Archives de tags | voix

Sacrifiée

Sacrifiée

« Sacrifiée » Photo par G.B. d’Allemagne

Sacrifiée

 

D’avoir vécue,
D’avoir tant vu,
D’avoir tant aimé,
D’avoir tant espéré.

 

Parfois de me renier,
Parfois d’être juste née,
Parfois d’avoir tout imaginé,
Un monde où règnera l’égalité.

 

Je désirais pouvoir rêver,
Je désirais pouvoir admirer,
Un monde où il serait bon de vivre,
Où on ignorait ce qu’est le verbe souffrir.

 

J’ai vu mes sœurs être maltraitées,
J’ai vu mes sœurs être violées et abusées,
J’ai vu mes sœurs convoitées pour leur beauté,
Simplement parce que comme femmes elles ont existé.

 

J’ai voulu élever ma voix,
J’ai voulu prendre une autre voie,
J’ai voulu de ma vie librement en décider,
Et je n’ai eu pour choix de ma vie en être sacrifiée.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Je te veux

Je te veux

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je te veux

 

En cette journée terne et pluvieuse,
Qui est aussi à la fois triste et un peu moqueuse,
Que les gouttes de pluie me rappellent mon amoureuse,
Celle que je désire embrasser avec une passion langoureuse.

 

La voir se déshabiller,
Devant moi un soir de mai,
Afin de la satisfaire de mille baisers,
Et de la rendre folle de plaisirs insoupçonnés.

 

Après de gracieux préliminaires,
Dignes de mon amour et de mon savoir-faire,
Faisant couler de cette ouverture cachée une sève,
Une sève invitant à la déguster sans aucune réserve.

 

La savourer sans gêne à pleine bouche,
Recevant cette substance telle une douche,
En entendant ses cris langoureux de supplications,
Me demandant de continuer jusqu’à son entière satisfaction.

 

Et de ses yeux noyés par les larmes de jouissance,
Dans une requête tant attendue frôlant une grande démence,
Murmurant d’une voix étouffée par une passion obsessionnelle,
De lui faire connaître ce péché de la chair au risque des flammes éternelles.

 

Comment pouvais-je lui refuser un tel désir ?
Car tout mon être ne faisait que souffrir que languir,
Voilà que tout est dit, que tout est écrit de mon précieux vœu,
En cette nuit fraîche du mois de mai, voilà mon souhait : Je te veux.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Sereine et silencieuse

Sereine et silencieuse
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Sereine et silencieuse

 

Les yeux fermés,
Je ne pourrai jamais oublier,
Le temps que nous avons vécu,
Sur cette terre, ce coin de paradis perdu.

 

Pas un mot de trop,
Et tout y était si beau,
Sous le soleil enchanteur,
J’écoutais ta voix de chanteur.

 

Temps des vacances,
Temps d’une belle innocence,
Temps où loin de nous les tracas de la vie,
Temps de ce bonheur que l’on crût être infini.

 

Tu aimais tant caresser mes cheveux d’or,
Et moi j’adorais tant regarder quand tu dors.
Nous faisions l’amour avec tendresse au petit matin,
Et nous le faisions à chaque instant que cela nous plaisait sans chagrin.

 

Avec toi, ce que j’étais vraiment si heureuse.
Avec toi, je me sentais traitée telle une reine.
Tu m’appelais chaque nuit ma belle sirène,
Car j’étais si sereine et silencieuse.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

L’origine de la lumière

L'origine de la lumière

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

L’origine de la lumière

 

Le souffle divin se manifesta dans les airs
De ce Dieu présent dans la foudre et les éclairs.
De sa voix puissante faisant éclater le tonnerre,
Du plus haut des Cieux jusqu’aux confins de la terre.

 

Séparant les eaux d’En-haut d’avec les eaux d’En-bas,
Il décida de créer les êtres de sang et de chair en leur insufflant la vie,
Une vie bien éphémère pour leur rappeler la chance d’être présent en ces lieux d’ici.
Séparant ce qui était proscrit de ce qui était permis avec un pur Amour pour grande loi.

 

Il créa avec joie les hommes et les femmes,
Égaux de cœurs et de droits et différents en-dehors,
Toutefois semblables en-dedans car précieux comme de l’or,
Or coulé dans le creux de ses mains manipulant une éternelle flamme.

 

Longtemps fut caché aux yeux des sages,
Un secret enfoui dans les limbes des lointains âges,
Que de toutes les créatures, la femme est celle qu’il aima le plus.
Un si grand mystère que nul prophète n’avait dans les tous livres saints lu.

 

Car Dieu donna à la femme la grâce de la véritable beauté,
Il lui transmit une élégance qui ne sera jamais dans l’histoire égalée,
Il lui attribua l’incroyable privilège d’être pour le genre humain la mère,
Mais, avant toute chose, il lui prodigua le pouvoir d’être l’origine de la lumière.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Dans le silence

Parfois seul le silence demeure
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Dans le silence

 

Ô mon amour, je t’ai tout donné.
Ô mon amour, comme je t’ai aimée.
Ô mon amour, malgré cela, tu as fait ce choix.
Ô mon amour, sur mon cœur, tu y plantas une croix.

 

Une croix de bois,
Qui transperça au fond de moi.
Une autre croix fait de fer,
Celle qui me précipita en enfer.

 

Que me reste-t-il de nos souvenirs ?
Quand avec grande joie je t’entendais rire.
Que reste-t-il dans mes lointaines pensées ?
Quand je te voyais sourire sous le ciel étoilé.

 

Ce que j’aurais donné pour t’avoir à mes côtés,
Ce que j’aurais offert aux dieux pour te faire l’amour,
Pour te dire que je t’aimerais à jamais et pour toujours,
Car dès l’instant où je t’ai vue assise à un café, tu étais ma bien-aimée.

 

J’ai avec simplicité bu qu’un verre,
Car pour entendre ta voix, je voulais me taire.
Je voulais te connaître, savoir qui tu étais, si on pouvait,
Faire un bout de chemin main dans la main sans aucun regret.

 

Mais je me suis trompé,
Je ne t’en veux pas, sois-en rassurée !
Même si mon envie de toi, je te le chantai en mélodie,
Car de tout mon cœur et de mon âme, j’espérais cette nuit.

 

Maintenant que tout est fini,
L’essentiel en cette vie, j’ai enfin compris.
Que de toutes les plus belles des romances,
Ce sont celles qu’on se souvient dans le silence.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Hommage à Nicole Martin

Hommage à Nicole Martin

Bonjour tout le monde,

J’ai appris, comme bon nombre de mes compatriotes du Québec, le décès d’une grande artiste de la chanson du Québec. Une grande dame avec un immense talent qui a su nous émouvoir notamment grâce à son interprétation de la chanson thème  » Il était une fois des gens heureux  » du film intitulé  » Les Plouffe « . Une chanson qui a marqué une partie importante de la population québécoise. 

Il va sans dire que le talent de chanteuse de madame Nicole Martin a joué un rôle indéniable dans la popularité d’une telle chanson dans le collectif québécois. En effet, sa voix unique à la fois claire, puissante et toute aussi féminine est sans contexte un élément important dans son interprétation. Par ailleurs, aucune voix québécoise n’aurait pu être à la mesure de ce film. Un film qui relate une période historique du Québec dans lequel une famille québécoise, d’origine modeste et de langue française tente par tous les moyens de vivre à travers les péripéties de l’époque de l’avant-guerre 1939-1945. 

C’est donc avec joie que je vous présente une vidéo où sont montrées quelques séquences tirées du film  » Les Plouffe  » et où madame Nicole Martin interprète de manière extraordinaire  » Il était une fois des gens heureux « . Comment aurais-je pu passer sous silence le talent de cette artiste qui témoigne de l’importance de préserver coûte que coûte la langue française au Québec ? Poser la question, c’est y répondre. 

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Tout me sera possible tant que je vivrai.

Témoins disparus
Magnifique photo par mon amie Elisa R.

Tout me sera possible tant que je vivrai.

 

Sur une terre étrangère,

Où j’y suis allé en une période passagère,

Pendant que je me questionnais sur le sens de ma vie,

Car un jour, bien malgré moi, la vie ne peut être infinie.

 

Je me suis promené dans un cimetière,

Drôle d’idée ! Vous me direz de bonne guerre.

Pourtant, c’est là où j’ai le plus réfléchi sur ma vie, ma destiné,

La destiné de chaque homme, de chaque femme depuis les temps reculés.

 

Nous sommes tous à la recherche du bonheur,

Avant que vienne, tôt ou tard, notre départ son heure.

Certains ont tant aimé, ont tant donné qu’ils se sont oubliés.

Tandis que d’autres ont poursuivis leurs chemins dans la clandestinité.

 

Ce que j’aurais aimé pouvoir avec tous ces gens, tous ces disparus discuter,

Apprendre de leurs expériences, de leurs erreurs, et surtout à quoi ils ont tant rêvé.

Quels enseignements secrets m’auraient-ils transmis ? Quelles leçons aurais-je eu ?

À moi, un simple homme parmi tant d’autres cherchant sa propre place sous les nues.

 

J’ai parcouru en ce lieu parsemé de milliers croix de bois, de de centaines de croix de fer.

Sans me poser une seule fois cette question théologique ; s’il y avait vraiment un Enfer.

Car bien des gens, tant riches que pauvres, le vivent depuis toujours sur cette terre.

J’ai alors entendu une voix qui me rappela que la vie est fragile comme le verre.

 

Ne reste pas là mon ami ! Va-t’en loin d’ici ! M’a dit cette voix.

Poursuis ton chemin, ne t’arrête jamais, et c’est alors que tu verras.

Que seul compte l’amour véritable que tu vivras au plus profond de toi,

C’est cet amour qui sans cesse te fera vivre quoiqu’il t’arrivera et comme il se doit.

 

De ce lieu saint je suis sorti le coeur léger,

Désormais, à jamais et pour toujours, déterminé.

À faire mon petit chemin quoiqu’il advienne et comme je le pourrai,

Car en cette parole de sagesse j’ai compris que tout me sera possible tant que je vivrai.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Sabrina

Sabrina
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Sabrina

 

Sabrina ! Ma belle Sabrina.
Pourquoi ne m’aimes-tu donc pas ?
Pour toi, j’ai fait le clown et parfois le pitre,
Devrais-je pour le reste de mes jours vivre tel un ermite ?

 

Je t’ai offert bouquets de roses,
Parfums de qualité et bien d’autres choses,
Comme tu le voulais, je t’ai raconté toute ma vie
Sans rien te cacher, avec sincérité, je t’ai tout dit.

 

Dès le moment où je t’ai rencontrée,
J’ai su que je ne pouvais pas à ton charme résister,
Comment aurais-je pu échapper à la flèche lancée par Cupidon ?
Choisir les victimes de l’amour, il en est un véritable champion.

 

Ô Cupidon, pourquoi m’avoir choisi ?
De Sabrina, tu devinas que mon cœur en était épris.
Dès l’instant où dans un café, elle m’avait souri.
Sabrina, la pureté de ta beauté m’a tellement ébloui.

 

«Pardon madame, puis-je m’assoir près de vous ?»
Je t’avais demandé avec un air un peu fou.
« Mais, faites donc mon ami ! »
Tu me répondis.

 

Pendant qu’une chanson jouait à la radio,
Je te regardais sans dire un mot,
Tes cheveux roux me semblaient si doux,
De toi, j’étais devenu amoureux fou.

 

Sabrina est ton nom tu m’as dit,
Le mien est Rolland, je te répondis.
« Puis-je vous offrir un café ? »
Je t’ai demandé, un peu gêné.

 

Au fil des jours, nous nous sommes revus.
Au fil des jours, nous nous sommes connus.
Au fil des jours, tu m’as raconté tes péripéties.
Au fil des jours, de nos blagues, nous avons ri.

 

Et puis, je t’ai invitée à venir chez-moi.
Afin de te faire savourer un bon petit plat,
Avec grande attention, je m’occupai de toi.
Je désirai tant que tu deviennes amoureuse de moi.

 

Ô Sabrina, n’as-tu pas compris comme je t’aimais ?
Ô Sabrina, mon cœur a été blessé à jamais.
Ô Sabrina, ma vie ne sera plus pareille.
Ô Sabrina, tu es une vraie merveille.

 

Je t’aimerai toujours Sabrina,
Car aucune femme est somme toi,
La chaleur de ta voix restera gravée en moi,
Pour toujours, mon cœur est devenu tout en émoi.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Dans la noirceur

Dans la noirceur

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ 
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Dans la noirceur 

 

Il est tard et je me sens abandonnée, 

J’ai froid et je me suis perdue dans ce lieu, 

Serais-je en un endroit maudit par les dieux, 

Dont son existence est ignorée depuis que je suis née ? 

 

Non mais, que suis-je venue y faire ? 

Serait-ce l’entrée des enfers ? 

Serait-ce un lieu de damnation ? 

Pour les âmes des nations ? 

 

J’entends les voix des damnés, 

À moins que je sois devenue folle à lier, 

De ces voix qui vous glacent le sang, 

Vous rappelant vos fautes pour longtemps. 

 

Je ferme les yeux pour m’y échapper, 

Car je suis fatiguée de pleurer, 

J’aimerais simplement retrouver, 

Celui que j’ai tant en secret aimé. 

 

Où est le soleil et ses mille merveilles ? 

Sortez-moi de ce cauchemar que je me réveille, 

Où sont ceux qui étaient si chers à mes yeux ? 

Que sont devenus les gens heureux ? 

 

Où suis-je à jamais rendue ? 

Quel est dont le crime que j’ai commis ? 

Malgré mes erreurs je vous ai aimé mes amis, 

Je vous dis la vérité, celle qui est comme moi toute nue. 

 

J’ai tellement peur, 

Je ne sais pas quelle est heure, 

Où je sortirai de ce mensonge, de ce leurre. 

Méritais-je de me retrouver dans cette noirceur ? 

 

Dans cette lugubre obscurité, 

Ma peau y est brisée par la froideur, 

Maintenant et à jamais détruit est mon cœur, 

Car j’y retrouve la racine de mes craintes sans cesse dévoilée. 

 

De 

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Tu ne le savais peut-être pas …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Photo par Phylactère 

 

Tu ne le savais peut-être pas …

(Pour toi Victoria)

 

 

Ô ma chère Victoria,

Je m’ennuie tellement de toi,

De ton sourire et de te voir faire les mille pas.

Me répondant avec une douceur si rare dans la voix.

 

Je me souviens de ta démarche féminine,

Qui me ravivait mon âme alors qu’elle était si chagrine,

Alors comment pourrais-je faire pour t’oublier ?

Oublier celle dans le secret j’ai tant aimée.

 

Je me rappelle d’un soir d’hiver,

Où toi et moi étions si heureux comme si c’était hier,

Je t’avais promis mon amitié pour l’éternité,

Moi un homme certes différent mais avec grande bonté.

 

Tu sais je t’aurais donné la lune avec en prime bien des roses,

Pardonne-moi de te le dire ainsi si j’ose.

Mais il est vrai que tu auras toujours une place dans mon cœur,

Et c’est peut-être ce qui me fait le plus peur.

 

Nos vies nous ont permis de nous rencontrer,

Et sans m’y attendre, tu as changé ma destiné.

J’aurais tant désiré que tu sois ma reine,

Mais j’ai manqué de veines.

 

Tu ne le savais peut-être pas mais,

Tu étais à mes yeux le printemps au mois de mai.

Tu ne le savais peut-être pas cependant,

Ton bonheur le faire je désirais tant.

 

 

Jamais je ne t’aurais brusquée,

Car respect et tendresse rythment avec le verbe aimer,

Un jour si tu le désires devant toi je serai entièrement nu,

Alors mon humanité pleinement tu auras connue.

 

De

 

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada