Archives de tags | joues

Les mains m’ont toujours fasciné

Les mains
Très beau dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

Les mains m’ont toujours fasciné

 

Les mains,

Quel heureux destin,

Pour celui qui par grâce les a,

Comme pour celui qui par grâce ne les a pas.

 

Mains blanches si usées et si expertes,

Mains tellement alertes, Mains de la couturière,

Quelles soient d’une jeune et belle célibataire,

Ou bien celles d’une vénérable grand-mère.

 

Mains de paix ou de guerre,

Mains qui essuient les chaudes larmes,

Versées pour les fils tombés sous les armes,

Des larmes qui coulent sur les joues des mères et pères.

 

Les mains peuvent parfois parler,

Poings fermés prêts à venger à frapper,

Mains tendues vers le prochain pour l’aider,

Poings levés au ciel devant tant d’injustice et d’adversité.

 

Les mains peuvent si bien construire,

Les mains peuvent aussi bien tout détruire,

Elles font tout ce dont on leur demande de faire,

Elles obéissent aux cœurs de chair ou bien de pierre.

 

Oui, les mains m’ont toujours fasciné.

Qu’elles soient jeunes ou dans la fleur de l’âge,

Elles nous ont laissé les œuvres des grands sages.

Elles témoignent à l’humanité la présence de la divinité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une séance photo vraiment agréable à vivre

IMG_0745-1
Réalisation photographique par Priscilla Vaillancourt

Une séance photo vraiment agréable à vivre

Bonjour tout le monde,

IMG_0690J’espère que vous avez passé une belle semaine. Pour ma part, je dois avouer que j’ai été étonné de voir un hiver assez précoce. Qu’à cela ne tienne, l’hiver possède un charme insoupçonné qui enrichissent à la fois nos forêts et, dans une certaine mesure, nos cités et villes. Quoi de mieux qu’une bise légère se frottant sur nos joues pour nous vivifier? Quoi de plus agréable à voir qu’un beau manteau blanc qui recouvre le paysage? Un peu à la manière d’un linceul annonçant un repos bien mérité jusqu’à la résurrection printanière. Et, surtout, quelle chance incroyable d’avoir une saison qui nous incite à prendre notre temps de vivre le temps présent. En effet, le ralentissement momentané au sein de nos activités régulières est en soi une occasion unique de prendre conscience qu’en dépit de tout ce que nous faisons seul le temps a une importance intrinsèque à notre existence. D’ailleurs, il est intéressant de noter que nous revenons à l’heure dite « normale », en reculant montres et horloges d’une heure.

C’est un peu une telle réalité que j’ai ressentie en monIMG_0726 fort intérieur à l’occasion de la séance photo de nudité artistique réalisée sous l’œil vigilant de Priscilla Vaillancourt en ce jour de dimanche 17 octobre dernier dans la belle ville de Saguenay, secteur de Chicoutimi, plus précisément sur le campus universitaire de l’endroit. Une telle séance se déroula dans une salle spécialement conçue pour les prises photos dans le cadre d’études en arts visuels. Est-il utile de vous informer que le tout a été fait dans un cadre strictement artistique empreint de respect mutuel et de recherche de l’excellence? Une recherche partagée tant par votre humble serviteur que par Priscilla Vaillancourt.

C’est ainsi que plusieurs photos ont été faites dans ledit local par une journée grise en dehors mais tellement ensoleillée en dedans. Après les présentations d’usage et avoir brisé la glace, votre serviteur et l’étudiante en arts se mirent au travail afin d’accomplir une séance digne d’être qualifiée à la fois sérieuse et de bon goût. Vêtements retirés pour ma part, ajustements des appareils pour sa part ! Tout est prêt? Alors, allons-y !

IMG_0709Que de photos furent prises ! Que d’angles furent travaillés ! Que de poses furent accomplies ! Que de mouvements furent effectués afin de trouver la pierre précieuse ! Celle qui saura se tirer de toutes les autres et qui donnera à cette séance toute sa raison d’être. À vrai dire, et après avoir reçu l’ensemble des photos prises par Priscilla Vaillancourt, il m’est permis d’affirmer avec une grande fierté que cette séance est l’une des plus enrichissantes vécues jusqu’à maintenant en tant que modèle nu. Certes, j’ai eu l’opportunité de poser pour des photographes de renommé internationale, notamment pour une femme dont la seule mention de son nom résonne dans le firmament du nu artistique. Toutefois, poser nu pour une étudiante dans le cadre d’un projet universitaire est à mes yeux une preuve indéniable qu’il existe une confiance à la fois envers moi mais aussi à l’égard de mon professionnalisme.

C’est ce que je vous ferai découvrir dans mes prochaines publications au sein de ce blogue consacré à ma passion pour la nudité artistique, la poésie et la photo ainsi que de mes réflexions personnelles.

Je vous remercie de votre fidélité.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Viens à moi

Viens à moi
Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Viens à moi

 

Viens à moi,
Viens comme il se doit,
Viens simplement tel que tu es,
Viens vers moi car à mes yeux tu es parfait.

 

Viens que je puisse sentir ton parfum,
Car lui et toi, c’est vrai, vous ne faites qu’un.
Viens sentir le battement effréné de mon cœur,
En cette nuit où je n’en finis plus de compter les heures.

 

Me remémorant ton sourire,
Que tu avais fait pour me faire rire,
Alors que je me sentais si seule en cette journée,
Où tout semblait autour de moi mal aller.

 

Tu as su trouver les mots pour me rassurer,
Tu as su avec tendresse m’écouter,
Moi, qui avais besoin de parler,
D’une oreille à qui me confier.

 

Au fil de notre discussion,
Je me rendis compte comme tu étais bon,
Nous nous sommes alors promenés dans le jardin,
Admirant les couleurs d’automne tombées à pleines mains.

 

De ces couleurs qui annoncèrent l’arrivée d’une dame,
Dont sa fraîche bise nous brûlera les joues telle une flamme,
Une dame bien solitaire parmi trois hommes aux couleurs gaies,
De ces couleurs variées qui ravivent du printemps jusqu’à la fin d’été.

 

Couleurs d’un bel automne,
Où je fis la rencontre d’un charmant homme,
Et avec le sable du sablier du temps qui sans relâche coule,
La passion de l’amour s’établit dans nos cœurs qui maintenant roucoulent.

 

J’ai voulu bien te connaître avant de m’offrir,
Tant ceux de jadis, mon cœur ont si fait souffrir.
Voilà pourquoi je t’ai demandé d’attendre patiemment,
Le moment favorable où j’allais me donner tout à fait librement.

 

Maintenant, je te veux plus que tout,
Car je vois bien depuis les jours qui défilent,
Que la toile de notre amour est bâtie sur un solide fil,
Et que nous vivons toi et moi un amour vrai, un amour fou.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

La nudité féminine

La nudité féminine

Bonjour tout le monde,

Je désire vous entretenir de l’une de mes passions préférées. Vous savez?! Une passion qui vous fait oublier la morosité de la vie, du temps qui passe et qui repasse accompagné d’événements que l’on croyait disparus dans les méandres du temps de jadis. Oui, c’est un fait. Il y a depuis quelques temps certaines situations vécues voilà très longtemps qui sont réapparues au cours des derniers jours. Mais, à quoi bon de s’en préoccuper? Laissons les oiseaux lugubres loin derrière nous pour nous consacrer au sujet de prédilection de ce blogue, c’est-à-dire la nudité artistique et, de surcroît, celle de la femme.

Pourquoi donc avoir cette passion? Et d’où me vient-elle? Et comment entrevois-je une telle passion pour les années à venir? Je vous avouerai qu’elle m’a été inculqué depuis ma plus tendre enfance. En effet, je rêvais d’être le beau prince charmant qui allait réveiller la « Belle aux bois dormant » par un doux baiser et vivre dans un bonheur parfait pour le reste de mes jours en compagnie de ma bien-a02imée. Bon! C’est un fait. Je ne suis pas et ne le serai jamais le beau prince charmant et les belles aux bois dormant ne sont pas légion en ce monde. Dire le contraire est une pure folie même si, parfois, il est bon d’avoir une certaine folie. Néanmoins, mon amour pour la beauté féminine ne s’estompa nullement au fil des années. Bien au contraire! Elle se peaufina en laissant aller le superflu digne du pire Photoshop pour s’orienter davantage sur le naturel, la nature des choses, sur les spécificités corporelles de la femme. Spécificités qui vont bien au-delà des attentes de la société. Oui, un corps parfait a le privilège de l’être, mais il faut savoir aller plus loin que le premier coup d’œil. L’expérience personnelle m’a à maintes reprises prouvé cette pure vérité.

Bref, ma passion est apparue très tôt. Aussitôt que j’ai commencé à lire de manière adéquate, 12aussitôt que mon imagination voulait me faire croire aux contes de fée et m’amena à rêver de la beauté parfaite. Qui d’entre vous n’a jamais rêvé à une telle image? Jeter moi la pierre, pour paraphraser une parole célèbre d’un homme des plus célèbres, si aucun d’entre vous n’a eu une seule fois, j’ai bien écrit «une seule fois», fait ce rêve.

Pourquoi donc avoir cette passion? Voilà une question qui mérite une réponse à deux volets. En premier lieu, toute chose possède une beauté qui lui est bien particulière. la neige blanche qui tombe sur la forêt, le coucher du soleil sur la mer, un soir de pleine lune, le sourire d’un enfant, une douce mélodie et les mains d’un vieillard qui s’appuie sur une cane sont des exemples de la diversité de cette beauté. Si je suis capable de reconnaître la valeur intrinsèque de la beauté sous des formes variées, je dois être tout aussi capable de voir la noblesse de la nudité féminine à moins de souffrir d’un dédoublement de la personnalité. En second lieu, il y a aussi l’image tout à fait absurde de la nudité qui se trouve dans les médias de masse. Une image qui est loin de lui rendre hommage, surtout pour ce qui est, mais pas seulement, de la femme.

10S’intéresser à cette nudité! S’intéresser à cette beauté! S’intéresser à développer une autre vision des choses, à voir à travers un prisme qui m’appartient en propre. S’intéresser à chacune des parties du corps nu de la femme avec un regard à la fois esthétique et poétique. Accepter que le visage, les seins, les fesses et chacune des composantes intimes de la femme a une sacralité unique. Autrement dit, ne pas craindre de regarder pour admirer et d’aller plus en profondeur. Sensibilité corporelle, immensité de l’âme! Voilà mon créneau de travail, de ma passion, de ma raison d’être. Non, je n’en ai point honte. Et pourquoi devrais-je?! Je suis fait ainsi et je m’attends à être enterré avec mes qualités et mes défauts. Tant pis pour ceux et celles à qui cela dérange.

Et, dernière question à laquelle il m’est impératif de répondre en toute franchise, comment entrevois-je une telle passion pour les années à venir? Je dirai tout d’abord qu’une véritable passion ne meurt pas tant et aussi longtemps que son maître n’a pas rendu son dernier souffle. Une note importante doit être retenue dans ce que je viens d’affirmer. C’est le maître qui doit dominer la passion et non pas l’inverse. Dans le cas où une telle éventualité arriverait, cela équivaudrait à une possession. On devient possédé par cette passion et tout notre univers graviterait  autour d’elle. La liberté de mettre un frein à notre passion doit rester une option possible en tous temps. Ensuite, je ne suis guère 06aveugle, la beauté de la nudité féminine dans sa pure perfection devient de moins en moins accessible pour moi qui prend de l’âge. Mais, est-ce une raison pour maugréer contre l’inévitable en tournant mon regard de cette beauté, de cette jeune féminine, de ce qui, avouons-le, n’a pas été tellement accessible sauf en quelques rares occasions pour votre humble serviteur? Et, pourtant, je continuerai à aimer, à chérir, à rêver, voir en une certaine mesure à fantasmer sur la beauté de la nudité de la femme. Aimer parce qu’elle mérite tout mon amour. Chérir parce qu’elle a le droit inaliénable d’être dorlotée avec des caresses, des mots doux et de la poésie. Rappelons-nous que les plus beaux poèmes, les plus belles chansons et les plus tendres romans ont tous eu la nudité féminine pour fondement. Fantasmer comme j’ai fantasmé sur les sœurs Wilson du groupe Heart au début de leur carrière tant pour leur charme que pour leurs voix suaves. Non, je n’en éprouve aucune gêne de l’affirmer.

08Enfin, chaque être humain a le droit à la beauté. Je me souviens à titre d’exemple le temps où je fréquentais l’église St-Dominique de Québec qui est parmi l’une des plus belles dans cette ville magnifique, je peux y ajouter l’église St-François d’Assise malheureusement fermée par manque de fidèles, où la beauté des lieux m’inspirait au recueillement, à la prière, au pardon et à l’amour du prochain. La beauté omniprésente des lieux sacralisait chaque instant de ma présence. Oui, l’Homme a un besoin de découvrir la beauté tant dans la nature qu’à travers les ouvrages de ses pairs. Il en est de même, et c’est-là mon humble opinion, de la grâce de la nudité féminine. Ici, le mot «grâce» est d’une importance capitale afin d’éviter une quelconque perversité dans mes propos.

Non, je refuse de vieillir en devenant aveugle de cette beauté qui a toujours su me faire vivre et rêver. Non, je réfute l’idée de devenir un l’ombre d’un homme, un moins que rien, un être qui attend le 01moment de quitter ce monde avec une larme de chagrin coulant sur mes joues. Non, je ne dirai jamais non à la vie, à cette vie qui m’appartient et auquel j’y ai droit tout comme chaque être humain et pleinement humain. Oui, j’accepte de vieillir avec sérénité et une joie de vivre. Oui, j’accepte de devenir un homme autrement sans pour autant renier ma masculinité. Oui, j’accepte l’éventualité que je quitterai ce monde mais je le quitterai en riant aux larmes. Oui, j’accepte que cette vie puisse changer de forme mais elle continuera d’être sacrée pour l’éternité. Sacrée et éternelle comme la femme, comme sa nudité, comme sa beauté. Merci mon Dieu de m’avoir permis d’aimer la … femme.

Merci de m’avoir lu!

Merci pour votre fidélité!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada