Archives de tags | amis

Écart et contorsion

FB_IMG_1560014839904

Magnifique dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

Écart et contorsion

 

Bon matin

Qui veut faire le malin?

Allez! Dites-le moi sans gêne.

En passant, je m’appelle Hélène.

 

Ce que mon weekend fut agréable et bon.

Passé à la plage voir les bateaux à l’horizon.

Voilà pourquoi je me sens en pleine forme,

Alors je vous avertis que personne ne dorme.

 

Profitant de cette belle matinée,

Je suis arrivé ici un peu pour m’amuser,

Sous le soleil levant je suis venue à pieds à cet atelier,

Avec dans le cœur de la joie et de la fébrilité.

 

Bon temps en bonne compagnie j’ai passé,

En compagnie de mes amants et amis,

Alors ne soyez surtout pas étonnés,

Si j’adore bien rire et aussi blaguer.

 

Étant seule devant un miroir,

Je voulais savoir comment vous allez me voir,

Ayant ouvert la radio et sous la mélodie d’une passion,

Étrangement, je me suis mise à faire écart et contorsion.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Jamais ils ne prendront ma fierté

they_could_not_take_your_pride_by_rickb500_dd4ycra-pre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Jamais ils ne prendront ma fierté

 

Je suis femme de ce noble pays,
Fidèle à mes amis, à ma famille et à ma patrie.
Je suis née avec grande liberté tant de corps que d’esprit,
Dans un humble village de Bavière j’ai avec bonheur grandi.

 

Entourée de gens bien,
Je n’avais point connu la faim,
D’une mère attentionnée et d’un père vaillant,
Mes jours s’écoulèrent avec quiétude et allègrement.

 

Puis vinrent les jours de guerre,
De la politique, je n’en avais rien à faire.
Car avec mon amour je désirais vivre pour toujours,
Espérant que mon souhait de nous marier se réaliserait un jour.

 

Les barbares envahirent mon village tant aimé,
De nos belles maisons grands feux furent allumés,
Malheur aux vaincus, dit-on, car telle est leur destinée.
Sans prenant aux femmes, de nos corps ils s’en sont bien amusés.

 

Venant vers moi, ils arrachèrent mes vêtements.
Voyant dans leurs yeux toute leur haine sans ménagement,
Salivant de pensées impures tels de vulgaires animaux assurément,
Ils ne se doutèrent jamais de ma force d’âme bien évidemment.

 

De mon corps, ils pouvaient en abuser.
De mon corps, ils pouvaient à leur guise s’en amuser.
De mon corps, ils pouvaient essayer de le briser de toutes leurs forces.
Car au fond de mon âme, je sais bien qu’y réside une bête tellement féroce.

 

Jamais, ils n’ont réussi à détruire ce que je suis.
Jamais, ils n’ont réussi à éteindre en moi l’étincelle de la vie.
Car en moi j’avais fait ce noble serment, je m’étais en silence juré :
Que quoiqu’il m’arrive en cet instant jamais ils ne prendront ma fierté.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Pour vous, je jouerai de la guitare.

yes__she_can_play_by_rickb500_dd2zcir-pre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Pour vous, je jouerai de la guitare.

 

Bonsoir mes amis,
Je vous souhaite la bienvenue,
Dans ce lieu où je chanterai les seins nus,
Allez-y ! Servez-vous un autre verre de whisky.

 

Il reste je crois bien quelques places,
Dans cette cabane qui me sert de palace,
Où tellement d’hommes, jeunes et vieux, sont passés,
Tellement nombreux que je n’ose imaginer les compter.

 

Pour vous, je jouerai de la guitare,
Car, voyez-vous, je n’ai point ici de piano.
Même si j’avais appris jadis à en jouer sur un très beau,
Cela étant dit, n’attendez pas de vous jouer un air de Mozart.

 

Ce que j’aimerais vous raconter,
C’est l’histoire de bien des femmes de notre époque,
Où devant l’adversité et la fatalité, rien ne les choque,
Des femmes qui face à leurs destins apprirent tôt à lutter.

 

Des histoires dures à écouter,
Car difficile de croire que c’est la vérité,
Des femmes comme toutes celles que vous avez connues,
Aux corps parfois sveltes, parfois dodus et parfois bien menus.

 

Des femmes parfois la joie au cœur ou la mort à l’âme,
Des femmes parfois vivant un amour tout feux, tout flammes.
C’est l’histoire de ces femmes bien ordinaires que je vous dévoilerai,
Afin qu’elles soient gravées en vos cœurs et que jamais vous ne les oubliez.

 

Allons-y ! Que la soirée commence !
Écoutez bien ce refrain de pure démence !
À mes sœurs malaimées, je vous dédie cette chanson,
Afin que l’on se souvienne de vous dès maintenant et pour de bon.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Contorsions

Dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

Contorsions

 

Pardonnez moi les amis
Je me suis un peu endormi
Que voulez-vous? Qu’y pouvons-nous?
L’hiver est toujours parmi nous.

 

J’ai pelleté la neige qui est tombée
Hier soir et toute la journée
Je suis un peu et même très fatigué
Mais heureux de pouvoir poser.

 

Blanche est la neige
Mais lourde vous dirais-je
À la fin du jour épuisé et courbé
Et loin d’être un nouveau-né.

 

Mais je suis là et c’est l’essentiel
Pour vous mesdames et surtout les plus belles
Prenez patience car je suis à votre disposition
Malgré mes gestes brusques et quelques contorsions.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Serais-je un jour ton amant ?

Serais-je un jour ton amant
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Serais-je un jour ton amant ?

 

Bonjour chérie,
Nous avons si bien dormi,
Nous avons fait l’amour dans ce lit,
Comme deux cœurs l’un de l’autre si épris.

 

Je sais bien que c’est le fruit de mon imagination,
Car je suis seul en ce matin dans mon salon,
Je ne cesse de penser à toi pour une raison,
C’est que nos cœurs vibrent à l’unisson.

 

En mon esprit, nue je te vois ainsi.
Même si toi et moi sommes amis,
Alors qu’au fond de moi réside ce désir,
Que je fais en lâchant un profond soupir.

 

C’est qu’une de ces nuits je te découvre,
Dans ma couchette avec un drap qui te recouvre,
Me laissant voir la beauté de tes seins si magnifiques,
Sous les airs d’une chanson de Ray Charles le romantique.

 

Accepteras-tu que je sois ton amant ?
Même si, grand malheur, je ne te ferai pas d’enfant.
Ce que j’aimerais être cette main qui caresse ta chevelure,
Et de ta bouche embrasser avec la douceur la plus pure.

 

J’aimerais être ton compagnon,
Sur la route sinueuse de la vie nous marcherons,
Je t’offrirais mes bouts de bras en guise de mains,
Afin de découvrir le monde sans craindre les lendemains.

 

Si tu savais comme de toi je m’ennuie,
Si tu savais comme de toi mon cœur languit,
Même si depuis ma naissance mon âme est forte,
Il est vrai que sans toi elle n’est qu’une lettre morte.

 

Accepterais-tu que je sois ton concubin ?
Je souhaite tant devenir ton chérubin,
Accepterais-tu d’être ma maitresse,
Le temps de quelques caresses.

 

Accueillir près de toi ce corps difforme,
Accueillir en toi la semence de ce corps en pleine forme,
Accueillir mon amour même si je suis un homme hors norme,
Accueillir l’être que je suis à la fois fort et noble tel un fier orme.

 

Deviendrais-je ton serviteur ?
De ta réponse, j’en éprouve de la peur.
Car j’y pense à chaque instant, à chaque heure.
Et je crains que tout ça ne soit en définitif qu’un leurre.

 

Laisse-moi pour une dernière fois,
Fermer mes yeux pour mieux les ouvrir sur toi,
M’approcher dans le silence de mon inassouvi désir,
Et ton parfum qui enivre mes espoirs je veux le sentir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Pensées

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Pensées

 

Il est six heures du matin

Et mon cœur est rempli de chagrin

J’aimerais pouvoir te serrer dans mes bras

Mais je crains que tu ne le veuilles pas.

 

Le soleil n’est pas encore levé

Et déjà tu es dans mes pensées

Car je crains qu’il t’arrive grand malheur

Alors que j’aurais voulu faire ton bonheur

 

En toute sincérité, je ne t’ai jamais oubliée

Si tu savais comme je t’ai aimée, je t’ai adorée

Aimée à la folie même si cela m’était interdit

Mais c’est comme ça. Et puis ? Alors, tant pis

 

Tu m’avais fait promettre d’être toujours amis

Mais dans le secret de mon cœur il en était point ainsi

Car j’aurais préféré être ton amoureux pour la vie

Puisqu’à mes yeux ta beauté m’avait tellement ébloui

 

J’aimerais tellement t’embrasser et te faire l’amour

Peut-être sera-t-il possible une de ces nuits, un de ces jours

Me coller simplement contre toi afin de te cajoler et te consoler

Et te dire dans mes mots que tu es la plus belle dans le ciel étoilé

 

Ne m’en veux pas, ô toi, si je t’aime encore

Car tu as vraiment un cœur pur, un cœur en or

Et que seul l’amour est véritablement le plus fort

Puisque dans mes pensées tu y es même quand je dors

 

Ô que oui, je t’aimais

Encore maintenant et à jamais

Que veux-tu ? Je n’y peux rien

Je t’offrirai mon cœur si tu le veux bien

 

De

 

RollandJr St Gelais de Québec au Canada

 

Dans la noirceur

Dans la noirceur

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ 
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Dans la noirceur 

 

Il est tard et je me sens abandonnée, 

J’ai froid et je me suis perdue dans ce lieu, 

Serais-je en un endroit maudit par les dieux, 

Dont son existence est ignorée depuis que je suis née ? 

 

Non mais, que suis-je venue y faire ? 

Serait-ce l’entrée des enfers ? 

Serait-ce un lieu de damnation ? 

Pour les âmes des nations ? 

 

J’entends les voix des damnés, 

À moins que je sois devenue folle à lier, 

De ces voix qui vous glacent le sang, 

Vous rappelant vos fautes pour longtemps. 

 

Je ferme les yeux pour m’y échapper, 

Car je suis fatiguée de pleurer, 

J’aimerais simplement retrouver, 

Celui que j’ai tant en secret aimé. 

 

Où est le soleil et ses mille merveilles ? 

Sortez-moi de ce cauchemar que je me réveille, 

Où sont ceux qui étaient si chers à mes yeux ? 

Que sont devenus les gens heureux ? 

 

Où suis-je à jamais rendue ? 

Quel est dont le crime que j’ai commis ? 

Malgré mes erreurs je vous ai aimé mes amis, 

Je vous dis la vérité, celle qui est comme moi toute nue. 

 

J’ai tellement peur, 

Je ne sais pas quelle est heure, 

Où je sortirai de ce mensonge, de ce leurre. 

Méritais-je de me retrouver dans cette noirceur ? 

 

Dans cette lugubre obscurité, 

Ma peau y est brisée par la froideur, 

Maintenant et à jamais détruit est mon cœur, 

Car j’y retrouve la racine de mes craintes sans cesse dévoilée. 

 

De 

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

La belle endormie

44359831_10156945944493919_273162295142514688_o

Dessin réalisé par Eri Kel de la France

La belle endormie 

 

Chut ! Silence, mes amis. 

Nous avons cette chance inouïe, 

D’assister à une séance de nudité pleine de vie, 

Une vie comme il se doit : de sérénité faisant envie. 

 

Dame nue devant nos yeux émerveillés, 

Devra être avec grand respect ainsi dessinée, 

Car malgré journée épuisante, c’est avec toute joie. 

Qu’être présente en ce soir, de bon cœur elle accepta. 

 

Femme fragile au cœur tendre, 

Voulant offrir aux amants de cet art, 

Un art si mal connu et pourtant qui vaut de l’or,  

À ces étrangers qui sauront de par son corps l’entendre. 

 

Entendre ses cris et ses peurs, 

Entendre ses rires et bien des pleurs, 

Entendre ses moments de langoureuses jouissances, 

Entendre ses précieux instants d’amitié et de réjouissance. 

 

Prenez donc place artistes chevronnés, 

Devant vous se trouve jolie jeune dame dernière-née, 

De cette époque où une chaste nudité signifiait que tout était permis, 

Sans pour autant manquer de courtoisie envers cette beauté, la belle endormie. 

 

De 

 

Rolland St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Contorsions

42749196_10156892124113919_4678345315315613696_o

Dessin de Eri Kel de la France

Contorsions

 

Pendant de longues minutes,
Pour vous, je n’ai point bougé.
À peine, ai-je dans le silence respiré.
En écoutant cette mélodie d’air de flûte.

 

Puis, je me suis assoupie.
Dans mon sommeil, je vous ai montré.
Sans en être gênée, on corps imparfait et son intimité.
À vous mes fidèles compagnons de route mes amis.

 

Vous avez sans cesse respecté,
Mon corps ainsi offert à votre talent,
Tel un monument en fer en l’immortalisant,
Sur du papier choisi pour votre avenir et pour l’éternité.

 

De mes princes charmants d’une autre époque,
Où mes seins faisaient l’envie de mes comparses,
Et que je vivais des aventures osées et éparses,
Mais comme c’est maintenant chose du passé, je m’en moque.

 

De mes rêves érotiques réalisées dans mon sommeil
Pardonnez moi mais à vrai dire, ce fut une véritable merveille.
Alors vous pouvez bien entendu me comprendre
Que pour me réveiller je fais ces contorsions afin de pouvoir ma pose reprendre.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Recto

FB_IMG_1536945715826

Dessin par Eri Kel de la France

Recto

 

Rectitude sociale ?
Où les hommes ont un âge mental ?
D’un enfant à peine âgé de cinq ans ?
Où moral et éthique sont absents ?

 

Non merci, trop peu pour moi.
Je ne veux pas être comme ça.
Dire ce que les autres veulent entendre,
Serait pour moi joues gauche et droite les tendre.

 

Je suis du signe du verseau,
Signe divin à la recherche des égaux,
Je vis de mes sentiments et de mes idéaux,
Même si je sais que le monde ne sera jamais beau.

 

C’est en songeant ceci et à cela,
Que je m’installe devant vous tout droit,
Dessinez bien mes amis car il le faut,
C’est maintenant le temps du recto.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada