Archives de tags | mortel

Le fantôme

Le petit esprit
« Le fantôme » par G.B. d’Allemagne Poème par RollandJr St-Gelais

Le fantôme

 

Une ombre aux formes divines dans la nuit,
Est venu me voir alors que j’étais à peine endormi,
Des formes loin d’être inconnues aux yeux de mon esprit,
Ayant ouvert les yeux et ne sachant que faire j’ai simplement souri.

 

Qui êtes-vous ? Lui ai-je dit.
Par son silence elle me répondit.
Sentant un parfum léger de roses planer,
Il me prit le goût de cette inconnue l’embrasser.

 

Elle était vêtue d’une lueur,
De laquelle se dégageait des lumières,
Qui au fond de mon être me réchauffèrent,
Et m’enveloppèrent d’une aura d’extase et de bonheur.

 

Étais-je l’hôte d’un esprit perdu ?
À la recherche de son amant pendu,
Par son roi possédant toutes les vertus,
Mais frustré de n’avoir pu l’amener dans son lit nue.

 

Pauvre dame égarée dans le temps,
Vous pouvez rester près de moi aussi longtemps,
Que vous le souhaitez ma chère de tout votre cœur,
Car j’entends la tristesse en vous par vos silencieux pleurs.

 

Collez-vous contre mon corps de mortel,
Car je sais qu’en être depuis des siècles immortel,
Il y a peut-être en moi cet homme que vous avez tant aimé,
Laissez-moi vous caresser ! Laissez-moi vous cajoler ! Laissez-moi vous consoler !

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Ô mon bel ange! Sauve-moi!

olga_6_by_ubufoto-dal35n4

 

Modèle: Olga Avec la permission de R. de la Suisse

 

Ô mon bel ange! Sauve-moi!

 

Engouffré dans les ténèbres de cette nuit qui m’envahit,

Toutes mes craintes menacent ma raison d’être et de survie,

De ce crépuscule tellement infernal qui s’annonce pour l’éternité,

Serais-tu, ô toi mon bel ange, envoyé d’une bienfaitrice divinité?

 

Mes pas s’enlisent dans la mouvance de mes songes,

Face à mes incertitudes, je n’en finis plus de me ronger les ongles,

Tends vers moi tes bras secourables et déploies tes blanches ailes,

Protège-moi de mes ennemis comme ferait un noble aigle.

 

Enlace-moi, moi l’humble être mortel que je suis,

Retardes l’heure fatale, ô mon ange, je t’en supplies,

Vivre près de toi, sentir la douceur de tes lèvres,

Admirer ta beauté qui ferait l’envie de mère Ève.

 

Ô mon bel ange au regard qui pénètre mille défenses,

Recouvre-moi de tes ailes d’une incomparable magnificence,

Viens près de moi que je t’embrasse avec amour et avec passion,

Dans une communion de corps et d’âme que nous nous unissions.

 

Toi qui es assis tout là-haut,

J’ai attendu ta venue depuis l’annonce du héraut,

Entends mes supplications tel que je ferais à un puissant roi,

Ouvres les yeux, tends-moi l’oreille! Ô mon bel ange! Sauve-moi!

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Enregistrer