Archives de tags | bonne volonté

Mon amour y sera à jamais

Mon amour y sera à jamais Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Tate Chmielewski Modèle par JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Ghost-in-this-House-912090175

Mon amour y sera à jamais

 

Il n’y a pas si longtemps.

Il y avait dans cette vaste demeure.

Une famille heureuse qui ne comptait pas les heures.

Un père attentionné, une mère dévouée, pour leurs enfants.

 

C’était à une époque où les gens valsaient.

De ces années où les dames aimaient se faire courtiser,

Par des hommes qui cherchèrent l’âme sœur pour un foyer fonder.

Un temps où les amoureux sous le voile céleste d’une nuit d’été chantaient.

 

Mon conjoint gagnait sa vie honorablement.

Et, moi en bonne épouse, je veillais au bonheur.

De mon mari et de nos enfants en leur évitant tout malheur.

Soyez sans crainte, ô gens d’un autre siècle, j’étais chérie amoureusement.

 

Quelle faute ai-je commise pour que la faucheuse eût sur moi la saisie ?

Ma vie était tellement magnifique que je la croyais à jamais éternelle.

Je fredonnais dans mon jardin fleuri les chansons de ma région si belle.

Quel triste coup du destin pour qu’une maladie de cause inconnue ait pris ma vie !

 

Mon existence était si magique que je pensais quelques fois rêver.

Mais, une fièvre a envahi mon corps le rendant si fragile et si pâle.

Mon tendre époux fit venir les meilleurs médecins de Viennes jusqu’à Bâle.

Il dépensa sans compter afin de redonner la santé à celle qu’il a toujours aimée.

 

Mais, peu à peu, en dépit de sa bonne volonté et de ses généreux soins.

Mon pauvre cœur cessa de battre afin de permettre à mon âme de s’envoler.

J’ai laissé derrière moi des souvenirs au sein d’une fratrie qui allait se dissiper.

Il en est ainsi de notre empreinte terrestre qui disparaît au large du temps si lointain.

 

Il m’est arrivé une fois de revenir en ces lieux où une famille heureuse s’y trouvait.

Devant le silence sidéral de ces pièces vidées de mes tendres traces d’autrefois,

J’ai alors compris que je devais dire adieu malgré mon chagrin pour une dernière fois.

Mais, sachez-le, en mon cœur d’épouse et de mère, mon amour y sera à jamais.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La neige a décidé

La neige a décidé Poème de Rolland Jr St-Gelais avec la permission spéciale de Jenovaxlilith DeviantArt : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith

La neige a décidé

  

La neige a décidé,

Dans ce pays, d’y rester.

Tout est d’un blanc immaculé

Je suis là sans dire un mot sans bouger

 

Neige blanche tombée des cieux.

Qui recouvre le pays de mes aïeux,

Ce pays où jadis vivaient les amoureux

Où ils y fondèrent des villages si nombreux.

  

Tout autour de moi est magnifique.

Tout semble tiré d’un conte féerique.

De ces contes aux aventures épiques.

De ces histoires tellement romantiques.

 

En cet endroit où je suis toute de blanc vêtue.

Même si je désirais au plus profond de moi être nue.

Car, avouons-le, en cette forêt vierge qui m’aurait vue ?

Dès le moment où je me suis assise, tout s’est tu.

 

Maintenant, la neige recouvre le sol fatigué,

Épuisé d’avoir été, par les hommes, tant exploité.

Repose-toi bien, dans ce silence, terre bien-aimée.

Aimée par toutes les âmes de bonne volonté. 

 

Je serai immobile bien sagement

Sans faire de bruit bien évidemment

À cet endroit, je resterai aussi longtemps

J’admirerai le paysage enneigé tout ce temps.

 

La neige a décidé aujourd’hui d’être avec moi,

En cette forêt perdue qui met mon cœur en émoi

J’aimerais dès maintenant être pour toujours avec toi

Ô belle et douce neige, dans les nuages en guise de toit.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Les mondes

Les mondes Poème de RollandJr St-Gelais Photo et modèle par JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/worlds-863111100

Les mondes

 

Il arrive que parfois,

Ébranlée en moi est ma foi,

Foi en la vie, en l’amour, en l’amitié,

Foi que je croyais être pour toute l’éternité.

 

L’éternité qui s’égrène au fil du temps et des désillusions,

De ces illusions que l’on a appris à se forger au rythme d’un diapason,

De ce diapason qui résonne aussi longtemps que dure le bruit sourd,

Du bruit qui s’entend dès que l’instant où l’hivernage arrive pour les ours.

 

Il arrive parfois qu’un monde que l’on s’est construit,

Ce monde que l’on a tranquillement bâti avec toute notre énergie,

Une énergie qui nous est venue du tréfonds de nos entrailles,

Et qui, pour un geste inapproprié, les cisaillent.

 

Il arrive quelquefois que l’on s’aperçoive de notre perte de temps,

Que ce soit une question d’heures, de jours, de mois ou d’ans.

Cela fait toujours mal tel un glaive qui nous transperce l’âme,

Cela brûle tout notre être d’une indescriptible flamme.

 

Une flamme qui dévaste nos mondes,

Un monde peuplé de géants naviguant sur les ondes,

Un monde grouillant de nains qui se terrent sous la terre,

Un monde regorgeant de gens ordinaires ayant connu paix et guerres.

 

De ces guerres qui détruisirent des gens de bonne volonté,

De cette paix voulue par tant de gens ayant grande bonté,

De cette bonté qui a essaimé dans les cœurs des amoureux,

Le désir de fonder familles avec pour seul but d’être heureux.

 

Divers mondes se baladent devant mes yeux,

Des mondes aux paysages verdoyants et au ciel bleu,

Des mondes inconnus de bien des gens qui m’entourent,

Des mondes que je dois fuir avant que je disparaisse à mon tour.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Que cet hiver soit clément à partir de cette heure

Que cet hiver soit clément à partir de cette heure Poème par RollandJr St-Gelais Photo par Jenovaxlilith Assistée par Graham Dowdy Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/winter-862234062

Que cet hiver soit clément à partir de cette heure

 

Hiver! Hiver! Ô glacial hiver!

Où les flocons blancs voguent dans l’air,

Où règne un silence mystérieux dans la laiteuse forêt,

Recouverte de cette neige cachant la vie qui s’y trouvait.

 

Voyant que j’étais seule dans ma demeure,

Située à l’orée des bois en cette morne heure,

Revêtue en toute simplicité et de mes cheveux de feu,

J’ai parcouru un étrange sentier avec un cœur léger et l’esprit joyeux.

 

Pieds nus dans la soyeuse neige,

Car de quel animal craindre devais-je?

Ayant pour couverture les nuages gorgés de leurs flocons,

Qui bientôt tomberont avec le vent du nord pour compagnon.

 

Entourée par les arbres givrés,

Qui de ma beauté semblent admirer,

Branches fixées par la glace venue du néant,

De ce néant qui fera place à la vie une fois arrivé le printemps.

 

J’ai offert mon visage de satin,

Telle une prière récitée au petit matin,

De ces cantiques que l’on chantait autrefois,

De ces laudes psalmodiées dans les couvents tant de fois.

 

Ô toi là-haut, écoute-moi.

Entends mes paroles, qui que tu sois.

Sois indulgent pour ceux qui à toi se confieront,

Car la vie est tellement triste pour ceux qui me suivront.

 

Protège le pèlerin qui voyage sur les chemins,

Bénis l’âme de ceux qui ne cessent de tendre la main,

Soutiens les gens de bonne volonté de construire un monde meilleur,

Mais avant, fais que cet hiver soit clément à partir de cette heure.

 

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Amour et en amitié

Amour et amitié
Amour et amitié Poème de RollandJr St-Gelais Photo provenant de : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Img-1a-845785567

Amour comme en amitié

 

Oui, je vieillis,

Car ainsi en est la vie.

Vieillir en beauté et sans chagrin,

Voilà ce que j’ai choisi pour destin.

 

Parfois j’entends des chansons d’enfance,

Encore plus souvent, j’entends celles de mon adolescence.

Je revois les milles coups que j’ai faits à l’insu de mes parents,

Alors qu’ils le savaient comme j’étais parfois un vilain garnement.

 

Oui, je vois quelques fois en pensées.

Celles que j’ai aimées et pour qui j’ai pleurées,

Et que puis-je dire pour celles que j’ai brisé le cœur?

Je leur dédie ce poème composé avec les anges chantant en chœur.

 

La vie se poursuit bien inlassablement,

Les expériences de la vie nous font grandir assurément,

C’est par elles que nous découvrons qui nous sommes bien évidemment.

Et c’est ainsi que nous apprenons à faire face à la vie bien sagement.

 

Le temps est tel le sable du sablier,

Le temps du futur est dans toutes les possibilités,

Car rien en ce monde ne dépend de notre bonne volonté,

Que le temps qui est entre nos mains en amour comme en amitié.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada