faire d’autre devant ce fait accompli ?

 

Je te revois confortablement installée sur mon sofa.

J’avais saisi au passage ma toute nouvelle caméra.

Comment aurais-je pu rater une telle opportunité ?

D’attraper cet instant et le conserver pour l’éternité.

 

Que de souvenirs inoubliables nous avons partagés !

Que de rires, devant nos bêtises, nous nous étions exclamés !

Avec plaisir, je t’ai fait visiter tant de lieux magnifiques.

L’éclat de ton visage ressemblait à un conte féérique !

 

Tu as peut-être trouvé un autre homme à aimer.

Je ne lutterai pas si cela est vraiment ma destinée.

C’est ta vie, et tu as le droit de faire ce que bon te semble.

Mais, devant une douleur si atroce, mes mains tremblent.

 

J’entends sonner l’horloge que mon défunt père m’a léguée.

Encore un poids sur mes épaules que je dois, hélas, supporter !

Ce qui me console de son départ le jour de mon anniversaire,

C’est qu’il est allé rejoindre pour toujours ma tendre mère.

 

Maintenant que j’ai que cette quiétude pour compagne,

Je pense à toi en savourant un verre de champagne.

Je me dis, pour me rassurer, qu’une nuit, tu me reviendras.

Les larmes aux yeux, je t’accueillerai avec amour dans mes bras.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le véritable pouvoir

Le véritable pouvoir Texte de Rolland Jr St-Gelais Modèle & Photo : JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/lilithjenovax/art/My-Power-946390574

Le véritable pouvoir

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous passez une belle saison. Pour ma part, je dois avouer qu’il y a fort longtemps que je n’ai pas vu un hiver aussi agréable que maintenant. En effet, la température clémente qui recouvre la magnifique région de Québec est fort appréciée par votre humble serviteur.

Comme vous le savez déjà, je profite de la quiétude de ma réalité actuelle pour créer des poèmes et écrire des textes sur mon blogue artistique sur divers thèmes. Or, il m’est arrivé à l’esprit de rédiger un article en répondant à l’une des nombreuses interrogations cruciales liées à l’existentialisme. Il est fort possible que ma situation physique avec laquelle je vis depuis ma naissance et certains évènements attachés à mon expérience de vie y soient pour quelque chose dans la manière dont je perçois la présence humaine.

À dire vrai, le fait que de plusieurs questions viennent hanter ma pensée ne m’a jamais empêché d’apprécier mon destin en y découvrant la multitude de bons côtés qui la composent. Or, ceci m’amène justement à résoudre cette problématique inhérente à l’existence. Quelle serait le véritable capacité que j’ai été dans l’obligation de développer afin de faire face aux diverses circonstances que j’ai dû affronter ?

Oui, je suis conscient que je ne possède aucun des pouvoirs des super héros de bandes dessinées qui ont jalonné les lectures de mon enfance ou que je vois sur les immenses écrans dans les salles de cinéma. Cependant, il y en a un qui s’est imposé au plus profond de mon être. Une aptitude qui m’est d’une grande utilité face à ce qu’il peut m’arriver.

C’est un fait indéniable que je n’ai pas de contrôle sur ce qu’autrui peut opérer et que ses actions, sûrement sans aucune mauvaise intention de sa part, peuvent me perturber. Toutefois, je suis libre de le prendre d’une manière que je qualifierais de « détachée ». Oui, cela peut m’ébranler. Cependant, c’est à moi, et à moi seul, que revient le degré d’affectation à mon endroit. Dit autrement, je suis responsable de mes sensibilités et c’est à moi de les endiguer, telle une rivière au printemps qui se décharge de ses glaces, de façon à ne pas me laisser submerger.

Certes, c’est là un travail de longue haleine. Je devrais plutôt écrire de toute une vie. À plus forte raison si on se souvient qu’elle est semblable à des montagnes russes. « Les jours se suivent, mais ne se ressemblent pas », dit l’adage. Voilà pourquoi il est impératif de garder un contrôle sur nos émotions qui peuvent surgir à n’importe quel moment.

Attention ! Il n’est pas dans mon intention de minimiser l’importance de vivre pleinement ce que l’on ressent. Je désire simplement vous rappeler que le fait d’en être le seigneur incontesté est avant toute chose un bon pas dans la maîtrise de notre vie.

Merci infiniment de votre attention à mon endroit !

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Carte postale

Carte postale Poème de Rolland Jr St-Gelais Collection de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Postcard-6×4-inches-Art-by-Lovis-Corinth-941033153

Carte postale

 

 

Hier soir, j’ai eu la curieuse idée

D’aller dans le grenier pour y chercher

Dans la malle de mes grands-parents,

Quelques-uns de leurs souvenirs d’antan.

 

Je me remémore de leurs contes et récits,

De leurs voyages fabuleux aux mille péripéties.

Ils me racontèrent comment ils se sont rencontrés,

De leurs façons de se courtiser jusqu’à leur union devant le curé.

 

Mon grand-père n’était pas tellement pratiquant.

Mais, devant les mystères de la vie, il se reconnaissait croyant.

Son épouse, une femme libérée pour son époque, aimait le faste.

Se marier hors d’une église richement ornée aurait été un vrai désastre.

 

Il était un photographe de renom dans le domaine de la nudité.

Elle était, depuis toujours, à la fois sa muse et son assistante attitrée.

Allant ici et là dans Paris y tenir des ateliers et offrir des cours.

Lesquels débutèrent en soirée et se terminèrent au petit jour !

 

Ils vécurent ensemble dans la quiétude de leur foyer des temps heureux.

Jusqu’au moment où vinrent la guerre et son cortège de malheureux.

Étant un homme en bonne santé et de bonnes réputations.

Il a été promu dès son incorporation reporter sur le front.

 

Des clichés en tous genres il a, avec son appareil, exécuté,

En essayant tant bien que mal de camoufler la réalité.

Il fallait bien présenter des soldats fiers et valeureux,

Dans les quotidiens français afin de satisfaire les curieux.

 

Entre deux batailles, avec joie, il écrivit à sa chérie.

Qui avait, comme bien des gens, fui la belle ville de Paris.

Car, la « Grosse Bertha » y faisait pleuvoir avec rudesse toute sa rage.

Avec pour seule volonté d’annihiler la moindre parcelle de courage.

 

Puis, un jour, pas comme les autres, vint une lettre de sa dulcinée.

Une missive dans laquelle il était écrit ; « J’espère que tu vas adorer ».

Il trouva l’une de ses premières photos converties en cartes postales.

Quel beau présent que lui a fait son amour pour lui remonter le moral !

 

De

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Bouddha sur la montagne

Bouddha sur la montagne Photo pr Budhaboo Texte de Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/bhudaboo/art/Buddha-On-The-Mountain-928693277

Bouddha sur la montagne

Être serein face aux événements de l’existence. Voilà un désir bien légitime que chaque personne éprouve au cours de sa vie, et ce avec les hauts et les bas auxquels elle doit composer. Chose qui, à première vue, peut paraître de plus en plus difficile surtout à la suite des nombreuses publications au sein des médias de masse. Ici, des crimes et là des désastres écologiques, là encore, des conflits armés. La divulgation de mauvaises nouvelles semble ne pas avoir de conclusion. Comment alors peut-on faire face à ce flot de négativité ? Comment trouver une réelle quiétude dans un monde où ce mot a l’air ignoré ? Et, comment pouvons-nous nous retrouver à la fois sur les plans psychique, psychologique et spirituel ?

Il est à retenir que je souhaite simplement exprimer mon opinion sur un tel sujet. La science infuse est hors de ma portée et mes connaissances sur l’humain sont encore qu’à leurs balbutiements. Cependant, après mûre réflexion, il est venu à mon esprit l’idée que la quiétude se construit après avoir acquis un certain détachement de tout ce qui nous entoure. Attention ! Loin est de moi la conception d’un quelconque désintérêt quant aux éléments dont je ne peux rien n’y faire pour la raison que mes limites dépassent de beaucoup mes capacités. Certes, je ne peux pas rester indifférent à l’égard des maux qui accablent le monde actuel. Toutefois, la chance de prendre un recul me permet d’y déceler les beautés qui s’y cachent. Un peu à l’image du chercheur d’or, les jambes enfoncées dans l’eau froide de la rivière qui s’efforce de trouver les pépites qui lui apporteront fortune et prospérité.

Pour ma part, je grimpe sur ma montagne intérieure pour d’une part, me ressourcer loin des tumultes environnants et, d’autre part, faire la paix avec la personne la plus importante à mes yeux. C’est à dire moi-même. Dès qu’un tel processus a été réalisé, ma disposition à découvrir les éléments positifs de l’existence s’enclenche de manière graduelle. Croyez-moi ! Je suis ébahi par la beauté inhérente à la vie. Il suffit d’ouvrir ma fenêtre incorporelle pour faire entrer la flamme douce et chaleureuse qui s’invite posément. Quoi de plus efficace que de garder le silence pour parvenir à une pareille révélation ? Et, pourtant, chaque personne a la faculté d’illuminer son esprit.

En terminant cette missive, il est important de se souvenir que l’on doit avancer avec deux jambes. La première est celle de la réalité. En effet, nous sommes dans un monde matériel où l’on se doit de combler nos besoins les plus élémentaires tout en étant capables d’avoir un peu plus pour se faire plaisir de temps à autre. La seconde est celle de la spiritualité. Un sage célèbre a affirmé que « l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de la parole de Dieu ». Certes, vous pouvez remplacer la référence à Dieu par l’absolu. Quoiqu’il en soit, il est impératif de chercher ce qui nous permet de grandir, d’évoluer, d’être de plus en plus altruiste chaque jour de notre vie. Pour se faire, il est essentiel de descendre de sa montagne intérieure afin de communier avec ses semblables, aussi différents puissent-ils l’être.

Merci de m’avoir lu.

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Je suis l’eau

Je suis l’eau Poème de Rolland St-Gelais photo par Acuarela1962 Source : https://www.deviantart.com/acuarela1962/art/S-T-1400-925193899

Je suis l’eau

 

Je suis l’eau.

Qui caresse la peau,

De ton intimité avec douceur,

Tel ferait la plus jolie des fleurs.

 

Je prendrai mon temps de tout nettoyer,

Et d’y laisser un parfum de rose en plein été.

Afin que tu puisses te sentir fraîche et belle,

Et que tu t’envoleras telle une frêle hirondelle.

 

Je suis celui qui désaltère tes lèvres asséchées,

Par tant d’histoires d’amour à jamais terminées.

Tant d’aventures d’un soir et leurs désillusions,

Des mots qui t’ont apporté tant de déception.

 

Je suis celui qui assainira cette zone de toutes les souillures.

Elle redeviendra claire et tu retrouveras une âme pure.

Laisse-moi faire ! Fais-moi confiance, ma tendre amie.

Désormais, tu connaîtras la quiétude chaque nuit.

 

Quelle joie tu retrouveras au plus profond de ton être,

Une impression inouïe d’authentique bien-être.

En toi, je mettrai cette sensation que tu croyais perdue.

Ta virginité te sera restituée chaque fois que tu seras nue.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada