Archives de tags | sang

Tiens-moi bien !

Tiens-moi bien
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Tiens-moi bien !

 

Maintenant, c’est bien décidé.
À toi, je vais avec liberté entière me donner.
Je serai ton jouet avec lequel entre tes mains tu pourras jouer,
Mais vas-y doucement car être soumise je n’y suis point habituée.

 

Dans ta chambre de torture, je vais y entrer.
Tout contre le mur, nue et soumise, je vais m’y coller.
Je te laisserai installer sur mon corps cordes et lacets acérés,
Afin de ressentir chaque coup que tu me donneras avec générosité.

 

Dans cette chambre à la couleur d’ébène,
Tu verras, ô maître adoré, le sang couler dans mes veines.
Tu prendras plaisir à entendre mes gémissements de douleur,
Tu verras dans mes yeux tant mes craintes, mes pleurs et mes peurs.

 

Dans cette chambre, je m’installerai là où tu le souhaiteras.
Dans cette chambre, tu me feras tout ce que bon te semblera.
Dans cette chambre, je serai celle que tu as sans cesse désirée.
Dans cette chambre, par amour pour toi, je me laisserai écarteler.

 

Mais, avant de m’enfoncer dans cette mystérieuse pièce,
Puis-je t’implorer comme le ferait une esclave bien soumise?
Te le demander ainsi? J’avoue que longtemps j’en était indécise.
Par ce collier que tu m’as mis et par ta main, je veux entrer en liesse.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le retour

DANS2305-Modifier
Photo réalisée par Phylactère à l’occasion de la séance photo du 2 décembre 2019

Le retour

(Poème dédié à Victoria)

 

 

Bonsoir ! Bonsoir mon trésor,

Je suis vraiment désolé pour mon retard,

Je t’avais promis de partir pour quelques temps,

Mais la guerre si lointaine en a voulu autrement.

 

Aussitôt arrivé au camp,

On nous a mis à l’entraînement,

Mis aux ordres des pas cadencés donnés,

Plutôt criés par des généraux face à leurs vies désabusés.

 

Une fois rendus obéissants comme il se doit,

Armés jusqu’aux dents et prêts au grand combat,

Nous traversâmes mer houleuse évitant les sous-marins ennemis,

Ces sous-marins tant redoutés par tous les convois amis.

 

Arrivés sur la terre de la divine Albion,

On nous rappela que la force est celle où réside l’union,

Mais pour trouver en moi la vraie flamme du courage,

J’ai pensée à celle que j’aime depuis mon jeune âge.

 

Et par un bon matin d’une journée qu’on ne s’y attendais pas,

On nous ordonna de monter à bord de ces navires de guerre,

Crois-moi ! Je m’en souviens comme si c’était hier.

Ces navires nous amenèrent tout près là-bas.

 

Débarqués sur la plage d’une mer abreuvée de sang,

J’ai vu bien de mes frères d’armes tombés rapidement,

Avançant avec tête baissée tout en maintenant ma fierté,

Car il en allait tant de mon honneur ainsi que de ma loyauté.

 

Aux champs d’honneur, je suis allé sans jamais tomber.

Dans mon foyer, c’est là où je voulais y retourner.

Tu me trouves courageux ? Tu le penses vraiment ?

Devant cette souffrance je devais l’être sûrement.

 

J’ai avec mes confrères libéré bien des pays occupés,

Mais, toi seule occupa toutes mes belles pensées.

La noblesse qui réside dans le coeur du soldat,

Est celle vers qui sa bien-aimée l’emmènera.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La chair et le sang

 

 

 

 

MVIMG_20191129_160930

La chair et le sang

Bonjour tout le monde,

Hé oui ! Nous sommes déjà le 30 novembre 2019, dernière journée du Temps ordinaire de la liturgie catholique et anglicane qui précède la période l’Avent. Une période propice à se préparer le cœur pour accueillir un enfant pas comme les autres. Un Dieu ? Un Roi ? Un être illuminé ? Un prophète ? Libre à vous de le reconnaître comme bon vous semble. Quoiqu’il en soit, pour ma part, il est Celui qui s’est incarné dans la chair et dans le sang à la fois pour connaître nos forces et nos faiblesses ainsi que pour nous enseigner ce que devrait être l’humanité.

J’ignore si vous l’avez noté mais la chair et le sang sont les deux mots essentiels sans quoi l’incarnation de cet être non seulement serait impossible, mais perdrait tout son sens. En effet, nous sommes faits d’abord et avant tout de chair. Sans celle-ci communiquer, voire de communier, avec son prochain est tout simplement utopique. Autrement dit, j’existe d’abord et avant tout par ma chair.

Cette chair peut être perçue différemment à la fois selon les époques, les lieux, les mentalités ainsi que par les us et coutumes. Par exemple, dans la Grèce antique, la nudité était tolérée alors que lors de l’avènement du christianisme elle fut non seulement réservée pour la procréation mais elle fut aussi réprimée comme étant la source de tous les péchés. Et que dire des contrées et pays qui possèdent des visions diamétralement opposées au monde occidental? La liste est presque infinie.

Attention ! Il n’est pas question de juger des valeurs mais simplement d’amener à une réflexion plus approfondie sur le sujet.

Or, qui dit chair dit aussi sang ! La période de l’Avent est aussi un temps de partager davantage avec ceux et celles qui souffrent au plus profond de leurs êtres. Parfois, la souffrance est tellement intense qu’elle peut être même ressentie dans les veines. Par ailleurs, ne dit-on pas que le sang, c’est la vie?

Chaque être humain vit grâce au sang. J’irai jusqu’à dire que nous existons grâce au sang. Deux réalités corroborent mes propos. La première est d’une simplicité déconcertante : Toute érection du membre sexuel masculin est rendue possible que par l’apport du flux sanguin dans celui-ci. La seconde est toute aussi déconcertante par sa simplicité : l’être en devenir est nourri dans le sein maternel par l’entremise du sang de celle-ci. En résumé, toute vie humaine est permise que grâce au sang. Bon ! Il n’y a pas que cela. Je l’admets volontiers.

Néanmoins, ces deux aspects de la réalité cadrent parfaitement bien dans le cadre de mon blogue consacré à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie ainsi qu’à des réflexions personnelles. Des réflexions ayant pour arrière-plan la nudité tout en étant développée de manière à la fois respectueuse et sans vulgarité.

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Regard d’un vieil homme

Quel regard
Dessin réalisé par Amani Lizah Glaise

Regard d’un vieil homme

 

Regard d’un vieil homme,
Qui pense de sa vie la somme,
Revoyant ses souvenirs qui défilent,
Sur le projecteur de sa mémoire sensible tel un fil.

 

Cheveux grisonnants,
Témoignant de ses ans,
De ses expériences passées,
De toutes celles qui a aimées.

 

Sans jamais le leur dire,
De crainte de se faire rire,
Car qui sait ce qu’il lui aurait arrivé,
À son cœur si souvent blessé et rejeté.

 

De ses yeux de vie et d’amoureux,
Qui ont vu de la guerre bien des gens courageux,
En ce jour du souvenir il a voulu autrement témoigner,
En se rappelant les corps nus dans les charniers.

 

Qu’il a trouvés dans l’un des nombreux camps de la mort,
Construits par des monstres se croyant être les plus forts,
Des êtres assoiffés de sang et de puissance,
Que l’on a inculqué dès leurs naissances.

 

Cet homme envahi par ces horreurs,
Qui a dû surmonter toutes ses peurs,
A préféré se déshabiller et poser nu,
Pour exprimer son humanité et ainsi être vu.

 

Point de médailles sur sa poitrine,
Qui dansent au gré des pas telle une ballerine,
Être sans masque ni habits d’apparat,
Car devant la vie qui passe aucune doctrine ne va.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada 

 

Blogue de madame Amani Lizah Glaise :
https://amani-lizah-glaise.blogspot.com/

Flasque

fb_img_157287155526476293867484461051.jpg
Dessin réalisé par Amani Lizah Glaise

Flasque

 

En cet instant,

Un peu de temps,

Où je me repose assis,

Car je suis fatigué moi aussi.

 

La journée a été dure,

À cueillir dans les champs,

Que m’a légué ma tendre maman,

Cueillir les fruits délicieux et mûrs.

 

N’en pouvant plus d’avoir si chaud,

En ce début d’un automne tellement beau,

J’ai décidé de retirer sans gêne aucune mes vêtements,

Et de me laisser rafraîchir au gré du temps et du vent.

 

Fier de mon corps pourtant si imparfait,

Dans ce monde rempli de gens se croyant parfaits,

Je me suis rappelé comme la vie est belle en ce lieu,

Maintenant que je suis seul et que je deviens vieux.

 

Me souvenant de mes anciennes conquêtes,

De mes tendres amours qui me hantent la tête,

Auxquelles je prenais un plaisir passionnel,

À les satisfaire tout autant qu’elles étaient belles.

 

Elles sentaient en elles la force de ma virilité,

Que me firent en cadeau mille et une divinités,

De ma hampe gorgée de sang et forte telle une bourrasque,

Mais l’âge me rattrapant dans ses filets, elle sera à jamais flasque.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Blogue de madame Amani Lizah Glaise :
https://amani-lizah-glaise.blogspot.com/