Archives de tags | boulot

Bois ton lait

Bois ton lait Poème par Rolland Jr St-Gelais Dessin de Atsuko gracieusement offert par Alain et Atsuko

Bois ton lait

 

Bonjour mon copain.

Viens vers ma douce main.

Que je te caresse avec amour,

Pour te consoler de ce triste jour.

 

Une journée où je me suis longtemps absentée.

Parfois, il y a des situations que je ne peux pas contrôler.

Malgré moi, je devais rester au boulot tard ce soir,

Afin de répondre à tant de gens bizarres.

 

J’avais tellement hâte de me retrouver avec toi.

Être seule et nue, en cette fin de soirée, sous mon toit.

Loin de tous ces clients hagards sans cesse insatisfaits,

Même si, pour que tout leur plaise, j’ai tout fait.

 

Tu vois bien, mon minet chéri, que ta mère est là.

Nous allons passer le Temps des fêtes toi et moi.

Loin des bruits insignifiants de ces enfants devenus grands.

Allez, bois ton lait ! Maman est avec toi maintenant.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Un simple sourire aurait suffi

Un simple sourire aurait suffi Peinture de Maryse Veysseyre Poème de Rolland Jr St-Gelais

Un simple sourire aurait suffi

 

Je me souviens d’un tramway,

Que chaque jour, je prenais.

Pour aller à mon boulot,

Le matin assez tôt.

 

Un jour, j’y ai vu un vieillard.

Un homme au visage ravagé par la misère,

Qui avait jadis tant aimé père et mère et ses frères,

Des êtres qui lui étaient chers lentement effacés de sa mémoire.

 

 

Il ne disait point un mot et ne dérangeait pas trop,

Assis bien sagement, il regardait les gens de ses yeux si beaux.

Cherchant quelqu’un avec qui échanger sans vouloir l’importuner,

Il offrit son sourire à l’âme qui le lui aurait rendu avec bonté.

 

 

Il n’a jamais demandé la charité,

Même s’il vivait dans une grande précarité.

Les gens, à ses sourires, répondirent avec indifférence.

Voilà l’un de mes plus vieux souvenirs de ma belle France.

 

 

Les jours, les semaines, les mois et les années

Sans répit, ni relâche, ont inlassablement passé.

Et puis, un jour, sans crier gare, il a subitement disparu.

C’est en lisant le journal du soir qu’une photo de lui, j’ai vue.

 

 

Dans la rubrique de la nécrologie,

Homme qui avait combattu pour la mère-patrie,

Homme qui pour son courage avait été maintes fois décoré,

Mais que ses souffrances lui avaient enlevé la possibilité de parler.

 

 

Je me souviens par un matin où j’allais travailler,

Il m’avait fait un sourire avec ses yeux émerveillés,

Un sourire que malheureusement je ne lui ai pas rendu,

Croyez-moi les amis ! Comme en cet instant je m’en suis voulu.

 

 

De

 

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada