Archives de tags | talent

Je serai obéissante

Je serai obéissante Poème de Rolland Jr St-Gelais Dessin par aatheone Source : https://www.deviantart.com/aatheone/art/Sketchbook-Page-4-934461634

Je serai obéissante

 

Bonsoir !

Enfin, c’est le soir.

J’en rêvais depuis si longtemps.

Cela m’avait pris tellement de temps.

 

Devais-je accepter ta proposition ?

En moi résonnait cette question.

J’avais si envie de vivre cette expérience.

Oui, je suis bel et bien sortie de l’adolescence.

 

Devenue femme complète, belle et fraîche telle une rose.

J’ai si souvent, en mon âme, répété : « est-ce que j’ose ? »

Et puis, j’ai finalement pris mon courage à deux mains,

Afin d’être immortalisée sur un noble parchemin.

 

Après tout, nous serons entre femmes.

Tu me verras avec les yeux d’une grande dame.

Je pourrais enfin me dire que j’ai affronté mes craintes.

D’être dans mon plus simple apparat sans pour autant me plaindre.

 

Vas-y ! Prends ton crayon ! Ô, ma belle et tendre amie !

Tu peux réaliser à ta guise tous les dessins et les croquis.

J’ai foi en ton talent extraordinaire pour préserver,

L’intensité inusitée en ce lieu, en cet étrange atelier.

 

J’obtempèrerai à tes ordres, à tes volontés, à tes instructions.

N’oublie pas que ce sera pour moi ma toute première leçon.

S’il te plaît, sois indulgente envers moi, en tes rares exigences.

Je suis tout de même un peu gêné malgré les apparences.

 

Je serai sans cesse obéissante,

Comme le serait une attentive étudiante.

Après tout, c’est toi l’artiste et moi le modèle.

Tu seras la magicienne qui greffera sur mon corps des ailes.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Habillé de lumière

Habillée de lumière Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Samo 19 Source : https://www.deviantart.com/samo19/art/Dressed-in-light-934431411

Habillée de lumière

 

Le temps passe de façon inexorable.

La vie suit son cours de manière inévitable.

La vieillesse s’installe au quotidien.

Je ressens la fin de mon destin.

 

Mais, j’ai la chance d’avoir une fleur dans mon jardin.

Qui embaume d’une odeur agréable chaque matin.

Une douce lueur qui éclaire mes nuits solitaires,

De mes souvenirs d’une lointaine guerre.

 

Un cliché pris lors de la libération,

D’une jolie dame ayant vécu l’occupation.

Elle était l’une de ses nombreuses Parisiennes.

Qui, pour l’espace d’un instant, voulurent être miennes.

 

Elle manifestait par son corps une pareille féminité.

La photographier, de très bonne grâce, j’ai accepté.

Après tout, une telle aubaine est exceptionnelle.

De pouvoir perpétuer l’une de ces Françaises si belles.

 

Elle m’amena à son appartement,

Où, j’ai saisi qu’elle vivait modestement !

Un mobilier d’occasion et un paillasson ce lieu meublèrent.

J’ai bien vu qu’elle était elle aussi une victime de cette guerre.

 

Aussitôt la porte franchie, elle enleva ses vêtements,

Me laissant ainsi contempler son corps respectueusement.

Quelques tableaux accrochés aux murs me firent comprendre,

Qu’elle était jadis un modèle au talent à s’y méprendre !

 

Elle s’installa face à la clarté qui traversait le soupirail.

Pendant que je préparais avec grand soin tout mon attirail.

Elle était certes nue, tant par-devant, que par-derrière.

Et, pourtant, elle était habillée de lumière.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

 

Ta peau d’ébène

Ta peau d’ébène Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source ; https://www.deviantart.com/gb62da/art/He-told-me-to-wait-in-this-way-926562867

Ta peau d’ébène

 

Ô, ma chérie.

Tu es tellement jolie.

Je t’attends dans notre lit.

Où, toi et moi, nous passerons la nuit !

 

Quel désir si inavouable !

Quel plaisir quelque peu coupable !

De ma patience, en subir, j’en suis incapable.

Car j’ai si envie de te prouver que je suis capable.

 

De te satisfaire comme un Dieu.

De te démontrer ma virilité plein les yeux.

De te faire découvrir mon talent que m’ont offert les cieux.

Une telle jouissance sera le summum de tout ce qui est merveilleux.

 

Ô, mon amour.

Rejoins-moi maintenant pour toujours.

Tu l’ignores, mais je t’aime comme les premiers jours.

Te souviens-tu ? Je t’avais fait bien rire avec mes nombreux tours.

 

Les années sont bien entendu passées.

Mais, mes sentiments pour toi sont à jamais restés.

Tu es aussi magnifique que la première fois où je t’ai rencontrée.

L’instant où, avec grande délicatesse, sur ton cou, je t’ai embrassé.

 

Ta peau d’ébène est tellement agréable à caresser.

Comment pourrais-je, serait-ce un seul instant, m’en lasser ?

Et ton corps élancé, chaque fois, le découvrir, l’admirer et l’explorer !

Le rideau de notre chambre est tiré afin que la lune puisse l’éclairer.

 

Sois rassurée ! J’irai légèrement.

Pour ta satisfaction, je serai très prudent.

Pour ton plus grand bonheur, j’irai si passionnément.

Avec mon savoir-faire, tu seras au septième ciel assurément.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je ne l’ai pas oublié

Je ne l’ai pas oublié Peinture de Noble Roro de la France Poème de Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Je ne l’ai pas oublié

 

En un samedi pluvieux,

Je me sentais un peu vieux.

Je me berçais bien tranquillement,

En me souvenant certains événements.

 

Certes, je ne suis plus un homme de vingt ans.

Je le sais depuis tellement longtemps.

J’avance en âge, mais toujours alerte.

Et une mémoire sans aucune perte.

 

À ce sujet, je me rappelle d’une amie.

Pour qui dans ma jeunesse j’étais si épris.

Je gardais ma passion en secret, loin des regards vilains.

Que jamais, elle et moi n’aurions vécu de beaux lendemains.

 

Pourtant, elle était au fait de mon aptitude pour la peinture.

Allais-je pour cela en faire mon gagne-pain pour le futur ?

Bonne question à laquelle la réalité a très vite répondu.

Mon talent m’a sans cesse au cours de ma vie soutenu.

 

Une rencontre a eu lieu dans la maison de ses parents.

Mes paroles et mes gestes j’ai usé avec des gants blancs.

Elle était de la noblesse depuis de nombreuses générations.

Mes sentiments prirent rapidement une allure de désillusion.

 

Hélas, l’homme que je suis n’en faisait pas partie.

Toutefois, elle adorait mes œuvres, à ce que l’on dit.

Cela me consolait quelque peu de ma peine d’amour,

Même si je savais bien qu’elle disparaîtrait un jour.

 

Quoiqu’il en soit, je me présentais à l’heure convenue.

Quel plaisir, j’aurais eu de la peindre entièrement nue.

Élevée depuis toujours dans un catholicisme intransigeant.

Alors que je suis né dans un milieu pas très pratiquant.

 

Une fois que je suis arrivé en ces lieux,

Elle m’a accueilli avec un sourire chaleureux,

Nous allâmes vers un salon, les rideaux bien fermés.

Pour y faire mon humble travail pour lequel j’étais payé.

 

Quelques heures de concentration,

Sans oublier le thé servi avec attention.

En effet, toute noblesse jouit de certaines gâteries.

Alors que la plèbe a droit de sa part qu’à de la raillerie.

 

Une fois ma tâche dûment complétée.

Elle invita ses parents fiers à le contempler.

L’œuvre pour laquelle j’étais venu en cette matinée.

Un tableau qui, à première vue, les a tellement impressionnés.

 

Le temps s’est longuement écoulé depuis ce temps-là.

Malgré moi, sa famille a déménagé à un autre endroit.

Une région si inconnue et si loin de notre terre natale.

Où germèrent tant de chansons et de légendes ancestrales.

 

 

Puis un jour que je ne m’y attendais pas.

J’ai reçu un étrange colis déposé en un hiver froid.

C’était mon tableau suivi de cette missive écrite à la main :

« Je voulais te rendre ce souvenir, car je ne serai plus là demain. »

 

 

Une telle lettre a bien suffi pour comprendre quel était son destin.

Finalement, sa maladie avait exprimé son dernier mot si malin.

Avec la tristesse à l’âme, j’ai accroché ma toile sur la cheminée.

À vrai dire, avec ou sans cette peinture, jamais je ne l’ai oublié.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Tu es pour toujours dans ma toile

Tu es pour toujours dans ma toile Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par TexasShibary Source : https://www.deviantart.com/texasshibari/art/Spider-Web-Shibari-925374735

Tu es pour toujours dans ma toile

 

Cela m’a pris du temps.

J’ai attendu depuis très longuement.

Tranquillement, j’ai tissé les bouts de mon fil.

J’ai installé avec prudence mon piège avant que tu te défiles.

 

Que de compliments je t’ai faits !

Des promesses que je ne tiendrai jamais.

Je maîtrise l’art de l’enjôlement par la parole.

Je t’ai gratifié par mes caresses telles des oboles.

 

J’avais décelé en toi tant de faiblesses.

Je reconnaissais bien tes signes de détresse.

Avec mon expérience, je savais bien comment t’attraper.

Il me suffisait d’un peu de patience afin de t’enrôler.

 

Tu avais tant besoin d’affection.

Je t’en avais prodigué à profusion.

De mes baisers, ton corps en était parsemé.

C’était tellement facile pour moi de te berner.

 

Des rêves illusoires, j’en ai fait miroiter.

Des romans à l’eau de rose, j’en ai tant raconté.

Comment as-tu pu te laisser avoir par tant de mensonges ?

Ton espoir d’une vie meilleure est devenu qu’un lointain songe.

 

À présent, il est trop tard pour opérer un demi-tour.

Tu as été ébahie par mon talent de magicien et ses nombreux tours.

Ô, ma chérie. J’ai tout fait pour éviter que mon plan jamais ne se dévoile.

À travers les rets rouges que j’ai tissés, tu es pour toujours dans ma toile.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada