Archives de tags | chemin

Ô homme nu

jesus-penis

Ô homme nu

 

Ô Homme nu,

Corps offert aux regards,

Coeur donné avec liberté et sans égards,

D’où viens-tu mon ami ? Quel est donc le chemin parcouru ?

 

Semant la Bonne Parole,

Sous des énigmes et en paraboles,

Guérissant les blessés de la vie et gens meurtris,

Pardonnant aux cléments et donnant aux oubliés le goût à la vie.

 

Tu es l’amour,

Tu es depuis toujours,

Tu es là hier comme demain,

Car nous sommes dans le creux de tes mains.

 

Ô fils d’homme !

Recouvre de ton ombre,

Tes frères et tes sœurs en cette humanité,

Penche-toi vers cette terre qui fait tellement pitié.

 

Apprends-nous de nouveau,

Ton message de paix en tes simples mots,

Enseigne-nous à nous aimer comme tu nous l’a montré,

Mets en nous un peu de foi, un peu d’amour car rien est terminé.

 

Ô humble homme de Judée,

Toi, le fils du charpentier son tout premier-né !

Ô toi, le porteur d’espérance mais pourtant crucifié !

Mets-en nous la foi en toi ! Toi le vainqueur de la mort, le ressuscité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Où suis-je ?

Kelly Tremblay 2

Avec la permission de K. Tremblay

Où suis-je ?

 

Sous le soleil chaud,

Et de ce vent qui me caresse la peau,

Toute petite question me vient à l’esprit,

De cette pensée que je ne peux fuir malgré mon envie.

 

Regardant toujours vers l’horizon,

Cherchant en moi réponse à mon interrogation,

Bénie par tous les dieux sous le ciel si bleu d’azur,

Contemplant le bonheur de cet instant tel un diamant pur.

 

Devant la beauté de la vie qui s’offre ainsi,

Répondez ! Ô divinités du haut de vos trônes, je vous pries.

Point de mystère envers votre humble servante vous demandais-je !

Dites-moi seulement sur cette terre quel est mon chemin et où suis-je ?

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

L’échelle de Jacob

Sacré-coeur 9

Photo : Jérôme Bertrand

L’échelle de Jacob

 

Montez ! Descendez !
Qui que vous soyez ! Ô anges éternels !
Jacob dans le désert du cœur des hommes vous surveille,
Dévalez la montagne sainte sur laquelle nos pères ont jadis prié !

 

Était-ce un songe ou une illusion,
D’entendre les voix des chérubins chanter à l’unisson ?
De ces antiennes psalmodiées dans la douce pureté de la nuit,
Venir y calmer par des caresses maternelles les torpeurs de la vie.

 

Jacob, mon frère ! Réveille-toi !
Prends le bâton du pèlerin et poursuis ton chemin,
Va par-delà les routes ! Témoin privilégié de l’histoire des humains,
En défiant l’Ange de Dieu, tu lui montras force et honneur tel un roi.

 

Grand sage ! De ton immense courage,
Ô fils du désert ! Il en est sorti résistance et rage,
À nous tes enfants de la terre tu léguas détermination et résilience,
Afin de survivre sous le soleil, tu nous inculquas hardiesse et patience.

 

Ô chérubins si divins !
Allez ! Présentez aux cieux nos prières !
Nos joies et nos peines, ceux d’aujourd’hui comme hier.
De ces moments de plaisirs où coulèrent quelques gouttes de vin.

 

Séraphins du grand chœur céleste,
Chantez un air joyeux pour éloigner de nous nos tristesses,
Archanges des armées invincibles et chefs des légions divines,
Détruisez ce Mal qui nous entoure et qui ne désire que notre ruine.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Du matin jusqu’au soir

New Image 83

Du matin jusqu’au soir

 

Hé !  Mon ami !

Ne t’en vas pas, je t’en supplie.

Je revois sans cesse défiler devant moi ma vie,

Adulé par les foules et maintenant devant elles je suis pris.

 

Pris dans cette chair de pierre,

Moi, l’humble successeur de St-Pierre,

Qui a parcouru pays lointains et vu divers gens,

En y ayant semé paroles d’amour et dénoncé bien des tyrans.

 

Mais, que suis-je devenu maintenant ?

Objet de curiosité pour vous mes tendres enfants ?

Relique d’un empire de jadis qui ne fait que s’effondre simplement ?

Voyez-vous ?, mon cœur d’amertume est rassasié abondamment.

 

Allez ! Passez votre chemin,

Pour moi, il n’y a pas de lendemain,

Que mes souvenirs de ces périples d’espoir,

Maintenant, je suis bien seul du matin jusqu’au soir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Jugez-moi !

New Phototastic Collage 2

Jugez-moi !

 

Jugez-moi !

Autant que vous le voulez,

Cela ne m’empêchera pas de rigoler,

Car, sachez-le une fois pour toutes, ma vie j’en suis le roi.

 

Regardez-moi !

Autant que vous le souhaitez,

Car, sans cesse et avec plaisir, je vous rirai au nez,

Et, pour toutes ces femmes de ma vie, mon cœur sera toujours en émoi.

 

Devant les dieux,

Qu’il soit un seul ou bien si nombreux,

Je le jure que respect sera toujours ma pierre d’angle,

Et, devant la cour céleste médusée, en viendra témoigner mon ange.

 

Je continuerai mon chemin,

Tournant les pages de tout ce temps fini,

Sans jamais regretter ces moments, en mon esprit, infinis,

Savourant ce jour béni où maintenant mon âme est sans chagrin.

 

Imparfait, je le suis certes.

Car en moi réside désire de pleinement exister,

De sentir milliers de fleurs en ces contrées aux éternels été,

Avant de rendre l’âme et de mon corps aux milles histoires soit inerte.

 

Jugez-moi ! Condamnez-moi ! Tuez-moi !

Puisque mon amour sera pour toujours véritable,

Et je pourrai vous dire avec un plaisir espiègle et presque coupable,

Avez-vous su aimer avec vos richesses acquises sans honneur ni exploit ?

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Prendre conscience

New Image59

Prendre conscience

 

Instant présent,

Qui dure qu’un bref moment,

Respire et expire ! Encore et profondément,

Méditer sur les sagesses qui ont passé le tamis du temps.

 

Prendre le chemin,

De la quiétude de l’esprit,

Dans le silence de celui qui en lui prit,

Détruire les illusions qui causent tant de chagrins.

 

Être là simplement nu devant toi,

Qui de tes yeux désire qu’explorer tout de moi,

J’entends alors ton fusain glisser avec douceur sur le papier,

Traçant avec fébrilité les lignes de ma nudité sans te faire prier.

 

Une ligne ici et là,

Quelques coups de plus ? Pourquoi pas ?!

Y tirer du néant ce que tes yeux de femme y voient,

C’est par ta main que ce mâle devient immortel comme il se doit.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Mon idole

New Image57

Hommage à mon père pour son anniversaire : Mon véritable idole

RollandJr St-Gelais de Québec

Mon idole

 

De ma plus tendre enfance,

Où je fis avec maladresse mes premiers pas,

Sous les encouragements de mon bien-aimé papa,

Qui allait devenir mon guide lorsqu’apparue mon adolescence.

 

De mon plus grand doute,

Qui me submergea tant mon âme,

Perturbant ce que j’allais devenir un homme,

Avec fermeté, il me prit le bras pour me montrer la vraie route.

 

Quel est le sens de la vie ?

Réponds-moi, ô mon père, je t’en prie.

C’est alors qu’il me dicta avec simplicité,

Cette leçon qui allait devenir source de nobles vérités.

 

Écoute-moi, mon enfant !

La seule raison d’être, c’est d’aimer,

En dépit les blessures et les mesquineries,

Et quelques fois, à mon grand regret, bien des moqueries.

 

Des gens de la haute société,

Devant lesquels je refusais de plier,

Car ma valeur était aussi haute que la leur,

Et que mon ignorance se compensait par toute mon ardeur.

 

Aimer ! Il n’y a que çà de vrai.

Aimer soi-même si tu veux aimer autrui,

Cette maxime que nous enseigna un certain Jésus-Christ,

Aimer son travail qui donne beaucoup même si parfois il déplait.

 

Découvrir en son temps,

Celle avec qui j’allais vivre bien des ans,

Même si cela me semblait durer trop longtemps,

Car dans la solitude aucun ne peut y vivre indéfiniment.

 

Fais ce que tu aimes, et aimes ce que tu fais !

En dépit de ce que l’on te dira sans aucune délicatesse,

De tous ces gens-là, éloignes-toi car ils ne sont que bassesses,

Agis pour être toujours fier de tes actions et de ce que tu es.

 

Crois tout ce que je te dis mon fils,

Ne t’agenouille jamais devant celui qui crie,

Car, sois en convaincu mon garçon, en lui de toi il rit,

Mais, penche-toi vers celui qui de ton aide il te supplie.

 

Car il n’y a rien de plus grand aux yeux de Dieu,

Que celui qui se fait tout-petit pour tendre la main,

Afin de donner qu’un peu de bonheur à son prochain,

Et faire de ce monde un endroit encore plus merveilleux.

 

Rappelle-toi que nul livre,

Écrit par des hommes si illustres,

Des temps de jadis ou depuis des lustres

Ne saura t’enseigner une authentique passion de vivre,

 

C’est à toi de choisir entre le calme chemin du bien,

Ou de joindre la route sinueuse et illusoire du mal,

De ces gens à la langue fourbe et où rien ne valle,

Suis mon conseil, ne va pas vers les vauriens.

 

C’est alors que je pourrais avec grande joie te dire cette parole,

Comme toi-même, si je me souviens bien, tu me l’as jadis dit,

Quand tu étais, aux yeux de tes parents qui t’aiment, bien petit,

Tu es devenu un peu tout ce que je voulais que tu sois : mon idole.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada