Archives de tags | article

Tellement sombre et si triste

Tellement sombre et si triste Texte de réflexion de Rolland Jr St-Gelais Photo par Samo19 Source : https://www.deviantart.com/samo19/art/dark-2-874901242

Tellement sombre et si triste

Bonjour tout le monde,

Je viens de lire un article d’un journal dans lequel on relate le fait que plusieurs femmes ukrainiennes auraient été violées par l’armée russe à l’occasion de son occupation en Ukraine. Je croyais, en parcourant cet article, redécouvrir le récit de ces milliers d’Allemandes qui ont été, à leur tour, abusées, mais, cette fois-ci, par les combattants soviétiques lors de leur entrée à Berlin en 1945. Mais, il n’en était rien.

En effet, cet événement s’est bel et bien passé en 2022. À une époque où les accords de la Convention de Genève sur le traitement des prisonniers de guerre, qu’ils soient civils ou militaires, ont force de loi pour le monde moderne. Il est regrettable de constater que de tels accords ne semblent pas avoir été respectés par des soldats au sein d’une puissance étrangère fort impressionnante envers des êtres innocents et, en particulier, des femmes qui ont subi la pire des humiliations, en l’occurrence le viol. Pourquoi croyez-vous que l’on retrouve ce mot à la racine de celui de « violence » ?

Soyons tout de même honnêtes ! La brutalité a fait partie de l’histoire de l’humanité, et ce, depuis que les peuples ont prétendu une quelconque suprématie à l’égard des autres. Ceci a eu pour conséquence de légitimer l’utilisation de la guerre, et de tous les maux qui l’accompagnent, par des belligérants de tous horizons. À cela, on peut y ajouter l’instrumentalisation de la religion, le culte de la personnalité, la promesse d’un nouvel ordre social et, enfin, par des frustrations entretenues brillamment par des forces invisibles ou non qui y voient là un intérêt à la fois politique, financier et territorial. Comme quoi tout est bon, permettez-moi cette expression, pour soumettre une population entière.

Cependant, il y a un élément qui me revient sans cesse à l’esprit lorsque l’on annonce le déclenchement d’un conflit armé dans les médias de masse. Outre le fait que les civiles, en dépit des groupes qui la composent, subissent les contrecoups de l’occupation par les forces ennemies, ce sont surtout les femmes qui en sont les principales victimes. L’histoire semble se répéter inlassablement. C’est là un constat tellement sombre et si triste.

Merci de m’avoir lu !

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

 

Hommage à Sarah Biffin

Hommage à Sarah Biffin

Bonjour tout le monde,

En cette journée de tempête hivernale, j’ai décidé de publier un article un peu spécial. Spécial pour deux éléments particuliers. En premier lieu, il m’a semblé bon de présenter une vidéo qui relate le parcours d’une femme artiste-peintre qui a vécu un destin hors de l’ordinaire. En second lieu, faire passer un message auprès des gens qui osent se plaindre de leur sort, surtout à une époque où tout paraît sombre.

J’espère que vous comprendrez, après avoir vu un tel reportage, que le domaine artistique existe pour une raison fort précise. C’est-à-dire d’élever les âmes vers des valeurs pouvant les rendre encore plus belles, plus nobles, voire vers le sacré. Élever les âmes ! Quel objectif merveilleux !

Je souhaite de tout mon cœur que vous ayez autant de plaisir à découvrir cet artiste admirable tant pour son talent dans le domaine de la peinture que pour son courage.

J’offre mes plus sincères remerciements à Isabelle Gourvil de la France qui a permis à votre humble serviteur de faire connaissance de cette artiste exceptionnelle.

Merci de m’avoir lu.

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

La beauté n’a pas d’âge

La beauté n’a pas d’âge Texte par Rolland Jr St-Gelais Photo par Gb62da d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Retrospection-902238319

La beauté n’a pas d’âge.

En guise de deuxième article pour la nouvelle année qui commence, il m’a semblé important de souligner un élément crucial. Un élément qui est, souvent hélas, occulté par les médias. Il s’agit en l’occurrence de la beauté féminine chez les femmes du troisième âge. Or, une telle beauté existe aussi chez cette tranche d’âge de la population féminine. Certes, les femmes qui ont atteint un certain âge peuvent avoir perdu leur éclat de jeunesse. Ce qui n’empêche en aucune façon qu’elles demeurent avant tout des femmes et qui possèdent, de surcroît leur féminité. Bref, j’ai cru bon de souligner cet aspect important de la vie. 

Merci de votre attention

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

La femme chauve-souris

La femme chauve-souris Par Albert Joseph Pénot (1862-1930)   Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Penot01-887294774

La femme chauve-souris

Par Albert Joseph Pénot (1862-1930)

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que le mois d’août se déroule selon vos attentes. De mon côté, tout va à merveille. Je pourrais ajouter que ma vie va de surprise en surprise. En effet, chaque journée amène des nouvelles parfois cocasses, parfois drôles, et, Dieu merci, moins souvent tristes. Ainsi va la vie. Il faut la prendre comme elle est et en tirer son meilleur. 

À propos de belles surprises, j’ai trouvé une photo d’une œuvre extraordinaire, réalisée par Albert Joseph Pénot (1862-1930) et qui s’intitule  » La femme chauve-souris ». Une œuvre d’art qui m’a fait sourire dès l’instant où je l’ai trouvée.  Vous savez bien qu’un des personnages de bandes dessinées les plus connus à notre époque n’est nul autre que Batman, la chauve-souris. Personnage tout de noir vêtu et maniant à la perfection ses accessoires contre les criminels aux esprits tordus et sans foi ni loi.

Toutefois, je dois reconnaître que l’œuvre de Albert Joseph Pénot m’a étonné pour diverses raisons. Mais, dans un souci d’alléger ma présentation, je me contenterai d‘en énumérer seulement deux. Il s’agit sans aucun doute des plus importantes, du moins à mes yeux.

En premier lieu, la notion même de « femme chauve-souris » est née bien des années avant la création de Batman. Qui plus est! La première a vu le jour, je devrais plutôt écrire « la nuit », vers 1890 France alors que le second est apparu le 30 mars 1939 en Amérique du Nord. Deux cultures distinctes, deux pays aux mœurs et coutumes diamétralement opposées et deux nations parlant deux langues différentes. Celle de la langue de Molière constitue une richesse inestimable pour la nation de l’hexagone tant que la langue de Shakespeare est l’apanage des descendants de la divine Albion.

En second lieu, les deux œuvres dénotent chacune à sa manière un érotisme particulier. En effet, la perfection des corps renvoie à une image sensuelle tant de l’homme que de la femme. Une sensualité que je qualifierais de mystérieuse, voire d’interdite, pour le commun des mortels. Et, croyez-moi, le terme de « commun des mortels » est tout à fait approprié dans mes propos. Par le fait que, d’une part, la « femme chauve-souris » est, par sa nature, affublée de certains attributs propres à la chauve-souris et ne peut, par le fait même, enjôler les hommes par son charme que la nuit tombée alors que, d’autre part, Batman revêt un habit afin de garder secrète sa véritable identité face à ses nombreux ennemis.

Il va sans dire que la nudité à la fois gracieuse et noble de la « femme chauve-souris » va à l’encontre du personnage même de Batman. Une telle absence de nudité chez le justicier masqué serait-elle une conséquence indirecte du puritanisme anglo-saxon qui prévalait au sein de la société étatsunienne de cette époque? C’est possible.

Quoiqu’il en soit, la découverte de la « femme chauve-souris » m’a agréablement surpris. Une surprise telle que cela a incité votre humble serviteur à rédiger un article sur le sujet. Un sujet qui mérite amplement d’être abordé au sein de mon blogue artistique dédié à la nudité artistique, à la photographie et à la poésie ainsi qu’à mes nombreuses réflexions personnelles.

Je vous remercie de votre attention.

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Un simple coup de crayon suffit

Un simple coup de crayon suffit Texte de Rolland Jr St-Gelais Dessin par Scott Source : https://www.deviantart.com/sferinga/art/Untitled-884022656

Un simple coup de crayon suffit

Bonjour tout le monde,

C’est avec un grand plaisir que je vous présente un véritable petit chef-d’œuvre au sein de mon blogue dédié à la poésie, à la photographie et à la réflexion personnelle sans oublier la nudité artistique. Trois de ces thèmes sont développés au fil du temps et au fil de mes nombreuses trouvailles offertes gracieusement par des artistes formidables. Pour ce qui est de ma réflexion personnelle, celle-ci s’est greffée de manière à répondre à mon besoin de m’exprimer sur des sujets propres au genre humain. C’est un fait indéniable que tout ce qui se retrouve au sein de mon blogue concerne l’être humain dans son ensemble.

Je me rappelle une affirmation que l’un de mes professeurs avait dite en classe. Une affirmation qui restera en ma mémoire pour toujours. Elle se résume comme ceci : « l’art le plus pur est souvent celui qui s’exprime avec le plus de simplicité ». Une affirmation qui résume à la perfection le véritable petit chef-d’œuvre que j’ai trouvé au sein du site DeviantArt dont j’ai obtenu l’autorisation de son auteur de vous le présenter dans le présent article.

Plusieurs éléments au sein de ce dessin démontrent à la perfection la justesse de mon propos. Je pense notamment à la légèreté qui se manifeste dans les traits de ce dessin. Un peu comme si le crayon avait dansé sur le papier. Une danse qui allait donner vie à cette dame.

À cela s’ajoutent le souci du détail manifesté à chaque coup de crayon et la volonté de déplacer la féminité du modèle sur le support choisi par le dessinateur. Deux éléments qui sont loin d’être faciles à réaliser.

En premier lieu, rien n’est de plus laborieux de se soucier des détails lorsque le sujet de travail est une présentation d’un corps nu. Et pourquoi donc? Pour la simple raison qu’il ne s’agit pas d’un corps nu. Il s’agit plutôt d’un objet d’étude où chaque détail compte. Dit autrement, c’est l’ensemble des détails qui donnent la raison d’être de ce dessin.

En second lieu, la volonté de déplacer la féminité du modèle, à vrai dire de ce modèle, sur un matériel aussi fragile qu’est une feuille de papier comporte des risques non négligeables. Le risque le plus pernicieux réside dans le fait de déformer ce que l’on voit en transposant ce que l’on croit voir sur un support préalablement choisi. Est-il utile de rappeler que toute forme de réalités est qu’une construction de son mental à ce que nos cinq sens expérimentent?

Ici, l’auteur démontre à la perfection que la beauté de ce modèle peut être immortalisée en un dessin. Un dessin qui mérite de se retrouver sur mon blogue artistique.

Merci infiniment de m’avoir lu.

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada