Archives de tags | personne

Non, je ne regrette pas !

20171006_100633

Dessins réalisés par Brian étudiant au C.E.G.E.P. de Sept-Îles

Non, je ne regrette pas !

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous allez bien et que la poursuite de la saison automnale se fasse dans la quiétude, la douceur et la sérénité. Pour ma part, je vais très bien. D’autant plus que j’ai passé la fin du mois de septembre et le tout début du mois d’octobre dans ma ville natale qui est Sept-Îles.

20171006_100452En effet, j’ai eu la chance d’avoir été invité par une enseignant de niveau collégial afin d’être modèle vivant (nu intégral) pour des séances offerts à ses élèves. Vous avez sans aucun doute deviné que cela a été un grand honneur pour moi que l’on m’est offert une telle opportunité laquelle j’ai accepté avec une joie indescriptible. J’y ai fait la rencontre d’élèves extraordinaires, respectueux de ma personne et qui ont su apprécier mon savoir-faire dans un domaine qui me passionne depuis maintenant plus de six ans. Six ans de pratiques afin de parfaire mes prestations, à m’adapter aux gens pour qui je pose et à chercher à toujours donner le meilleur de moi-même.

Sous un autre d’idées, je tiens à préciser que je suis fier de tout ce dont20171002_1043202 (2) j’ai accompli jusqu’à maintenant même si parfois, le mot « parfois » est d’une importance cruciale dans mes propos, j’ai réalisé quelques séances de type plutôt «underground» voire même érotique, à ne pas confondre avec la pornographie. Bien au contraire ! D’ailleurs, j’ai souvent reçu des commentaires fort élogieux de la part de gens qui travaillent dans le nu artistique de catégorie internationale sans oublier le fait que plusieurs articles sur mon expérience ont été publiés dans des revues spécialisées ces dernières années.

Tenez-vous le pour dit, et ce une fois pour toute, je ne regrette strictement rien de ce que j’ai accompli jusqu’à maintenant. Je l’ai accompli avec un sens professionnel indéniable, un respect envers toutes les personnes que j’ai rencontrées jusqu’à maintenant et je ne me suis jamais retenu d’aller là où mes services ont été requis. Cependant, l’élément fondamental réside avant toute chose : la fierté que mon père exprime dans sa voix lorsqu’il me répète souvent que ma défunte mère et lui-même ont toujours voulu que je sois heureux et fier d’être comme je suis et de m’accomplir dans ce que je fais.

Non je ne regrette pas !

Merci de m’avoir lu.

Rollandjr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Mon expérience au musée des beaux-arts de Montréal

Mon expérience au musée des beaux-arts de Montréal

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous profitez du congé de ce weekend pour bien vous reposer ennew-image5 prévision de la dernière semaine du mois de février 2017. De mon côté, j’ai l’impression d’avoir rêvé au cours de la semaine passée. En effet, mon expérience vécue au musée des beaux-arts de Montréal a été réellement extraordinaire. J’y ai rencontré des artistes amateurs d’une grande gentillesse et d’une courtoisie hors-pairs. Que de chaleur humaine ! Que de plaisir ! Et, surtout quelle chance extraordinaire d’avoir pu démontrer une partie de mon savoir-faire en tant que modèle nu au sein d’une institution de renommée internationale ! Qui l’eut crû qu’un jour j’aurai été pleinement reconnu comme modèle nu par ladite institution ?! Comme quoi tout est possible dans la vie à celui qui désire réaliser un rêve aussi modeste soit-il.

Oui, le désire de réaliser des rêves est essentiel à l’identité profonde de chaque êtrenew-image23 humain. Aller toujours plus haut ! Aller toujours plus vite ! Aller à des sommets que nul n’aurait jamais pu imaginer pouvoir atteindre. Oui, il est bon pour chacun d’entre nous de posséder des rêves lesquels deviendront des passions afin de s’accomplir et de surcroît de communiquer avec ses pairs. Oui, il est parfois louable d’outrepasser les limites imposées par une moralité qui depuis des siècles opprime la créativité au sein de la société, surtout lorsqu’une telle moralité est un outil de domination aux mains des dictateurs. Et, enfin, oui, il est de bon aloi de ne pas tenir-compte de tous les « qu’en-dira-t-on » lorsque notre décision de se réaliser par un médium artistique est bel et bien prise. De toute façon, on doit d’abord et avant toute chose savoir se plaire à soi-même puisqu’il est impossible de plaire à tout le monde.

new-image15Mais attention, il est impératif d’être capable d’assumer pleinement nos choix de vie, nos passions et, même si cela est loin d’être agréable de le dire, nos erreurs et nos échecs. Vous devez certainement vous questionner sur ce que je retire de mes années vécues en tant que modèle nu pour des artistes professionnels ou amateurs mais aussi pour des écoles d’arts et des ateliers pour lesquels mes services ont été requis. Rassurez-vous ! J’assume l’entière responsabilité de mon parcours artistique et tout ce qui en découle. Je ne peux pas ignorer que parfois certaines publications ont pu choquer des personnes qui sont précieuses à mes yeux tout comme je peux être fier de mes plus belles publications dans ce blogue qui est devenu au fil du temps mon moyen de communication privilégié avec le monde d’expression française, et parfois même avec des gens appartenant aux milieux d’expression anglaise et même allemande.

Cependant, il s’agit du point central du présent article, la passion qui m’a animénew-image26 depuis ces dernières années a favorisé en votre humble serviteur une approche plus, si vous me permettez l’expression, authentique de ma personne. En effet, il est aisé pour une majorité de gens de se comporter comme si rien ne pouvait les affecter dans leurs quotidiens alors qu’il en est autrement au plus profond de leurs âmes. Un nouveau monde s’est présenté à moi par le simple fait de poser nu. Un monde où la recherche du vrai au de-là des premiers coups d’œil, celle de la beauté réelle dénuée de toutes formes d’artifices et celle de l’égalité de la masculinité et de la féminité demeure la pierre d’angle de toutes créativités. Voilà pourquoi, c’est avec une joie immense que je vous présente un montage vidéo fait à partir des meilleures photos prises à l’occasion de mon expérience vécue la semaine dernière au sein du Musée des beaux-arts de Montréal. Cela aurait-il pu avoir lieu n’eut été toute cette passion qui m’anime ? Poser la question, c’est aussi un peu y répondre. Qu’en pensez-vous ?!

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une question qui mérite une réponse

Une double question qui mérite une réponse

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous profitez de cette belle saison estivale et que vosNew Image10 activités soient variées. De mon côté, je vis un moment de sérénité qui a été plutôt rare depuis quelques temps. C’est vrai, le temps arrange bien les choses. Laissons derrière nous tout ce qui pollue notre environnement psychique et psychologique et concentrons-nous sur ce qui élève nos âmes. La vie est bien trop courte pour s’en faire et une fois mis en terre, seuls les vers sauront s’occuper de nous. Bref, vivons pendant qu’il est encore temps.

New Image10Si j’ai décidé d’écrire un tel article pendant un bel après-midi d’été, c’est parce que je désire résoudre cette double question. Pourquoi y a t-il une relation si intime entre mes poèmes et ma passion pour la nudité artistique et corolairement, pourquoi j’aime tant ces deux domaines ? En effet, et vous l’avez probablement remarqué en parcourant ce blogue, l’ajout de poèmes, de mes poèmes, a sensiblement accru la profondeur de mes publications au fil du temps. Ce qui me semble être tout à fait logique puisque les mots qui me viennent à l’esprit pendant mes compositions sont à mes yeux le moyen le plus adéquat pour exprimer ce que je ressens, ce que je vis et surtout ce que je tente de transmettre à ceux et celles qui lisent mes réalisations. Oeuvre colossale ! Croyez-moi sur parole.

Les mots sont malheureusement bien limités par la langue d’où ils sont tirés que ceplume.jpg soit celle de Molière, de Shakespeare et de Goethe. Or, les événements de la vie auxquels nous sommes tous confrontés varient tant en intensité qu’en variété. Bienheureux celui qui trouvera la couleur exacte qui fera vivre l’émotion sur une feuille vierge car il aura découvert un don réservé à une élite choyée par les dieux. Que puis-je donc choisir pour suppléer à cette carence communicationnelle entre mes mots et ce que je vis au plus profond de mon être. Un véritable défi !

C’est ainsi qu’est venu l’idée d’y juxtaposer ma passion pour la nudité artistique. En effet, cette passion m’a fait vivre une multitude d’émotions quasi indescriptibles. Mais, au fait, pourquoi les décrire puisqu’il me suffit de les vivre en toute simplicité? Tout bonnement les vivre, les ressentir, se les approprier, les faire siennes pour entrer en symbiose totale avec et en elles. Autrement dit, ne faire qu’un ! Accepter sa tristesse, manifester sa joie, entrer dans un état méditatif, offrir sa semence au sens propre du terme à une terre fraîchement labourée afin d’intégrer en moi le cultivateur qui donne les graines qui deviendront des fruits délicieux. Se placer tellement dans la peau de l’autre que j’en ressens sa fatigue, sa détermination, ses forces et ses faiblesses. Devenir par mon corps nu un tout autre et le laisser vivre en moi librement pour reprendre au moment opportun ma place sans violence, ni brusquerie.

Je me permets une petite anecdote à ce sujet. J’ai eu l’opportunité de réciterNew Image27 quelques-uns de mes plus beaux  poèmes lors d’une soirée poésie où je fus l’invité surprise. Or, la responsable de cette soirée a eu l’idée formidable, ou était-ce moi, de me faire pratiquer sur scène devant elle dans ma tenue d’Adam. J’ai profité de l’occasion pour lui demander pourquoi j’aime tant poser nu, sans pour autant vouloir chercher à choquer qui que ce soit puisque mon intention est, et demeure, de devenir un modèle nu connu et reconnu tant par le grand publique que par mes pairs dans ce domaine. Elle m’a répondu que mon rapport avec mon corps va bien au de-là de ce que la majorité des gens dits « normaux » vivent.

C’est vrai ! Depuis ma plus tendre enfance, j’ai dû faire face aux moqueries, aux regards inquisiteurs, aux questions dont vous n’oseriez même pas imaginer la teneur des propos sans omettre certaines publications médiatiques à mon sujet depuis le début de ma naissance. Encore-là! Je me rappelle qu’une pure étrangère avait dit jadis à l’un de mes frères que mes parents auraient dû me faire disparaître à ma naissance, voir me tuer, même si peu de temps avant j’avais dit exactement ce à quoi l’ensemble de la société devait s’attendre lors d’un reportage télévisé sur les ondes de la regrettée station de télévision Télé-Québec en 1990.

Ceci écrit, je peux répondre à la double question présentée en début de cet article que pour votre humble serviteur le fait de poser nu est à la fois ce qui favorise mon expression corporelle dans toute sa splendeur, ni retenue alors que mes poèmes sont ce qui me permet de porter sur un support externe ce qui se trouve au plus profond de mon âme, de mon être et de ma personne condamnée à disparaître dans le néant. Mais, avant de faire face à cet ultime destin auquel nul ne peut échapper, je m’appropries mon corps dans ce qui est de plus pur, c’est-à-dire sa nudité tout en maniant les mots tel un chevalier avec son épée afin de laisser une trace, si minime soit-elle, sur cette terre et si possible dans cet univers.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Une véritable amitié

11081763_10204697307207515_772419771_n

Une véritable amitié

Bien le bonjour mes fidèles lecteurs et lectrices,

Aujourd’hui, je désire rédiger un article sur un sujet bien particulier et qui est l’importance de l’amitié pour un modèle vivant. En effet, l’amitié est parmi les éléments fondamentaux pour le développement du bien-être psychologique et social chez l’individu. Imaginez un seul instant ce que serait la vie d’une personne si elle n’a pas eu la chance de nouer quelques amitiés solides au cours de sa vie. J’ai bien écrit « quelques amitiés » puisque seule compte la qualité des relations en de pareils cas.

Je dois avouer que votre humble serviteur a joui d’une vie somme toute fantastique, et ce, avec bien des hauts et des bas comme chacun d’entre vous malgré le fait qu’il soit parmi les victimes de la Thalidomide au Canada. Or, c’est justement grâce à une famille extraordinaire[1] si j’ai pu vivre une telle existence. Cependant il y a au sein de celle-ci, une personne qui mérite toute mon admiration. Il s’agit en l’occurrence de mon vieil ami de longue date qui est nul autre que René B.[2]

Effectivement, cela fait exactement plus de cinquante ans que notre amitié a pris naissance le jour où René B., implora sa mère de demander à la mienne sa permission afin de pouvoir jouer avec son fils cadet qui était handicapé. Il faut se rappeler que les mentalités étaient quasi aux antipodes de ce que nous pouvons connaitre de nos jours à l’égard des enfants dits « différents ».[3] Dès l’instant où René et moi avons commencé à jouer ensemble, notre amitié alla à s’en grandissant au fil des années.

Bien entendu, il y a eu quelques fois de la bisbille, des chicanes et des mésententes en certaines occasions. D’ailleurs, toute amitié se doit d’en avoir à l’occasion afin d’aiguiser les tempéraments entre les individus au sein même de l’amitié rendant celle-ci plus solide. Tout comme un couple d’amoureux, de vrais amis doivent parfois se quereller et apprendre à composer avec des points de divergence, des opinions autres et, parfois, des temps de solitude afin de recommencer à zéro.

Je dois avouer que l’amitié entre lui et moi a été plus que salutaire dans ma vision de mon propre corps. En effet, il a été l’un des vecteurs de renforcement positif de ce que je voyais de celui-ci, c’est-à-dire que je n’étais absolument pas « différent » de ceux et de celles avec qui je partageais mon quotidien. Par exemple, lui et moi jouions au hockey, au soccer et à plein d’autres sports comme l’ensemble des enfants de notre quartier. Aucune activité ne m’était interdite! Il y en était de même lors de mes journées scolaires où il m’arrivait parfois[4] de faire les cent coups. Or, si il y avait des élèves qui osèrent s’en prendre à moi, devinez qui me défendait; nul autre que mon bon ami René.

Bref, si j’ai appris à ne pas voir mon corps comme une « anomalie » mais plutôt à l’apprécier bien au-delà d’une quelconque « différence » et à transposer ma joie de vivre par le biais de ce magnifique outil, c’est beaucoup grâce à des amis formidables tels que René. C’est cette « joie de vivre » que je tente par tous les moyens en mon pouvoir de transmettre à chacune des séances de nudité artistique. Et pourquoi donc? Tout simplement parce qu’un modèle vivant englobe non seulement sa nudité mais aussi son expérience de vie lorsqu’il présente toute sa vulnérabilité aux artistes avec qui il travaille.

Être modèle vivant? C’est d’abord et avant tout être un modèle qui a du vécu!

Merci mon cher René pour ton amitié indéfectible.

Merci à vous de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 


[1] Soyez sans crainte, j’ai aussi eu l’opportunité de grandir au sein d’une famille magnifique dont les membres ont été d’une bonté exemplaire envers moi.

[2] J’ai volontairement choisi de ne pas publier le nom au complet de mon ami afin de lui préserver un certain anonymat. Merci de votre compréhension.

[3] Ici, je suis parfaitement conscient qu’il y a encore, et c’est malheureux de le constater, un nombre effrayant d’enfants de tous âges qui vivent soi de l’intimidation ou d’ostracisme pour le simple motif qu’ils sont « différents » des autres. Oui, je le sais que trop bien que la route est longue en ce qui concerne le changement des mentalités dans ce cas-ci. Toutefois, il y a eu beaucoup de positif au cours des 50 ans dernières années.

[4] J’ai écrit « parfois » alors que « souvent » conviendrait mieux. Mais, çà c’est un secret.