Archives de tags | souvenir

La langue française est en deuil.

La langue française est en deuil.

Johnny Hallyday

( 15 juin 1943 – 6 décembre 2017)

Repose en Paix !

Que je t’aime.

 

Quand tes cheveux s’étalent
Comme un soleil d’été
Et que ton oreiller
Ressemble aux champs de blé

 

Quand l’ombre et la lumière
Dessinent sur ton corps
Des montagnes, des forêts
Et des îles aux trésors

 

Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime
Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime

 

Quand ta bouche se fait douce
Quand ton corps se fait dur
Quand le ciel dans tes yeux
D’un seul coup n’est plus pur

 

Quand tes mains voudraient bien
Quand tes doigts n’osent pas
Quand ta pudeur dit non
D’une toute petite voix

 

Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime
Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime

 

Quand tu ne te sens plus chatte
Et que tu deviens chienne
Et qu’à l’appel du loup
Tu brises enfin tes chaînes

 

Quand ton premier soupir
Se finit dans un cri
Quand c’est moi qui dis non
Quand c’est toi qui dis oui

 

Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime
Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime

 

Quand mon corps sur ton corps
Lourd comme un cheval mort
Ne sait pas, ne sait plus
S’il existe encore

 

Quand on a fait l’amour
Comme d’autres font la guerre
Quand c’est moi le soldat
Qui meurt et qui la perd

 

Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime
Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime

 

Que je t’aime
Que je t’aime

En mémoire des victimes du cancer

candle-838075_960_720

En mémoire des victimes du cancer

Une pensée! Une prière! Une bougie!

En souvenir pour toutes les personnes décédées du cancer:

maman, ma cousine, des amis et amies et

Monique la soeur d’une amie.

Rollandjr St Gelais de Québec

Le fantôme

  • 20171006_100700

Le fantôme

 

Qui es-tu? 

Toi qui nous tourmente,

Dans cette vie démente,

Toi qui nous vois quand nous sommes nus.

 

Voguant sur le Styx

Tu n’es guère comme le Christ

Scrutant nos fautes et nos faux-pas

En cette vie jusqu’à trépas.

 

Jadis être de chair

Maintenant tu n’es que souvenir

Que ces inassouvis et tristes désirs

Que donneras-tu pour revenir sur terre?

Va-t-en ! Je t’en conjure en Enfer.

Là où tu trouveras celles qui t’étaient chères.

 

Fantôme

Nous ne sommes point ton hôte

Laisse les vivants vivre leurs fautes

Car c’est ainsi qu’on apprend dès qu’on est môme.

 

De

 

Rollandjr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Monnaie du pape

Sacré-coeur 7

Photo: Jérôme Bertrand

Monnaie du pape

 

Pièces d’or ou bien d’argent,

Convoitées en tous pays et bien des gens,

Vous valez votre pesant d’or pour ces âmes perdues,

Qui ont de leur vivant tué tant de pauvres victimes souvent nues.

 

Humble maison prière était celle du Père,

Brigands en tous genres vous en avait faite leur repère,

Médailles bénies et indulgences plénières vous représentez,

De ces fidèles ayant foi en vos icônes et chapelets sans cesse récités.

 

Est-ce là source du message chrétien ?

Promulgué en terres saintes par un nazaréen ?

Modeste charpentier travaillant le bois de ses mains usées,

Qui d’avoir dérangé l’ordre établi sera sur ce même bois crucifié.

 

Pour quelques pièces d’argent,

Ce tendre maître de Jacques et de Jean,

De la trahison aussi cruelle nul n’y échappe,

Voilà pourquoi existe tel un souvenir : la monnaie du pape.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Avant qu’il ne soit trop tard

Avant qu’il ne soit trop tard

 

Ho toi! Qui a fait vibrer mon cœur,

À tel point que j’en oubliais les heures.

En cette journée tellement radieuse,

J’ai vu en toi une femme tout à fait merveilleuse.

 

Une fée sous un ciel si bleu,

Que je n’en croyais pas mes yeux.

Je buvais tes douces paroles,

Qui égayèrent mon âme telle une parabole.

 

Dès l’instant où tu prononças mon nom,

Toutes les parties de mon corps se retournèrent à l’unisson.

Afin de pouvoir contempler la femme que tu es.

 Et d’en apprécier chaque parcelle de ta personnalité.

 

Te regarder dans toute ta splendeur,

Graver en ma mémoire ta beauté,

Et me souvenir de tes belles qualités,

Voilà un pur moment de bonheur.

 

Hommes, vous qui parcourez notre bonne vieille terre,

Que vous vivez dans l’abondance ou de peine et de misère,

Sachez qu’en chaque femme se cache une perle rare,

Dites-lui que vous l’aimer, d’amour ou d’amitié, avant qu’il ne soit trop tard.

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada