Archives de tags | arbres

Une chaise abandonnée

Une chaise abandonnée poème de Rolland jr St-Gelais Dessin par Maryse Veysseyre

Une chaise abandonnée

 

Je suis si seule dans cette forêt clairsemée

Sous les arbres qui laissent le soleil me réchauffer

Je me remémore le temps de jadis, le temps d’autrefois.

Où dans une modeste chaumière j’ai entendu bien des voix.

 

Des voix de joie, des voix de peine, des voix d’enfants et des voix de sottes gens.

Que dire de tous ces pas qui sans cesse se baladèrent sur le plancher tremblant?

De ces pas d’étrangers venus trouver du réconfort avant de poursuivre leur chemin

De ces pas de vieilles connaissances venues souhaiter bonne journée dès le petit matin.

 

J’ai vu bien des gens tellement heureux d’avoir gagné ce qu’ils ont misé

Et, ceux qui bien tristes, ont tout perdu en un éclair en une seule tournée

Des soirées à jouer aux cartes et à boire du vin jusqu’à tard le soleil levé

Et puis? Qui suis-je vraiment pour me permettre, de ces gens, les juger?

 

Bien des jeunes amoureux un peu gênés se sont embrassés

Aux yeux de leurs parents respectifs parfois un peu embarrassés

Des amoureux qui ont quitté la chaleur du nid où ils ont grandi

Pour à leur tour établir leur foyer avec un bonheur pour toute la vie.

 

Les années sont si vite passées et les modes ont tellement changé

D’une chaise bienveillante à une chaise insignifiante, je suis passée.

Au rebut, sans gêne aucune mes maîtres m’ont littéralement délaissée.

Maintenant, je suis une chaise abandonnée qui avait pourtant tant aimé.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Une femme admirant le paysage

Une femme admirant le paysage Poème de Rolland Jr St-Gelais Peinture par Maryse Veysseyre de la France

Une femme admirant le paysage

 

Jadis lorsque je n’étais encore qu’une gamine

Mes parents me disaient souvent que j’avais bonne mine

Quand nous venions à notre modeste cottage passer tout l’été

Je profitais de l’occasion pour parcourir les sentiers avec curiosité.

 

Car, belles choses, je découvrais chaque fois que j’y allais

Vous ne me croiriez pas, ce que j’ai découvert, si je vous le racontais

Les arbres avaient si grandi alors qu’à l’automne ils étaient si petits

Lorsque la première neige de l’hiver les avait de son manteau ensevelis.

 

Me promenant au gré du temps et de la chaude saison

En mon esprit, vint y surgir une drôle de question

Reviendrais-je en ces lieux lorsque j’aurai à mon tour grandi?

Y penserais-je lorsqu’un époux j’aurai choisi et une famille établie?

 

Car nul ne sait en ce monde de quoi sera fait son avenir

Aux premières larmes d’un enfant naissant succède le dernier soupir

Tout peut arriver à la vitesse d’une étoile filante dans le firmament

Santé et jeunesse font place à la maladie et à la vieillesse malheureusement.

 

Les années sont passées tel un coup de tonnerre et en un éclair

Diplôme avec mention honorable! De leur fille, mes parents étaient fiers.

Fiers de la femme belle et charmante que je suis devenue

Grande joie en leurs yeux émerveillés! Quel bonheur j’ai vu.

 

Enseignante en art, tel est mon choix de carrière.

L’art du pinceau j’ai enseigné tant aux enfants qu’aux mères

Voir se développer avec passion bien des talents cachés

Qui me demandèrent qu’à être avec précaution dévoilés.

 

Ayant aimé en secret une femme

À qui j’aurais tant aimé exprimer ma flamme

J’ai choisi de faire comme si rien n’était vu ce monde si incertain

Mieux être chez-moi pour ne point cacher mes larmes de mes mains.

 

Je suis devenue avec le temps si sage

Que pour préserver cet amour impossible en gage

J’ai retenu en mon cœur cet ultime secret d’un autre âge

Je ne suis maintenant qu’une femme admirant le paysage.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Seule dans ces bois

Seule dans ces bois Poème de RollandJr St-Gelais Photo par Gbd62 Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/The-chieftainess-863860011

Seule dans ces bois

 

Seule en cette forêt, seule dans ces bois

J’entendais le toc-toc-toc du pic-bois

Qui cognait avec son bec sur les chênes

Avec un rythme qui, avec entrain, s’enchaîne.

 

J’imaginais mon peuple qui jadis habitait ces lieux

Qui vivait de pêche et de chasse sous les cieux

Un peuple vivant sous des tentes de peau

Et qui naviguait sur les ruisseaux.

 

Je discernai le vent soupirer

Sur l’herbe tendre et verte de cette terre

De cette terre qui appartenait à mes frères

Et à mes sœurs qui s’occupaient de leurs maisonnées.

 

Je suis issue d’un clan beau et fier

Qui appréciait le temps qui passe tel un courant d’air

Vivre le présent sans pourtant autant faire fi des dangers

Mais à chaque chose en son temps en utilisant son savoir-faire.

 

Dans ces bois, je suis isolée

Mais quelle sensation de bien-être

D’être simplement sous les nombreux hêtres

Qui protègent des regards indiscrets mon intimité.

 

Les cheveux dansants dans le vent bienfaisant

Qui virevoltèrent sur mes épaules paisiblement

Soucieuse de respecter le caractère sacré des lieux

Le silence était de mise par respect envers mes aïeux.

 

Il faut parfois se taire pour mieux se connaître

Il faut parfois être seul pour de ses cendres renaître

Il faut parfois être isolé pour davantage apprendre

Car c’est en soi que l’on finit par mieux comprendre.

 

Je suis entièrement seule dans cette forêt vierge

Dans ces bois qui s’étendent à des milliers de verges

Où les animaux sauvages errent sous les feuillages

De ces arbres dont on ne saurait deviner leur âge.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Et action

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Et action

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous entreprenez la dernière semaine du mois de novembre de manière satisfaisante. Pour ma part, je dois dire que tout va bien. En effet, j’ai décidé depuis belle lurette de garder le sourire et de faire confiance en la vie. Qui sait ce que l’avenir lui réserve? Ce qui ne signifie pas que l’on doit être imprudent, ni téméraire, mais plutôt d’essayer de faire son possible au jour le jour. C’est ce que j’appellerais simplement être en action puisque chaque action aussi minime soit-elle peut être le début d’une aventure, d’une rencontre, d’une création et même d’une nouvelle vie. 

Il en est de même lors d’une séance photo dans laquelle la nudité est présente. Cela va peut-être vous paraître bizarre, mais le mouvement existe bel et bien au moment précis pendant lequel la photo est prise car tout continue de vivre. C’est un fait indéniable que la vie existe par le mouvement lequel peut être à peine perceptible à l’œil nu. J’ai à titre d’exemple cette magnifique photo réalisée par mon ami Rick B., d’Allemagne lequel est accompagné par un modèle féminin possédant, avouons-le, un corps superbe. 

Nous pouvons croire, en regardant cette photo, que tout semble être arrêté. Or, il n’en est strictement rien puisque la vie continue son cours inlassablement. Entend-t-on les oiseaux chanter dans les arbres, les échanges entre le photographe et son modèle ainsi que le bruit environnant? Et pourtant tout porte à croire que de telles réalités existent bel et bien surtout dans un milieu urbain. Je pense notamment au fait qu’une telle photo ai été faite en public tout en prenant soin d’être loin des regards indiscrets. En résumé, tout autour d’eux demeure en action. 

Autrement dit, l’action est la vie et la vie est action. Cela peut se manifester certes par le corps mais également par l’esprit. C’est encore le cas dans la photo qui vous est présentée dans cet article. En effet, les réflexions ne cessent pas d’affluer tant chez le photographe que chez le modèle. Cela peut être notamment sous forme de questions. Cette pose convient-elle? Est-ce l’objectif que je recherche? Pouvons-nous faire mieux? Quel serait le meilleur angle? L’endroit est-il propice pour telle ou telle pose? La liste peut s’allonger encore et encore. Bref, rappelez-vous de ceci : Tout est action.

Merci de m’avoir lu.

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Votre tendre regard

Votre tendre regard poème de RollandJr St-Gelais Dessin de CapitaPerdu Source : https://www.deviantart.com/capitaperdu/art/Alicja-836150006

Votre tendre regard

 

Bonjour chère mademoiselle,

Que puis-je faire en cette journée si belle?

Comme vous l’avez sûrement remarqué je suis artiste-peintre,

Quelques-unes de mes œuvres sont ici présentées telle une chaleureuse étreinte.

 

Des portraits de gens divers que je réalise,

Avec mon talent que depuis longtemps je maîtrise,

C’est là tout ce qu’avec grande humilité je sais faire,

Car tout jeune, j’ai perdu toute ma famille à cause de la guerre.

 

J’ai trimé dur pour gagner au quotidien quelques pitances,

Quelles fautes avais-je commises pour mériter une telle pénitence?

Travaillant dans les bois en hiver, de ces arbres recouverts d’un manteau blanc,

Mon corps d’enfant se transforma bien vite en celui d’un homme aguerri par le temps.

 

Mais, heureusement, j’y ai fait la rencontre d’un homme pas ordinaire.

Qu’il eût découvert en moi un talent insoupçonné par une froide nuit d’hiver,

Où je maculais sur un morceau de papier un dessin de ma mère d’un souvenir lointain.

C’est alors qu’il m’a promis de m’expliquer son savoir-faire pour me sortir de ce pétrin.

 

Nuit après nuit, il me montra comment tenir crayon et papier.

Soir après soir, il m’enseigna comment avec le cœur le paysage regarder.

Avec patience, il m’encouragea à trouver mon style, ma voie et mon chemin.

Afin qu’au printemps venu, je pourrai quitter ces lieux et bâtir un meilleur demain.

 

Cela fait maintenant plusieurs années que je viens en cet endroit,

Mais avant de débuter, je me dirige vers cette église située devant moi,

Pour y réciter une prière, pour cet homme, cet ange qui m’a sorti de cet enfer,

C’est là un modeste rituel pour le remercier mais j’y crois dur comme le fer.

 

À cet homme, je ne serai jamais reconnaissant,

Car il avait vu en moi bien plus qu’un futur mendiant,

Toutefois, je reconnais que le plus beau qu’il a fait pour votre serviteur.

C’est de m’avoir permis d’immortaliser votre tendre regard en cette heure.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada