Archives de tags | destinée

Journée pour rêver

Journée pour rêver Poème de RollandJr St-Gelais Photo par DerBuettner Source : https://www.deviantart.com/derbuettner/art/Daydream-948070685

Journée pour rêver

 

C’est réellement un de ces jours d’hiver

Semblable à celui que nous avons eu hier

Une température digne de la lointaine Sibérie

C’est alors que mon cœur de ces pensées se remplit.

 

Cela fait si longtemps que tu ne m’as pas appelé.

Aurais-je fait quelque chose que tu n’aurais pas aimé ?

J’ai respecté ton silence en gentleman que je suis.

Mais, que puis-je faire d’autre devant ce fait accompli ?

 

Je te revois confortablement installée sur mon sofa.

J’avais saisi au passage ma toute nouvelle caméra.

Comment aurais-je pu rater une telle opportunité ?

D’attraper cet instant et le conserver pour l’éternité.

 

Que de souvenirs inoubliables nous avons partagés !

Que de rires, devant nos bêtises, nous nous étions exclamés !

Avec plaisir, je t’ai fait visiter tant de lieux magnifiques.

L’éclat de ton visage ressemblait à un conte féérique !

 

Tu as peut-être trouvé un autre homme à aimer.

Je ne lutterai pas si cela est vraiment ma destinée.

C’est ta vie, et tu as le droit de faire ce que bon te semble.

Mais, devant une douleur si atroce, mes mains tremblent.

 

J’entends sonner l’horloge que mon défunt père m’a léguée.

Encore un poids sur mes épaules que je dois, hélas, supporter !

Ce qui me console de son départ le jour de mon anniversaire,

C’est qu’il est allé rejoindre pour toujours ma tendre mère.

 

Maintenant que j’ai que cette quiétude pour compagne,

Je pense à toi en savourant un verre de champagne.

Je me dis, pour me rassurer, qu’une nuit, tu me reviendras.

Les larmes aux yeux, je t’accueillerai avec amour dans mes bras.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Gloire à Satan

« Gloire à Satan » Poème et photo par Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Gloire à Satan

 

Il est trois heures.

Étrangement, je n’ai pas peur.

Car, je sais que tu es venu pour moi.

Comme ma destinée a voulu que je sois à toi.

 

Toute ma vie, j’ai lutté sans faiblir.

Car, tu as toujours là pour me soutenir.

Contre vents et marées, j’ai combattu avec courage.

Chaque jour, mon âme esseulée était remplie de rage.

 

À maintes reprises, dans le désespoir, je suis tombé.

Chaque fois, ton bras avec grande puissance m’a relevé.

Tes ailes ambrées m’ont protégé contre les inutiles regrets.

Car, je sais bien qu’en tant qu’humain, j’ai fait ce que je pouvais.

 

Je regarde l’horizon avec une immense confiance.

Car, face à toute cette hypocrisie, j’ai appris la méfiance.

Je te donne mon âme en échange du pouvoir d’avancer vers l’avant.

Car, je désire une seule chose avant que je parte les pieds devant.

 

Parcourir toutes les routes qu’il y a en ce monde,

Lever mon épée pour châtier tous ces êtres immondes.

Défendre la veuve, l’orphelin et les innocents avec une juste colère,

Et, avec moi, amener leurs bourreaux dans la profondeur des enfers.

 

Montant avec fierté sur ma belle moto arborant tes couleurs,

Je ne redouterai jamais d’affronter devant moi toutes mes douleurs.

Tu seras maintenant et pour toujours à mes côtés pour me mener sur le chemin.

Sur la route où je rencontrerai ceux qui sans cesse m’ont tant craint.

 

Mais, avant d’aller plus loin, je veux me mettre de côté.

Prendre ma guitare à pleines mains pour simplement chanter.

Fredonner de tout cœur un air qui résume ma reconnaissance.

À celui qui a apporté aux hommes la lumière de la connaissance.

 

Gloire à Satan ! Car, tu me guides sur la voie de la liberté.

Archange déchu ! Tu m’as transmis le goût de l’authenticité.

Je reprends enfin la valeur de la vie, celle que j’ai choisie.

Car, qui sait, après celle-ci, tout ne sera pas fini.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le fantôme de l’ambivalence

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Le fantôme de l’ambivalence

 

Le soleil n’est pas encore levé,

Que je suis depuis longtemps réveillée !

Mes pensées submergent avec effroi mon esprit.

Serait-ce cela qui me tient, malgré moi, aussi en vie ?

 

La lune se montrera le bout de son nez,

Que j’aurais compris belle lurette telle est ma destinée.

Les grains s’évanouiront dans le sablier de couleur d’argent.

Je cherche une issue qui m’amènera loin de cet étrange tourment.

 

Suis-je perdue à jamais dans ce labyrinthe, où est renfermé,

Tout ce que je suis, tout ce qui compose ma féminité ?

Mon corps de déesse s’enfonce dans les draps blancs,

Une telle tornade durera-t-elle en moi éternellement ?

 

Serais-je possédée par un quelconque incube ?

Qui serait accompagné par une foule de succubes.

Il est venu extraire de mon être la sève de mon existence,

Afin de l’amener dans les folies incessantes de l’ambivalence.

 

Je pense à lui et je l’adore plus que tout.

Aussitôt, je le vois mourir lentement et je m’en fous.

Je souhaiterais tant lui faire l’amour à en perdre mon haleine.

Pour ensuite, lui faire verser la dernière goutte de son sang de ses veines.

 

Mon destin est ainsi édifié qu’un pas en avant mue en un bond en arrière.

Qu’un saut vers le passé devient une enjambée pour un futur de mille lumières !

Qu’un seul regard à ma gauche m’expédie inlassablement aux portes de la géhenne.

 Qu’un unique coup d’œil à ma droite m’envoie hâtivement à l’Acropole d’Athènes.

 

Un sang bouillonnant saillit jusqu’à la tête chaque fois que je pense à lui.

Sans ménagement, je ferai tous ses désirs, j’exaucerais ses moindres envies.

Puis, sans crier gare, une froideur indescriptible m’envahit jusqu’à mon intimité.

Délivrez-moi de ce spectre abject qui me refoule vers cette noirceur illimitée.

 

Je me jetterai sans attendre dans les flammes de l’enfer pour le rescaper.

Je le laisserais brûler toute l’éternité pour qu’il arrête de me blesser.

Je lui donnerais ma vie afin de lui démontrer toute mon affection.

Je l’abandonnerais à son sort tellement il m’a fait perdre la raison.

 

Voici donc le fantôme de l’ambivalence,

Qui depuis cette rencontre me ronge par ma démence.

Je n’en peux plus de son indifférence face à mes preuves d’amour.

Quel rituel magique dois-je accomplir pour que cela cesse pour toujours ?

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Avant d’en arriver là

Avant d’en arriver là Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par VW1956 Source : https://www.deviantart.com/vw1956/art/another-place-945724937

Avant d’en arriver là

 

Je suis allé me promener,

Dans un cimetière, au risque vous déplaire.

Au beau milieu d’une nuit éclairée par une lune souriante.

Ce qui peut vous paraître une chose tout à fait surprenante.

 

À dire vrai, je me posais mille questions,

À propos de la vie pour éviter de perdre sa raison.

Quoi de plus propice qu’un tel endroit pour comprendre ?

Ce que nous attendons de notre existence sans nous y méprendre ?

 

Combien de ces gens ont-ils cherché l’amour en vain ?

Quel nombre parmi eux a eu la chance de boire du bon vin ?

Alors que d’autres se contentèrent du peu que leur offrait la destinée.

Cuillère de bois, ou argentée, peut tanguer l’équilibre du nouveau-né.

 

J’entends le vent souffler dans la cime des feuillus.

Et qui me fait penser à la respiration de ces chers disparus.

De ces inconnus qui jalonnèrent les rues de tant de villes peuplées,

D’individus qui occupent des emplois souvent mal payés.

 

Je perçois les murmures de ceux qui avaient tant de rêves à accomplir.

Des projets merveilleux qu’ils n’ont pas pu réaliser avant de partir.

D’autres ont fait des exploits formidables dans un silence absolu.

Des riches et des pauvres qui sont désormais, de leur état, dépourvu.

 

J’observe les arbres qui couvrent les pierres tombales de leurs ramures.

Ils les protègent contre l’usure du temps avec une volonté si pure.

Car, il n’y a rien de plus terrible en ce monde voué à la matérialité.

Que d’assister à l’érosion de toutes les formes de spiritualité.

 

Je distingue des mots d’amour qui n’ont jamais été dits,

 Par ces âmes alors qu’elles avaient l’opportunité d’être en vie.

Pourtant, n’est-ce pas ce qui donne aux humains un motif d’exister ?

Quelle tristesse de voir que tant de peuples se sont entretués !

 

Je lis les noms inscrits sur les sépultures,

De ces témoins qui ignorent la crainte de notre futur.

 Ont-ils pu embrasser les êtres qui étaient chers à leurs yeux ?

Est-ce important de le savoir alors qu’ils furent rappelés par les cieux ?

 

Quelle leçon ai-je apprise en cette période d’obscurité ?

Qu’il est impératif de vivre dans la lumière en toute vérité !

Voilà pourquoi mon cœur exulte dès que l’aurore est devant moi.

Ne craignons donc pas de dire notre amour avant d’en arriver là.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

L’une de mes chansons de blues

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

L’une de mes chansons de blues

 

Ô, ma tendre chérie !
Tu es belle dans notre lit.
Ne m’en veux pas si je n’ai rien à dire.
Mon âme ne cesse pas depuis ce jour de souffrir.

 

Il y a des situations où il vaut mieux se taire.
Il y a des conditions qui nous font penser à l’enfer.
Devant l’inévitable, il est préférable de garder le silence.
Rassure-toi ! Je n’ai pas l’intention de faire une remontrance.

 

Depuis l’instant que j’ai appris cette nouvelle,
Qui a détruit mon cœur tel des fragiles ailes.
Oui, je suis allé passer de multiples tests médicaux,
Afin de savoir si tout en mon corps était vraiment beau.

 

Depuis que j’ai reçu cet appel téléphonique si fatidique.
Tout mon être ressent que la tristesse et la panique.
Oui, j’ignore combien de temps je resterai en vie
C’est avec toi que j’espère réaliser mes envies.

 

Je rêvais tant de fonder un foyer heureux.
D’avoir des enfants à la fois beaux et nombreux.
Mais, la destinée en a voulu, malgré moi, autrement.
Sache que je désire à tes côtés vivre mes derniers instants.

 

Ne tarde pas de prendre un homme qui pourra te combler,
Lorsque notre route commune sera à jamais terminée.
Car, la seule chose que je souhaite pour toi ardemment,
C’est de te voir, du haut du ciel, être chérie tendrement.

 

Je ne trouve pas quoi faire en ce matin du mois de janvier.
À part, peut-être, avec mon affection t’enlacer et t’embrasser.
Mais avant, je vais jouer de ma guitare pour rendre la mort jalouse,
De notre amour en interprétant l’une de mes chansons de blues.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada