Archives de tags | destin

Ouvre mes yeux

Ouvre mes yeux
Ouvre mes yeux. Poème de RollandJr St-Gelais Modèles : JenovaxLilith & Haley Elizabeth Photo by David Hobbes Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/river-706598372

 

Pour toujours, ouvre mes yeux.

 

Pour toujours, ouvre mes yeux.

Sur la beauté fragile des fleurs dorées,

Sur la splendeur de cette journée ensoleillée,

Sur la pureté de l’eau tombée des cieux.

 

Montre-moi comment aimer,

Enseignes-moi l’art d’être aimée,

Dis-moi comment faire pour vraiment vivre,

Et non pas simplement tenter de survivre.

 

Serre-moi fort dans tes bras,

Que je vois la trace de tes pas,

Pour ne pas me perdre en chemin,

Et accomplir ce que sera mon destin.

 

Que mes yeux rejoignent les tiens,

Guide-moi vers le lieu en me tenant par la main,

C’est avec toi seule que je poursuivrai la route,

Car tu es la seule à avoir enlevé en moi mes doutes.

 

Laisse-moi sentir le parfum de tes cheveux,

Qu’il extirpe de mon âme mes secrets si ténébreux,

Et que la douceur de ta peau calme en moi toutes frayeurs,

De ces frayeurs alimentées par ces mensonges et ces leurres.

 

Ouvre mon cœur maintenant,

Qu’il t’appartient jusqu’à la fin des temps,

Embrasse mon cou pour que j’y sente la suavité de tes lèvres,

Initie-moi à devenir une nouvelle femme une toute nouvelle Ève.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Amour et en amitié

Amour et amitié
Amour et amitié Poème de RollandJr St-Gelais Photo provenant de : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Img-1a-845785567

Amour comme en amitié

 

Oui, je vieillis,

Car ainsi en est la vie.

Vieillir en beauté et sans chagrin,

Voilà ce que j’ai choisi pour destin.

 

Parfois j’entends des chansons d’enfance,

Encore plus souvent, j’entends celles de mon adolescence.

Je revois les milles coups que j’ai faits à l’insu de mes parents,

Alors qu’ils le savaient comme j’étais parfois un vilain garnement.

 

Oui, je vois quelques fois en pensées.

Celles que j’ai aimées et pour qui j’ai pleurées,

Et que puis-je dire pour celles que j’ai brisé le cœur?

Je leur dédie ce poème composé avec les anges chantant en chœur.

 

La vie se poursuit bien inlassablement,

Les expériences de la vie nous font grandir assurément,

C’est par elles que nous découvrons qui nous sommes bien évidemment.

Et c’est ainsi que nous apprenons à faire face à la vie bien sagement.

 

Le temps est tel le sable du sablier,

Le temps du futur est dans toutes les possibilités,

Car rien en ce monde ne dépend de notre bonne volonté,

Que le temps qui est entre nos mains en amour comme en amitié.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Sous mon piano

Sous mon piano
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Sous mon piano

 

Étendue sous mon piano,

J’écoutais avec attention ces airs,

Qui, m’a foi, allaient tellement me plaire,

Rien jusqu’à ce jour ne m’avait paru si beau.

 

Consolée par un air de Mozart,

Qui connaissait tel un maître si bien son art,

Que les heures devinrent des minutes et celles-ci des secondes,

Tellement j’étais emportée par la douceur de ces ondes.

 

Laissant chaque note penser mon chagrin,

De ne point pouvoir épouser l’amour de ma vie,

Ce que l’injustice tant cruelle peut sembler si infinie,

Devant le fait accompli, je m’en suis remise à mon destin.

 

Emportée par la délicatesse de ces vagues sonores,

J’essuya les yeux de mes larmes et puis je dors,

Jouant dans mes cheveux à la couleur de satin,

Espérant simplement me réveiller au matin.

 

Sous mon piano, je caresse ma peau.

Sous mon piano, je rêve à un prince charmant,

Sous mon piano, je rêve d’avoir un jour de beaux enfants,

Sous mon piano, je vois celui qui est parti aux cieux tout là-haut.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Mains de femmes

Mains de femmes
Mains de femmes ! Poème de RollandJr St-Gelais Modèle ? Princess de Québec accompagnée par son amie.

Mains de femmes

 

Mains tendres de la mère,

Qui réconfortent l’absence du père,

Mains d’une sœur qui nous éloignent de la peur,

Mains de nos premiers amours qui à jamais nous brisent le cœur.

 

Mains d’une enseignante,

Au cœur jeune mais à la voix tremblotante,

Mains de ces dames courageuses et vaillantes,

Qui rien en ce monde en temps de paix ou de guerre ne les épouvante.

 

Mains fatiguées d’une grand-mère,

Qui a tant à raconter de ses souvenirs de grand-père,

Mains qui ont tant donné et si peu reçu en retour,

Quel chemin le destin peut-il prendre pour nous jouer des tours?

 

Mains construites pour ceux nés sans celles-ci,

Car à chacun son arrivé lui est réservé en cette vie.

Mains qui donnent la vie et bien d’autres la anéantissent,

Mais rien n’est plus grandiose que les mains qui anoblissent.

 

Mains de femmes qui se rejoignent pour un instant,

Mains de femmes qui désirent passer du bon temps,

Mains de femmes qui deviendront épouses ou maitresses,

Mains de femmes qui recevront une bague ou de tendres caresses.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Sur un banc

Sur un banc
Sur un banc Poème de RollandJr St-Gelais Dessin par CapitaPerdu Source : https://www.deviantart.com/capitaperdu/art/Villa-Borghese-Rome-845449480

Sur un banc

 

Il y a de cela quelques années,

Dans un temps où nous pouvions voyager,

Je suis allé découvrir la ville magnifique de Rome,

Y voir les monuments, goûter les mets, voir femmes et hommes.

 

Car il est inutile de voir du pays sans discuter avec les gens qui y sont,

En effet, j’adore écouter les accents qui me font penser à des chansons.

Ces chansons me font rêver au soleil de la Mer Méditerranée,

Tandis que d’autres me font voir tant de coins étrangers.

 

C’est en allant au Vatican,

Qu’épuisé je suis allé sur un banc,

Ouvrant les yeux de mon cœur, je vis des êtres humains.

Des gens venus en pèlerinage pour se rassurer face à leur destin.

 

Un enfant me regardait plein de questions,

Qu’il posa à son père près de lui avec raison,

Son père le prit dans ses bras et lui dit tout bas,

Une réponse en me souriant qu’avec facilité je repéra.

 

Puis vint à mes côtés un vieil allemand,

Avec lequel j’ai entamé une discussion me connaissant,

Il me raconta quelques péripéties de sa vie et de ses amours,

De sa jeunesse, de son expérience, et ce sans trop de détour.

 

J’ai tiré à travers ces deux exemples, un grand enseignement.

Que la vie est ainsi faite pour tous car on agit pour son bien,

On fait tout son possible pour de meilleurs lendemains,

Assumer son passé, vivre le présent à pleines mains.

 

Sur un banc, je me suis reposé.

Avec un pur étranger j’ai pu discuter,

Par la tendresse d’un père répondant à son enfant,

C’est là que j’ai appris que nous sommes fils de Dieu assurément.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada