Archives de tags | pleurer

Il pleut et je pleure

Il pleut et je pleure

Il pleut et je pleure Poème par RollandJr St-Gelais Modèle : JenovaxLilith Photographe : Courtnee Severin Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/rain-on-me-846664591

Il pleut et je pleure

 

Par un matin ensoleillé d’automne,

Je vaquais ici et là en pensant à mon homme,

Enrôlé bon gré mal gré contre un pays si éloigné,

Qu’il m’avait fallu un globe terrestre pour le trouver.

 

Voilà déjà plus d’un an qu’il est parti avec ses frères d’armes,

Fils de mères et de pères ayant à leurs départs verser des larmes.

Courageux du fond de leurs âmes et fiers combattants pour la patrie,

Souhaitant ardemment revenir dans les bras de leurs épouses chéries.

 

Écoutant chaque nouvelle assidument,

Tout en tenant en ma main un chapelet religieusement,

Que m’avait offert grand-mère avec bonté pour testament,

Même si j’ignorais toutes ces prières bien malheureusement.

 

Qu’à cela ne tienne, je le tenais fermement.

Tel un pentacle protecteur un magnifique talisman,

Pendant que j’imaginais un de ces combats décrits à la radio,

Je sentais mon bien-aimé se faire trouer par les balles ennemies sa peau.

 

 Haletant sans cesse ma respiration,

Afin de lui sauver la vie en une spirituelle communion,

Je ressentis à travers mon esprit la vie le quitter dès cet instant,

Avais-je rêvé ? Je le souhaitais plus que tout désespérément.

 

Les jours passèrent comme de raison,

Même si dans le fond de mon cœur j’avais ce pressentiment,

Que le Ciel m’avait préparé à affronter une missive courageusement.

Jusqu’à ce matin d’automne où l’on frappa chez-moi sans trop de façon.

 

Ouvrant la porte à deux visiteurs,

Ressemblant étrangement à des inquisiteurs,

Apportant avec eux nuages sombres et temps si lourd,

Que jamais de ma vie je n’en avais vus de tels jusqu’à ce jour.

 

Journée de soleil se transformant en journée de pluie,

Dès que cette missive j’ouvris de cet émissaire me tendit,

Tournant prestement leurs dos sans m’avoir un seul mot dit.

Dès les toutes premières lignes, j’avais tout saisi et tout compris.

 

J’avais accompagné mon seul amour dans son dernier combat,

Où nous avons eu la chance inouïe qu’il rende l’âme dans mes bras,

Voyant par la fenêtre les cascades tomber du ciel en cette triste heure,

Pendant que mes pensées sont imbibées d’encre noir il pleut et je pleure.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

En pleine nuit

En pleine nuit
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

En pleine nuit

 

En pleine nuit, je me sens si seul,

En pleine nuit, je refuse de faire mon deuil,

En pleine nuit, je pense encore et toujours à toi,

En pleine nuit, en silence je ne cesse d’être aux abois.

 

Je ne peux fermer les yeux remplis de larmes,

De ces larmes surgissant des profondeurs de mon âme.

Je te revois encore sourire sous le ciel si bleu, si chaud,

Admirant dans silence monastique la douceur de ta peau.

 

Que de larmes j’ai versées le jour où nous nous sommes laissés,

Car en toute sincérité, je voulais par amour tout te laisser.

Avant de partir sachant que mes jours sont comptés,

Ce que j’aurais aimé te dire comme je t’ai aimée.

 

Mais tu ne sais pas, j’ai maintenant très peu de temps.

Peut-être, à ce que l’on m’a dit, même pas jusqu’au Jour de l’An.

Pour t’écrire ces quelques mots trouvés dans la noirceur de cette nuit,

Ce que tu étais belle, ce que tu étais magnifique quand tu m’avais souri.

 

Lorsque nous avons dansé avec gaité sous le ciel étoilé,

Comme si du haut des cieux les étoiles pour nous avaient scintillé.

Jamais je n’oublierai l’éclat de ta beauté quand tu portas cette robe bleue,

Car te voir ainsi si joyeuse et épanouie m’avait rendu tellement heureux.

 

En pleine nuit, j’ai nommé maintes fois ton nom.

En pleine nuit, je voulais chasser tous mes démons.

En pleine nuit, j’affrontais cette chaleur qui m’étouffait.

En pleine nuit, je sentais cette froideur qui inlassablement m’enlaçait.

 

Je t’avais jurée que jamais je ne t’abandonnerai,

Jusqu’à la fin des temps et pour toujours à tes côtés je resterai.

Mais en cette nuit de solitude en pensant à toi je ne fais que pleurer,

Car jamais je n’ai eu ma chance de te dire comme je t’ai aimée.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Argile

Argile
Argile Poème de RollandJr St-Gelais Réalisation photographique: Sleepy Selfies modèle: JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/clay-835792186

Argile

 

Argile,

Êtres si fragiles,

Que l’on soit garçon ou fille,

Hommes ou femmes face à la vie qui défile.

 

Souviens-toi de ceci disait-on tu es poussière,

Que tu retourneras en poussière et tu ne peux rien y faire,

D’autres étaient ici bien avant toi et le seront longtemps après moi,

Riche ou pauvre, beau ou laid, jeune ou vieux, mendiant ou roi?

 

Argile pétrie par l’amour,

Je désire tant vivre pour toujours,

Comme bien des peuples désespérés devant ce fait,

J’ai ma propre foi et croyance afin de faire face à ce qui est.

 

Façonnée par les expériences de ma vie,

Toutes choses doivent passer ! Voilà ce que j’ai appris.

Parcourant sans cesse le long des sinueuses ou droites routes,

Je cherchais bien de réponses à tant de questions, à tant de doutes.

 

Ce qui ne m’a jamais empêché d’aimer et d’être aimée,

Ce qui ne m’a jamais empêché de pleurer d’amour et de faire pleurer,

Mais, n’est-ce pas ce qui donne toute noblesse à cet argile tirée de la terre?

D’aimer à en perdre la raison, à chercher l’être aimé par de-là les mers.

 

Mais aujourd’hui je suis là tout au bout du chemin,

Et vraiment je n’ai pas l’intention que ce soit déjà la fin,

Car je veux être libre de mes choix et du parcours de mon destin,

Sentir la brise fraîche à chaque fois où je me promènerai dans mon jardin.

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Douce mélodie

Douce mélodie
Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Douce mélodie

 

Douce mélodie,
Dans la fraîcheur de la nuit,
Des notes de guitare jouées par toi,
Ô ma chérie, ce que tu es belle quand je te vois.

 

Ce que tu es belle quand je t’entends
Me raconter nos tendres souvenirs d’antan,
Ce que tu me rends heureux en ce doux instant,
Ce que ta beauté me fait penser au renouveau du printemps.

 

Toute la nuit, avec toi je passerai.
Toute la nuit, toi et toi seule j’écouterai.
Je t’écouterai chanter jusqu’au petit matin,
Et pour être franc, même plus si tu le veux bien.

 

Ce que j’aimerais tant être dans tes bras,
Comme cette guitare de luxe que tu sais si bien jouer,
Ce que j’aimerais être les cordes qu’effleurent tes doigts amusés,
Comme tu sais si bien le faire dans cette chambre où nous sommes toi et moi.

 

Fais-moi rire ! Fais-moi pleurer ! Fais-moi vivre !
Que tes notes me fassent connaître autre chose que survivre.
Fais-moi découvrir ce que peut être l’amour sur des notes jouées,
Fais-moi trouver ce que la vie a tant à offrir en richesse et en beauté.

 

Joue-moi un air des Beatles ou de Frank Sinatra,
Joue-moi un air tel que tu veux, comme bon te semblera.
Tout ce que mon cœur désire c’est d’être pour cette nuit en ta compagnie,
Malgré mon amour que je ne peux te dévoiler, sache que tu es ma chérie pour la vie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Moments sentimentaux de bien des maux

Moments sentimentaux de bien des maux
Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Moments sentimentaux de bien des maux

 

Nous sommes le 25 décembre,
Et en moi, tout mon être tremble.
J’avais tout préparé pour te recevoir,
Ensemble, nous aurions passé douce nuit noire.

 

Table de festin était préparée avec grand soin,
Tant avec mon cœur, mon âme et mes fragiles mains.
Je désirais tant à tes côtés poursuivre mon chemin, vivre notre destin.
J’imaginais parcourir le monde jusqu’à cet appel reçu en ce glacial matin.

 

Le téléphone blanc sonna trois fois,
Tel un clocher d’église qui sonna le glas,
Mon intuition féminine ne m’a jamais hélas trompé,
Une voix d’un agent de police triste nouvelle m’a alors annoncée.

 

Vent d’hiver et route enneigée font mauvais mélange,
Même pour celui qui à mes yeux était beau comme un ange,
Au tournant de la route, courbe fatale allait mortellement s’annoncer,
Freins trop tard appliqués, quelques tonneaux suffirent pour de ma vie t’enlever.

 

Cet homme, ce simple policier, avec des trémolos dans la voix s’était excusé.
Me demanda mon pardon de m’avoir avisé de cette nouvelle en pareille journée,
En me disant qu’il avait trouvé dans la poche du manteau de mon tendre bien-aimé,
Un bijou de grande valeur qui devait m’être adressé : une bague pour une fiancée.

 

Doucement avant de raccrocher le combiné,
Je l’ai remercié d’avoir été malgré tout avec moi délicat,
Me retournant vers les roses qu’il m’avait offert j’ai fait quelques pas,
Humant leur parfum je ne savais que faire sinon que de pleurer en ce jour de festivités.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada