Archives de tags | Dessin

Comme une offrande

20664403_1420393484674824_2669295617757514209_n

« Comme une offrande » par Marcel Lien

Comme une offrande

C’est avec plaisir que je vous présente une autre réalisation de mon correspondant de Belgique, monsieur Marcel Lien, qui démontre à la perfection qu’être modèle nu c’est être comme une offrande à toutes les personnes qui savent reconnaître toute la noblesse de la nudité dans le domaine artistique. Je tiens à le remercier pour sa permission d’utiliser ledit dessin.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Un dessin qui inspire de la quiétude

20374755_1408170782563761_8962360343924248231_n

Avec la permission de l’artiste Marcel Lien de Belgique

Un dessin qui inspire de la quiétude

Bonjour tout le monde,

Vous savez probablement déjà que je suis modèle vivant (nu) pour des écoles d’arts et des ateliers où j’offre aux artistes présents l’opportunité de travailler avec votre humble serviteur. Un travail certes occasionnel, mais qui me donne la chance de rencontrer des gens de grand talent. Il va de soi que j’ai la chance inouïe de voir, je dirais plutôt écrire, d’admirer la plupart de leurs oeuvres. Ce qui ne m’empêche en aucune façon de découvrir d’autres endroits où bien d’autres oeuvres où la nudité est la base du travail accompli, et ce tant par l’artiste que par le modèle.

C’est ainsi qu’il m’est permis de constater jusqu’à tel point le talent réside chez bon nombre d’artistes, et ce sur tous les continents. Et, particulièrement, sur le Vieux-Continent, berceau de notre civilisation. J’y trouve, notamment grâce à des échanges amicaux entre moi et quelques artistes européens, de véritables petits bijoux parmi lesquels quelques-uns me touchent beaucoup. C’est le cas de l’oeuvre présenté ci-dessus et qui est un dessin d’un modèle nu masculin réalisé par mon cher correspondant de la Belgique, monsieur Marcel Lien. Ledit dessin me fait réaliser jusqu’à tel point la quiétude doit être vécue, expérimentée et même sacralisée lors d’une séance de nudité artistique.

En effet, la quiétude dans un tel travail devrait être, et c’est mon simple avis, la pièce-maitresse de toute bonne séance de dessins ou de toutes autres moyens d’expressions où la nudité est à l’honneur. Être nu devant un artiste ou bien un groupe requiert avant une chose de ressentir en soi et autour de soi une véritable quiétude. C’est exactement ce que j’ai ressentis en voyant ce dessin au premier coup d’œil. Un travail de main de maître ? C’est exact. Mais j’ajouterais à cela, un instant de pur délice non seulement les yeux du corps mais aux ceux de l’âme. Puissions-nous cher ami de la Belgique, sait-on jamais, travailler ensemble ! Cela est parmi mes rêves les plus précieux. Bravo pour votre travail.

Sincèrement !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada 

Joie de vivre

Joie de vivre

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je désire vous entretenir d’un sujet qui m’est venu à l’esprit suite à unenew-image25 réflexion sur le déroulement de mes deux dernières séances de nudité artistique dont l’une a eu lieu au sein du département des arts de l’U.Q.A.T satellite Montréal tandis que l’autre a eu lieu au musée des beaux-arts de Montréal, respectivement le 15 et 23 février 2017. Deux séances qui ont été absolument formidables pour votre humble serviteur et, semble-t-il suite à de nombreux commentaires que me firent plusieurs participants, pour ceux et celles qui ont assisté à mes prestations.

new-image26Vous l’avez sans aucun doute remarqué en parcourant mon blogue, le fait d’être modèle nu pour des écoles d’arts et des ateliers pour artistes professionnels ou amateurs constitue pour moi une véritable passion. Passion accompagnée, entre autres, par la poésie et la photographie sans oublier quelques autres qui agrémentent mon existence de simple mortel. Oui, je sais bien toute la chance qui s’offre à moi de pouvoir me réaliser pleinement dans des domaines aussi variés et qui m’apportent tant de bonheur. Un bonheur que je désire plus que tout au monde partager avec les gens que je rencontre au cours de mon périple terrestre. Rappelons-nous que nous sommes tous des pèlerins sur le chemin menant vers l’éternité. Quand et comment s’arrêtera notre route ? C’est là une question existentielle dont il y a autant de réponses qu’il y a d’individus en ce monde.

Bref, ma réflexion sur mes dernières prestations m’a amené à vous confier un petit secret. Un petit secret qui fera la lumière sur un aspect précis de chacune de mes séances. Que puis-je donc chercher à transmettre à chacune de mes prestations ? Je vous réponds tout simplement ceci : la joie de vivre. Et, croyez-moi sur parole, de nombreuses raisons m’ont incité à choisir cette perspective lors de mes collaborations auprès des gens pour qui je pose nu. Cependant, je me contenterai de vous en présenter seulement lesquelles me paraissent être, après mûres réflexions, les plus importantes.

new-image24En premier lieu, l’idée de faire contrepoids à tout ce que les médias de masse nous présentent depuis un bon nombre d’années en fait de négativisme. Selon moi, et sans vouloir fermer les yeux sur la misère humaine dans laquelle plusieurs gens se retrouvent, il est impératif de présenter ce que l’on a le plus besoin de nos jours, c’est-à-dire une joie de vivre. Oui, on a tous ce besoin de voir qu’il y a encore, et peut-être même plus que l’on pourrait le penser, des raisons d’être heureux en ce monde.

En deuxième lieu, il va de soi, et corollairement à l’idée de faire contrepoids au négativisme que les médias de masse nous enfoncent dans la gorge au quotidien, que je désire apporter un peu de gaieté auprès des gens qui viennent parfaire leur apprentissage dans leurs domaines de prédilection artistique tels que, à titre d’exemples, la peinture, le dessin ou encore la poterie. À l’image de l’ivraie qui fait lever la pâte pétrie par les mains du boulanger, la gaieté que je leur offre servira de source d’inspiration pour les œuvres qu’ils réaliseront au cours de la séance.

new-image8En dernier lieu, réussir autant que je le peux à me mettre au diapason de l’ambiance qui règne dans la salle où les gens se trouvent. Pour se faire, il faut savoir ressentir l’air ambiant, soupeser les regards, autrement dit se mettre réellement à nu, non seulement de corps mais également d’esprit. Ce n’est qu’une fois cet exercice accompli qu’il me sera possible d’amener les autres, et parfois tout simplement l’autre, à entrer en communion avec mon être profond me laissant ainsi l’opportunité de lui transmettre ce qui m’est le plus précieux, c’est-à-dire ma joie de vivre. D’ailleurs, souvenons-nous que le modèle vivant est d’abord et avant un être qui vit. Pour ma part, j’ai décidé, en dépit de hauts et de bas dans la vie auxquels je dois faire face, de vivre et surtout de chercher à le faire dans la joie. Que la vie est belle !

Merci infiniment de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une expérience pleinement humaine

new-image25

Une expérience pleinement humaine

Bonjour tout le monde,

J’espère que tout se passe bien pour vous en cette dernière journée de la semaine et que vos projets pour le weekend se concrétiseront selon vos désirs. Pour ma part, j’ai vécu une semaine tout à fait remarquable dans le cadre de ma passion en tant que modèle nu pour des écoles d’arts et des artistes professionnels et amateurs. Oui, vous le savez déjà que le fait de poser nu dans un cadre artistique relève d’une véritable passion pour votre humble serviteur, et ce depuis maintenant plus de quatre ans. Quatre années où la chance de faire la rencontre de gens formidables m’a été gracieusement offerte par la vie.

Vous devez certainement vous questionner sur un aspect lié de manière particulière au sein de ma profession de modèle nu. Un aspect qui ne peut échapper à ceux qui ont pris l’habitude de parcourir mon blogue artistique. Et, j’ai nommé le rapport humain lors des séances de nudité auxquelles ma présence est requise par les responsables des ateliers ou bien, dans le cas présent, des cours de dessin de niveau académique ou bien universitaire. C’est précisément sur cet aspect que ce présent article sera articulé avec un triple objectif. Comme le mystère de la sainte trinité est à la base dogmatique du christianisme, le monde du modèle nu, et je fais ici référence à mon observation personnelle, possède également un aspect défini sous trois angles à la fois différents et complémentaires.

new-image8Le premier aspect concerne bien entendu l’acceptation de poser nu devant public. On ne peut pas poser nu comme si on posait habillé. Cela requiert la reconnaissance de nos moindres de petits défauts physiques et un contrôle absolu de soi sans omettre la conscience de nos forces et de nos faiblesses. Cela requiert aussi souvent une période plus ou moins longue de réflexion sur le sérieux de notre démarche. Est-on prêt à offrir notre plus profonde intimité aux regards des autres même si cela est fait dans un cadre bien précis et avec des balises sévères renforçant une éthique de travail bien précise ? Jusqu’où sommes-nous prêts d’aller et surtout pour quelles raisons ? Tout ce que nous nous attendons d’accomplir correspond-t-il à notre système de valeurs ? Ce ne sont-là que des exemples de questionnement que toute personne se doit de résoudre avant même d’entreprendre les démarches auprès d’institutions de l’enseignement des arts. Bref, on n’entre pas dans le monde du nu artistique comme si on entrait dans un moulin.

L’aspect suivant touche l’intériorité du modèle vivant. Oui, c’est un fait. Le modèle est avant toute chose un outil d’apprentissage fort important pour ceux et celles qui souhaitent développer leurs talents en dessin. Toutefois, il est aux antipodes de ce que l’on appelle dans le jargon populaire « une nature morte ». En effet, le modèle vivant ressent des émotions, vit des situations tout au long de la journée, rencontre des gens d’horizons divers et désire parfois partager ce que la vie lui a fait expérimenter depuis sa plus tendre enfance avec les gens pour qui il dévoile sa nudité. Attention ! Loin de moi l’idée que tous les modèles souhaitent réaliser un tel partage avec son public. Cependant, force est d’admettre que c’est souvent mon cas.

C’est ainsi que je prends un certain plaisir à me présenter aux étudiants et aux étudiantes dès les premiers instants du cours pour lequel je suis invité d’y participer. Retenons ici l’élément suivant : Chaque personne présente en classe vit une émotion qui lui est propre. Souvent, la gêne liée à la nudité du modèle vivant peut en déranger quelques-uns. Cela est d’autant plus vrai si le modèle est atteint d’un handicap physique bien visible. Il faut être soi aveugle ou ignorant pour ne pas se l’avouer. Voilà pourquoi, je tente par tous les moyens mis à ma disposition pour briser la glace entre les élèves et moi-même, et ce dans la mesure du possible.

D’ailleurs, cela est davantage important lorsque les élèves sont peu ou pas expérimentés à dessiner du nu. Je me rappelle que la responsable du groupe pour qui j’ai posé ce mercredi 15 février m’avait demandé de faire attention à mes poses puisque justement ses élèves avaient une expérience très limitée dans ce domaine. Il ne m’en fallait pas plus pour m’inciter à briser la glace dès les premières minutes de mon entrée dans la classe. Mettre l’autre à son aise demeure sans contredit un facteur important dans son bien-être personnel surtout si la nudité est au cœur des rapports. C’est là un élément à ne jamais omettre dans toute séance de nudité artistique. J’ajouterais même que parfois une bonne d’humour dénué de vulgarité est un moyen fort utile pour arriver à cette fin.

new-image26Le dernier aspect qui compose la trinité du « modèle nu » est sa capacité à nouer des liens avec l’entourage pour lequel il pose. Nouer des liens qui favoriseront l’émergence d’une créativité jusque-là insoupçonnée chez bon nombre des artistes en herbes présents en salle. Pour se faire, il est impératif de faire les premiers pas vers les autres sans pour autant les exacerber. Ce n’est pas le moment de faire les yeux doux et encore moins de donner un quelconque rendez-vous galant. Ici, le professionnalisme doit être de rigueur en tout temps. Voilà pourquoi, il me fait grandement plaisir de causer avec les élèves potentiellement intéressés à en savoir un peu plus sur mon parcours professionnel et parfois même sur ma vie personnelle en respectant toutefois une certaine limite.

Fait intéressant à retenir ! Les élèves ont eu droit à un dialogue entre leur professeure et votre humble serviteur pendant la dernière, et la plus longue, pose réalisée en classe. Nous avons discuté notamment sur mon parcours de vie, incluant bien entendu mes rêves, mes espoirs et la problématique qui a été à l’origine de ma situation physique toujours en respectant une certaine limite dans les questions. C’est ainsi que les élèves prirent conscience que le modèle est bien vivant et que chaque expérience dans le domaine du nu est avant toute chose pleinement humaine.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Une créativité débordante

 

new-image59

Votre humble serviteur dans la voiture officielle de son héro d’enfance: Batman

 

Une créativité débordante

Bonjour tout le monde,

C’est avec un plaisir immense que je fais la seconde rédaction de mes publications concernant ma petite visite au Comicon qui se déroule actuellement dans la belle ville de Québec, berceau de la francophonie en terres d’Amérique. Une ville où il fait bon de vivre, où les opportunités de s’ouvrir au monde des arts ne manquent pas et où la jeunesse se manifeste de manière tout à fait positive par sa créativité réellement débordante. C’est le moins que je peux dire après avoir assisté à un tel événement ce week-end.

14670873_10154141544467523_3331992250316881799_nEn effet, ce week-end a été riche en variété. Des gens qui portent les costumes de leurs héros préférés, des artistes qui présentent quelques-uns de leurs oeuvres au grand public en espérant, ce qui est tout à fait normal, de réaliser des ventes potentielles. À cela s’ajoutent des rencontres avec quelques cosplayers de renommés internationales avec qui les membres du public pouvaient se faire photographier moyennant la somme de quelques dollars. Comme je l’avais mentionné dans le précédent article, j’ai fait la rencontre d’une Cosplayers tout à fait magnifique qui jouait, si je peux m’exprimer ainsi, le rôle de Felicia, l’un des nombreux ennemis de Batman. Fait cocasse à retenir, cette charmante dame occupe un poste au sein des forces armées des Etats-Unis d’Amérique. Oui, elle est vraiment très jolie mais elle possède également une belle personnalité rendant ainsi notre discussion fort agréable.

new-image64En ce qui concerne la créativité débordante manifestée par certains cosplayers, ou encore par des artistes présents à cette occasion, il y en a une qui a attiré plus particulièrement mon attention et ce, dès le début de ma visite. Elle portait un costume de son héroïne préférée dont hélas il m’est impossible de me souvenir de son nom. Le japonais n’est pas ma tasse de thé, désolé. Toutefois, je n’ai pas pu m’empêcher de la féliciter pour son costume qu’elle a elle-même confectionné en prévision de cet événement. Que de patience! Que de passion pour son héroïne! Que d’amour pour le domaine artistique, quelque peu underground vous en conviendrez, qu’est le cosplay. Que de patience et de gentillesse pour accepter de répondre à mes nombreuses questions. Pas si nombreuses tout de même.

Il y a aussi des artistes dont leur spécialité est le dessin. Alors-là! Croyez-moi quenew-image63 j’ai été choyé par une bonne proportion d’entre eux. C’est notamment le cas d’une dessinatrice de la grande région de Québec dont le talent m’a littéralement coupé le souffle. Je prends à titre d’exemple son tableau représentant le célèbre Joker, ennemi infatigable de Batman, c’est incroyable le nombre d’ennemis que ce type a dans sa vie, pour illustrer mon propos. new-image62Dès le premier coup d’œil, votre humble serviteur a été hypnotisé par ce véritable chef-d’oeuvre sortie de la main d’une dessinatrice extraordinaire. Tout y est fait pour attirer le regard et en même temps se mettre, dans la mesure du possible dans la peau de Batman. Quel être machiavélique se cache derrière se visage mutilé, blanchi par des produits chimiques lesquels auraient tué sur-le-champ n’importe quel individu sauf celui qui deviendra célèbre sous le pseudonyme de « Joker », et pourquoi suscite-t-il à la fois crainte, respect et dans une certaine mesure admiration auprès du grand public? L’immense succès au box office des films de Batman où le Joker occupe le rôle d’ennemi principal prouve hors de tout doute la véracité de mon affirmation. Bref, ce tableau a réussi à susciter chez-moi une telle interrogation et ce, dès l’instant où mes yeux se posèrent dessus. C’est, reconnaissons-le, un tour de force vraiment très bien réussi de la part de cette artiste.

new-image67Enfin, ce que j’ai aussi particulièrement aimé, c’est la possibilité d’entrer en interaction avec certaines cosplayers. Il est à retenir ici le genre féminin est utilisé pour la simple raison que la majorité des cosplayers qui ont accepté de jouer leurs rôles ont été surtout des femmes. Il me semble donc par un souci de justice de faire surtout référence davantage aux femmes qu’aux hommes. Fait amusant, c’est surtout avec des cosplayers interprétant le personnage de Harley Quinn, autre ennemi de Batman, décidément tout le monde lui en veut, que j’ai eu la chance de jouer en quelque sorte leur victime. Une victime consentante et qui s’est bien amusée en leur compagnie. La photo présentée ci-contre témoigne à la perfection mes propos. En passant, soyez rassurés! Je m’en suis tiré somme toute indemne et pas trop malmené par la très belle Harley Quinn.

Merci infiniment de m’avoir lu. Portez-vous bien!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

L’importance des poses choisies

katrina_6_by_ubufoto-daiuts3

Modèle nu? Katerina Photographe? R. de la Suisse

L’importance des poses choisies

Bonjour tout le monde,

katrina_4_by_ubufoto-daip8k3J’ai décidé de poursuivre la rédaction de mes articles en m’inspirant des petits chef-d’oeuvres présentés au sein du site de partage artistique connu sous le vocable de deviantArt. Un site où regorgent de véritables créations dans différents domaines tels que la peinture, le dessin et la photographie.  Bien que tous les genres de créativité y soient présentés, on a qu’à penser à titre d’exemple aux réalisations sous formes 3D, à des papiers-peints pour fond d’écran d’ordinateurs et bien d’autres encore, la quantité d’oeuvres où la nudité est la pierre angulaire de leur création est sans contredit phénoménale. Voilà pourquoi, j’ai opté pour me concentrer uniquement aux auteurs dont les oeuvres m’interpellent vraiment. C’est-à-dire soit qu’elles aient un petit quelque chose qui me dérange au plus profond de moi ou bien qu’un débat est rendu possible afin de parfaire nos connaissances sur tel ou tel aspect du modèle vivant. Bien souvent, dans le premier cas, la composition d’un poème semble être tout indiquée alors que, dans le second cas, un article, disons-le franchement, davantage étoffé demeure sans contredit la pièce maitresse. Il va de soi qu’une autorisation de la  part des auteurs est un pré requis afin d’utiliser leurs réalisations au sein de mon blogue.

Ici, le sujet du présent article est l’importance des poses choisies par le modèle nu durant la séance de nudité artistique. Cela va peut-être vous paraître étrange, mais force est de constater que dans bien des situations les poses faites par le modèle nu semblent être de moindre importance alors que cela devrait être tout le contraire. En effet, chacune des poses se doit d’être choisie longtemps à l’avance en tenant compte d’éléments d’une importance capitale pour le bon déroulement d’une session.

Parmi ces éléments l’on a l’aisance physique que le modèle nu éprouve avec sonkatrina_7_by_ubufoto-daixjc8 corps. Est-il apte à tenir des poses plus ou moins longues? Est-il capable de réaliser des positions où certaines parties de son physiques seraient plus exposées que d’autres? Autrement dit, quelles sont ses limites tant physiques qu’émotionnelles? À cela vient s’ajouter son état de santé global lequel est souvent en lien avec son âge et son expérience de vie. Peut-on demander à un modèle nu âgé dans la fin soixantaine de réaliser la même pose de dix minutes ou plus que celle d’un autre modèle nu âgé dans le début de la vingtaine? Probablement pas! Il y a aussi la situation physique globale laquelle varie de manière, certes parfois déconcertante, d’une personne à une autre. Une petite chose doit être soulignée : Toute personne qui désire devenu modèle nu que ce soit de manière occasionnelle ou à temps plein peut le faire, et ce peu importe son physique. Une personne ayant un physique qualifiée de plus « enveloppé » est tout aussi appréciée en tant que modèle nu qu’une autre ayant un corps davantage svelte. L’essentiel, c’est d’abord et avant toute chose d’être bien avec son corps et, dans le cas présent, son corps nu.

katrina_9_by_ubufoto-daj54s5En ce qui me concerne, et c’est mon humble opinion, chacune des poses que je prends devant un groupe d’artistes ou bien devant un(e) photographe est souvent longuement réfléchie. En effet, je dois m’assurer du bon déroulement de la séance surtout lorsqu’elle a lieu au plan académique. Je ne peux me permettre de tenir une pose sachant fort bien qu’elle me demandera un effort soutenu pour une longue période. Ici, le but premier est de permettre aux étudiants et aux étudiantes de se surpasser pendant la séance qui est, cela va vous étonner, la leur bien avant d’être la mienne. Oui, le modèle nu est le point central de la séance de niveau académique, mais il doit tenir compte qu’il est bel et bien le serviteur pour les gens soucieux à la fois d’apprendre et de se perfectionner. Omettre ce fait rend caduque la raison d’être des séances de modèle vivant.

Enfin, le second but mais non le moindre consiste à avoir du plaisir à poser nu. Unkatrina_8_by_ubufoto-daj1ibv plaisir sain partagé tant par le modèle que par les gens qui assistent à ladite séance. Oui, il est plus que nécessaire de maintenir un sérieux lors de ces séances si l’on désire travailler dans l’objectif d’une amélioration tangible dans le domaine de travail. Cela inclut autant le dessin, la peinture, la photographie et la sculpture. Ce qui ne signifie en aucune façon que l’on doit agir tels des moines au sein d’un monastère juché sur une haute montagne quasi inaccessible. L’art de la nudité est basé sur le plaisir et, dans une certaine mesure, rien ne peut être pleinement accompli sans un plaisir partagé entre d’une part, le modèle vivant et les gens qui l’entourent.  En effet, à l’image du Christ qui offre son corps dans le sainte eucharistie afin de donner sa vie à ceux et celles qui ont une foi aveugle en Lui, le modèle nu offre la fragilité de son être, à travers ses poses, au sein même de sa nudité aux artistes venus s’abreuver à la source de la vie. Une vie dont témoigne le modèle à chacune des réalisations artistiques.

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Merci au photographe de la Suisse alémanique R. pour sa permission d’utiliser quelques-unes de ses réalisations photographiques grâce auxquelles la publication de cet article a été rendue possible. Bravo à son modèle Kristina pour ses poses extraordinaires.

Son deviantArt est: http://ubufoto.deviantart.com/

 

En cette dernière journée de septembre 2016

En cette dernière journée de septembre 2016

Bonjour tout le monde,

dscn1567J’espère que vous allez bien. Pour ma part, j’ai vécu une belle expérience à l’occasion d’un évènement en arts visuels axé sur l’imaginaire et la création intitulé : État d’art 16. Un tel évènement a lieu les 30 septembre et 1er et 2 octobre dans la belle agglomération de Beauport. Une ville vraiment très jolie et qui me fait vraiment plaisir d’y aller lorsque l’occasion se présente. En effet, elle possède un charme tout à fait remarquable digne d’y attirer diverses activités à caractère culturel. Il ne faut donc pas s’étonner qu’un tel évènement ai lieu ce weekend à cet endroit.

Ce qui rend la chose vraiment amusante pour votre humble serviteur, c’est d’y avoir été invité par l’artiste Jérôme Bertrand. Celui-là même qui voilà un peu plus d’une11235251_676422929152119_142811643_o_thumb.jpg année a réalisé une oeuvre originale au sein d’une revue de type dit « underground » connu sous le vocable de U-289 et qui a connu un succès au-delà de ce dont nous, lui et votre humble serviteur, nous attendions. Une série inspirée de la liturgie catholique dite « célébration eucharistique », présentée sous le titre de Sacré-Coeur. Je vous prie de n’y voir aucune intention de notre part de vouloir blasphémer ce rite, ni de nous moquer de la foi chrétienne. Chaque foi, chaque religion et chaque croyance méritent le respect. Un point, c’est tout. D’ailleurs, qui sommes-nous pour juger tout ce qui donne un sens à la vie pour près du trois quart, sinon plus, de l’humanité? Se poser la question, c’est un peu y répondre. N’est-ce pas?!

Bref, j’ai passé une après-midi tout fait extraordinaire où mes yeux ont pu dscn1577contempler de véritables chef-d’oeuvres. Bien entendu que, l’occasion était trop belle pour la laisser passer, j’ai pu discuter avec quelques-uns des artistes qui y ont présenté certaines de leurs réalisations. Des réalisations tout à fait remarquables, faut-il le préciser. Il va de soi que je me suis attardé à faire plus ample connaissance avec mon bon ami Jérôme Bertrand puisque plusieurs de ses oeuvres étaient présentées à son kiosque, mais aussi en certains endroits de la galerie d’arts. Des oeuvres vraiment originales.

Toutefois, j’ai décidé de retranscrire un texte de présentation publié au sein même du magazine vendu pour la modique somme de 2.00$ à l’entrée de la galerie d’art afin de vous permettre d’en apprendre davantage sur cet artiste au grand talent. Je vous souhaite une bonne lecture.

« Originaire de Montréal, Jérôme Bertrand est impliqué dans le développement de l’art imaginaire depuis plusieurs années déjà. Après des études en photographie professionnelle au Collège Dawson, il s’affirme par une production picturale personnelle réalisée à l’acrylique, également dans le créneau de l’art imaginaire.

Les compositions qu’il développe s’inscrivent fréquemment dans des formats verticaux. Les éléments visuels qu’il utilise dialoguent entre les univers organiques et mécaniques et son propos vise la réflexion sur l’emprise sociale qui confronte l’humain et son potentiel créatif de par ses règles sclérosantes et ses dictats régimentés.

Jérôme Bertrand a surtout exposé lors de projets collectifs, au Québec, mais aussi au Pérou, en France et en Allemagne. De plus, il enseigne le dessin aux Ateliers Créations à Montréal depuis 2015. »

Pour en savoir plus ou tout simplement pour admirer ses oeuvres, rendez-vous sur son site web: www.jeromebertrand.com

Voir aussi la page concernant quelques-unes de mes plus belles photos prises à l’occasion de ma visite à cet évènement: https://modelevivantaquebec.com/etat-dart-16-un-evenement-en-arts-visuels-axe-sur-limaginaire-et-la-creation/ 

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada