Archives de tags | Dessin

Le sourire de la belle rousse

24774800_10156086499768919_2560205730908802279_n

Réalisation de Eri Kel de la France

Le sourire de la belle rousse

 

Un des petits chef d’oeuvres de mon ami Eri Kel.

Un dessin qui me fait plaisir de partager avec vous.

RollandJr St-Gelais de Québec

Oeuvre à l’encre

FB_IMG_1512222149065

Œuvre à l’encre

 

Par

Dominique Trudel

 

29 novembre 2017

(La Factrie de Shawinigan)

Savoir se donner

 

20171110_104042_HDR (2)

Séance de dessins C.E.G.E.P. de Sept-Îles vendredi 10 novembre 2017

 

Savoir se donner

Bonjour tout le monde,

J’espère que votre semaine s’est bien passée. Pour ma part, tout va bien même si quelques petites situations fort désagréables m’arrivent ces derniers jours. Quoiqu’il en soit, je garde le cap sur la voie du beau, du bien et du bon en mettant de côté les choses futiles de la vie. Est-ce là une réflexion sur mon expérience personnelle face à mon destin ? C’est fort possible.

Cependant le fait de vivre mes séances de nudité artistique, sans20171110_092655 omettre la composition de mes poèmes et la réalisation de photos prises au cours desdites séances ou bien selon les circonstances qui s’y prêtent, constitue sans aucun doute une source de plaisir qui permet à votre humble serviteur de faire confiance à la vie. Or, faire confiance à la vie c’est aussi savoir se donner dans ce que l’on fait et, sous un autre ordre d’idées, se donner à ceux et à celles que nous rencontrons dans la vie. Attention ! Je ne dis pas se donner aveuglément, mais d’adapter notre don de soi aux contextes qui lui sont rattachés. Et vous savez aussi bien que moi que les contextes peuvent apparaître, un peu à l’image des grains de sable sur la plage, quasi infinis.

20171110_105211Pour ce qui du don de soi lors d’une séance de nudité artistique, je dois avouer que plusieurs éléments y sont d’une importance capitale. Pour alléger le présent article, j’ai décidé après mûres réflexions, de circonscrire ces éléments au nombre de trois. Trois éléments qui étrangement ont été inspirés de la doctrine fondamentale de la foi chrétienne à savoir la sainte trinité. Trois éléments à la fois indépendants et différents l’un de l’autre mais dont d’autres objets de réflexion viennent les enrichir. Vous conviendrez qu’une telle présentation ressemble de près à  un cours de théologie. Il ne faut pas s’en étonner puisque l’une de mes quatre formations universitaires est justement … la théologie chrétienne, notamment catholique, au sein de l’université Laval de Québec.

Tout d’abord, se donner c’est avant tout chose … être authentique, 20171110_104019c’est à dire être vrai en chaque instant des poses choisies, analysées et choisies devant un groupe. Par exemple, le fait d’être un homme ne pourra jamais être camouflé d’une manière ou d’une autre pour la simple raison que je suis totalement nu avec tout ce que cela inclut dans la masculinité et même, en certaines occasions la virilité. Ici, le sens professionnel est d’une rigueur absolue.

20171110_105211 (3)Ensuite, me donner implique la capacité d’accepter que l’autre soit aussi authentique dans sa vision de mon corps, de mes forces et de mes faiblesses et d’y trouver des richesses jusque-là insoupçonnées. Cela peut quelques fois m’étonner mais aussi, bien que cela soit rarissime, me choquer. Bref, je ne peux en aucun temps condamner l’autre sur sa vision puisqu’il en est l’unique propriétaire et, fait à retenir, je lui ai donné librement accès à mon corps nu. Autrement dit, vous êtes responsable de ce que vous y voyez avec vos yeux alors que je suis responsable de ce que je présente. Un point, c’est tout.

Enfin, se donner c’est de prendre conscience que l’on ne pourra en20171110_105216 aucun temps revenir en arrière une fois l’oeuvre réalisée. Ce qui est fait l’a été une fois pour toutes. Le plomb qui a servi à dessiner ne pourra pas être extrait du papier ayant servi à supporter dans le temps le personnage sur le tableau. Ce qui est d’autant plus le cas une fois l’oeuvre signée par l’auteur. Ici, l’acceptation du fait accompli est une preuve de maturité tant chez le modèle nu que chez l’artiste. Une maturité qui se construit au fil du temps, des nombreuses séances et des partages entre les personnes concernées. À titre d’exemple, je suis toujours quelque peu étonné lorsque je regarde l’oeuvre qui est présentée ci-dessus car, bien que l’artiste en herbe a voulu bien faire en réalisant son dessin. Il a simplement perçu mon corps, ma nudité et ma situation physique, avouons-le peu commune, selon ses perceptions de ces réalités. Plusieurs de mes amis et connaissances y ont vu un corps alors que d’autres, votre humble serviteur inclus, y ont découvert totalement autre chose.

En résumé, se donner est subséquemment une question de don et de se don-né , voir ici naître aux yeux de l’autre, et d’éternité. On se donne librement pour renaître sous des formes souvent au diapason de ce qu’on s’est construit de notre propre image corporelle. On se donne aussi pour permettre, sait-on jamais, aux générations suivantes de connaître une partie, souvent minime, de soi. Qui plus est! Une telle partie a pris forme dans la formulation de la réalité d’un artiste professionnel ou amateur. Trois éléments indépendants mais tellement complémentaires qu’ils forment une seule entité. 

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Se voir dans le miroir

Denis Violet

Remerciement à Denis Violet de la France pour sa permission

 

Se voir dans le miroir

« Se voir dans le miroir. Quelle chance de pouvoir le faire sans craindre d’y trouver toute trace de vieillesse, que d’y contempler beauté de la jeunesse et grâce de la douce féminité sans omettre le pouvoir séducteur de la femme dans son plus simple apparat. Séduction ! Féminité ! Douceur ! Volupté ! Voilà toute la richesse présentée dans les moindres lignes de ce magnifique dessin. Bravo à son auteur !»

de

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Une oeuvre au fusain

Une oeuvre au fusain

22519411_1675885019102058_6711120157233857334_n

Un dessin très bien réalisé

par

Claude Bouillon de la France 

 
Un véritable petit chef d’oeuvre.

Chef d’oeuvre qui me fait plaisir de partager avec vous.

RollandJr St-Gelais de Québec

Provoquer le regard !

 

21751392_10155850026663919_7757581637446463103_n

Réalisé par Eri Kel 

 

Provoquer le regard !

Voici une oeuvre qui démontre à la perfection ce qu’est l’art du nu: Provoquer le regard sans vulgarité et avec naturel. Merci à Eri Kel pour sa permission.

RollandJr St-Gelais de Québec

Wow ! C’est étonnant.

Wow ! C’est étonnant.

Bonjour tout le monde,

New Image 3Je vous présente une réalisation vidéo de la faculté de médecine de l’université de Sherbrooke, une très jolie ville située au sein des cantons de l’Est, où les finissants dans le domaine médical étudient un champ d’enseignement tout à fait exceptionnel. Comme vous pouvez le deviner, notamment si vous pensez au thème principal de mon blogue dédié principalement au monde de la nudité artistique, il s’agit du dessin à partir de modèles vivants. Personnellement, je trouve cette idée tout à fait extraordinaire puisque le sujet de tout médecin est, et sera à jamais, le corps humain. C’est donc avec un grand plaisir que je vous présente un tel article trouvé grâce à mes nombreuses notifications sur Google-Alertes.

Bonne lecture et bon visionnement.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le dessin pour de meilleurs médecins

Dans les grandes universités de par le monde, des facultés de médecine ont entrepris, au cours des dernières années, d’enseigner les beaux-arts. Le programme de doctorat en médecine de l’U. de S. fait de même depuis une dizaine d’années. Pourquoi donc des cours de dessin aux futurs médecins?

Objets de recherches scientifiques, l’apprentissage du dessin de même que l’appréciation des beaux-arts dans les programmes de médecine entraînent chez les étudiants des prises de conscience profitables à leur future pratique.

Des facultés d’observation aiguisées

Des études menées en Europe et en Amérique du Nord, notamment, ont démontré que de telles initiatives pédagogiques aiguisent le sens de l’observation et les habiletés diagnostiques des apprentis-médecins. Une recherche réalisée à l’école de médecine de l’Université Harvard montre même que les étudiants ayant suivi des cours de dessin ont un taux de succès 38% plus grand que ceux qui n’ont pas fait le cours lorsque vient le temps d’établir un diagnostic médical.

D’autres travaux concluent que l’apprentissage du dessin contribue à développer leur potentiel créatif et leur sens critique dans la recherche de solutions.
Des meilleurs communicateurs, plus empathiques.

Artiste visuel et chargé de cours à la Faculté des lettres et sciences humaines, Yvan Dagenais enseigne le dessin aux futurs médecins qui sont formés à la Faculté de médecine et des sciences de la santé. Étude du visage, appréciation d’œuvres d’art, reproduction de modèle nu, dessins d’espaces négatifs : depuis 10 ans, les méthodes et les approches empruntées par Yvan Dagenais évoluent, mais les constats de l’enseignant demeurent les mêmes.

« Le dessin est une activité complexe qui active en même temps plusieurs parties du cerveau. Non seulement cela renforce les apprentissages, mais je pense que cela fait de ces futurs médecins de meilleurs communicateurs et des praticiens plus empathiques vis-à-vis leurs patients. »

Lorsqu’ils s’exercent à apprécier en profondeur des œuvres d’art, par exemple, les étudiants sont entraînés hors de leur zone de confort, où ils empruntent un langage qui fait davantage appel aux émotions. Ce type d’expériences, espère-t-on, pousse les résidents-médecins à voir au-delà, à observer ce qui ne se voit pas du premier coup d’œil. Des apprentissages qui risquent d’en faire de meilleurs médecins, tant dans le contexte frénétique des urgences que lors des rencontres individuelles avec leurs patients.

Source : https://www.usherbrooke.ca/actualites/nouvelles/actualites/actualites-details/article/35418/