Archives de tags | blogue

Attention ! Caution ! Aufmerksamkeit !

Attention

Attention ! Caution ! Aufmerksamkeit !

 

Je remet à demain mes publications sur mon blog artistique pour cause de possibilités de pannes de courant.

I’m putting off my posts on my art blog tomorrow because of the possibility of power outages.

Ich verstoße meine Beiträge auf meinem Kunstblog morgen wegen der Möglichkeit von Stromausfällen.

RollandJr St-Gelais Québec au Canada

Dessin complet

Dessin complet
Dessin réalisé par Amani Lizah Glaise

Dessin complet

J’adore lorsqu’un dessin d’un modèle nu masculin ne cache pas le sexe de celui-ci. Je trouve un tel dessin réellement complet.

Il y a tellement de poses où le membre viril est caché qu’une telle situation dénote une honte d’être un homme. Bon ! Je reconnais que ce membre ne fait pas un homme en tant que tel car il y a bien d’autres facteurs tant moraux et physiques pour le décrire. Toutefois, je ne fais t’exprimer mon ressentis.

Bravo l’artiste pour ce magnifique dessin.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Blogue de madame Amani Lizah Glaise :
https://amani-lizah-glaise.blogspot.com/

Voilà pourquoi il faut parfois ne pas hésiter

N'hésite pas
Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Voilà pourquoi il faut parfois ne pas hésiter

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. Pour ma part, je passe un dimanche tout simplement magnifique. En effet, après avoir eu une nuit réparatrice, pris une bonne douche et m’être préparé pour un service religieux comme je le fais à chaque dimanche, un excellent déjeuner s’est offert à votre humble serviteur. Un repas que je prends à mon restaurant préféré situé à proximité de l’église de ma paroisse. C’est pour moi un rituel qui m’est précieux d’accomplir afin d’entreprendre une nouvelle semaine.

Bref, remercier Dieu pour les bienfaits passés et lui faire confiance pour ceux à venir. N’est-ce pas là la base de la foi tant chrétienne que musulmane et juive ? Une foi en un seul Dieu pour l’humanité entière ? Et, qui dit avoir la foi, dit aussi faire confiance en l’autre.

Ceci m’amène à vous parler d’un aspect qui, je crois bien, n’a pas été tellement développé au sein de mon blogue dédié à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie ainsi que, de manière occasionnelle, à mes partages sur différents sujets. Des sujets que plusieurs de mes abonnés m’incitent à développer à la suite des questions posées lors d’échange sur le réseau social Facebook. Bref, je désire développer sur la liberté du modèle dans ses choix de poses, et en particuliers là où la nudité est utilisée comme un outil de travail.

C’est un fait. La liberté du choix des poses fait partie inhérente du travail de modèle vivant. Aucun modèle est dans l’obligation d’acquiescer aux demandes de la personne en charge de la séance. Ladite personne peut être un photographe, un artiste-peintre, un sculpteur ou encore, et c’est le plus bel exemple qui me vient en tête, le responsable d’un atelier. Ces personnes peuvent suggérer, demander, proposer tel ou tel type de pose souhaitée mais elles ne peuvent en aucun temps l’exiger chez le modèle vivant. Ici, tout est une question de liberté pleine et entière.

Cependant, certains d’entre vous peuvent croire qu’une telle liberté est susceptible de restreinte l’imagination de la pose. Détrompez-vous ! En effet, une telle liberté peut inciter le modèle a réalisé une pose de son choix dépassant les attentes du responsable de la séance. Je base mes propos sur une conversation que j’ai échangée avec un photographe qui se spécialise dans le nu. En effet, j’ai désiré en savoir plus sur ce que le modèle féminin aurait peut-être ressenti en posant nue dans une pose, disons-le sans ambiguïté, plutôt « audacieuse » en tenant-compte du caractère artistique de mon blogue. Un échange qui m’a paru tellement intéressant que j’ai décidé d’en faire un sujet dans le présent article.

Sa réponse m’a beaucoup plus, et ce, pour deux raisons majeures. Et premier lieu, le modèle est sans contredit la personne la mieux placée pour y répondre. N’est-elle pas celle qui a choisi une telle position ? Et, en dernier lieu, le photographe lui avait demandé de prendre une pose mettant en valeurs la beauté de ses pieds dans leurs plus simples apparats. Il est vrai que les pieds ont été photographiés avec professionnalisme. Toutefois, et pour le commun des mortels, le regard a tendance à se porter sur une autre partie de son anatomie.

Attention ! La sobriété, la perspective et la prise d’angle dénotent une volonté d’éviter toutes formes de vulgarité chez le photographe. C’est la raison pour laquelle, et après mures réflexions, j’ai décidé d’y consacrer un article.

En résumé, la liberté peut être une source intarissable de créativité laquelle peut à son tour susciter des réactions tantôt positives, tantôt négatives, chez le public. Mais, n’est-ce pas le propre du domaine artistique ? De ne laisser qui que ce soit indifférent. Voilà pourquoi il faut parfois ne pas hésiter.

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

À travers les yeux d’une artiste : Amani Lizah Glaise

Beau dessin
Dessin réalisé par Amani Lizah Glaise

À travers les yeux d’une artiste : Amani Lizah Glaise

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que le début du mois de septembre vous soit propice, et ce tant pour les membres de votre entourage que pour vous-mêmes. De mon côté, la vie poursuit son petit train-train quotidien avec ses hauts et ses bas ainsi que ses surprises en tous genres. À part ça ? Rien de nouveau si ce n’est que la possibilité de contrats en tant que modèle nu pour une nouvelle école d’arts qui ouvrira ses portes dans la région de l’Estrie. Soyez rassurés, je vous tiendrai au courant de l’endroit et de la date exacte de ladite séance. Il est vrai que je reconnais que cela me manque énormément de ne pas avoir pratiqué mon art, croyez-le ou non, il s’agit bel et bien d’un art en tant que tel, depuis le début de l’été. Mais là encore, il suffit d’être patient car comme dit si bien le proverbe : « tout vient à point à qui sait attendre ».

Ceci ne m’empêche pas de dialoguer avec des artistes œuvrant dans le même domaine que le mien même si ceux-ci sont plutôt derrière leurs chevalets que devant. Il faut bien reconnaître que la pose nue est un travail entre au minimum deux personnes et sans l’apport de l’une, l’autre ne peut strictement rien accomplir. Ce qui plus particulièrement le cas du modèle nu car on peut le qualifier, permettez-moi l’expression, « d’outil de travail » dans les mains de l’artiste. Je dirais même un prolongement du crayon ou du pinceau manié par l’artiste.

C’est ainsi que, par l’entremise d’un groupe d’artistes sur le réseau social Facebook, j’ai eu la chance de dialoguer avec une artiste de la France qui s’intéresse notamment à l’art du nu. Il faut retenir que ses dessins m’ont interpelé d’une manière étonnante puisque d’une part, elle ne cache pas le sexe du modèle masculin et d’autre part, elle travaille à partir de photos de modèles des deux sexes. Deux éléments qui, il me semble, sont très rarissimes dans ce domaine.

Après lui avoir présenté mon blogue artistique dédié à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie, elle prit connaissances de quelques-unes des particularités de mon cheminement en tant que modèle nu. Des particularités qui m’ont aidé à briser bien des tabous tout en essayant de préserver un œil artistique à ma passion. Chose plus facile à dire qu’à faire, croyez-moi sur parole.

À la suite d’un dialogue fort intéressant, et une publication de ladite particularité au sein même de son blogue artistique, nous nous sommes entendus pour qu’elle puisse réaliser quelques dessins de votre humble serviteur en s’inspirant de photos présentées dans mon blogue mais aussi au sein de mon compte DeviantArt. Question de s’enrichir mutuellement au plan d’expérience tant personnelle qu’artistique.

Je vous présente donc le premier dessin réalisé par une artiste de la France. Je devrais plutôt écrire, un dessin réalisé à travers les yeux d’une artiste féminine, en l’occurrence ceux de Amani Lizah Glaise. Veuillez noter l’excellence de son travail dans sa recherche de rendre vivante un être se trouvant immortaliser sur une simple photo prise lors d’une des nombreuses séances de nudité artistique auxquelles votre humble serviteur a eu la chance de participer.

Merci infiniment de votre attention.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Blogue de madame Amani Lizah Glaise :

https://amani-lizah-glaise.blogspot.com/

L’utilité des instruments dans les poses de nu artistique

img_20181117_090800_2897564371371376708644.jpg

L’utilité des instruments dans les poses de nu artistique

Bonjour tout le monde,

IMG_20190404_080359Aujourd’hui, je vous parle d’un sujet rarement développé parmi mes articles sur mon blogue portant sur mes passions concernant la nudité artistique, la poésie et la photographie. Je profite donc de la situation pour vous faire mon mea culpa pour n’avoir écrit aucun article sur l’utilité des instruments dans les séances de nu artistique. Un tel oubli peut être dû à ce double fait qui est, d’une part, à la croyance erronée que l’utilisation d’objets de toutes sortes va de soi lors des séances et, d’autre part, qu’il s’agit là d’un sujet situé aux antipodes de ce que votre humble serviteur est habitué de lire en ce qui a trait le domaine du nu. Il m’a donc paru impératif de corriger le tir en rédigeant cet article.

Une chose doit être d’abord clarifiée : tout objet peut être utilisé dansmeer_phylactere_rolland122018-07666211672549549001170.jpg le cadre d’une séance de nu artistique. Bien entendu l’utilisation d’objet doit être faite en tenant compte du contexte dans lequel ladite séance a lieu. C’est ainsi qu’un objet pourrait être fort apprécié à l’occasion d’une séance photo tout en étant jugé tout à fait inapproprié pour une classe de dessin de niveau collégial. À tire d’exemple, je me verrai très mal d’utiliser un sex-toy pendant l’une de mes prestations en classe tandis qu’une telle utilisation pourrait être comprise sous un angle humoristique en d’autres occasions.

new-image11Là encore, l’un n’empêche pas forcément l’autre. En effet, je me rappelle une anecdote vécue lors d’une séance réalisée à Montréal dans la classe du cours de dessins par madame Samuelle D.-H. Celle-ci avait amené une foule d’instruments pouvant servir à inspirer tant votre humble serviteur dans le choix des poses que pour ses élèves dans leurs exécutions sur leurs toiles. Or, il y avait parmi lesdits objets une cravache laquelle servait probablement dans le cadre de ses prestations équestres. En effet, madame Samuelle D.-H., est directrice d’une troupe équestre depuis plusieurs années. Or, je me suis exclamé, un peu à la blague et en faisant référence au film Cinquante nuance de gris, en disant ceci : « Hé bien ! À présent, on connait vos fantasmes. » Est-il utile de vous dire que les élèves, la professeure et moi-même avons rit un bon coup ? Rien ne vaut une bonne blague placée au bon moment pour détendre l’atmosphère. Ce qui comprend une séance de nudité artistique, bien entendu.

Personnellement, j’ai eu la chance de travailler avec une gammekatanas d’objets assez variée. Cela pouvait être de simples bâtons de bois. D’ailleurs, certaines de mes poses les mieux réussies ont été réalisées justement à ces derniers. Parmi celles-ci, les poses dites du « Pèlerin » et celle dite du « Porteur d’eau » ont été de loin les plus appréciées jusqu’à aujourd’hui. En une occasion, j’ai eu l’opportunité de porter une toge laquelle m’avait inspiré dans la rédaction de quelques-uns de mes poèmes les mieux réussis. Que puis-je écrire à propos de l’utilisation de mes katanas ? En effet, cela m’a toujours fait un petit velours de pouvoir les utiliser. Ce qui est, et vous comprendrez la raison avec ce qui suit, plus que normal en tenant compte que j’ai pratiqué les arts martiaux pendant de nombreuses années tant à Québec que dans ma ville natale qui est Sept-Îles. Bref, l’utilisation adéquate d’un objet peut faire vivre toutes une gamme d’émotions tant chez la personne qui est derrière le lutrin que chez celle qui est en devant.

Le pot magiquePeut-on en dire autant pour les réalisations photographiques ? (1) C’est sans contexte que je réponds par l’affirmative à cette question. D’ailleurs, la majorité des photos les mieux réussies que j’ai découvertes jusqu’à maintenant parmi toutes celles réalisées par mes collaborateurs concerne bel et bien avec l’utilisation d’objets. Il va sans dire que le sens professionnel tant chez le photographe en question que chez les modèles nues concernées est un prérequis indéniable pour un résultat de qualité. Fort heureusement, ce n’est certes pas le choix qui manque dans les sites de mes connaissances qui gracieusement accepté de collaborer en maintes occasions afin que je puisse enrichir mon blogue adoré lui donnant ainsi une plus grande crédibilité.

LueurJe désire terminer cet article sur une note qui me semble être importante. En effet, il n’est strictement pas nécessaire que le modèle soit entièrement nu pour que l’utilisation d’un objet soit requise. En effet, quelques-unes des photos les plus émotives, et qui m’ont facilité de manière considérable la composition de certains mes plus beaux poèmes au sein de mon blogue artistique, ont été d’une aide inestimable.(2) Bon ! Je reconnais sans peine que les photos de nudité artistique où la modèle nue utilise un quelconque objet est davantage appropriée si je réfère uniquement à la thématique centrale de celui-ci qui est la nudité artistique. C’est là mon humble point de vue.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

(1) Réalisation par Joël Pélerin

(2) DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Comment rédiger un article ?

IMG_20190406_182710

Comment rédiger un article ?

Bonjour tout le monde,

IMG_20190404_080359J’espère de tout mon cœur que vous allez bien et que le mois de mai sera favorable à la concrétisation de vos projets printaniers. De mon côté, je dois avouer qu’il commence du bon pied. En effet, j’ai réfléchi à mes dernières expériences en tant que modèle vivant (nu intégral) pour le département d’art visuel du C.E.G.E.P. de Drummondville et pour celui de l’Université du Québec à Chicoutimi au cours du mois dernier. Elles furent tout simplement extraordinaires tant au plan interpersonnel que celui de l’étude de l’art et celui de l’expertise que j’apporte auprès des étudiants et étudiantes en arts. Il va de soi que l’un des objectifs principaux de mes expériences vécues en ces moments consiste à partager avec vous, fidèles abonnés, consiste à écrire des articles au sein de mon blogue.

Mais, au fait ! Comment rédiger un tel article ? C’est là une question56954320_10156413336467523_4126316819482935296_n qui mérite d’être répondue de manière la plus développée qui soit, surtout lorsqu’il concerne un sujet aussi tabou que la nudité artistique. Ici, je mets l’emphase sur le terme de “nudité artistique” afin de la distinguer de la nudité liée de près ou de loin à la pornographie. La première se rapporte à l’étude du corps humain dans sa plus simple expression sous un angle académique où l’utilisation de différents supports est, je dirais même doit être, envisagée. Pour ce qui est de la seconde, rares sont les réalisations pornographiques dignes d’être qualifiées d’œuvres artistiques. Certes, il en existe quelques-unes au sein d’une marée de productions plus souvent qu’autrement de très mauvais goût, voire d’une vulgarité sans borne. Toutefois, fait intéressant à se rappeler, quelques-unes des stars du porno ont débuté dans le domaine du nu artistique avant d’orienter leurs carrières dans un domaine qui lui est diamétralement opposé.

IMG_20190410_200812Autrement dit, le désir de partager mes expériences sous un angle empreint de noblesse n’a d’égal que celui d’éviter toutes formes de vulgarité au sein même de chacune de mes publications. Et pour se faire, je garde à l’esprit trois questions fondamentales. En premier lieu, quels sont les types de poses envisagés en classe, et ce en tenant compte de l’âge des participants et de leurs niveaux de connaissances liées à ce champ d’étude ? N’oublions pas que je risque d’être photographié à n’importe tel moment par la responsable du groupe. En second lieu, plus le nombre de photos sera élevé, plus l’embarras du choix le sera aussi et plus l’opportunité de rédiger des articles de qualité sera accrue. Vous avez sans aucun doute deviné que lesdites publications peuvent être tant des proses, tel qu’en ce moment même, que de poèmes composés tout au long de ce blogue.

En dernier lieu, je dois résoudre cette énigme : Pourquoi un texte sous IMG_20190415_120356forme de prose ou bien sous la forme d’un poème ? Ici, il est à retenir qu’un dessin ou bien même une photo de votre humble serviteur peut être utilisés tant pour une prose que pour un poème. La seule grande différence entre les deux réside sur cet aspect : quel est mon message ? Un message sur ce que les personnes ont vécu en ma compagnie, sur ce qu’elles en ont tiré de bon ou de moins bon ? Ou plutôt un message sur ce que j’ai moi-même ressenti au plus profond de mon être, l’espace d’un instant aussi minime soit-il ?

Qui plus est ! La difficulté de transmettre mon message est un facteur à ne jamais négliger. Voilà pourquoi la recherche de l’excellence de la langue française dans chacune de mes publications est, et restera pour toujours un leitmotiv majeur dans mes rédactions. Une telle recherche est à mes yeux le meilleur fil coupant qui soit pour trancher entre ce que je veux dire et ce que je dis réellement. Pour se faire, rien ne doit être mis de côté pour écrire un français respectable. Fort heureusement, il existe sur l’internet une panoplie d’outils aussi utiles les uns que les autres afin de s’approprier une langue de Molière digne de cet illustre auteur.

En résumé, outre le fait d’avoir choisi le sujet et ce, après une période de réflexion plus ou moins longue, et d’avoir choisi sous quelle forme sera-t-il présenté, la qualité du français est sans contredit la pierre d’angle de chacune de mes publications. Et, comme le disait si bien mon regretté professeur de français à l’époque du lycée ; remets-toi cent fois sur ton métier à tisser si tu veux offrir une œuvre de qualité. Bref, ne jamais craindre de revenir sur le texte avant sa publication finale. C’est un principe de respect tant pour moi en tant qu’auteur de ce blogue qu’envers mes « abonnés ».

Je vous remercie de votre présence et de votre fidélité.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Mon expérience de modèle vivant au C.É.G.E.P. de Drummondville

IMG_20190406_182710

Mon expérience de modèle vivant au C.É.G.E.P. de Drummondville

Bonjour tout le monde,

IMG_20190404_081753Je profite de cette journée pour partager avec vous quelques mots de mon expérience de modèle vivant, nu intégral, vécu au collège d’enseignement général et professionnel de Drummondville jeudi le 4 avril 2019. Une expérience qui m’a permis de renouer avec l’une de mes passions, en y incluant la poésie, la photographie et le cinéma, qui rendent ma vie agréable. Qui plus est ! Ce que j’y ai vécu m’a fait reprendre conscience jusqu’à tel point notre jeunesse est belle, formidable et ne demande qu’à se développer au maximum de son potentiel.

Comme à mon habitude, j’arrive toujours la veille dans la ville où doit avoir lieu la séance de modèle nu. Trois facteurs incitatifs me dictent d’agir de cette façon. En premier lieu, prendre le pouls de la ville où je vivrai quelques temps. Que s’en dégage-t-il ? Quelles en sont mes impressions ? Que puis-je bien y trouver d’inspirant dans la réalisation de mes poses futures ? Ce sont là des questions d’importance aléatoire puisque tout peut basculer en un clin d’œil.

En second lieu, réaliser une petite visite surprise dans l’établissementIMG_20190404_145741_468 même où aura lieu la journée de ladite séance. Ceci est pour un double objectif ; savoir à qui j’aurais à faire lors de la séance et me donner une petite idée de ce qu’il serait le plus utile pour rendre l’expérience réellement profitable entre d’une part, votre humble serviteur et d’autre part, le public concerné. Le choix de mes poses doit toujours tenir-compte de l’âge et du niveau artistique des personnes présentes ainsi que des attentes de mon hôte pour cette occasion. Est-il utile de vous rappeler que de s’imprimer des lieux favorise une approche globale de ce que je peux offrir ? Ceci constitue sans aucun doute une aide indéniable dans la visualisation pour la séance prévue pour le lendemain.

IMG_20190405_005219_907En dernier lieu, je vous dirai de me permettre de prendre le temps de prendre mon temps. En effet, un modèle vivant est avant toute chose un être vivant. Faire la rencontre avec des gens de l’endroit, savourer des plats préparés dans un bon restaurant, avoir la chance de tomber en amour pour un court instant avec une jolie dame et se promener au grand air ainsi que de dormir dans un bon lit douillet font parti de mon rituel de préparation. Vivre, ce n’est point exister. Vivre, s’est s’imprégner de la dynamique tant de l’espace que celle du temps. C’est-à-dire tout simplement s’approprier tout ce qui entoure son être. Ce qui est diamétralement opposé au fait d’exister puisque cet être ne fait que subir ce qui l’entoure.

Une fois que toutes ces étapes de la reconnaissance des lieux ont été effectuées et après avoir passé une bonne nuit dans le confort d’un lit douillet, suivi d’un copieux petit-déjeuner, je me dirige à l’établissement où aura lieu la journée des séances de nudité artistique. Là encore, rien n’est laissé au hasard. Une rencontre avec la professeure est nécessaire afin de finaliser notre entente sans oublier d’apposer nos signatures sur le contrat rendant celui-ci officiellement légal.

Ici, ce qui m’a ravi c’est la chance d’avoir pu me présenter aux étudiantes de chacun des deux groupes avec lesquels je travaillerai. Bien qu’elle ait été sommaire, ladite présentation m’a permis d’émettre deux énoncés à la fois clairs et précis. Primo, que ma nudité en ces lieux devait être perçue sur un angle strictement académique. Autrement dit, j’étais leur instrument pour un moment précis dans le cadre de leur formation collégiale. Et, secundo, de ne jamais se sentir gênée de me faire part de leur opinion avenant le cas où une pose pourrait susciter un malaise quelconque au cours de ma prestation. En résumé, j’étais là dans un strict souci d’aide.

Une fois que la glace fut brisée et que la professeure ait donné sesIMG_20190404_134757 directives, les poses nues purent débuter allant des plus ordinaires jusqu’aux plus recherchées. Il va de soi que les premières étaient davantage appropriées pour la réalisation de croquis, très utiles pour réchauffer leurs mains ankylosées par des heures d’inactivité, alors que les secondes étaient plutôt réservées une fois qu’elles furent sorties de leur torpeur. Ici, bien faire les choses, c’est avant tout d’y aller de manière progressive. Il est à noter que j’adopte une telle procédure à chacune des séances où ma présence est requise. Pour ce qui est de la période de repos, j’en profite pour vaquer à diverses occupations. Ceci peut être de discuter avec certaines des étudiantes présentes en ces lieux, en faisant attention de ne jamais m’imposer, de prendre connaissance du niveau de satisfaction de la professeure et, le cas échant, d’apporter certaines corrections aux choix de mes poses et, enfin, tout simplement m’isoler dans ma loge le temps de me reposer jusqu’à la reprise du cours.

Quelques éléments importants doivent être mentionnés dans ceIMG_20190404_144545 présente article. Tout d’abord, que le respect du droit à l’image des étudiantes a été au cœur même de chacune des photos prises tout au long des deux séances de nudité artistique. C’est pourquoi vous ne verrez jamais les étudiantes faces à la caméra, et ce dans un souci de conserver l’entièreté de leur anonymat. Ensuite, les photos ont été prises à la demande de votre humble serviteur afin de rendre mon blogue artistique le plus diversifié possible. Enfin, rien n’a été fait sans l’accord explicite des parties concernées, c’est-à-dire la professeure, ses étudiantes et votre humble serviteur. Ceci démontre sans aucun doute tout le professionnalisme que je mets dans la réalisation de ce blogue pour votre plaisir et le mien.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Une belle préparation pour une journée exceptionnelle

IMG_20190404_080359

Une belle préparation pour une journée exceptionnelle

Bonjour tout le monde,

56237493_10156409047452523_389301028324900864_oJ’espère que vous allez bien. Pour ma part, je me porte à merveille. Je viens à peine de me réveiller que déjà je suis devant mon clavier de mon portable, lequel me suit à chacun de mes déplacements dans le cadre de mes diverses activités de nudité artistique afin d’écrire mes publications au sein de mon blogue, pour vous faire part de mon expérience vécue ce jeudi 4 avril 2019 au collège de Drummondville. Une expérience qui m’a rassuré en ma capacité de reprendre de telles activités après plus de deux mois de convalescence stricte après mon accident de fin d’année.

Il est cependant vrai que je me suis mentalement et émotionnellement préparé pour une telle reprise. Une préparation qui se fait d’abord sur le plan mental puisqu’il est impératif de visionner dans la mesure du possible du choix des poses susceptibles d’être réalisées devant un groupe composé presqu’exclusivement d’étudiantes d’âge collégial. Chose plus facile à dire qu’à faire. Tout bon modèle nu aura la sagesse d’adapter ses poses en fonction de l’âge, de l’expérience et selon le rang scolaire des personnes présentes en classe. On ne pose pas de la même façon devant un groupe d’élèves de niveau collégial qu’au niveau universitaire ni s’il s’agit de professionnels ou d’artistes amateurs. C’est là faire preuve de gros bon sens.

L’aspect émotionnel est extrêmement important dansIMG_20190404_090937_007 le cadre de mes activités de modèle nu. Que sera l’ambiance dans le groupe ? Quels regards auront-ils sur mon physique ? Quelle approche devrais-je avoir envers ces personnes ? Et, surtout, jusqu’où ira leur ouverture face à certaines poses jugées utiles pour les faire travailler davantage ? Pour ce qui de l’ambiance, une présentation de mon cheminement tant personnel que professionnel est toujours appréciée tant du professeur que des élèves.

En ce qui concerne les regards, je leur explique que jadis seulement deux types d’individus s’intéressèrent à mon corps. Les premiers étant les professionnels du corps médical qui tentèrent de leur mieux de réparer les conséquences de la thalidomide. Les seconds étant les avocats, dont un en particuliers qui avait abusé de la confiance de mes parents et de moi-même en 1984 où j’ai été utilisé telle que de la vulgaire marchandise.

Pour ce qui est de mon approche, je dois reconnaître pour mon plus grand plaisir que les deux groupes pour qui j’ai posé nu étaient composée à plus de 99% de jolies étudiantes. Imaginez ! Servir de modèle nu au milieu de plus de 24 étudiantes en arts aussi jolies les unes que les autres et ce, pour deux groupes différents. Le rêve que bien des hommes font en cachette. Cependant, il est important que le sérieux et le sens professionnel prévalent en tout temps lors des séances. Je dois aussi vous avouer que j’ai dédié une de mes poses à une femme extraordinaire qui a et aura toujours une place privilégiée dans mon cœur.

Enfin, j’opte pour une approche graduelle lors de la réalisation de mes poses nues devant le groupe allant de type plus conventionnel et simple à celles de plus recherchées voire « provocantes ». Deux raisons majeures dans une telle démarche. En premier lieu, les adapter à mon physique quelque peu particulier en les amenant à l’apprivoiser, à l’effleurer de leurs yeux, à les prendre par la main pour mettre sur papier ce qu’elles découvrent pour la première sur un corps d’un homme différent en -dehors mais semblable à tous les autres au-dedans. En second lieu, les amener de manière subtile à toujours se surpasser, à accepter les erreurs de parcours lors de leurs réalisations, à vivre avec leur modèle du moment. Voilà pourquoi mes poses deviennent au fil des minutes qui s’écoulent dans le sablier du temps sans cesse plus originales, plus ardues et, parfois plus osées toujours dans un souci de perfectionnement.

Les prochains articles au sein de mon blogue artistique seront consacrés à la fois sous formes de prose et de poésie. Que ça fait du bien de pouvoir se réaliser dans ce que l’on fait. Cela ne devrait-il pas être le but ultime de la vie ? Si on est en amour avec notre profession, c’est un pas important sur la route du bonheur.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Beauté noire

gentleness_by_rickb500_dbx9oiz-fullview

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Beauté noire

Bon dimanche à tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que le temps du carême se déroule selon vos désirs et vos aspirations. De mon côté, je suis en période de réflexion concernant certains éléments propres à la publication d’articles sur mon blogue consacré à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie. Et, à ma grande surprise, j’ai constaté que les articles de nu où les modèles non caucasiens y sont plutôt rarissimes. Pourtant, parmi les plus beaux modèles vivants féminins une bonne proportion sont de communautés ethniques très variées.

what_do_you_want__by_rickb500_dbxi1de-fullviewPour ma part, je dois reconnaître que les modèles nus féminins d’origine africaine possèdent un charme extrêmement difficile à définir. Souvent, elles sont à la fois envoûtantes, sensuelles, provocantes et mystérieuses. À cela s’ajoute une influence plus que considérable, vu ma formation en histoire, du parcours que plusieurs de leurs ancêtres ont connu dans le monde occidental. Loin de moi l’idée d’une auto-accusation puisque je ne me sens guère coupable, avec raison, des agissements de certains nord-américains et même, dans certains cas, des européens. On ne peut refaire l’histoire. Un point, c’est tout.

Oui, les modèles nus féminins d’origine africaine sontcindy_s_hot_pants_03_by_rickb500_dbz950s-pre envoûtants. Un peu à l’image du vaudou, elles réussissent par un simple regard à vous ensorceler. Un regard ? Un geste ? Une pose ? Et voilà, le tour est joué. Oui, elles sont tout aussi sensuelles. Une sensualité qui est inhérente à la couleur de leur peau. C’est tout aussi le cas lorsqu’elles sont de descendances à la fois africaine et caucasienne. D’ailleurs, j’ai déjà eu la chance de poser nu en duo avec une jeune femme lors d’une de mes séances qui s’est déroulée à Montréal. Une femme d’une beauté tout simplement mirifique.

cindy_wet_by_rickb500_dc2mvws-fullviewOui, les modèles nus féminins d’origine africaine sont provocants. Une provocation qui m’interpelle sur le sens de la beauté dans la nudité. Fait intéressant à noter, et je fais ici référence à mon expérience bien personnelle, peu élevé est le nombre de modèles vivants (nudité intégrale) qui posent dans les écoles d’art. C’est du moins le cas au Québec. Pourtant, leurs corps, à cause de leurs spécificités corporelles constituent une source intarissable de créativité.

Oui, les modèles nus féminins d’origine africaine sontpride_by_rickb500_dc3yp9q-pre mystérieux. Un mystère qui, c’est là mon humble opinion, tire son origine dans la religion dite « anémiste » dans lequel leurs ancêtres vouèrent un culte, je dirais plutôt un respect longtemps perdu chez les occidentaux, envers mère-nature. Un mystère qui jalonne plusieurs siècles à travers certains rites vaudous que l’on retrouve dans la plupart des pays où furent déportées, de force et avec une violence inouïe, des tribus entières en provenance d’Afrique.

natty_dread_by_rickb500_dbupaq6-fullviewOui, les modèles nus féminins sont magnifiques qu’elles soient d’origine africaine, caucasienne, arabe ou bien asiatique. Cependant, celles qui sont d’origine africaine possède un avantage indéniable. Elles ont une couleur de peau qui les rend uniques en leur genre. Un genre à sans cesse découvrir et à redécouvrir. Voilà pourquoi je publierai quelques poèmes, réflexions et proses dans les prochains articles où la beauté noire sera à l’honneur.

Un remerciement bien spécial à mon fidèle ami et collaborateur Rick B., d’Allemagne et envers son modèle féminin Cindy sans lesquels le présent article n’aurait pas pu voir le jour.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

La vraie richesse

leica_1934__model_1994_by_rickb500_dd0tjxi-pre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

La vraie richesse

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que la fin du mois de février se déroule selon vos désirs. Pour ma part, je dois avouer que j’ai profité de cette journée pour faire un petit ménage dans mes effets personnels. En effet, vu le temps sibérien qui sévit actuellement au Québec, je me suis dit qu’il faudrait en profiter pour réaliser un tri dans mes affaires et de mettre au rebut ce que je peux juger inutile à mon bonheur actuel tout en faisant de la place dans mon appartement.

Bref, sous une pulsion quasi irrésistible, j’ai réalisé un ménage que je qualifierai à juste titre de « ménage de fin d’hiver ». Ranger certains produits dans ma salle de bain, jeter aux ordures ce qui est périmé, faire un grand nettoyage sur mon bureau de travail, mettre de l’ordre dans ma chambre à coucher : voilà ce qui rend une journée à la fois productive et agréable.

Toutefois, une telle activité m’a permis de réfléchir sur une question existentielle : Qu’est-ce que la vraie richesse ? Je désire par la présente vous donner mon humble opinion sur cette question à laquelle bon nombre de philosophes tant du monde antique qu’au sein de nos sociétés contemporaines ont tenté d’élucider.

Certes, et c’est là un secret de polichinelle, la santé et les nombreuses facettes propres à la liberté sont des richesses de valeurs inestimables. Combien une victime d’une maladie incurable donnerait-elle pour guérir ? Que valent la liberté de conscience, la liberté d’opinion, la liberté d’association et la liberté de cultes au sein du monde moderne ? Que vaut ce droit que je possède d’écrire au sein de mon blogue artistique consacré à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie ? Un droit qui est, j’en convient aisément, limité par le respect des lois en vigueur. Après tout, les droits des uns s’arrêtent là où ceux des autres commencent. C’est une question de logique pure.

Pour ma part, je reconnais que je suis riche. Non pas que mon compte bancaire soit bien garni. À vrai dire, il y a bien des gens beaucoup plus fortunés en ce monde que votre humble serviteur. Je suis riche par le simple fait que j’apprécie ce que je suis et ce que la vie m’a offert. Ce que je suis ? Un homme qui a vécu un parcours assez spécial et qui a réalisé des choses parfois racontables et parfois un peu moins. Un homme qui a aimé les femmes qui ont réussi à lui faire baisser ses défenses. Un homme qui est heureux de voir celles qui ont laissé des traces indélébiles être véritablement heureuses là et avec qui elles sont actuellement. Un homme qui a réussi à s’ouvrir au monde sans pour autant renier ses valeurs et ses terres d’origine. Bref, je suis riche pour la raison que je vis en symbiose avec ma réalité. Une réalité que j’ai appris à apprivoiser et à m’adapter au fil du temps et des événements.

Cela peut vous sembler étrange de lire un tel article au sein de ce blogue. Or, la photo présentée à l’en-tête de cette missive m’a longuement inspiré dans ma réflexion. Une réflexion semblable à la capture spontanée d’un instant précis, c’est-à-dire en cette dernière journée du mois de février 2019. Une réflexion qui m’a fait comprendre que rien en ce monde ne m’appartient et que seul le bonheur, celui d’autrui Et de soi, compte réellement.

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada