Archives de tags | nature

La vie est le reflet de ce que tu as au plus profond de toi.

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

La vie est le reflet de ce que tu as au plus profond de toi.

Savez-vous ce que j’aime de la vie ? C’est d’y trouver de tout et notamment de faire la rencontre de gens ayant des opinions martelées, tel un métal chauffé à blanc par un forgeron dans son atelier, par leurs expériences. Il y a aussi que rien n’est définitif en ce monde. Ce que l’on tient pour acquis peut soit changer, soit disparaître à tout jamais.

Il est un fait que nous passons par des étapes différentes au cours de notre existence. L’enfance est celle de la découverte graduelle du « petit Univers » qui nous environne. Un entourage qui se résume à peu de chose près à nos parents, à notre famille immédiate et à la maison domestique ainsi qu’aux institutions éducatives et parascolaires. L’adolescence est la plupart du temps une série de remise en question des principes et des valeurs inculquées par nos proches tout en étant l’acceptation plus ou moins subtile des normes et des préceptes véhiculées par nos pairs. Il en est ainsi de la période de la maturité où nous nous affirmons notre individualité à l’égard du milieu ambiant. Et que dire du troisième âge ? Encore là, il arrive souvent que des questionnements sur notre parcours apparaissent au fil du temps.

Cela me fait penser aux forêts d’arbres feuillus durant les quatre saisons. À la naissance du printemps, tout prend vie de manière graduelle. Peu à peu, la beauté des bois émerge dans toute sa splendeur. Un apogée qui se concrétise au cours de l’été. Puis, petit à petit, le soleil annonce, par les couleurs de l’automne, le déclin des forces de la nature qui cèderont leur place à la faiblesse de l’hiver. Une saison où tout, du moins en apparence, semble inerte.

La vie me fait aussi penser à un arc-en-ciel versicolore. Ces teintes reflètent nos sensations face aux aléas selon les moments vécus. Il va de soi qu’en règle générale, on n’éprouve guère des émotions semblables devant une naissance d’un bébé souhaité depuis longtemps qu’envers le décès d’un proche avec qui on était attaché. Chaque personne possède, vous en conviendrez, sa perception de l’existence humaine. Certaines peuvent la visualiser positivement tandis que d’autres la verront négativement.

En ce qui me concerne, j’ai choisi de la découvrir avec les yeux de mon cœur. Bien sûr, il y a tant de beauté en cette vie, même dans des circonstances parfois tristes, que je ne peux faire autrement que de l’apprécier. Il y a un secret à cela et j’ai le plaisir de le partager avec vous. Il se résume à ceci : « Ne vois pas la vie comme tu voudrais qu’elle soit. Regarde-la pour ce qu’elle l’est. En effet, elle est le reflet de ce que tu as au plus profond de toi. L’accepter, c’est aussi se reconnaître soi-même ».

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une fois au-dessus du village…

Une fois rendue au-dessus du village Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Once-above-the-village-921706154

Une fois au-dessus du village…

 

Fredonnant un air de gaîté,

J’admirais le paysage et sa beauté.

Sans me soucier de quoi que ce soit.

Je pensais, à ce que nous ferions, ce soir-là.

 

J’étais parti tôt de ma maison,

Avec un refrain d’une vieille chanson,

Qui mettait tant de la joie dans mon cœur,

Sac de victuailles sur l’épaule, j’appréciais mon bonheur.

 

Quel plaisir de pouvoir profiter de la nature,

Et de sentir l’arôme frais des champs de blé si pur.

Quoi de plus magnifique sur cette terre que de vivre

En campagne où les femmes de leur charme nous enivrent ?

 

Je quittai le village d’un pas léger comme un lapin,

Sans penser que j’allais croiser en ce sublime matin.

Une dame si ravissante qui me ferait commettre des folies.

Avouons-le ! Être à jamais sage, n’est pas le but de la vie.

 

Une grande brune se tenait devant moi à demi nue.

Jamais de mon existence, une telle beauté, je n’avais vu.

Sa présence fort agréable poétisait ce petit coin de paradis.

Tandis qu’au plus profond de mon être une irrésistible envie me prit.

 

Ô, jolie inconnue, pourrais-je vous demander une faveur ?

Je passais mon chemin comme d’habitude en pareille heure.

C’est à mon étonnement que je fais votre rencontre en ce lieu,

Et, je dois avouer que jamais je ne vous avais déjà vu sous les cieux.

 

Pourrais-je photographier cet heureux hasard ?

L’immortalisée dans mes souvenirs avant qu’il soit trop tard.

Oui, je le sais bien, je suis fiancé à une dame que j’aime plus que tout.

Mais, passer à côté de cet instant unique me rendrait sûrement fou.

 

Elle me répondit par un simple geste qui m’étonna.

De sa robe blanche, avec douceur, de moitié, elle la retira.

Elle leva son tendre visage semblable à celui d’un ange vers le ciel,

Et je découvris alors comme sa peau était dorée comme le miel.

 

En silence, je réalisai quelques photographies.

En respectant la distance qu’imposa cet instant précis,

Quelle formidable passion de pouvoir perpétuer sur clichés,

De ces moments, une fois que les jours de vieillesse seront arrivés.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Quelle force de la nature

Quelle force de la nature Poème de Rolland Jr St-Gelais Peinture par Noble Roro de la France

Quelle force de la nature

 

Bonjour, braves gens.

J’ai rencontré un homme.

Un passionné qui m’étonne.

Un être formidable qu’est ce Rolland.

 

Un être exceptionnel.

Qui possède une virilité.

De ces dames fort appréciées.

Car avant tout, il s’occupe de ses belles.

 

Dès son arrivée, il sait à quel point les complimenter.

Toutes ces demoiselles qui attendent d’être choisies.

Pour avoir la chance de passer une fort agréable nuit.

Maîtrisant l’art de la séduction pour se faire désirer.

 

Portant son regard sur mes seins.

J’ai vite deviné son fantasme secret.

Avec sourire, je lui ai dit comme il me plaît.

Sans plus tarder, je le voulais pareil un joyeux festin.

 

Dans ma chambre, nous sommes allés.

Avec délicatesse, je lui ai enlevé ses vêtements.

Un homme tel que lui je n’avais pas vu auparavant.

Croyez-moi ! Mère nature a très bien pallié ses infirmités.

 

Je me suis mise sur mes genoux.

Afin de déguster son membre si vigoureux.

Un plat que ma langue trouvait tant savoureux.

Ce mets plantureux, en ma bouche, était si doux.

 

Sentant grossir ses veines.

Gorgées de sang à profusion.

J’ai compris qu’il y aurait bientôt satisfaction.

Lui donner ce bonheur était pour moi sans peine.

 

Bien au contraire !

Un homme si bon comme lui.

Est une chose rarissime en ce monde de la nuit.

Mon objectif était bien de lui faire oublier cet enfer.

 

Dès que j’ai senti émerger de sa verge belle et fière.

Les jets de ses gouttes chaudes de sa divine semence.

Que j’ai dirigés de justesse sur ma poitrine avec prestance !

Admirant qu’elles jaillissent du bout de son gland à la vitesse de l’éclair.

 

Oui, je retiendrai que cet homme est une véritable force de la nature.

Libre comme un aigle survolant le ciel bleu surplombant une forêt vierge.

Il adore autant les femmes belles qu’aller à l’église y allumer un cierge.

Car il possède au plus profond de lui et depuis toujours une âme pure.

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Ces mamelons

Ces mamelons Poème de Rolland Jr St-Gelais Dessin par Micha B. de la France

Ces mamelons

 

Étendue sur mon lit.

Je pense à mon chéri.

Un homme exceptionnel.

Qui donne à mes rêves des ailes.

 

Un mâle au physique particulier.

Mais, que la nature, ma foi, a comblé.

Un garçon bien éduqué et tellement charmant.

Il est tout de même encore célibataire, c’est surprenant.

 

Je songe à lui en me caressant les seins.

Tout en fredonnant de mon enfance ce refrain.

« Savez-vous planter des choux à la mode de chez nous ? »

Ceci me fait bien rire, car je crois bien qu’il est de moi un peu fou.

 

Comme j’aimerais partager mon lit avec ce Québécois.

En attendant que mon rêve se réalise, je me sers de mes doigts

Ces mamelons gonflés de désir prennent tant plaisir à mes caresses.

En imaginant qu’un jour, je contemplerai chez lui ses belles fesses.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Entre l’hiver et le printemps

« Entre l’hiver et le printemps » Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Eri Kel de la France

Entre l’hiver et le printemps

 

Je suis allé me promener.

Dans la forêt pour y respirer.

L’air frais de l’hiver qui tire à sa fin.

Qui disparaîtra un de ces quatre matins.

 

Tout y était si tranquille en ce lieu.

En ce jour du mois de mars encore nuageux.

Après quelques pas, je vis les arbres penchés sous le poids des ans.

En y pensant bien, ils étaient déjà là lorsque j’étais qu’un jeune enfant.

 

Mon père m’y amenait souvent pour m’enseigner ses leçons de vie.

Des pensées qui me sont bien utiles pour ouvrir mon esprit.

Chaque jour sera une opportunité qui s’offrira à toi.

Il me répétait sans cesse lorsque nous faisions les pas.

 

Tu expérimenteras au fil des jours.

Parfois de la peine d’autres fois de l’amour.

Certes, tu es encore jeune pour comprendre cette réalité.

 Crois-moi, mon fils ! Nous y passons tous, c’est la pure vérité.

 

Il y aura des envieux qui chercheront à éteindre ta lumière.

Continue sans relâche ton chemin et ne regarde pas en arrière.

Rassasie tant ton âme que ton corps de saine nourriture,

Évite pour ton bien-être toutes formes de pourriture.

 

Pour t’accompagner sur le chemin du destin, choisis bien tes amis.

Regarde la beauté de l’âme de celle qui sera ta femme pour la vie.

Prends bien garde aux gens qui utilisent des paroles séduisantes.

Ils saisissent leurs prochains avec leurs mains attrayantes.

 

Tu commettras des erreurs, car tu es avant tout un être humain.

Ne te laisse pas abattre, et toujours, relève tes mains.

N’oublie pas ! Il arrive toujours chaque chose en son temps.

Il en sera à jamais ainsi entre l’hiver et le printemps.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada