Archives de tags | ans

Pose aux barreaux 

41106054_10156832785513919_1847984841031680000_o

Superbe dessin par mon ami Eri Kel de la France

Pose aux barreaux 

 

Je pose tout en silence, 

Afin de mieux savoir à quoi je pense, 

Pourquoi ai-je tant aimé, tant souffert ? 

Ma vie ne serait-ce qu’un éternel enfer ?

 

Portant sur la tête un foulard sombre, 

Afin de cacher mes cheveux blancs, 

Qui annoncent le terme des ans, 

Et la mort qui pointe son ombre.

 

De mes boucles d’oreilles qui pendent, 

Comme le ferait le pendule d’une horloge, 

Dont les fils du temps sont dévorés par un ogre, 

Au fil du temps qui s’épuise à chaque seconde.

 

Je vis cet instant, 

Comme jamais auparavant, 

Car serais-je encore de ce monde ? 

Puisque la mort me frappera telle une onde.

 

Mes seins qui faisaient toute ma fierté, 

Et qui procuraient à mes amants fidèles tant de gaieté. 

Ont commencé depuis fort longtemps à s’affaisser, 

Épuisés d’avoir nourri mes enfants affamés.

 

Je revois les moments de ma vie les moments de grâce, 

Ceux qui m’ont donné tant de joie, de paix et d’amertume, 

Me collant à la peau donnant l’illusion que je me parfume.

Et que dire de mes amours si ce n’est que trois fois hélas ?

 

À quoi bon de s’en faire avec la vie et son destin ? 

Car c’est le propre des êtres humains de connaître du chagrin. 

Souvenons-nous que l’existence possède bien des bas et des hauts. 

C’est pourquoi je reviens à l’essentiel à cette pose aux barreaux.

 

De

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada

Douce étreinte

39956136_453015505211871_8847857411168403456_o

« Douce étreinte » par Juste Angèle

Douce étreinte

 

Je me souviens de ce temps,

Avant qu’apparaisse le poids des ans,

Du temps de notre belle et folle jeunesse,

Avant que viennent les maux de la vieillesse.

 

Ta voix résonnait comme une mélodie,

Qui me donnait une si magnifique vie,

Un temps de grâce et de bonheur,

Avant ce triste jour de malheur.

 

Je me rappelle encore de ton sourire,

Lorsque je t’appelais ma raison de vivre,

Ce que tu étais belle en cette journée,

Avant ce drame qui t’a loin de moi amenée.

 

Ce que j’aimerais revenir en arrière,

Afin que tu puisses éviter cette barrière,

Celle que tu as défoncée et qui t’amena,

Malgré toute ma volonté de vie à trépas.

 

Maintenant que je suis en âge avancé,

Me rendant compte de la cruelle destiné,

Et qu’en moi mes forces vives disparaissent,

Je me console en me disant que d’autres naissent.

 

Devant la crainte de la Dame faucheuse,

Je me souviens combien tu étais courageuse,

Quand tu m’avais promis avant que ta vie s’éteigne,

Que tu m’attendras pour revivre une douce étreinte.

 

De

 

Rolland St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ce que tu es belle, Justine!

37871040_10216873294653461_8614019329781923840_o

Justine Guay artiste, photographe, étudiante! Photo avec la permission de Eric Guay

Ce que tu es belle, Justine !

 

À une époque où tout est remis en question,

Un temps où viennent de multiples interrogations.

Il est bon de se rappeler que la jeunesse est encore,

Encore et pour longtemps précieuse comme l’or.

 

Dans une ère où règnent mauvaises nouvelles,

Crimes, peines et châtiments sans pareils.

Il est bien de se souvenir l’existence,

De gens qui donne vie avec aisance.

 

On oublie trop souvent ces gens,

Qui passent au fil du temps et des ans.

Alors qu’il suffirait de les remercier avec simplicité,

D’avoir été là à nous regarder avec une grande authenticité.

 

Voilà pourquoi je profite de cet instant,

Pour écrire ces mots dans le temps présent.

Des mots qui illustrent bien à tel point tu es divine,

Ou pour te dire avec une immense joie: Ce que tu es belle, Justine!

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

P.S. J’ai eu la chance incroyable d’avoir servi de modèle vivant dans le cadre d’une formation collégiale où Justine Guay était parmi les nombreux élèves. Ces séances ont été très riches en émotions et en réalisations.

Toi qui me juge

IMG_20180712_204846_891

RollandJr St-Gelais de Québec

Toi qui me juge

 

Toi qui avec délice me juge,
Et de mon âme que tu gruges,
Suis-je prisonnier de mon passé?
Devrais-je de mon corps vivre enchaîné?

 

Juge-moi autant que tu le voudras,
J’ai choisi de faire mes propres pas,
Irais-je dans les profondeurs des enfers?
Rejoindre ceux qui ont fait toutes les guerres?

 

Choisir de son plein gré sa destinée,
Vaut mieux que pour petits pains être né.
Regarde-moi autant que tu le souhaiteras,
Car ce soir, je ne serai peut être plus là.

 

Libre de mes actes, je les assume volontiers.
Libre de mes pensées et de ma piété,
Je pense à ce que je suis,
Je crois en qui je prie.

 

De mon corps, j’en suis tellement fier
Semblable à un modèle en statue de fer,
Grugé par le temps qui passe,
Jusqu’à ce que je trépasse.

 

Juge-moi ! Encore et encore et encore.
Tu ignore les dédales par où est passé mon corps,
J’ai appris à l’aimer et à le façonner tel un artisan,
Pour qu’il puisse vivre malgré la mort et que passent les ans.

 

De

 

Rolland St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Que s’achèvera ma destiné

IMG_20180609_162924_416

Église St-Basile-le-Grand de Québec

Que s’achèvera ma destiné

 

En cette belle journée ensoleillée

J’ai simplement décidé d’y aller,

Y aller pour humblement prier,

Une prière modeste pour aimer.

 

Une prière pour ceux qui n’en ont pas le temps,

Pour tous ces gens trop occupés bon an mal an.

Une prière d’action de grâce pour ses bienfaits,

De nos joies et peines ainsi nos destins sont faits.

 

Par un jour magnifique de printemps,

Alors que l’été canadien nous annonce sa venue,

Et que les chaleurs nous réchauffent nos corps presque nus,

Je me suis dirigé en ce lieu sacré comme nos ancêtres firent tous les ans.

 

Rares sont les moments de gratitude,

En ce monde rempli de terribles servitudes,

Et pourtant, qu’avons-nous à perdre à rendre grâce?

Si ce n’est quelques minutes de nos vies éphémères, hélas?

 

En cette journée, j’ai pris quelques instants.

En ce lieu saint, je suis devenu sage tel un enfant.

De mes mains imaginaires, je les ai jointes avec humilité.

Car c’est dans l’Amour de Dieu que s’achèvera ma destiné.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Corps en souffrance

20171129_153219-1

Corps en souffrance

 

Je suis là,

Pour combien de temps,

C’est vrai que passent les ans,

Comme s’effacent les traces de pas.

 

Ce n’est point la mort,

Qui m’effraie ou me cause tort,

C’est de quitter la splendeur,

De la vie qui me fait peur.

 

Entendre battre le cœur d’une femme,

Sentir la chaleur des bras telle une flamme,

Voilà ce qui me blesse,

Tel un glaive qui me traverse.

 

Ô belle jeunesse!

Qui me rappelle la venue de la vieillesse,

Sentir le souffle de ta fraîcheur,

Sur mon cou courbé par tant de labeur.

 

Corps en souffrance,

Transportant mon âme en errance,

Attendant le jour qui n’est pas,

Où je passerai de vie à trépas.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Prière

Sacré-coeur 4
Photo: Jérôme Bertrand

Prière

 

Prière de ne pas déranger,

Car je ne veux te prier,

Car je n’en peux plus,

Rien de plus.

 

Prier dans le silence,

Faire face aux remontrances,

À mes démons qui me tourmentent,

À tous ces gens qui sans cesse me mentent.

 

Prière d’un temps présent,

De tout ce temps trop vite passé,

Que je ne vois que mon bonheur trépassé,

De mes rêves de jeunesse disparus au fil des ans.

 

Prière de me laisser me recueillir,

Prière simplement de ne pas me regarder,

Prière d’arrêter de toujours vouloir me juger,

Prière, dans le fond de votre cœur, d’aimer et de bénir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Différents et semblables

different_et_semblable_by_lequebecois1962-daxo3fy

Différents et semblables

 

Hommes des continents lointains, écoutez-moi!
Réfléchissez bien sagement à cette auguste loi.
Sous le soleil, bien des peuples se combattirent,

 

Certains perdirent tandis que d’autres vainquirent.
Pour détruire les peuples, religions furent inventées.
Et que dire des politiques qui servirent à tuer?
Pourtant quelles grandes richesses que nous avons,
Si seulement à nous unir nous apprenions.

 

Quelle noble vérité on a oubliée,
Car nos esprits par la craintes sont liés,
Il est encore temps mes chers amis,
De s’unir pour notre survie.

 

Et souvenez-vous de cette sagesse,
Que nous transmit peut-être une déesse,
Parole perdue sûrement au fil du temps,
Disparue au gré des jours et des ans.

 

Qu’il y a une seule et unique terre,
Et pourtant bien de grandes mers,
Pour tous ces peuples différents,
Mais tellement semblables en-dedans.

 

De

 

RollandJrSt-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Un peu de couleurs

DSCF4087

 

Un peu de couleurs

 

Un peu de couleurs dans la vie,

Pour t’enlever tous ces nombreux soucis,

Pour te rappeler que malgré les grandes distances,

Je serai toujours là pour toi, même si je ne suis pas un ange.

 

Un peu de couleurs pour changer le quotidien,

Soleil brillant et ciel bleu, ils seront toujours tiens,

Arbres verdoyants et rivière calme, ils sont pour toi,

Couleurs de paix et d’amour, elles te sont offertes par moi.

 

Mettre un peu de rouge,

Afin que les peuples bougent,

Mettre un peu d’indigo,

Pour réveiller tous ces idiots.

 

Mettre un peu de noir,

Pour accentuer la beauté des étoiles le soir,

Mettre un peu de blanc,

Pour nous rappeler la sagesse gagnée au fil des ans.

 

Ceci dit, ceci écrit!

En cette soirée de printemps si gris,

Où je passe mon chemin,

Je retranscris ces quelques mots sur ce parchemin:

 

Le temps passe certes mais ta grandeur d’âme demeure ,

Ces années magnifiques, rien ne saurait les effacer de mon cœur,

Un peu de couleurs pour éloigner de toi toutes ces peurs,

De ces couleurs mirifiques, elles sont toutes à toi en chaque heure.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le clown

Le clown
Le clown

Le clown

 

Voici le clown!

Clown de cirque ou clown de la vie?

Voici le clown!

Clown qui vous fait rire pour votre survie.

 

Ce que vous ignoriez ou que vous ne vouliez pas savoir,

Ce clown n’a vraiment pas de quoi rire ou de quoi sourire.

Lui qui voulait seulement bien vivre avant de mourir.

Dans son existence précaire dans un monde si noire.

 

Ce clown est comme bien d’autres de ses congénères,

Qui vivent en meute avec un esprit grégaire.

Il vous sourit quoiqu’il pense ou qu’il ressent.

Il dit bonjour en y allant de ces pas: dix, trente ou bien cent.

 

N’ayez crainte, il ne vous juge pas car il connaît votre douleur.

N’ayez aucun doute, il compatit à vos nombreux l’heurs.

Car c’est-là votre carapace face aux coups du destin,

Vous qui avez préféré des amours sans lendemains.

 

Voici le clown au visage maquillé et au phallus coloré.

Un clown comme tous les autres et encore plus.

Un être humain qui craint toutes ces coutumes et ses us.

Un homme derrière ce masque qui chante en oubliant ses Ré.

 

Mais qui est-il vraiment? Que l’on m’arrache la langue, si je vous mens.

Ce clown est un peu de vous, un peu de moi.

Car derrière ses sourires qui vous mettent en émoi,

Se cachent des larmes plus de peine que de joie au fil des ans.

 

Non, ce clown ne sera pas au temple de la renommée.

Tant mieux car il me serait impossible de le nommer.

Il vit sur toutes les terres et bien au-delà les océans.

Il existera pour bien longtemps et malgré tous les ans.

 

Ce clown qui vous fait rire ne peut qu’en lui pleurer.

Car il voit toutes vos destinées vers le néant s’en aller.

Votre chemin est aussi, croyez-le ou non, le sien.

Voilà pourquoi, il ne veut que votre bien.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada