Archives de tags | souvenirs

Qu’allons-nous faire maintenant ?

Qu’allons-nous faire maintenant? Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de Gb d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/What-shall-we-do-now-866868898

Qu’allons-nous faire maintenant?

 

Qu’allons-nous faire maintenant?

Alors que tout a pris fin avec le temps,

Avec le temps de nos souvenirs, de nos tendres baisés

De ces lieux superbes que nous avons avec plaisir visité.

 

Je ne comprends pas ce qu’il m’a pris,

D’avoir un instant, mon tendre amour, agi ainsi,

Être navré est une émotion si vaine, disait mon père.

Si tu as fait pleurer celle pour qui ton cœur vibrait tel un tonnerre.

 

Dis-moi si je peux faire quoi que ce soit,

Pour te prouver tout mon amour où que tu sois,

Que le sable du temps passe vite dans l’éphémère sablier,

Le sablier que l’on a octroyé à chacun de nous lorsque l’on est nés.

 

Je sais bien que tout est maintenant terminé,

Et qu’à jamais j’ai perdu la seule qui m’a vraiment aimé,

J’ai pour toute consolation cette photo de toi que j’ai conservée,

Et que je garderai pour que je puisse de ta beauté me rappeler.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Vendredi, je suis en amour

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Vendredi, je suis en amour

 

C’est vendredi, je suis en amour

À vrai dire, depuis que je t‘ai rencontrée

Sur la piste de danse où toi et moi avons dansé

Je le suis chaque jour, car dans mon cœur tu y es toujours.

 

Nous sommes allés au petit resto

Où nous avions mangé peut-être un peu trop

Nous avions tant discuté de tout et de rien

Tout en se tenant avec douceur la main.

 

J’étais étonné par ton intelligence

Et ta beauté qui me faisait penser à un ange

Je buvais chacune de tes paroles que tu prononçais

Avec l’accent du pays de Goethe et de Martin Luther, tu venais.

 

Comme je ne restais pas tellement loin de ce restaurant

Je t’ai proposé de dormir chez moi, à cause du mauvais temps

Car il s’était mis à pleuvoir si violemment

Ce qui en cette saison était étonnant.

 

Avec un sourire si magnifique

Tu acceptas en cet instant féérique

Un instant qui restera à jamais dans mon cœur

Malgré le fait qu’aujourd’hui, à chaudes larmes, je pleure.

 

Après avoir ensemble longtemps dormi

À ton réveil, je t’ai apporté le petit-déjeuner

Café bien chaud avec quelques croissants dorés

Afin que tu puisses bien commencer la journée.

 

Du regard tu vis mon appareil-photo

Tu m’as alors demandé d’immortaliser cet instant

Ce à quoi je t’ai répondu que ce n’était pas le bon moment

Car, pour perpétuer cette matinée, je voulais que tout soit beau.

 

C’est ainsi qu’après avoir pris un léger repas

À ta requête, et pour mon plaisir, aussitôt j’acquiesçai

Tu m’as demandé curieusement quelle pose prendre

Afin que tout soit parfait telle une œuvre à vendre.

 

Je t’ai alors répondu celle dont tu seras la plus confortable

Puisque c’est toi qui seras sur la photo pour cet instant mémorable

Devant la lentille de ma caméra, tu resteras parfaitement immobile

Le temps de prendre mon appareil, et à mon cou, la courroie j’enfile.

 

À ma grande surprise il a suffi qu’une seule fois

Pour avoir de tous mes souvenirs le plus beau de toi

Une photo que j’ai conservée afin de me faire sourire

Les jours où viendront mes plus amers soupirs.

 

Mais, heureusement, depuis cet inoubliable vendredi

À chaque fois, je penserai à toi comme je t’ai promis

Car je regarderai, jour de pluie ou de soleil, avec gaieté

De mes yeux qui ont maintenant vieilli ton incroyable beauté.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pandas

 

Pandas Poème de RollandJr St-Gelais Peinture de Maryse Veysseyre de La France

Pandas

 

Une fois, mes parents nous ont amenés au zoo.

Afin de nous montrer de nouveaux animaux

Dont on ne connaissait guère l’existence

Moi et mes chers frères durant notre enfance.

 

Il y en avait pour tous les goûts des petits et des grands

Allant du lion majestueux aux singes jouant tels des garnements

Des animaux en provenance de continents si lointains

Des kangourous d’Australie ou du pôle Sud avec quelques pingouins.

 

Même si j’étais quelque peu triste de leur sort

Car, à les enfermer ainsi, on leur faisait grand tort.

Quoiqu’il en soit, j’étais émerveillée par leur apparence.

Qui est restée gravée dans mes souvenirs d’enfance.

 

Parfois, du fait de ma curiosité particulièrement éveillée.

Des ressemblances avec les êtres humains, je le leur ai trouvé.

La tendresse innée d’une mère envers son bébé chéri

Dépasse les barrières de toute science accomplie.

 

C’est ainsi que j’ai découvert deux jolis pandas

Une mère panda qui serra son bambin dans ses bras

Appuyés sur des tiges de bambous judicieusement posées

Afin d’imiter leurs forêts qu’ils ont malgré eux quittées.

 

C’est depuis ce jour que mon amour pour les pandas se développa

Avec tout ce qui les concerne, je les collectionne avec joie.

Vu les années qui passent et mon manque d’espace

Je peins des tableaux et jamais je ne m’en lasse.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pieds nus sur les galets

Pieds nus sur les galets Poème de RollandJr St-Gelais Dessin par Maryse Veysseyre de la France

Pieds nus sur les galets

 

Pieds nus sur les galets

Souvent en été je m’y promenais

En pensant à tous les coups que j’avais faits

À l’époque de ma tendre jeunesse où tout m’amusait

 

Sur les galets, je pensais

À toutes celles en secret que j’aimais

Il y avait une rousse qui m’avait tant impressionné

Par son accent d’Angleterre où je crois bien qu’elle y était née.

 

Si je me rappelle bien, il y avait aussi une canadienne

Comme j’aurais voulu qu’elle soit pour une aventure mienne

Car jamais je n’avais connu une dame si fière de son coin de pays

Elle en parlait avec tant d’ardeur qu’elle m’avait chaque fois ébloui.

 

Ah ! Que de souvenirs de cette époque si folle

Où à chaque veillée de chants joyeux et de farandoles

J’y allais pour faire la rencontre de ces dames à la beauté exquise

Pour y émouvoir les dames qui me firent penser à de nobles marquises.

 

Sur ces galets, je pratiquais mes pas de danse

Tout en inventant mes plus belles histoires de romance

Que je racontais à celles qui seraient accrochées à mes lèvres

À moins que je succombe aux charmes insoupçonnés d’une nouvelle Ève.

 

Sur ces galets, à mon avenir, je ne me souciais guère

Car trop jeune pour penser à quel métier plus tard j’allais faire

Mais fort heureusement sous l’œil attentif de mon sage et bienveillant père

Qui me confia qu’un jour je devrais faire un choix de toute manière.

 

Sur ces galets, j’ai pris conscience qu’un jour je serai un homme

Qui devra travailler pour de ma pitance ne point mendier

Et d’une famille savoir subvenir à ses besoins

Qui sera fière du travail fait par mes mains.

 

Sur ces galets réchauffés par le soleil

J’admirais le paysage et la mer leurs merveilles

Car je savais bien qu’un jour mon cœur serait épris d’une femme belle

Avec qui je fonderai un nid heureux où nous serions telles des hirondelles.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pour terminer le mois de novembre en beauté

Réalisations photographiques Phylactère

Pour terminer le mois de novembre en beauté

Bonjour tout le monde,

Il est vrai que l’année 2020 a été digne des pires montagnes russes pour bon nombre d’entre nous. En effet, l’arrivée surprise de la pandémie laquelle a amené les instances gouvernementales à instaurer des mesures sanitaires inhabituelles et à imposer des périodes de confinement jusqu’alors inconnu pour la grande majorité d’entre nous. Va pour les mesures sanitaires puisque des vies en dépendent, mais pour ce qui est du confinement cela est une autre paire de manches. En effet, ce dernier a très certainement eu un impact négatif chez plusieurs personnes d’avantage sensibles à la solitude et à l’isolement que d’autres.  Il va sans dire que nous agissons différemment face aux événements inhabituels. Certains vont y voir une période de reprise en mains tandis que d’autres vont plutôt ressasser des idées lesquelles sont loin d’être réjouissantes.

Il y en a même qui découvriront des souvenirs enfouis quelque part et qui leur feront vivre une certaine nostalgie. Mais, attention! La nostalgie, comme dit si bien la philosophe Fara, ‘’ … c’est se souvenir qu’hier on a vécu.’’ Et, effectivement, nous nous rendons compte que la vie a pris un temps d’arrêt, un moment de répit, pour se distancer des futilités du monde moderne tout en nous faisant découvrir les événements les plus importants de nos vies, ceux qui nous ont permis de grandir, d’évoluer et devenir un être tout autre.

Parfois, c’est l’une de nos connaissances qui découvre un souvenir d’un événement que l’on a vécu ensemble et qui décide, par gentillesse, de le partager avec nous. Rien de plus facile à l’ère de l’Internet et des services de courriels accessibles à presque tout le monde. C’est un fait que nous vivons pour le meilleur et pour le pire au sein d’un village global.

Voilà donc que j’ai reçu par courriel deux belles photos prises à l’occasion d’une séance réalisée par la photographe Phylactère et votre humble serviteur. Une séance de nudité artistique a eu lieu dans son studio situé à Montréal Vous vous doutez bien toute la joie qui m’a envahi dès que je les ai reçues. Et pour cause puisque d’une part, c’est à la fois un honneur et un plaisir d’avoir pu travailler avec ce photographe reconnu mondialement nos seulement dans ce domaine mais également dans celui du yoga cachemirien, dont elle est une véritable experte, et dans celui du modèle vivant dont elle est assidue depuis plusieurs années.

Passionnée par ces domaines, elle écrit des articles au sein d’un webmagazine régulièrement. Des articles dans lesquels elle partage sa vision de ces réalités de manière approfondie en y apportant des éléments propres à ses expériences. D’ailleurs, j’ai eu l’idée de mettre un lien en annexe afin de vous amener vers un de ses articles publiés dans ce webmagazine. Il va sans dire que j’ai obtenu son accord au préalable, et ce pour une question de respect tant personnel qu’intellectuel.

En résumé, il est vrai que l’année 2020 a été vécu en dents-de-scie par plusieurs d’entre nous. Mais, parfois, il arrive que de belles surprises nous arrivent et qui nous permettent de croire que l’avenir pourra être tout aussi beau qu’a été le passé. Après tout, comme disent les britanniques, demain est un autre jour.

Je vous remercie de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Lien à suivre : In Spirit: The Body in Art : Never Apart