Archives de tags | ébats

Femme du matin

15-08-2018c(p)

Dessin réalisé par Gérard Teillot

Femme du matin

 

Bon matin ô jolie jeune dame, 

Avez-vous bien dormi dans l’ardeur de mes flammes ? 

Dans la fraîcheur de la nuit accompagnée de ces cigales, 

Qui chantèrent une chanson d’amour d’un certain vassal.

 

De ces étoiles témoins de nos ébats, 

Souriant de nos gestes parfois maladroits, 

Mais aussi attentionnées par nos mots tendres, 

Qu’elles adorèrent avec grande discrétion entendre.

 

Que le temps passe quand on fait l’amour, 

Alors que l’on voudrait qu’il demeure pour toujours, 

Nos corps entrelacés et mots étouffés par ces mille baisers, 

Jusqu’à ces mouvements de va-et-vient qui nous ont tant essoufflés.

 

Femme aux plaisirs interdits, 

Femme aux rêves sans cesse inassouvis, 

Femme provenant d’une terre étrangère et d’un pays lointain, 

Femme au regard si mirifique qui me rappelle la grâce du matin.

 

De

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Insondable regard

31762194_10156503908733919_9200594412239847424_o

 

Dessin réalisé par mon ami et collaborateur Eri Kel de la France

 

Insondable regard

 

Dès l’instant de ma conception,

Où père et mère s’aimèrent avec tendre passion,

De leurs gestes de noble sentiment où aucun mot ne peut tout exprimer,

Si ce n’est que par le plus beau verbe de la langue de Molière et c’est celui d’aimer.

 

Puis vint ce jour où je naquis dans ce monde,

Où existent des âmes tantôt heureuses, tantôt moribondes.

Parcourant nombreux pays pour s’y établir ou bien pour s’y enfuir,

Espérant trouver terres propices en soignant plaies secrètes afin d’en guérir.

 

On me regarda avec curiosité dès mes tout premiers pas,

Petits pas devinrent de plus en plus grands avec le temps qui passera,

Où je grandis tellement vite que l’on ne pouvait compter les trois pommes,

Que fredonna avec délice Jean Gabin dans sa chanson où il devenait homme.

 

Tout comme lui, je ne le sais toujours pas avec chagrin.

Quelle est cette question posée dès l’aurore, dès le petit matin ?

Que devrais-je savoir ? Que devrais-je comprendre ? Que devrais-je saisir ?

Quel divin secret dois-je deviner afin de pouvoir jouer l’instrument divin qu’est la lire ?

 

Puis vint le temps d’une douleur vive où je devins prud’homme,

Ce moment où l’on m’enrôla peut-être de gré ou encore de force,

Au sein d’une armée de hardis gaillards et des poilus aux cœurs féroces,

De cette garnison courageuse jetée devant fil-de-fer barbelé face à la Somme.

 

Que de visages ternes ai-je vus !

Que de frères d’armes ai-je secourus !

Toujours suppliant de recevoir derniers sacrements,

Après avoir déposé les armes mais avant de rendre l’âme assurément.

 

Maintenant que je suis devant vous et si vieux,

Et même si mon heure de partir à mon tour n’est pas encore venu,

Je ne peux revenir en arrière afin de prévenir ceux avec qui j’ai combattu.

Ne cherchez donc pas à comprendre cet insondable regard perdu sous de sombres cieux.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

À la lueur de cette lumière

À la lueur de cette lumière

À la lueur de cette lumière,

Je te ferai découvrir mille plaisirs,

Pour t’entendre gémir et langoureusement jouir,

Te faire oublier les souffrances du passé éphémère.

Une lumière tamisée et douce,

Témoin de nos ébats sous la douche,

De mon affection toute minutieuse,

Portée vers cet endroit mielleuse.

Te voir sous mon regard tressaillir,

En ce moment béni où je te prodigue,

Caresses à profusion sur ta peau sans ride,

Alors que moi pauvre mortel je ne fais que vieillir.

À la lueur de cette mystérieuse lumière,

Je te ferai l’amour avec passion avec délice,

Me voir chaque jour partir est un supplice,

T’avoir tout contre moi éloigne ce calvaire.

De

RollandJr St Gelais de Québec Canada

Poses tes lèvres

20171006_104621

Poses tes lèvres

 

Ô ma chérie,
Ce que tu me donnes envie,
Envie de te sentir pleine de vie,
Car tes yeux sont avides de ce fruit.

 

Fruit de l’arbre défendu,
Qui grossit en te regardant nue,
Te léchant les lèvres gourmandes,
Tu veux savoir si il goûte les amandes.

 

Vas-y ! Ne te gêne pas !
Dressé droit devant toi il est là.
Embrasse le bout d’où jaillit ma semence,
Allez ! Je n’en peux plus de lutter contre cette démence.

 

Mon amour ! Je n’attends que cela,
Qu’en cette nuit commencent nos ébats,
Tu ne cesses de rêver de savourer ma douce crème,
Fais-le ! Si tu en le veux ! Car moi, en mon cœur je t’aime.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Pour mieux te voir

new-image11

Pour mieux te voir

 

Dans le silence du petit matin,

Où s’envolent nos ébats dans ces draps de satin,

Seul désir en mon cœur si comblé par cette nuit torride,

Où j’ai senti couler entre tes douces cuisses ce délicieux fluide.

 

Ma soif de toi enfin assouvie,

Me souvenir de tes halètements que tu fis en cette nuit,

Voilà tout ce dont je désire à l’aube de cette journée nouvelle,

Fermer tout doucement mes yeux pour mieux te voir comme tu es belle.

 

Nuit de tendresse, nuit aux milles caresses,

Où j’ai découvert ton corps magnifique digne d’une déesse,

Nuit de mille péchés souvent pardonnés mais jamais avouables,

J’en ai perdu la raison tellement ce que tu me fis ce soir-là fut agréable.

 

De la découverte de ton jardin secret,

Plaisir fut partagé sans amertume, ni regret,

Comme deux adolescents fuyant le regard parental,

Nous nous aimions malgré ces interdits faits en amont et en aval.

 

Fornicateur? Pécheur? Certes, mais sans peur,

Je me suis donné entièrement à toi en ces glorieuses heures,

Me donner, te pénétrer, nous donner ce plaisir fruit de notre passion,

Qui est loin d’être celle du Christ qu’il a vécue aux abords de Sion.

 

“Œuvres de chair ne désirera qu’en mariage seulement!”

Nous ordonnait-on avec tant d’hypocrisie et si effrontément,

C’est une noble vérité qu’un amour si charnel vaut son pesant d’or,

Et de tous les gestes les plus doux est où blottie dans mes bras tu y dors.

 

Pour mieux te voir, je fermerai mes yeux,

Me rappelant nos mots d’amour en ce jour heureux,

Pour mieux te voir, je regarderai là-haut vers les cieux si étoilés,

À la mention de ton nom, mes larmes couleront car je serai émerveillé.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada