Archives de tags | Amelkovich

Vaccination

Vaccination Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par Amelkovich Source : https://www.deviantart.com/amelkovich/art/Vaccination-2-922360445

Vaccination

 

Aujourd’hui, je suis allé,

À mon rendez-vous, me faire vacciner,

C’était une clinique médicale un peu spéciale,

Réservée à une clientèle à l’esprit loin d’être banal.

 

J’étais avec raison au début un peu nerveux,

Car c’était la première fois, j’étais en ce lieu,

Mais, tout était agencé pour mon confort,

Où l’on me servait un whisky un peu fort.

 

Les infirmières étaient légèrement vêtues,

Sans pour cela dévoiler à mes yeux leurs vertus,

Elles avaient un je-ne-sais-quoi qui me plaisait bien,

L’une d’entre elles est venue vers moi avec bel entrain.

 

Avec un sourire singulier, elle m’invita à la rejoindre,

Ce que j’ai fait sans plus attendre et sans me plaindre,

Pourquoi refuser une pareille invitation venant d’une beauté ?

S’il y en va du bien le plus précieux qui soit, c’est-à-dire de ma santé.

 

Une fois entrés dans cette pièce peinte en rouge,

Elle me regarda avec attention sans qu’elle bouge,

Voulant que je retire au grand complet mon beau tailleur,

De sa voix suave, elle a su éloigner de moi mes frayeurs.

 

Ici, voyez-vous, nous offrons un service assez particulier,

Si vous êtes sage, croyez-moi, vous serez bien gratifié,

C’est moi qui vous ferai l’injection et ce sera sans douleur.

Laissez-vous faire ! Je vous promets que j’irai tout en douceur.

 

Une fois que j’ai reçu mon vaccin comme un bon garçon,

Elle me dit qu’à des choses plus sérieuses nous passerons,

Vous avez tellement fait ça que vous êtes dignes d’une libéralité,

Elle retira son habit d’infirmière me laissant admirer sa beauté.

 

Maintenant, étendez-vous sur la table pour vous masser,

Et laissez-vous, par mes mains expertes, caresser et cajoler,

Je vois bien que vous êtes trop ces jours-ci tellement nerveux,

Je vous jure que grâce à moi, tout ceci disparaîtra sous peu.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Il ne faut jamais se voiler

Il ne faut jamais se voiler Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par Amelkovich Source : https://www.deviantart.com/amelkovich/art/The-hidden-look-1-911067690

Il ne faut jamais se voiler

 

Ma mère disait souvent,

Surtout lorsque j’étais adolescent,

Cette parole remplie de belle sagesse,

Afin d’éviter toute possibilité de détresse.

 

Si pénible que soit la réalité,

Aussi difficile à supporter la vérité,

Il faut savoir l’affronter avec courage.

C’est ce que nous ont enseigné les sages.

 

Nous pouvons être riches ou indigents.

Être seuls ou bien entourés de nombreux enfants.

Être jeune fringant ou bien avancé dans les maux de l’âge.

Tout ceci est bien connu tant de l’antiquité que du moyen-âge.

 

Nous devons tôt ou tard résoudre des problèmes de l’existence.

Nous devons tout autant affronter des situations propres à notre essence.

L’essence de notre humanité qui contient tant de force et de faiblesse.

Les humains ont, de tous les temps, affronté des périls et détresses.

 

Seuls les plus hardis ont appris qu’il ne faut jamais se voiler.

Se dérober lorsque surviennent les pires dangers.

C’est ainsi que l’humanité a réussi à survivre.

Et, parfois même, à bien vivre.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Entre vos mains

Entre vos mains Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Amelkovich Source : https://www.deviantart.com/amelkovich/art/Naked-with-subject-7-807946561

Entre vos mains

 

Entre vos mains,

J’aimerais être l’instrument,

De votre discipline et de vos règlements,

L’outil ultime de votre art que vous a légué votre destin.

 

Vous saurez me faire vibrer de plaisir,

Lorsque vous me manierez allègrement avec un sourire,

Me tenant ferme telle une verge gorgée de sang de désir,

À force de satisfaire votre envie de vos esclaves, les faire souffrir.

 

Je suis votre objet de délice,

Celui que vous maniez dans vos supplices,

De vos supplices prodigués avec le plus grand soin,

Dans vos nuits chaudes et torrides jusqu’au petit matin.

 

Mains de maîtresse attentionnée,

De cette maîtresse au cœur tendre et dévoué,

Pour qui me prendre de sa main alerte et vigoureuse,

Qu’à chaque fois, elle se sent si épanouie et si heureuse.

 

Fait pour vous de cuir tout en noir,

Sur un autel sacré où se trouvent le calice et le ciboire

Je saurai faire couler le sang précieux de vos martyres,

Afin d’abreuver votre soif tel le ferait le plus parfait des satyres.

 

Lanières tressées de cuir,

À l’éclat de la lumière, semblent reluire

Et qu’en un éclair, fendent la peau délectable,

De vos esclaves soumises avec une cruauté charitable.

 

Allez ! Chère maîtresse tant adorée,

En votre main, n’ayez crainte de me serrer.

Car j’ai été créé pour combler votre imagination,

Et encore plus, pour satisfaire la moindre de vos impulsions.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada