Archives de tags | privilège

Une question de choix

IMG_20180512_142717_266

Les choix nous appartiennent. C’est à nous de les assumer.

 

Une question de choix

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que la vie est belle et31403703_10155647224112523_8906807323364687872_o bonne pour vous. De mon côté, la vie est tout simplement fantastique avec, malgré tout, ses hauts et ses bas. D’ailleurs, certains événements ne pourront jamais s’effacer de ma mémoire. En effet, cette semaine est le 46e  anniversaire de l’assassinat de mon frère aîné Hermann. Il fut tué lors de la manifestation qui a eu lieu à Sept-Îles le 10 mai 1972 à l’occasion d’une manifestation  dans le cadre de la grève du Front commun intersyndical qui ébranla l’ensemble du Québec.

Vous savez comme moi que souvent nous n’avons pas d’autre choix que d’affronter des événements que la vie nous met au défi de surmonter. Ce qui ne veut pas dire que nous n’avons jamais le droit choisir ce que nous voulons être. Le choix est un privilège que seuls les êtres humains possèdent de par leur nature propre. 

Pour alléger mon propos, je fais ici référence au style que nous pouvons choisir dans l’optique d’être en harmonie avec notre corps. Par exemples, nous pouvons chercher à perdre du poids, se refaire certaines parties de notre anatomie grâce à la chirurgie esthétique, se faire teindre les cheveux, etc. Oui, c’est un fait indéniable que l’homme est un être humain parfois mécontent de sa réalité.

Pour ma part, je ne pourrai jamais me faire pousser les membres qui me manquent depuis ma naissance. Je suis né ainsi et, à moins d’un miracle, je finirai ma vie ainsi. D’ailleurs, je ne vois pas pourquoi j’opterais pour une autre réalité que celle vécue jusqu’à maintenant puisque la chance de vivre autrement ne m’a pas souri. N’allez pas croire que je me plains de mon sort. Loin de moi cette idée farfelue.

Certes, j’ai subi des opérations tout au long de mon enfance et dont les résultats sont dans l’ensemble plus que satisfaisants. J’ai par ailleurs aussi subi une intervention chirurgicale et ce à ma demande dans un souci de satisfaire ma propre image corporelle. Et, je dois avouer que j’en suis vraiment très fier surtout en tant que modèle vivant. Inutile d’élaborer davantage sur ce point.

Moi, normalMais il y a aussi des choix qui s’offrent à nous, à vous comme à moi, qui peuvent faire une différence notable dans notre propre perception de notre corps. J’ai, à titre d’exemple, fait le choix de porter la barbe. Un choix qui peut vous sembler anodin. Pourtant, cela a eu un impact plus que positif sur mon estime personnelle. En effet, je ne compte plus le nombre de fois où les gens, parfois de purs inconnus, m’ont complimenté au sujet de m’être laissé pousser la barbe. C’est notamment le cas de plusieurs femmes qui prennent quelques minutes de leur temps afin d’entreprendre une conversation avec votre humble serviteur.

Ici, je reconnais avoir une dette envers mon barbier qui m’a fortement conseillé de faire un tel choix. De toutes façons, il m’aurait été aisé de me raser advenant le cas où le résultat aurait été aux antipodes de mes attentes.

Dans un autre d’idées, il est possible que nous demandions l’avis à nos connaissances et amis avant de se fixer sur notre choix. Un fait demeure : les femmes sont souvent davantage portées à se préoccuper de leurs coupes de cheveux que nous les hommes. Bon! Je reconnais que c’est peut-être faire une généralité. Ici, l’essentiel est que chaque femme se doit de choisir ce qui la rendra d’abord et avant tout heureuse et bien dans sa peau tout en la mettant en valeurs auprès de ses pairs.

J’ai à titre d’exemple, cette photo (1) tout à fait magnifiquereceived_10155677705522523 de cette amie. Elle est à la fois un modèle vivant extraordinaire et une photographe hors pair. Il va sans dire que je suis littéralement ébahi par la féminité qui se dégage d’une telle photo. Une féminité qui évoque le style connu sous le vocable de “vintage”. Un style accentué par le fait qu’elle a les cheveux courts mais aussi parce que cette photo est réalisée en noir et blanc. Mais attention! J’ai eu l’opportunité d’admirer d’autres de ses réalisations photographiques dans lesquelles une longue chevelure lui va à merveille.

Ici, l’essentiel, et je sais bien que je me répète, c’est de faire le choix en fonction de ce que nous voulons être ou ne pas être. Bon! J’admets que ladite photo me plaît énormément. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je l’ai choisie afin d’illustrer mes propos.

Quoiqu’il en soit, le choix définitif appartient de manière sans équivoque au modèle et à lui seul. On peut répondre à ses interrogations mais la décision finale lui appartient.

Je vous souhaite de faire les choix qui sauront vous satisfaire.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St Gelais de Québec au Canada

(1) Crédit photographique : Pascal Deschênes photographe Modèle vivant : Phylactère

Une fois n’est pas coutume.

Une fois n’est pas coutume.

Bonjour tout le monde,

Capture 1Comment allez-vous ? De mon côté, la vie est belle et elle continue à me sourire allègrement. En effet, je me considère chanceux de pouvoir vivre dans un pays où la paix et la sécurité existent pour chacun. En effet, c’est vraiment un privilège pour moi et mes compatriotes. Privilège de plus en plus rarissime en ces temps de troubles dans le monde actuel. N’est-ce pas ?!

Ceci écrit, permettez-moi de vous présenter une vidéo trouvée sur le web. J’adore la musique surtout celle où la douceur est présente dans chacune des notes. Oui, je le sais bien qu’il  est rare que je publie de tes articles sur mon blogue artistique consacré à la nudité artistique, la poésie et la photographie. Mais, croyez-moi, cela en vaut le coût. Je vous souhaite donc une belle écoute et un beau mois de juillet.

Tendres bises à vous mesdames !

Et salutations à vous messieurs !

Votre humble serviteur

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Savoir écrire …

18928272_10153966337283039_1066943527_n

Savoir écrire …

« Savoir écrire est un privilège que l’on doit respecter car de la plume bien des nations prennent naissance ou bien sont jetées dans les limbes de l’histoire. »

De RollandJr St-Gelais

Quelle chance incroyable !

New Image 92

Quelle chance incroyable !

Bonjour tout le monde,

J’entre dans le vif du sujet. Vous savez que cela fait maintenant plus de 7 ans que je consacre plusieurs heures à la rédaction d’articles consacrés au domaine de la nudité artistique, la poésie et la photographie. Trois domaines qui sont intimement liés puisque d’une part, on doit d’abord vivre de manière authentique (ce qui est propre à la nudité), d’autre part, on doit chercher à élever de manière constante nos âmes vers le beau et le noble (ce qui concerne la poésie), et, enfin, on doit savoir non pas voir, mais bien regarder avec les yeux du corps et de l’âme afin de saisir la moindre parcelle de l’existence qui nous entoure. Une existence qui tire ses origines de la vie qui anime chaque être sur la terre.

C’est en tenant compte de ces éléments que l’ensemble des articles ont pu être rédigés afin de garder le cap sur la recherche de la perfection à chacune de mes publications. Oui, je le sais fort bien. La perfection n’existe pas en ce monde, mais il n’est point interdit de tenter d’y accéder. Voilà pourquoi, il est un devoir pour votre humble serviteur de s’investir avec un sens professionnel à la fois dans ses investigations et dans ses réflexions avant d’entreprendre, ne fut-ce que de simples prémisses, le moindre début d’écriture. Savoir écrire est un privilège que l’on doit respecter car de la plume bien des nations prennent naissance ou bien sont jetées dans les limbes de l’histoire.

Il va de soi que la chance a jusqu’à maintenant joué un rôle plus que considérable dans mes découvertes liées au monde de la nudité artistique. Certes, le fait de poser nu pour des artistes de renom, du moins au Québec, est une chance que bien peu de mes compatriotes ont eu au cours de leurs vies. Mais, il est tout aussi vrai que de trouver tout à fait par hasard des œuvres réalisées par d’illustres maitres n’est pas donné au commun des mortels. Oui, je peux me considérer chanceux, certains diront plutôt veinard, de pouvoir à la fois me trouver sur une balustrade en tant que modèle nu ET devant celle-ci, surtout lorsque je fais la découverte d’œuvres extraordinaires.

C’est ainsi que je fis, permettez-moi l’expression, la « connaissance » de cette réalisation du sculpteur Auguste Rodin lors de mon périple en Suisse romande au cours du mois de juin. Comment ai-je pu avoir une telle chance ? Un coup du destin ? Un privilège décerné par les dieux ? Un cadeau que me fit ma défunte mère, pourquoi pas?, à l’occasion de mon 55e anniversaire de naissance ? N’oublions pas que rien ne me destinait à devenir modèle nu et encore moins à trouver une telle création venant des mains d’un si grand artiste.

Enfin, je vous invite à aller voir le dernier film réalisé pour rendre hommage à cet artiste. Un hommage ? Une présentation sous un angle méconnu ? Une vision autre que l’on est habituée de voir ? Libre à vous de vous faire votre propre opinion.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Mon amour pour la langue française

new-image10

Mon amour pour la langue française

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je désire vous parler d’un sujet qui m’interpelle au plus profond de mon âme. Il s’agit de mon amour pour la langue française. Oui, je suis un francophile et fier de l’être. Et pour cause puisque la langue française possède ses lettres de noblesse depuis des siècles en la présence d’auteurs, de compositeurs, de poètes et bien d’autres artistes œuvrant dans le milieu de l’art écrit. De tels artistes ont su faire émerger de véritables chef-d ’œuvres du néant par leur outil d’une efficacité remarquable c’est-à-dire leur plume.

new-image89Que de belles chansons d’amour, de chants patriotiques, de mélodies et de poèmes et bien d’autres créations littéraires ont jalonné le chemin de vie de bon nombre de mes compatriotes mais également de ceux et de celles qui ont le français pour langue maternelle. Qui n’a pas rêver de faire l’amour en écoutant les chansons d’Hébert Léonard, de visiter Paris en s’imaginant se promener sur le jardin du Luxembourg de Joe Dassin ou bien de plonger dans l’univers extraordinaire de l’écrivain et visionnaire Jules Verne ? La liste pourrait s’allonger presque indéfiniment. C’est un fait que plusieurs d’entre vous ont vécu très certainement au cours de leurs vies.

Nous avons la chance incroyable de s’exprimer dans une langue qui renferme de véritables trésors New Image10linguistiques, héritages légués par le latin et le grec mais aussi par l’ajout de mots appartenant à des peuples aujourd’hui peu connus. Un tel legs devrait être préservé de toutes menaces susceptibles de le faire disparaître, et ce par tous les moyens. Je parle d’abord et avant tout par l’adoption de mesures législatives renforçant l’utilisation du français dans la sphère publique. Sur ce plan, le Québec est le premier État a avoir légiférer en promulguant la langue française comme la langue officielle de la province du même nom sous le gouvernement de Robert Bourassa avec la loi connu sous le vocable de « loi 22 ». Ce n’est que bien plus tard, contrairement à ce que mes amis québécois croient, que la « loi 101 » fut votée et adoptée par le gouvernement de René Lévesque.

Il est vrai que la situation plutôt précaire du Québec qui doit faire face à un océan anglophone rend la survie du français très difficile et que l’État a dû y remédier par des mesures législatives. N’oublions pas que les deux lois concernent bien des aspects de la réalité québécoise tels que le milieu du travail, les médias de masse et la radiodiffusion.

New Image9Or, n’allez surtout pas croire que la menace de voir le Français disparaître est purement lié au Québec. Bien au contraire ! La Suisse romande, la Belgique et même la France sont des terrains fertiles à l’anglicisation progressive de leurs populations d’expression française. Je me rappelle, à mon plus grand désarroi, avoir vu quelques diffusions publicitaires de la compagnie Coca-Cola sur des chaînes de télévision françaises telles que M6 faites en anglais. Force est d’admettre que j’ai été choqué, voire scandalisé, de constater qu’une telle situation existait dans un média tel que cette chaîne fort populaire en Europe. Une telle situation aurait été impensable non seulement au Québec mais également partout au Canada où la société Radio-Canada, qui est un organisme fédéral, diffuse sa programmation laquelle est uniquement en français. Malheureusement, il semblerait que plusieurs de mes congénères trouvent cette situation tout à fait normale. Savez-vous quoi ?! Ce n’est pas mon cas. À mes yeux, il est impératif de faire tout ce qui est en notre pouvoir afin d’une part, de protéger la langue française sur l’ensemble de nos territoires linguistiques respectifs et, d’autre part, en faire la promotion auprès des personnes qui ont choisi, pour une raison qui leur appartient, de venir s’établir chez-nous. Je ne fais en aucune façon référence à des mesures coercitives pour qu’ils adoptent le français mais davantage à leur faire découvrir ,et seulement par la suite, leur faire aimer la plus belle langue au monde qui est celle de Molière.

En terminant cet article qui en a fort probablement étonné plus d’un d’entre vous, je suis dans12705448_1731267483771021_3433353519302731544_n l’obligation de vous expliquer les raisons qui m’ont incité à le rédiger. Parmi ces raisons, je n’en retiendrai que les trois principales. Tout d’abord, mon souci de vous présenter ce blogue lequel est dédié à ma passion en tant que modèle nu, mais aussi à la poésie et à la photographie en utilisant un français de qualité acceptable. Savoir écrire est un privilège que peu de gens peuvent se vanter de posséder de nos jours. Voilà pourquoi il me semble être de la plus haute importance de le faire dans le respect de la langue utilisée. C’est d’autant plus vrai en ce qui concerne le français. Ensuite, vouloir protéger sa langue passe avant toute chose par la volonté de s’exprimer de manière convenable. Une langue est là pour nous aider à vivre en société en communiquant avec ses pairs grâce à des mots judicieusement choisis et, selon les circonstances, écrits ou dits. Enfin, ne dit-on pas qu’aucune loi ne pourra remplacer celle de l’amour ? Il en est de même pour la survie de notre langue.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Prendre le temps

DSCF4092

Prendre le temps

Bonjour tout le monde,

DSCF4083J’aimerais partager avec vous certaines de mes réflexions concernant mon expérience de vie. Expérience qui est à la fois particulière puisque cela constitue d’une part, ce que je suis en ce moment même, c’est-à-dire un être unique avec mes forces, mes faiblesses, mes joies et mes peines et tout ce qui inclus le plus profond de moi-même et, d’autre part, ce qui fait de moi un être semblable à ceux et celles qui forment l’humanité. C’est un fait que le chemin de vie diffère d’une personne à l’autre, et ce selon l’époque et le milieu à laquelle elle vit. La vie est certes injuste et c’est justement cette injustice qui forge le tempérament de tous et chacun. Certains naissent plus nantis, plus avantagés au plan physique, possédant une capacité d’adaptation plus prononcée ou encore une intelligence lui facilitant une meilleure chance de survie que bien d’autres. Bref, la vie est ce qu’elle est. Un point, c’est tout.

Tout ceci pour vous dire qu’aujourd’hui, j’ai tout simplement pris le temps … de prendre leDSCF4087 temps. Non pas pour répondre aux multiples questions existentielles, religieuses ou bien philosophiques. Mais de savourer la beauté de ce qui m’entoure, de voir les gens se promener parfois seuls, parfois deux par deux main dans la main et dans de nombreuses autres situations.  À cela vient s’ajouter le pouvoir scruter de manière sereine la force vive de la nature dans toute sa quiétude. Et je dois avouer que cela m’a fait du bien. En effet, se ressourcer dans la nature est un privilège que peu de citadins peuvent se vanter de faire dans le quotidien de leurs vies. Et pourtant, la vie est tellement courte qu’il faut savoir l’apprécier à sa juste valeur. Oui, je le sais que trop bien. Il y a des situations qui nous arrivent auxquelles il serait préférable d’éviter. Une peine d’amour? Faire mal à l’être aimé?(1) Savoir qu’une personne que l’on aime beaucoup souffre? La maladie? La mort? Et la liste peut s’allonger presque indéfiniment. Malgré tous ces éléments négatifs, il y en a des magnifiques qui viennent les combler. L’amour, la compassion, l’entraide, la foi, l’espérance et la charité en sont de parfaits exemples.

De ces éléments positifs, je retiens seulement celui de l’amour. Qu’est-ce que l’amour? Question à multiples réponses. Pour ma part, l’amour est le don le plus élevé que les dieux ont donné à l’Homme car lui seul peut l’amener à vouloir donner le meilleur de soi, à ne pas compter de son temps et à être présent lorsque l’objet de son cœur, même si l’utilisation du mot “objet” me rebute quelque peu, en éprouve le besoin. Vous savez! J’ai aimé trois femmes dans ma vie et chacune d’elles m’ont laissé des souvenirs impérissables; des moments partagés, des voyages mirifiques, des confidences et beaucoup d’autres faits. Oui, je peux dire que j’ai réellement aimé ces trois femmes, et ce plus que tout. Aimer jusqu’à en perdre la raison.

DSCF4099Chacune de ces femmes m’ont apporté de grande richesse, des moments de bonheur et des souvenirs inoubliables. J’ose espérer que ce soit réciproque. Trois femmes! Trois trésors qui seront éternellement en mon cœur car elles m’ont permis d’avancer chacune à leur manière sur les marches de ma destiné. Chacune d’entre elles possède une beauté particulière, une personnalité extraordinaire et de nombreuses qualités qui resteront gravées dans ma mémoire pour toujours. Oui, c’est un fait. L’amour peut parfois faire très mal. Une douleur semblable, permettez-moi l’exemple suivant, à notre propre naissance où nous passions de la sécurité offerte par le sein maternel à la dure réalité de l’existence. Mais, que c’est beau aimer! Aimer l’autre tel qu’elle est. Avec ses qualités et ses faiblesses. Aimer, c’est de se placer à la place de l’autre, de lui vouloir que son bien au détriment du sien. Aimer, c’est d’avoir envie de pleurer lorsque l’on voit l’être aimé pleurer, de ressentir se rires comme si ils étaient les nôtres. Oui, l’amour est digne de la plus grande noblesse.

Bref, j’ai pris le temps de … prendre le temps de réfléchir sur l’importance de l’amour au sein de ma vie. Trois questions sont apparues au fil de ma réflexion. Serais-je encore capable d’aimer sachant qu’à chaque fois j’ai blessé l’élue de mon cœur? Suis-je digne d’être aimé? Et, pourquoi ai-je cette tendance à vouloir détruire à tout prix cet amour? Trois questions auxquelles il me faudra un jour ou l’autre résoudre une fois pour toute. Et vous? Qu’en pensez-vous?

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

(1) Je sais très bien de quoi je parle car les dernières semaines ont été fort pénibles tant pour votre humble serviteur que pour une dame extraordinaire. Aimer peut faire grandir mais parfois, j’ai bien écrit parfois, il peut laisser des blessures assez sérieuses même si elles sont invisibles.