Archives de tags | émotivité

L’utilité des instruments dans les poses de nu artistique

img_20181117_090800_2897564371371376708644.jpg

L’utilité des instruments dans les poses de nu artistique

Bonjour tout le monde,

IMG_20190404_080359Aujourd’hui, je vous parle d’un sujet rarement développé parmi mes articles sur mon blogue portant sur mes passions concernant la nudité artistique, la poésie et la photographie. Je profite donc de la situation pour vous faire mon mea culpa pour n’avoir écrit aucun article sur l’utilité des instruments dans les séances de nu artistique. Un tel oubli peut être dû à ce double fait qui est, d’une part, à la croyance erronée que l’utilisation d’objets de toutes sortes va de soi lors des séances et, d’autre part, qu’il s’agit là d’un sujet situé aux antipodes de ce que votre humble serviteur est habitué de lire en ce qui a trait le domaine du nu. Il m’a donc paru impératif de corriger le tir en rédigeant cet article.

Une chose doit être d’abord clarifiée : tout objet peut être utilisé dansmeer_phylactere_rolland122018-07666211672549549001170.jpg le cadre d’une séance de nu artistique. Bien entendu l’utilisation d’objet doit être faite en tenant compte du contexte dans lequel ladite séance a lieu. C’est ainsi qu’un objet pourrait être fort apprécié à l’occasion d’une séance photo tout en étant jugé tout à fait inapproprié pour une classe de dessin de niveau collégial. À tire d’exemple, je me verrai très mal d’utiliser un sex-toy pendant l’une de mes prestations en classe tandis qu’une telle utilisation pourrait être comprise sous un angle humoristique en d’autres occasions.

new-image11Là encore, l’un n’empêche pas forcément l’autre. En effet, je me rappelle une anecdote vécue lors d’une séance réalisée à Montréal dans la classe du cours de dessins par madame Samuelle D.-H. Celle-ci avait amené une foule d’instruments pouvant servir à inspirer tant votre humble serviteur dans le choix des poses que pour ses élèves dans leurs exécutions sur leurs toiles. Or, il y avait parmi lesdits objets une cravache laquelle servait probablement dans le cadre de ses prestations équestres. En effet, madame Samuelle D.-H., est directrice d’une troupe équestre depuis plusieurs années. Or, je me suis exclamé, un peu à la blague et en faisant référence au film Cinquante nuance de gris, en disant ceci : « Hé bien ! À présent, on connait vos fantasmes. » Est-il utile de vous dire que les élèves, la professeure et moi-même avons rit un bon coup ? Rien ne vaut une bonne blague placée au bon moment pour détendre l’atmosphère. Ce qui comprend une séance de nudité artistique, bien entendu.

Personnellement, j’ai eu la chance de travailler avec une gammekatanas d’objets assez variée. Cela pouvait être de simples bâtons de bois. D’ailleurs, certaines de mes poses les mieux réussies ont été réalisées justement à ces derniers. Parmi celles-ci, les poses dites du « Pèlerin » et celle dite du « Porteur d’eau » ont été de loin les plus appréciées jusqu’à aujourd’hui. En une occasion, j’ai eu l’opportunité de porter une toge laquelle m’avait inspiré dans la rédaction de quelques-uns de mes poèmes les mieux réussis. Que puis-je écrire à propos de l’utilisation de mes katanas ? En effet, cela m’a toujours fait un petit velours de pouvoir les utiliser. Ce qui est, et vous comprendrez la raison avec ce qui suit, plus que normal en tenant compte que j’ai pratiqué les arts martiaux pendant de nombreuses années tant à Québec que dans ma ville natale qui est Sept-Îles. Bref, l’utilisation adéquate d’un objet peut faire vivre toutes une gamme d’émotions tant chez la personne qui est derrière le lutrin que chez celle qui est en devant.

Le pot magiquePeut-on en dire autant pour les réalisations photographiques ? (1) C’est sans contexte que je réponds par l’affirmative à cette question. D’ailleurs, la majorité des photos les mieux réussies que j’ai découvertes jusqu’à maintenant parmi toutes celles réalisées par mes collaborateurs concerne bel et bien avec l’utilisation d’objets. Il va sans dire que le sens professionnel tant chez le photographe en question que chez les modèles nues concernées est un prérequis indéniable pour un résultat de qualité. Fort heureusement, ce n’est certes pas le choix qui manque dans les sites de mes connaissances qui gracieusement accepté de collaborer en maintes occasions afin que je puisse enrichir mon blogue adoré lui donnant ainsi une plus grande crédibilité.

LueurJe désire terminer cet article sur une note qui me semble être importante. En effet, il n’est strictement pas nécessaire que le modèle soit entièrement nu pour que l’utilisation d’un objet soit requise. En effet, quelques-unes des photos les plus émotives, et qui m’ont facilité de manière considérable la composition de certains mes plus beaux poèmes au sein de mon blogue artistique, ont été d’une aide inestimable.(2) Bon ! Je reconnais sans peine que les photos de nudité artistique où la modèle nue utilise un quelconque objet est davantage appropriée si je réfère uniquement à la thématique centrale de celui-ci qui est la nudité artistique. C’est là mon humble point de vue.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

(1) Réalisation par Joël Pélerin

(2) DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Le fruit défendu et la nudité féminine

fruits-defendus-par-rick

Le fruit défendu et la nudité féminine (Permis accordé par le photographe Rick B.)

Le fruit défendu et la nudité féminine

Bonjour tout le monde,

C’est avec une joie immense que je vous présente une oeuvre plus que magnifique réalisée par un photographe allemand lequel publie régulièrement au sein du site artistique connu sous le vocable de devianArt. Un site dont votre humble serviteur est lui-même membre depuis maintenant cinq ans. Et, à ce titre, il m’arrive parfois d’y découvrir des oeuvres tout à fait remarquables et dignes d’être connues au sein de mon blogue. Il va de soi que par un souci d’honnêteté intellectuelle, je ne publie pas d’oeuvre sans avoir au préalable obtenu la permission de son auteur. C’est ici une question de gros bon sens.

Force est d’admettre que l’émotivité ressentie par votre humble serviteur en admirant une oeuvre est la pierre angulaire de mon choix d’en rédiger un article. Une émotivité qui doit venir au plus profond de mon être, tel un gisement de larve expulsé par un volcan en furie. Une furie de vivre! Une furie de beauté! Une furie tirée de la force vitale qui anime chaque être vivant! Oui, c’est exactement ce à quoi cette oeuvre a suscité en moi dès l’instant où mes yeux se posèrent. J’oserais même écrire « se reposèrent » tellement la douceur se dégage de chaque fibre qui émane de la nudité de ces femmes. Une nudité qui m’incite à élaborer, et c’est une simple dissertation que je qualifierais de non-scientifique mais qui pourrait susciter un débat auprès de mes abonnés-es, sur la juxtaposition entre le fruit défendu et la nudité féminine. Ah! La fameuse nudité féminine! Ce fameux fruit tant convoité par les hommes depuis la nuit des temps.

Que pouvons-nous dire exactement du fruit défendu? Absolument rien sinon qu’il est défendu, soit parce qu’il détiendrait les clés de l’intelligence, alors-là permettez-moi d’en douter lorsque je vois comment l’humanité a évolué au sein de son histoire vu le nombre de bêtises catastrophiques que l’on a pas cessé de répéter, soit parce qu’il serait la source de l’immortalité tel que rapporté dans le récit de Gilgamesh lequel est à l’origine de l’histoire biblique du jardin d’Eden dans l’Ancien Testament. Toutefois, les concepts de l’intelligence et d’immortalité se retrouvent de manière subtile dans la représentation de la femme, plus particulièrement dans sa nudité. N’oublions pas que c’est la femme qui a apporté à l’homme la conception de la civilisation, qui lui a amené l’amour de la culture, la douceur de la poésie, l’importance de la musique et bien d’autres aspects qui distinguent les hommes des animaux. Une distinction qui trouve sa source de l’importance de la femme aux yeux de l’homme.

D’ailleurs, la nudité de la femme a été, et l’est encore dans de nombreuses cultures et ce même à notre époque, un fruit défendu, voire proscrit soit par la moralité populaire, soit par une religion omniprésente au sein de certaines sociétés actuelles. « Cacher ce sein que je ne saurai voir, mais montrez-moi les innocents tués en mon Nom » pourrait être le leitmotiv de cette intolérance basée à la fois sur la superstition et l’ignorance. Or, la femme est foncièrement belle et sans sa beauté, l’homme ne serait pas la moitié de ce qu’il est. Aimer la nudité féminine, c’est savoir en respecter ses nombreuses facettes allant de sa fragilité inscrite dans la moindre parcelle de sa peau et dans son regard jusqu’à la capacité incroyable de donner la vie et même d’être la rivière qui  la désaltère et qui la nourrie. Ce qui est, c’est le moins que l’on peut dire, aux antipodes de la pornographie. N’est-ce pas?!

En conclusion, on peut reconnaître une certaine volonté de la part du photographe allemand du nom de Rick B., de dévoiler de tels aspects au sein de cette oeuvre que je qualifie volontiers de grandiose. En effet, le geste que pose la jeune dame, c’est-à-dire de faire goûter un fruit quelconque, serait-ce le fruit défendu tant décrié dans les saintes écritures?, à son aînée est une transposition moderne du récit de Gilgamesh où la femme et de sa nudité prennent la place qui leur reviennent. Une place hautement honorable!

Merci sincèrement à Rick B. d’Allemagne pour sa permission de m’être inspiré de son oeuvre dans la rédaction du présent article!

Merci infiniment de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Liens des publications de Rick B. sur deviantArt:

http://rickb500.deviantart.com/

http://rickb500.deviantart.com/art/Nastya-The-Book-Just-a-few-copies-left-566315428

http://rickb500.deviantart.com/art/Marmor-The-Book-511759556