Archives de tags | destin

Femme de terre

seated__by_ggdraw-dbuxckz

Création de Gérard Teillot

Femme de terre

 

Femme de paix,

Femme de guerre,

Femme libre comme l’air,

Femme de demain comme d’hier.

 

Femme assise,

D’ici ou bien d’Assise.

Prenant appuis sur votre main,

Serait-ce pour mieux affronter le destin?

 

Femme assise aux jambes croisées,

Avez-vous assisté au retour des Croisés?

De ces gens valeureux sur une terre étrangère,

À une époque où la noblesse valait précieuse pierre.

 

Femme nue magnifique aux seins tendres,

Pouvez-vous de votre lieu ces acclamations les entendre?

De ces gens épuisés parcourant ce monde sans cesse violenté,

Espérant de tout leurs cœurs un avenir radieux pour leurs derniers-nés.

 

Femme des royaumes d’Afrique à la peau basanée,

Semblable à toutes celles se trouvant sous les cieux étoilés,

Méditez avec sagesse sur l’avenir incertain des peuples égarés sur les chemins,

Sur les routes de la haine et de toutes craintes construites par la peur des lendemains.

 

Femme tant convoitée par ceux qui ont le coeur vraiment pur,

Qui voient en vous l’ardeur de votre labeur sous le soleil si dur.

Et de la valeur de votre chair marquée au fer rouge d’un esclavage,

Qui fit chez vos ancêtres verser des larmes témoignant d’un triste âge.

 

Femme fière qui est mère !

Femme noble qui est sœur de ses frères !

Descendante des peuples de ces régions de pierre,

Ô toi ! Qui témoigne, de par son histoire, être une femme de la terre.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Laissez-moi

FB_IMG_1528541484639

Magnifique création de Noble Roro

Laissez-moi

 

Laissez-moi je vous en prie,

Permettez-moi je vous en supplie,

Exaucez l’humble prière de votre serviteur,

Allez! Dites-moi oui. N’ayez aucune peur.

 

De vos magnifiques seins!

Qui rendent jaloux les saints.

De leur beauté, j’en suis perturbé.

De leurs formes, j’en suis obsédé.

 

Mais, rassurez-vous ne craignez rien!

Même si je ne suis qu’un pauvre vaurien.

Allant ici et là sous les étoiles du firmament.

Espérant un peu de tendresse et d’amour en rêvant.

 

 

En rêvant de caresser votre peau de satin,

En m’éloignant de mon sort et de mon destin,

Que vaut la vie d’un homme s’il ne peut se reposer?

Quelle est sa raison de vivre s’il ne peut d’un amour espérer ?

 

 

Laissez-moi vous approcher!

Laissez-moi tendrement vous cajoler!

Avec délicatesse de vos craintes je vous soulagerai.

Avec passion, vos plus intimes désirs je les exaucerai.

 

 

De

 

 

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pensive

34624253_10156591132153919_995542804685914112_o

Réalisation par mon ami Eri Kel de la France

Pensive

 

Femme qui est aussi fille,

Fille d’une mère devenue grand-mère,

De celles si nombreuses ayant perdu frères et fils à la guerre,

De cette époque lointaine qui passe le temps et qui sans cesse défile.

 

Femme belle et accomplie,

Nue pour qui mon cœur s’est épris,

Qu’entendez-vous avec ce visage de tristesse ?

Serait-ce les paroles de votre père remplies de sagesse ?

 

Femme aux magnifiques seins,

À la peau si douce comme du satin,

Que voyez-vous avec vos yeux remplis de larme?

Dites-moi ce qui vous tourmente et qui brise votre âme.

 

Oui, je le sais que trop bien.

Que chacun de nous doit affronter son destin.

Mais, si je peux qu’un instant, alléger votre chagrin.

Puisse à Dieu exaucer ma prière faite en ce jour au petit matin.

 

Nul en ce monde ne peut échapper à la fin,

Pas même les puissants et les riches avec tout leur butin.

Mais, je vous en supplies de toute mon âme et de tout mon cœur.

Cesser d’être si pensive et souriez pendant que c’est encore notre heure.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je ne t’oublierai jamais

Maker:S,Date:2017-12-23,Ver:6,Lens:Kan03,Act:Lar02,E-Y

Je ne t’oublierai jamais

 

Pendant mon voyage,
Alors que j’avançais en âge,
Une période de joie et de bonheur,
Tu avais choisi ce moment comme ton heure.

 

Dans le silence d’une nuit,
Tu as décidé de laisser ainsi la vie,
Sans faire de bruit tu as quitté cette terre,
Pour aller rejoindre celle de tes sœurs et frères.

 

Me laissant avec mes souvenirs,
Ceux qui me réconfortent et me font sourire,
De ce temps où tu étais légère comme une plume,
De ce temps qui disparaît de ma mémoire telle une brume.

 

Avec les journées qui ont passées,
Tu es devenue belle chatte apprivoisée,
Que j’aimais caresser avec mes mains imaginaires,
En écoutant ton ronronnement qui égaya les tristes soirs d’hiver.

 

De tes espiègleries bien innocentes,
Qui me récomfortaient de mes moments de solitude,
Durant les temps où mes amours ressemblèrent à des femmes si prudes,
Et que les jours passèrent dans des douleurs si accablantes et lancinantes.

 

Installée avec confort près de moi,
Je te flattais avec la douceur d’un noble roi,
Te prenant parfois dans mes bras l’espace d’un court instant,
En respectant ton désir légitime de ne point être trop insistant.

 

Puis vient le temps de nos étés,
De ces rares périodes de grandes festivités,
J’y allais avec plaisir mais comme de raison avec précaution,
De voir à tes besoins comme il se doit avec attention.

 

Car jamais il n’aurait été question d’oublier,
Toutes ces simples promesses auxquelles à toi j’étais lié.
De voir en tout temps à ton bien-être sans omettre de te choyer,
Ce que je fis avec amour à chaque jour où tu étais avec moi mon adorée.

 

Maintenant que tu n’es plus en ce monde,
Ni en mon cœur blessé et qui s’effondre,
Tu es partie sans me dire au revoir,
Alors que je te revenais au soir.

 

Sur la route du retour comme le voulait mon destin,
J’ai ressenti sur le pavé chaotique cet ultime chagrin,
Celui, ô combien cruel, ne pas t’avoir dit comme je t’aimais,
Et sache Dame Plume qu’au plus profond de moi je ne t’oublierai jamais.

 

De

 

Rolland St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

 

Aime-moi comme je t’aime

young_love_by_rickb500-dcbu34c

 

Photo réalisée par mon ami et collaborateur RickB. photographe. Lien DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/  Avis aux intéressés ! Pour acheter un exemplaire de ses oeuvres, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de 

 

Aime-moi comme je t’aime

 

Aime-moi comme je t’aime,

Même si ce n’est que pour une nuit,

Aime-moi comme je voudrais qu’il en soit ainsi,

Même si en cet instant, malgré moi, tu gardes ton flegme.

 

Comme je voudrais que tu sois à moi,

En cette nuit je serais ton véritable roi,

Comme je voudrais que tu sois près de moi,

Car qui sait, pour la vie nous pourrions être trois.

 

Aime-moi comme je le désire,

Car mon cœur pour toi soupire,

Aime-moi comme ce n’est point possible,

Car en mon âme, cela me semble impossible.

 

Serait-ce permis de nous aimer?

Serait-ce permis de nous envoler ?

Sous d’autres cieux et de nouvelles terres,

Là où il n’y a que paix et où l’on ignore la guerre.

 

Aime-moi en vérité, je t’en supplie, pour la vie,

Si tu le veux bien ô ma bien-aimée ô ma tendre chérie,

Car sans toi je ne suis rien aujourd’hui, ni maintenant et à jamais.

Ne point t’avoir pour le reste de mes jours serait mon plus grand regret.

 

Aime-moi simplement comme je suis,

Comme moi je t’aime en cet instant et à l’infini,

Je te le demande à genoux bien humblement ô mon amour,

Sois celle qui parcourra avec moi ce monde maintenant et pour toujours.

 

Voilà que maintenant tu me regardes avec ce sourire qui luit,

Serait-ce ta réponse que je souhaitais en cette extraordinaire nuit?

Car ne point être dans ton cœur serait pour moi la pire des souffrances.

Aime-moi comme je t’aime ! Que commence notre destin rempli de romance.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

N’ayez donc pas peur !

32724817_10156541872638919_7339675375980511232_o

Réalisation de mon ami et collaborateur Eri Kel de la France

N’ayez donc pas peur !

 

Allez ! Ouvrez vos prudes yeux.

Ils sont si francs si beaux et si bleus,

Ne craignez rien de ma tendre et fragile nudité,

Car, le saviez-vous, c’est ainsi que nous sommes nées.

 

Ma main de ma jeunesse,

Dévoile peut-être votre vieillesse,

Mais, c’est ainsi qu’est la vie, qu’est le destin.

De ceux qui naissent un jour et disparaissent le lendemain.

 

Ne soyez pas jalouse de l’auréole de mes seins,

Qui ont donné la nourriture à mon homme tel un festin.

Car je sais bien qu’un de ces jours, notre enfant le remplacera.

Cet enfant que nous ferons avec amour et que Dieu nous accordera.

 

Jambes croisées devant vous dans cette vaste foule,

En prenant la pose en évitant de devenir un simple moule,

Cachant de vos yeux cette zone un peu humide par mon désir,

Par mon envie irrésistible de choquer ces gens en me faisant vilain plaisir.

 

Qui sait ?! Serait-ce un souhait partagé ?

Dites-moi le ! Je vous en serai réellement grée.

Car du plaisir solitaire point n’est nécessaire d’heures.

Mais rassurez-vous ! Je sais me contenir. N’ayez donc pas peur !

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Pour toi mon frère

Mon enfant

Auteur de ce poème en hommage à son frère assassiné le 11 mai 1972

Pour toi mon frère

 

Tant de jours se sont écoulés,
Pour tant de larmes qui ont séché,
Malgré le temps qui s’égraine dans le sablier,
Et la vie qui poursuit sont cours dans nos souliers.

 

J’étais encore tout jeune enfant ,
Avec mes rêves de gosse innocent,
Ne connaissant que les rires et le bonheur,
Jusqu’en cette journée où nous frappa ce malheur.

 

Une foule immense en grande colère,
Un peuple assourdi par ces bruits de guerre,
Puis ? Soudain, une voiture fonça sans distinction.
Cherchant à détruire toutes vies sans aucune raison.

 

En ce jour de fête des mères,
On offrit une couronne de larmes,
Une gerbe de fleurs pour lui briser son âme,
À ma mère qui aimait ses enfants été comme hiver.

 

Encore aujourd’hui, et ce après tant d’années.
J’ignore pourquoi nous a-t-on enlevé notre frère aîné.
Les jours et les nuits ont poursuivit leurs longs chemins,
Et moi ? J’ai suivi les routes de mon existence et de mon destin.

 

J’ai vieilli moi aussi mais encore vivant et toujours là.
Parfois j’ai pleuré à en vouloir en terminer avec la vie.
Mais, je me suis souvenu de ma promesse faite devant l’Infini.
Que je vivrai pour deux. Pour moi et pour celui que l’on m’enleva.

 

Bientôt sera l’anniversaire de cet instant fatidique,
Où dit-on tu es parti dans un monde si paradisiaque,
Voilà tu es à jamais dans le cœur de ceux qui t’ont connu.
De ceux qui t’ont aimé malgré tout ce temps qui n’en finit plus.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

 

Poème composé à la mémoire de mon défunt frère qui perdit la vie le 11 mai 1972 lors de l’émeute intersyndicale à Sept-Îles.

La blessure

Photo 18-02-20 13 15 15 (3)

Séance de Shiwarie (habillé) avec l’aide de Dea Kaizoku

La blessure

 

Tu sais ma tendre bien-aimée,

Mon cœur est sans cesse brisé et torturé,

D’être en ce monde seulement qu’un homme,

Qui se voulait être courageux contre les vents et son ombre.

 

Mais, que puis-je faire contre le destin ?

Qui m’accable de ses maux à travers ses mains ?

Ce que je t’aime ! Tu ne pourras jamais te l’imaginer.

Mers et mondes auraient été à toi si puissant j’étais né.

 

Mon cœur saigne dans d’atroces douleurs,

Mon âme languit dans d’inlassables torpeurs,

Mon corps s’endorlorie sous les cordes de la souffrance,

Et mon esprit se précipite dans le fossé profond de la démence.

 

Profonde et vilaine blessure !

Pourquoi viens-tu grafigner mon cœur pur ?

Ne vois-tu pas que j’aime de tout mon cœur ?

Est-ce là le prix de la passion celle qui est mon bonheur ?

 

La blessure infernale,

Celle qui me fait ressentir ce mal,

Mal d’aimer vraiment malgré mon âge,

Est-ce le lot pour devenir tel un vénérable sage ?

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec Canada

Chemin de neige

28070762_10215122315592079_1752230095547222943_o

Crédit photo à mon amie Sonia  L. de Québec

Chemin de neige

« Chemin de neige! Chemin de rêve! Guide mes pas vers mon destin! Guide ma vie vers de magnifiques lendemains! »

de

RollandJr St-Gelais  de Québec au Canada

Nuit blanche

 

nuit blanche

Source photographique : https://photonoirblanc.com/

 

Nuit blanche

 

Glissant dans mes draps de satin,
En souhaitant tant dormir jusqu’au petit matin,
Fatiguée ! Épuisée ! Par tant d’efforts et de chagrin,
Je ne voulais que renaître dans un doux sommeil avec entrain.

 

Mais, voilà !
Tu étais simplement là.
Dans mes pensées et dans mes songes,
Trottant dans ma tête telle un souris qui me ronge.

 

Pourquoi ne voulais-tu pas partir ?
Pourquoi étais-tu là à toujours me sourire ?
Tu étais beau tel l’astre du jour valsant dans le ciel,
Sans geste brusque, tu me fis découvrir mille merveilles.

 

Me transportant dans tes bras musclés,
Notre amour serait-il en fin de compte notre clé ?
Celle qui ouvrira la porte de notre destin, de notre route ?
Maintenant, je le sais. Je le crois et même je n’en ai aucun doute.

 

Ne tarde pas, Ô mon amour, à me revenir,
Car pour toi, Ô mon chéri, mon coeur soupire,
Je te sens tout en moi au plus creux de mes hanches,
Voilà la raison de tous mes fantasmes en cette nuit blanche.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada