Archives de tags | Portrait

Une photo digne de mention

sweet_martyna_by_rickb500-davq7lk

Modèle ? Martyna Photo ? Rick from Germany

Une photo digne de mention

Bonjour tout le monde,

Vous le savez probablement déjà. Je suis inscrit sur le site de partage artistique DeviantArt depuis maintenant plus de six ans. Ce qui m’a permis à la fois de partager mes réalisations tant dans le domaine de la nudité artistique que celui de la photographie. Deux passions qui animent ma vie. Il va de soi que le fait d’être inscrit sur ce site m’a également amené à découvrir des oeuvres tout à fait remarquables et à dialoguer, en tenant compte des limites occasionnées par les barrières linguistiques, avec des gens qui ont les mêmes intérêts que votre humble serviteur.

La grande majorité de ces personnes vivent sur le vieux Continent dans des pays où l’art y est grandement valorisé. Je pense notamment à la France, à l’Italie et à la Suisse ainsi que l’Allemagne. D’ailleurs, j’ai eu la chance de visiter certains endroits où plusieurs créations artistiques y étaient exposées. Le dernier en lice est une exposition sur le nu qui a encore lieu à Genève dans le canton du même nom. Il va de soi que cette exposition m’a beaucoup plu.

19437707_1963024200595347_2740356070364974383_nToutefois, et vous l’ignorez peut-être, mais mon intérêt porte aussi sur le portrait qui dénote avec plus de précision le degré de prof. En effet, est-il utile de vous rappeler que la qualité du portrait dénote hors de tout doute raisonnable le degré du sens professionnel chez l’artiste ? Le portrait peut concerner autant un dessin qu’une peinture ou encore une photo. L’essentiel est d’y découvrir tout le talent de l’artiste. Et, croyez-moi, c’est là un sujet d’une extrême complexité à saisir. Complexité qui relève du moment saisi, un instant figé perpétuellement dans le temps, où l’œil de l’artiste aura porté son regard sur le sujet. Complexité qui relève aussi, et non pas dans une moindre mesure, dans la capacité de faire vibrer les émotions, un peu comme un film d’amour, chez le spectateur. Complexité qui relève, si je peux encore me permettre d’élaborer sur ce point, du travail accompli tant par le modèle que par l’artiste. En effet, une parfaite coordination doit se faire de manière absolue afin d’y trouver une authentique harmonie entre celui qui regarde et celui qui se dévoile.

Je tiens, en terminant cette missive, à remercier mon ami Rick pour m’avoir donné sa permission d’utiliser cette superbe photo au sein de mon blogue artistique. Vous trouverez un lien en annexe afin de pouvoir admirer l’ensemble de ses oeuvres. Bravo à son modèle !

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Lien important : http://rickb500.deviantart.com/

Nudité? Vous avez dit nudité?

Nudité? Vous avez dit nudité?

Bonjour tout le monde,

new-image28Nudité? Vous avez dit nudité? Voilà la thématique de cet article et il m’a semblé être de plus haute importance de l’aborder dès les premières lignes écrites par votre humble serviteur devant son clavier d’ordinateur. Pourquoi vouloir rédiger un tel article après plus de 900 publications et de 14 pages de présentation sur des thèmes allant sur certains aspects de ma vie, dans un souci de transparence, et sur certains éléments, disons-le franchement, plus corsés? D’ailleurs, force est de constater que l’unanimité est loin de faire légion en ce monde et si cela arrive, en de rares occasions, elle est souvent la cause de bien des tourments au sein des sociétés, surtout lorsque la moralité semble être un vecteur des forces en présence. Comme disait si bien un sage: « Souviens-toi mon enfant que les pires atrocités commises par les hommes l’ont été faites au nom de la vertu. »

C’est là une question à laquelle je suis obligé d’y répondre sous trois volets distincts qui se résument simplement  en ceci: En premier lieu, ce que ce blogue n’est pas et New Image5ne sera jamais. En second lieu, les triples objectifs visés par votre humble serviteur. Et, en dernier lieu, vous l’avez sans doute deviné, de décrire en quelques mots qui est celui qui se cache derrière son clavier, et ce peu importe l’heure de la journée ou de la soirée, et même dans certains cas, durant la nuit, peaufinant dans le mesure de ses capacités la rédaction de ses publications. Trois volets, certes distincts, mais tellement complémentaires qu’en l’absence d’un seul des trois, toute logique démontrant la nécessité de l’existence même de ce blogue serait remise en question. Et, croyez-moi sur parole, je me battrai bec et ongles pour  le conserver tel qu’il est puisqu’il signifie à mes yeux la plus belle preuve de cette liberté d’expression, en l’occurrence la mienne, si malmenée par des gens avides de pouvoir sous le couvert de la moralité et, surtout d’une conception erronée de la grandeur divine.

Ce que ce blogue n’est pas et ne sera jamais

Une chose doit être dite une fois pour toutes: Ce blogue n’est pas et ne sera jamais dédié à une quelconque forme de vulgarité, d’obscénité, de mauvais goût et de grossièreté. Dès le début de la création de ce blogue, votre humble serviteur a tenté par tous les moyens mis à sa disposition, et parfois avec des balbutiements  vu son caractère profane dans les premiers temps, d’éviter d’offusquer qui que ce soit au sein de son blogue.

Qui plus est! Lorsque l’occasion se présente, il me fait plaisir de corriger le tir en publiant une nouvelle version d’un tel ou tel article ou tout simplement en y modifiant quelques parties. Ce blogue n’est pas non plus un site dédié à la 000000810002pornographie où l’image de la nudité est galvaudée de manière irrespectueuse tant pour les hommes que pour les femmes, dans son ensemble. Oui, certaines publications peuvent posséder une connotation d’érotisme, mais quand cela a lieu, c’est fait avec un soin méticuleux. C’est le cas notamment des séries intitulées «Séance de nudité érotique» et de sa suite sous-titrée «Se connaître, c’est s’aimer.» Une séance qui a été tournée dans une chambre d’hôtel de Montréal et ce, avec la collaboration spéciale d’une modèle nue extraordinaire et d’un photographe hors-pairs. Rien ne fut laissé au hasard afin de respecter d’abord et avant toute chose la charmante jeune dame qui avait accepté de participer. C’est bien la moindre des choses. N’est-ce pas?!

Ce blogue ne peut pas exister sans la recherche de l’excellence d’un français écrit et de mots choisis afin de respecter la langue de Molière. La plus belle langue au monde! Voilà pourquoi j’essaye de publier mes articles avec un grand souci de respect envers cette langue noble et digne des dieux. Oui, j’adore plus que tout ma langue car c’est avec elle que j’ai appris à dire la plus belle phrase pouvant être dite en ce monde: Je t’aime.

Les triples objectifs visés par votre humble serviteur

Il est important de retenir que l’idée de réaliser et d’entretenir, ce sont là deux réalités aux antipodes l’une de l’autre, ce blogue est venue en mon esprit à la suite new-image26d’un exposé écrit en théologie dont le sujet portait sur l’eugénisme sous le régime nazi et la participation plus ou moins imposée par les pseudo scientifiques du IIIe Reich auprès des artistes dans les pays occupés. En ce contexte, tout était axé sur la glorification du corps parfait et l’exclusion, voir l’élimination purement et simplement physique, des individus ne cadrant pas dans les critères de perfection préconisés par les nazis.

12675129_10154724094679657_765136332_oMa réponse personnelle a été de faire, permettez-moi cette expression, un pied-de-nez à cette période sombre de l’histoire. À cela s’ajoute le fait que la thalidomide a été découverte et fabriquée au sein de la Wehrmacht par un chimiste allemand qui alla devenir le fondateur de l’entreprise pharmaceutique tristement célèbre Grünenthal Chemical. Être un modèle nu était le chemin tout indiqué pour faire contrepoids à cette période qui menace de manière plus ou moins subtile de refaire surface. Souvenez-vous que l’histoire a tendance à se répéter et que la prudence est l’une des quatre vertus cardinales. Bref, restons prudents en tout temps.

Le second objectif de votre humble serviteur réside à transmettre sa passion pour la beauté auprès des visiteurs. Je fais bien entendu référence à la beauté sous toutes ses formes, mais en particulier le nu, la poésie et la photographie. Trois domaines qui, à ma grande surprise, m’ont permis de faire la rencontre de gens extraordinaires. Dans le domaine du nu, j’ai eu la chance de faire les manchettes en quelques occasions tant en Europe qu’au Québec et même au sein d’un magazine britannique, via une publication sur la modèle nue connue sous son nom d’artiste de Phylactère.

new-image16Pour ce qui est de la poésie, elle reflète ma passion pour le français. Jouer avec les mots! En faire vibrer chaque expression! Ressentir le plaisir ou la douleur évoqués dans une phrase! Remémorer des instants de bonheur ou de tristesse! Caresser chacune des lettres comme on titille le clitoris d’une femme pour lui procurer un plaisir parfois coupable, mais plus souvent tellement agréable qu’on ne peut s’empêcher de répondre favorablement à sa demande de recommencer encore et encore. Oui, la poésie est pour moi la nudité de mon âme. Une nudité que je dévoile au gré des mots, parfois pour apaiser, je le concède, bien des maux. Des maux de mon enfance!

Et que puis-je affirmer de ma passion pour la photographie? Certes, les artistes me11235251_676422929152119_142811643_o_thumb.jpg voient entièrement nu. Une nudité qui me comble de bonheur et de sérénité. Pour sa part, la poésie sert à transmettre mes sensations les plus profondes chez mon être. Toutefois, c’est par la photographie que je capte la beauté éphémère du monde qui m’entoure. Une beauté condamnée non pas par sa propre disparition, mais bien par la mienne. En effet, je serai déjà disparu depuis fort longtemps lorsque la terre arrêtera de tourner. Le reconnaître, c’est faire preuve d’humilité.

Capter chaque instant de vie! La vie en tant que modèle nu et pleinement sexué! La vie présente en chacun de mes poèmes! La vie saisie dès le moment où j’appuie sur le bouton de mon appareil-photo. Trois visions de la vie, mais une seule vie, c’est-à-dire celle que je partage avec le microcosme qui m’enveloppe, lui-même englobé par le macrocosme, et ce jusqu’à l’infini. Cet infini qui rejoint ce Dieu invisible.

Qui est celui qui se cache derrière son clavier?

Je suis simplement un être humain comme chaque personne vivant sur cette belle planète que l’on appelle communément la terre. Je respire comme toutes les personnes qui lisent ce blogue. J’aspire à rendre ce monde meilleur en tenant compte de mes forces et de mes faiblesses. Et, surtout, loin est de moi l’idée que je sois parfait.

Je cherche à publier des articles qui soient dignes d’intérêt pour chaque lecteur potentiel. Souvent, mon but semble être atteint tandis qu’en d’autres circonstances je passe à côté de la cible. Qu’à cela ne tienne! Je recommence avec la même passion, et même dans certains cas, avec un degré de minutie plus élevé rendant le résultat sensiblement amélioré. « À chaque fois, remets-toi à la tâche si tu veux bien travailler. » Telle pourrait bien être mon leitmotiv lors de mes rédactions. 

En terminant cette missive, je tiens à préciser une dernière chose. Une chose qui doit être comprise une bonne fois pour toutes. Mon intention qui se trouve dans chacune de mes publications est d’abord et avant tout dénuée de méchanceté envers qui que ce soit. Bien au contraire! Tout est fait avec une bonté d’âme et en tenant compte de mes dispositions du moment présent lesquelles sont tournées vers un seul objectif, la recherche de l’excellence. Soyez, je vous en pries, indulgents envers votre serviteur si cela ne soit pas toujours le cas.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

En prévision de …

New Image7

En prévision de …

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous ? Que se passe-t-il de beau dans vos vies? Quels sont vos projets? Qu’avez-vous fait de spécial cette semaine ? Pour ma part, la vie est tout simplement extraordinaire et tout a repris son petit train-train quotidien. D’ailleurs, je profite des dernières belles journées estivales pour prendre quelques photos qui serviront ultérieurement à la rédaction de publications au sein de mon blogue artistique. Comme vous avez pu le constater dans le dernier article, je rencontre aussi des gens extraordinaires aux multiples talents et ce, dans différents domaines.

Toutefois, je dois vous avouer quelque chose de tout à fait spécial. Une nouvelle qui DSCN0011_thumb.jpgrisque de vous surprendre et que vous n’oublierez probablement jamais. L’article que vous lisez en ce moment même est, croyez-le ou non, le dernier d’une série de plus de 800. Oui, vous avez bien lu. J’ai écrit jusqu’à maintenant plus de 899 articles au sein de mon blogue dédié à ma passion en tant que modèle nu pour des écoles d’arts, des ateliers, des artistes professionnels ou amateurs tant en photographie qu’en peinture. Cet article est donc le 899e de tout mon blogue.

Un blogue qui est devenu pour votre humble serviteur son enfant chéri au fil du temps. En effet, je l’ai entretenu avec un soin méticuleux afin d’y présenter le New Image26meilleur de tout ce qui m’a été possible de réaliser, de composer, de rédiger et, enfin, de trouver sur le web. Vous savez ?! Le fait de poser nu dans un cadre artistique a été pour moi plus que bénéfique. Guérir des vieilles blessures qui remontent dans ma lointaine enfance, cicatriser des plaies qui ont été enfouies dans le plus profond de mon subconscient, permettre à des tierce-personnes de me voir autrement qu’une erreur pharmaceutique ou encore être une source potentielle de revenus a permis à mon âme de grandir. Bref, poser nu est pour moi l’aboutissement d’un long processus, non pas de l’acceptation de ma situation physique laquelle a été faite depuis des lustres, mais plutôt de me voir autrement que par ce que l’on m’avait habitué à être vu.

Oui, je suis heureux de l’avoir fait et je continuerai de le faire à la condition sine qua none que le respect soit de mise entre les parties présentes lors des séances de nudité artistique. Il va de soi que la rédaction de poèmes liés avec mon expérience de vie continuera d’alimenter mon blogue sans omettre des articles sur mes découvertes qui, j’espère sincèrement, seront nombreuses. En résumé, je poursuivrai ma passion pour encore de nombreuses années. Si telle est la volonté de Dieu, bien entendu.

New Image3En terminant ce 899e article, je désire, en premier lieu, vous remercier pour votre assiduité à suivre mes publications, à m’encourager avec vos commentaires lesquels s’élèvent jusqu’à maintenant à plus de 850 et, enfin, par votre aide à le faire connaître à vos amis et connaissances. Saviez-vous que mon blogue est lu dans presque tous les pays du globe ? Que plus de 266,000 personnes l’ont parcouru depuis sa création en janvier 2013 ? Savez-vous que ce blogue avait permis à une jeune journaliste de Québec de faire ma connaissance et de réaliser un article dans un journal local ? Un article où la thalidomide n’était PAS le sujet principal, mais bien la beauté de mon corps et de ma personne ?! Douce revanche face à certains événements de mon enfance. Que ça m’a fait du bien. Croyez-moi sur parole! En second lieu, je souhaite vous aviser que le prochain article lequel sera le 900e aura une saveur tout à fait particulière. Autrement dit, une grande surprise vous est réservée. De quoi s’agit-il ? Ben, voyons! Si je vous le disais, ce ne serait plus une surprise. La seule petite ombre au tableau réside dans le fait que le prochain article sera publié seulement à la fin de cette semaine. Soyez rassurés-es! Cela en vaut le coup d’attendre d’ici-là!

Je vous aime.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

For you my dear followers!

For you my dear followers!

For you!
 

Never don’t forget, the better will come soon.

Don't forget!
 

Happy New Year 2014

From

Rolland St-Gelais
 

Rolland St-Gelais

Quebec City (Quebec)

Canada

L’amour est visionnaire.

L’amour est visionnaire.

Il voit la divine perfection de l’être aimé

au delà des apparences auxquelles le regard des autres s’arrête.

selon

Christiane Singer

Un peu de tristesse

Nu artistique!

Nu artistique!

Bonjour tout le monde!

Je suis un peu triste en ce moment. Vous le savez déjà, je suis passionné par le domaine du nu artistique puisqu’il s’agit d’un pan peu connu, je devrais plutôt écrire méconnu, du grand public. D’ailleurs, un nombre plus que considérable de personnes comprennent mal la notion même de nudité au plan esthétique lequel fait partie intégrante d’une réalité saine et sans ambiguïté dans la vie. Il ne faudrait alors pas s’étonner que la notion même de nudité est malheureusement reléguée à la pornographie que je qualifierais de «bas de gamme».

Je suis scandalisé, et le mot est tout à fait approprié, par la difficulté de trouver des photos, des images ou bien des vidéos sur le web où le duo artistique/esthétique de la nudité serait mis-à-l’honneur. Ceci est pour moi tout à fait incompréhensible puisque le web a été fondé par les réseaux universitaires des États-Unis afin d’échanger entre elles des données d’ordre scientifique et culturel. Or, à ce que je sache, le domaine artistique a été de tous temps l’un des piliers du savoir universitaire.

Et pourtant, il m’apparait plus que nécessaire de remettre la nudité artistique sur le podium

La belle nudité est chose possible.

La belle nudité est chose possible.

de l’honorabilité puisqu’elle est intimement liée à son humanité. Posons-nous ces questions: Quelle image envoyons-nous du corps humain et de la dignité due à son égard à travers les médias visuels actuels? Quelles conceptions avons-nous de la moralité? Permissivité est-elle synonyme d’immoralité? La notion de consolidation de l’image de la femme objet tant décriée, à tord ou à raison, par plusieurs membres de la gente féminine est-elle chose réelle?

Certaines femmes, et je suis bien d’accord avec elles, affirment qu’il est important de réfléchir à l’impact que le véhicule des images de nudité pornographique a sur les femmes. De telles images peuvent faire naitre ou encore accentuer des comportements destructeurs chez les plus sensibles d’entre elles. La sexualisation à outrance, la domination et les troubles de l’alimentation ainsi qu’un faible estime de soi sont parmi les conséquences les plus perverses non seulement chez les femmes mais aussi, cela va vous sembler être étrange, chez les hommes.

La belle nudité est chose possible.

La belle nudité est chose possible.

L’image sacrée de la nudité a laissé place à celle de la consommation vite-fait où la qualité souffre d’une carence que je qualifierais de mortelle. Ici, une chose doit être bien saisie afin de comprendre l’ensemble de mes écrits: Je condamne toutes utilisations de la nudité à des fins soit commerciaux, politiques ou encore de pornographies de type hard.

J’entends par le premier terme tout rapport injustifié entre un produit quelconque et la nudité. Le scandale de la crème contre la cellulite où l’on présentait une belle paire de fesses prouvant l’efficacité dudit produit chez les femmes âgées dans la trentaine atteintes de cette problématique en est un bel exemple. Or, une telle publicité était trompeuse puisque d’une part on avait utilisé une paire de fesses d’une fillette sur les panneaux publicitaires et d’autre part, que l’efficacité de ce produit était à peu près nulle. Vous vous doutez bien que l’entreprise a été obligée de payer une amende salée pour fausse représentation. Ce fait a eu lieu à la fin des années 1970.

En ce qui a trait à l’utilisation de la nudité à des fins politiques, il est vrai que la nudité a souvent été utilisé en tant qu’instrument de propagande, surtout au sein des systèmes dictatoriaux. Là encore il est de notre ressort de dénoncer cet état de fait. La nudité ne doit en aucune façon être utilisée pour promouvoir une quelconque forme de pensée politique et idéologique. La nudité peut être décriée par la droite puritaine comme étant une « chose » immorale alors qu’elle peut être « divinisée » par la gauche comme un outil de libération de la personne. Or, il en est rien. La nudité artistique doit restée là où sa place a été depuis toujours, c’est-à-dire dans le domaine des arts. Un point, c’est tout.

Et pour ce qui est de la pornographie?! Je ne saurais vous dire exactement ce qu’il en est. En effet, la nudité peut revêtir pour

Le charme de la nudité

Le charme de la nudité

plusieurs personnes rien de plus que de la pornographie alors que pour d’autres, il peut exister une certaine forme « artistique » dans ce domaine. La ligne est mince entre deux visions d’une même réalité. Je dois avouer que j’ai la chance d’avoir parmi mes contacts sur un réseau social populaire une femme qui possède elle-même son site pornographique dont elle est l’actrice principale. Ses réalisations sont, à la grande surprise de plusieurs, faites avec un esthétisme extraordinaire. Ce qui est amusant de retenir c’est qu’elle m’avait donné quelques conseils pour les poses nues que je devais faire à l’occasion d’une séance avec un photographe et son équipe. Ses conseils m’ont été d’une aide précieuse.

Personnellement, j’ai toujours fait attention afin d’éviter que mes blogues soient blessants et dignes de respect envers l’image de la femme mais également envers l’homme. Bien au contraire! Je désire d’abord et avant tout démontrer que la beauté ne doit en aucune façon devenir une tare au sein de notre société. Et pour ce qui est du faible estime de soi, tant décrié par les mouvements féministes avec raison, l’image des hommes en a pris également pour son rhume depuis plusieurs années.

Modèle masculin

Modèle masculin

Que puis-je affirmer de la nudité masculine sur le web? Est-elle présentée avec plus de respect que celle manifestée envers la femme? Et bien, à mon grand étonnement, mes recherches sur le web a porté un double fruit. Primo, la nudité masculine se retrouve aussi présente au sein de nombreux sites pornographiques que la nudité féminine. Ce qui démontre malheureusement la perversité de l’image du nu dans nos sociétés. Secundo, et cela m’a fait quelque peu sourire, les modèles masculins nus circoncis sont les plus appréciés du monde artistique. Ceci serait du, selon mes recherches, au fait que seuls les membres de la royauté notamment britannique avaient le droit de poser nus pour les artistes-peintres de la cours. Or, tous les membres masculins de la famille royale sont circoncis.1 Ce dernier point a-t-il eu un impact dans la tradition artistique surtout que les particularités de la verge circoncise sont plus difficiles à définir sur un tableau? C’est fort possible.

Dieu merci! La nudité a tout de même encore ses lettres de noblesse dans les domaines artistiques surtout en Europe. C’est ainsi qu’il existe plusieurs représentations de ce genre particulier dans différentes villes européennes. Certaines d’entre elles méritent qu’un article qui leur soit consacré. L’Amérique du nord n’est pas en reste puisqu’un spécialiste du nu artistique est reconnu au plan international pour son audace à travers ses oeuvres. Ceci écrit, comme l’affirme si bien ma fidèle amie et collaboratrice Marlène;  » grâce aux artistes … même un corps imparfait physiquement, devient unique et parfait dans l’entendement. »

C’est que nous allons découvrir par le biais de mes prochaines publications dont les sujets seront « la nudité et la prise de conscience sociale » et « la nudité féminine vue par les femmes ».

À suivre…

Merci de m’avoir lu.

Rolland de Québec

1. http://www.fugues.com/main.cfm?l=fr&p=100_article&Article_ID=24975&rubrique_ID=189

Pourquoi aime-je la beauté féminine?

Emylie Bloom

Emylie Bloom
(Modèle nue)

Bonjour à tous et à toutes!

Je suis en ce moment à mon petit restaurant préféré où je bois un verre de Coca. Il m’est venu à l’idée de partager avec vous les raisons qui me font tant admirer la beauté féminine, surtout celle où la jeunesse et sa spontanéité ainsi que la spécificité de son charme y sont présentes.

Je l’admet sans aucune amertume; je n’ai plus l’âge de courtiser les jeunes dames et encore moins d’élaborer des plans de vie à deux en compagnie d’une femme âgée dans la vingtaine. De plus, mon expérience de vie est des plus particulières, ce qui pourrait rendre une éventuelle fréquentation sentimentale davantage ardue. Là encore, la vie peut me réserver des surprises tout à fait inattendues. Comme l’affirme un dicton populaire: «La passion amoureuse n’a pas d’âge». Inutile d’élaborer sur le sujet. N’est-ce pas?!

Emylie Bloom

Emylie Bloom

Mais, pourquoi j’aime tant la beauté féminine, surtout où la nudité est de mise? Il existe une multitude de raisons qui m’incitent à une telle admiration. Tout d’abord, je vous répondrai qu’elle me fait tout simplement rêver. Quel chemin ma vie aurait pu être si j’avais épousé l’une des femmes que j’ai jadis fréquentées? Toutes ces femmes étaient à la fois belles, intelligentes et charmantes. Qui plus est, et je tiens à le préciser, aucune d’entre elles était atteinte d’un handicap physique quelconque.

L’idée préconçue selon laquelle, pardonnez mon expression, les infirmes doivent se marier entre eux relève d’une idéologie qui a été longtemps présente en Occident. Fort heureusement, elle est maintenant plus ou moins révolue depuis l’avènement de l’«école de pensée de Boston» laquelle est mieux connue sous le vocable du Independante living movement du début des années 1970. Quelle est l’originalité de cette école de pensée? Humaniser, sexualiser et responsabiliser la personne vivant en situation de handicap physique.

Ensuite, la beauté féminine me permet de voir la vie sous un autre angle et qui est celle de la nature. En effet, et c’est mon humble opinion, rien ne correspond mieux à la noblesse de la nudité artistique féminine que la nature proprement dite. Pour quelques instants, c’est-à-dire lorsque je découvre des photos de nudité dignes d’intérêt suite à mes recherches sur le web, mais aussi via mes abonnements à des sites de nudité artistiques ainsi qu’à d’autres blogues du réseau WordPress, je ne pense plus à tous ces tristes événements qui ont lieu sur notre pauvre planète.

À cela s’ajoute au fait que je suis avant tout un homme qui a le besoin de voir, d’entendre et de ressentir la véritable beauté. Je fais

La beauté de la vie

La beauté de la vie

référence ici à celle qui est exempte de toutes formes de violence et de vulgarité. Pour moi, il ne peut y avoir de compatibilité entre un manque de respect envers le corps nu féminin, il en est ainsi du corps nu masculin, et la beauté en tant que tel. Dès mon réveil, je parcours les différentes chaînes radio à la recherche de celle qui saura être sur la même longueur d’ondes que mon âme. Tout le reste de ma journée est axé à satisfaire mon besoin de beauté. Un besoin à la fois sain et légitime; me promener dans mon quartier pour y découvrir, et éventuellement photographier, ce petit quelque chose qui me fascine, qui me fait apprécier la vie, qui me rapproche de mon milieu.

La nudité artistique féminine me permet également d’élever mon âme vers autres choses que ce que l’on peut voir sur le web. Pas de grossièreté, ni quoi que ce soit pour abaisser l’image de la femme et, encore moins, promouvoir une quelconque forme de machisme. Nous sommes égaux parce que nous sommes aussi différents et c’est par cette différence que nous nous complétons. Vous le savez déjà, je n’ai rien contre les sites érotiques en autant que ce soit fait entre adultes consentants et contrôlés afin d’éviter des abus potentiels. Par contre, je ne mélange pas la beauté artistique de la nudité avec de tels sites. Ce serait un peu comme si je comparais une pomme avec une carotte.

Enfin, j’adore la beauté féminine parce que je suis avant tout un homme. Un homme qui ne craint pas le jugement des autres et qui a de tout temps été franc avec la personne la plus importante à ses yeux, c’est-à-dire moi-même. Il n’est pas question pour moi de renier qui je suis à mes propres yeux. Je ne dois rien à qui que ce soit sur terre et je vis selon mes convictions profondes sans pour autant nuire à mon prochain. La base de mon mode de vie? «vivre et laisser-vivre».

Bref, je cesserai de respirer bien avant d’arrêter d’admirer la beauté de la nudité féminine et artistique.

Merci de m’avoir lu!

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Voici un bel article dans lequel j’ai participé.

Rolland St-Gelais

Rolland St-Gelais

Bonjour tout le monde!

Je partage avec vous un article publié dans le journal universitaire de l’U.Q.A.M., (Université du Québec à Montréal).

J’ai eu la chance d’avoir été interviewé par monsieur Étienne Cournoyer qui a eu le professionnalisme de rapporter mes propos avec grand respect et avec précision. Merci infiniment de votre courtoisie à mon égard.

Je publie ledit article et vous trouverez le lien en bas. (Question de respecter les droits d’auteur)

Donner son corps à l’art

par

Étienne Cournoyer

Figures dénudées pour quelques instants, les modèles vivants se donnent à une profession tout sauf conventionnelle. Laissant préjugés et pudeur au garde-robe, ces artistes se dédient corps et âme à la création artistique.

Des heures immobiles en costume d’Adam, une anatomie analysée minutieusement par des dizaines de regards, une endurance mentale et physique particulière. Le métier de modèle vivant n’est pas destiné à n’importe quel quidam. Les conditions de travail difficiles et les jugements préconçus n’altèrent pourtant en rien la détermination de ces artistes.

Judith, étudiante de 22 ans à l’Université Concordia, garde un souvenir douloureux de sa première expérience comme modèle. «J’ai souffert l’enfer, je ne m’attendais pas à un aussi gros challenge physique et mental», se rappelle-t-elle. En quête d’un travail pour payer ses études, la jeune femme est tombée par hasard sur une petite annonce Kijiji. Elle pose depuis pour plusieurs artistes. Ses séances, habituellement au nombre de deux par semaine, se partagent entre dessinateurs, sculpteurs et photographes. Trois ans se sont écoulés depuis la première pose de Judith. Elle s’est adaptée progressivement aux contraintes physiques de l’emploi. «Il a fallu que je développe ma patience, ma relaxation et surtout ma résistance à la douleur», énumère l’étudiante.

Parents et amis de Judith ne savent pas qu’elle pose nue pour des artistes. «J’ai peur que mes proches me prennent pour une prostituée», s’inquiète l’étudiante. Guy Boissé, modèle depuis plus de trente ans, dit lui aussi être victime de multiples jugements de valeur lorsqu’il révèle son occupation «C’est mal vu dans la société, plusieurs croient qu’on offre des services sexuels. J’aime dire qu’on offre des services corporels», nuance-t-il. En trois décennies de métier, le poseur affirme n’avoir vécu aucune séance où il s’est senti mal à l’aise devant un potentiel sous-entendu sexuel.

La sécurité d’emploi est un concept étranger pour les modèles vivants, mais certains d’entre eux réussissent à créer des liens avec les artistes et les institutions. À l’Atelier de sculpture du Village, école reconnue dans le domaine à Montréal, une dizaine de poseurs sont appelés à chaque semaine. «Il est essentiel de bâtir une relation de confiance avec celui qui pose afin de créer une collaboration fructueuse et à long terme», explique Joël A. Prévost, fondateur de l’organisme. Un processus similaire se déroule à l’UQAM. L’enseignant du cours de modèle vivant, Thomas Corriveau, reçoit un nombre colossal de curriculum vitae et les conserve tous dans un cahier, triant sur le volet les applications. «Je travaille avec une demi-douzaine de ces personnes depuis plus de dix ans», affirme le professeur.

Bien que certains réussissent à se trouver des partenariats à long terme, la profession n’offre pas des conditions permettant d’en faire une occupation à temps plein. À l’Atelier de sculpture du Village, même les «réguliers» ne font jamais plus de dix heures hebdomadairement. Posant de trois à quatre fois par semaine, Guy Boissé se considère comme un des modèles les plus actifs à Montréal. «On est bien payé pour ce qu’on fait, mais il n’y a pas assez de demande pour que quelqu’un puisse gagner sa vie seulement avec ça», explique-t-il. L’homme de 54 ans est photographe pigiste et cultive des légumes avec son frère maraîcher pendant l’été pour joindre les deux bouts.

À corps vaillant, rien d’impossible

Un maximum de diversité est nécessaire pour les artistes lorsqu’il est temps de travailler avec des modèles vivants. Dans le cours offert à l’UQAM, les profils des participants varient continuellement. L’enseignant essaie également d’alterner entre modèles féminins et masculins pour permettre à ses élèves de bien saisir les différences de leurs anatomies.

Pour les personnes handicapées désirant poser pour des artistes, la réalité est parfois moins rose. Victime des effets de la thalidomide, médicament prescrit à des femmes enceintes en 1962, Rolland St-Gelais est privé de sa langue, de son menton, de ses deux mains, de l’avant-jambe gauche et d’une bonne partie de son pied droit. «J’ai appliqué dans plusieurs écoles et on m’a refusé partout donnant explicitement comme raison mon handicap. J’ai eu la chance d’avoir une amie qui m’a présenté à un artiste et de fil en aiguille, j’ai pu me faire une place», raconte l’homme de 52 ans. Poser en tant que modèle est un rêve qui a demandé beaucoup d’efforts pour Rolland St-Gelais. Il déplore que la première impression ait encore beaucoup de place dans le milieu artistique. «Les handicapés sont tout aussi pertinents à dessiner, ils présentent des défis très intéressants pour les étudiants », répond Thomas Corriveau. Il affirme cependant n’avoir reçu aucune candidature d’handicapés dans les dernières années.

Pour les modèles vivants, ce travail peut devenir une véritable façon de se définir et de s’épanouir. «Ça me permet de me considérer en tant qu’homme, voir que je ne suis pas un monstre dégradant et que je suis beau, exprime avec émotion Rolland St-Gelais. Ça m’aide à affronter la vie de manière noble.»

***

Un outil irremplaçable

Le modèle vivant offre des caractéristiques que le mannequin de cire ne pourra jamais reproduire, ce qui le rend si primordial dans le monde artistique. À l’UQAM, les étudiants au baccalauréat en arts visuels et médiatiques ont un cours de dessin entièrement dédié aux modèles vivants. «Les modèles sont animés, ils ne sont pas qu’un objet. Ils ont un rôle, une position et une expression qui amènent une création plus dynamique au dessin», affirme l’enseignant en arts de l’UQAM, Thomas Corriveau. Avec ces modèles, le professeur apprend à ses étudiants à se familiariser artistiquement avec l’anatomie et le squelette humain, tout en apprenant les règles des ombres.

Source: http://montrealcampus.ca/2013/11/donner-son-corps-a-lart/

Un des buts sacrés du domaine artistique? Faire parler nos âmes!

Bonjour à vous mes amis et amies!

En cette journée des fidèles défunts, je désire rédiger un article sur l’un des buts sacrés du domaine artistique qui est de faire parler nos âmes. À une époque où tout semble être axé sur le matérialisme, la satisfaction immédiate de nos besoins et en l’absence d’une espérance qu’il existe autre chose que cette vie dans laquelle nous sommes confrontés, il est bon de se rappeler que bien des gens nous ont précédés. Des gens qui, comme vous et moi, ont été confrontés à bien des soucis et qui, pourtant, ont accepté de relever des défis.

Ces gens ont connu la peur, la faim, les doutes, les déceptions et bien d’autres tracas de la vie. Mais, ils ont aussi connu la joie, le bonheur, les plaisirs, certaines réalisations de leurs rêves et, bien entendu, plusieurs ont vécu l’amour. Ce dernier les a même incité à fonder des familles et, ainsi, à perpétuer leurs noms de part les générations qui les ont suivies. Il est bien, je dirais même plus que nécessaire, de se rappeler que sans eux aucun d’entre nous ne vivrait à l’heure actuelle. Oui, je le sais! Une telle affirmation peut être un tant soi peu qualifiée de puérile. Cependant, nous qui sommes dans la grande majorité des cas subjugués par mille et un petit soucis dans notre quotidien pensons de moins en moins à ceux qui nous ont précédés en cette vie.

http://www.dailymotion.com/video/x16mznn_toussaint-angels-days_webcam

Heureusement, le domaine artistique possède un caractère sacré puisqu’il est depuis l’aube de l’humanité l’instrument privilégié servant à la communication des âmes, je pense ici à celles qui ne veuillent pas être jetées dans les limbes de l’oublie, avec le monde des vivants. « L’âme de nos chers disparus demeurent à jamais vivantes dans le cœur de ceux qui prient pour elles. » affirme un vieil adage! Personnellement, je le crois aussi. Il m’arrive en quelques occasions de revivre en pensée certains des plus beaux moments de ma vie avec des personnes qui ont été prêts de moi au cours de ma vie et qui, par leurs seules présences, l’ont rendue formidable. Parmi ces personnes, les femmes occupent une place de choix: ma défunte mère qui a fait tout son possible pour que ma situation physique devienne l’une de mes principales forces en développant en moi une confiance en la vie et en moi-même. Il y a aussi mesdames Lachambre et Brousseau qui ont présentes tout au long des principales étapes de ma réadaptation physique lorsque j’étais hospitalisé en maintes occasions. Puis-je passer sous silence mon frère ainé Hermann qui fut assassiné dans des circonstances propres à l’histoire du Québec lors de la grève du Front commun de mai 1972? Bien d’autres personnes ne sont plus de ce monde.

Je suis plus que convaincu que vous avez, vous aussi, des êtres que vous avez perdus au cours de votre vie. Toutefois, une mélodie suffit à vous en rappeler quelques brefs instants. Cela peut tout aussi bien être une peinture, une sculpture ou tout autre œuvre d’art. L’essentiel est de saisir toute l’importance qu’ont les arts de perpétuer leurs mémoires. L’humanité existe depuis que l’Homme s’interroge sur le sens même de son existence: Qui suis-je? D’où viens-je? Où vais-je? Voilà toutes les questions que chaque homme, et femme bien entendu, de sensé doive résoudre au cours de sa vie. J’ajouterais celle-ci: Qu’aimerais-je laisser dans les cœurs de ceux et de celles qui m’ont connu durant mon existence terrestre? Excellente question! N’est-ce pas?!

Artistiquement vôtre

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Un portrait fort intéressant!

Portrait artistique

Portrait artistique

Un portrait fort intéressant!

Bonjour tout le monde!
J’ai le plaisir de partager avec vous un portrait réalisé par un artiste de la France. Un travail colossale puisqu’il a réussi à créer une oeuvre extraordinaire sur mon visage, et ce, sans m’avoir jamais réellement vu, c’est-à-dire en chair et en os. Ce que j’aime par dessus tout, c’est qu’il réussi à dessiner ma nudité tout en évitant un voyeurisme malsain. Est-il utile de vous rappeler, chers(ères) lecteurs et lectrices que toute nudité pleinement acceptée indépendamment de sa situation physique est un signe de bien-être intérieur?
Il est important de noter, de par l’ensemble de ses dessins, tout le respect qu’il porte à mon égard.
 
Portrait artistique

Portrait artistique

Et pour ce qui est de ces deux dessins? Personnellement, j’y vois un être vivant pleinement humain qui a du vécu et qui vit avec un grande sérénité. Qui plus est! Le côté  «petit garçon» que l’on peut percevoir me plaît également. En effet, nous sommes que des enfants sur la route de la vie. Celle-ci est une enseignante parfois impitoyable envers ses élèves. Nous avons d’ailleurs un dicton au Québec qui dit à peu près ceci:  » La vie est une institutrice sans merci; elle nous enseigne la leçon seulement après que nous avons fait notre devoir. » Oui, j’aime bien ces dessins car la vie m’a beaucoup appris à travers mes nombreuses expériences. Je tiens tout de même à vous rassurer: ma vie a été formidable. 

 
Mon regard qui est présenté dans ces dessins m’interpelle: On y fait vivre mon âme tout en y manifestant à la fois une fragilité et une masculinité. En effet, ma nudité y est présentée mais en y accentuant le côté spirituel. Ne dit-on pas que les yeux sont le miroir de notre âme? On peut dire presque n’importe quoi, mais notre regard dévoile toujours ce que l’on ressent en soi. De plus, la perfection l’art du détail y est remarquable. J’ai un peu l’impression de me regarder dans un miroir tellement l’angle d’approche est étonnant. Je ne peux faire autrement que de féliciter cet artiste pour son travail.
 
Autre dessin

Autre dessin

Une de mes amies, à qui j’ai présenté ces dessins, m’a affirmé qu’elle a trouvé cela très bien que l’accent ait été porté sur mon visage et sur mes yeux. En effet, selon ses dires ce sont mes yeux qui font mon charme et que l’on remarque en premier lieu chez moi, leur éclat traduisant une joie de vivre certaine. Il est aussi judicieux de me montrer nu car, je lui donne entièrement raison, je suis effectivement très prompt de me présenter comme tel, sans ne rien cacher, en assumant complètement ce que je suis. Au fil de notre discussion, nous en avons conclu que cette caractéristique s’étend d’ailleurs à l’ensemble de ma personne puisque je suis fier de ma personnalité comme je le suis de mon corps. Bref, c’est une chose que l’on peut dire de très peu de gens et, à notre sens, ce portrait de moi nu est aussi un écho à ma grande force de caractère. C’est un peu notre résumé de notre discussion sur vos superbes réalisations.

 
Je vous suis réellement reconnaissant pour travail extraordinaire.

Bien respectueusement!

Rolland St-Gelais


Québec,Québec
Canada