Archives de tags | velours

Je suis votre homme

 

Je suis votre homme
Avec la permission de Felix d’Eon

Je suis votre homme

 

Je suis votre homme,

Sans aucun hors-norme,

Et pourtant j’ai tant de secrets,

Au plus profond de moi et tout ce qui est.

 

Je vis comme je suis,

Je serai comme je le déciderai,

Entièrement libre de qui j’aimerai,

Car j’aime seulement comme j’en ai envie.

 

Un homme certes nu mais pas comme le reste,

Et jamais pour vous plaire je retournerai ma veste,

De cette année je la commencerai tout simplement ainsi,

Devant vous simplement nu pour vous mesdames je vous en prie.

 

Je vous en prie, prenez un numéro et attendez sagement votre tour,

Au moment voulu je vous comblerai de mes caresses de la douceur du velours.

Je serai votre homme pour une nuit mais jamais pour la vie,

Car le vrai plaisir ne vit que l’espace d’une blanche nuit.

 

J’ai toujours rêvé d’être un gigolo,

Un homme adulé pour son corps si beau,

Voilà maintenant que mon vœu s’est enfin réalisé,

Alors ! Allez-y mesdames. Mais veuillez sagement patienter.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Magnifique nuit

Dessin par Juste Angèle de la France

Magnifique nuit

 

Ô mon tendre amour

Ta peau est comme le velours

Tu descends doucement sur ma hampe

Dressée là ! Brillante comme une chaude lampe.

 

Je sens ton intimité serrer

Ma verge soucieuse de te combler

Avec entrain! Avec bonheur! Avec plaisir!

Afin de pouvoir vivre cet orgasme et d’en jouir.

 

Respire! Respire! Respire!

Et entends la profondeur de mon soupir

Jusqu’à ce que monte vers le sommet ma semence divine

Et si tu le désires, enivres-toi de ce nectar. Ô ma belle coquine.

 

Comment pouvions-nous attendre cet instant?

Comment pouvions-nous vivre sans ce précieux moment?

Comment pouvions-nous dormir dans ce lit?

Sans avoir fait l’amour en cette magnifique nuit.

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec

Va mon amour! Viens mon chéri!

Dessin par Juste Angel de la France

 

Va mon amour! Viens mon chéri!

 

Dans la noirceur

Avec toi, je n’ai pas peur

Car cette nuit je sors de ma torpeur

C’est maintenant faire l’amour son heure.

 

Je t’offre mon bassin

Tiens le bien entre tes mains

Car avec force je veux être pénétrée

Jusqu’à l’ultime jouissance et en crier.

 

Crier de plaisir

Hurler de douleur

Ressentir en moi tant d’honneur

Et ne plus craindre de mon désir l’assouvir.

 

Sur cette air de Gainsbourg

Qui fait l’ode à cet endroit de velours

Un lieu interdit rappelant une fable des livres saints

Alors que tu pourras en même temps me caresser les seins.

 

Retiens mes hanches

Allez! Allez! Relève tes manches

Pendant que je guide ta hampe gorgée

Vers cette zone de péché et tant appréciée.

 

Va ! Continue! Ho oui, viens!

Comme j’adore ça et comme je suis bien

Satisfaite et comblée d’avoir connu ce délice

Tant pour mon amour pour toi que pour le vice.

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec

Béatitude

41250527_462781307568624_7481390033820188672_o

Dessin réalisé par Juste Angèle de la France

Béatitude 

 

Ho ! mon bel amour, 

À la main tendre comme du velours, 

À la peau si douce tel que le satin, 

Dans tes bras comme je suis bien. 

 

Dans cette noirceur, 

Je m’abandonne à ma torpeur, 

À ta grande expérience en ce plaisir, 

Je te donne mon corps afin que je puisse jouir. 

 

Prenant avec délicatesse mon sexe gonflant, 

Gonflant irrémédiablement de mon précieux sang, 

Que tu sais avec adresse faire croître sa magnificence, 

Cette adresse est pour toi une véritable science. 

 

Admirant la splendeur de mon gland, 

Qui te sourit avec tout le respect qu’il te doit, 

Tu le saisis avec grande sensibilité du bout de tes doigts, 

Afin de le gober et de le savourer tel un gâteau des rois. 

 

Ça y est ! Je sens ma hampe sur ta langue chaude. 

Je garde le silence tel le moment des saintes laudes, 

Dès le moment sublime où tu touches à l’orée de ma lance, 

Quel désir menant vers la route de ma souffrance et de ma démence. 

 

Vas-y ! Vas-y ! Enfonce ma verge doucement. 

Dans ta chaude gorge avec entrain assurément. 

Frôle mes bourses de ton menton dans ce va-et-vient, 

Car tel délice existe-t-il en ce monde qui serait aussi divin ?  

 

Oui, continues ma chérie ! 

Dès cet instant qui me semble infini, 

Je vais et je viens jusqu’à ce que je vienne, 

Une béatitude offerte par ma bien-aimée, ô ma reine.  

 

De 

 

Rolland St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada